« Pour en finir avec le recyclage | Accueil | Changements climatiques vs. réchauffement de la planète »

29 novembre 2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

R. David

Et voila, il y a rien de bien nouveau la dedans pour les libertariens, à part une confirmation officielle de ce qu'on savait déjà. C'est le bordel dans les finances du gouvernement.

Il y a rien de nouveau, depuis que les hommes contrôlent d'autres hommes que des abus comme ceux-ci existent. Quand est-ce que les gens vont enfin comprendre que le problème est, a toujours été, et sera toujours le concept même du gouvernement.

Aucun résultat positif ne peut être atteint par des moyens négatifs, et les taxes sont du vol, qu'elles soient bien gêrées ou non.

François

Voilà où nous mène notre système actuel étatique obèse et tentaculaire... Et c'est sans parler de toutes les autres sociétés publiques appartenent à nos différents paliers de gouvernement et auxquelles nos vérificateurs n'ont pas le droit d'avoir accès. Imaginez une seconde s'ils pouvaient les scruter et les évaluer!

La même chose se répète invariablement et inlassablement année après année au noveau fédéral, au niveau provincial et enfin au niveau municipal (après tout, n'avons nous pas le "bonheur et la bonne fortune" d'être parmis les contribuables les plus publiquement administrés et les plus chouchoutés de la planète?).

Ça ne rate jamais. À chaque année, on nous plonge dans un interminable cauchemard pécuniaire financé par la différence entre le revenu brut et le revenu net des contribuables travailleurs et le plus incompréhensible et le plus étrange dans tout ce cirque est que la population, pourtant bien au fait du honteux gaspillage de nos deniers par l'État, semble vouloir encore plus d'intervention, comme si elle était frappée d'amnésie collective et comme si elle considérait qu'une horde de fonctionnaires pouvait prendre de meilleures décisions sur nos propres biens que nous-mêmes.

N'est-ce pas avoir très peu de considération pour notre propre jugement?

Manque-t-on à ce point de confiance en nous-mêmes que nous sommes prêts à renoncer à notre droit de gérance sur nos propres finances personnelles, parce qu'au fond, c'est exactement de ça qu'il s'agit, pour l'offrir bêtement à un troupeau de bureaucrates-technocrates syndiqués mur-à-mur et qui sont beaucoup plus intéressés par leurs conventions collectives et par les privilèges qu'ils peuvent retirer de leur emploi que par la saine gestion de nos biens?

Reprenons en main nore pouvoir de contribuables et cessons d'alimenter la machine gouvernementale devenu totalement incontrôlable.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche



Groupe Facebook

La dette du Québec