« La publicité et les femmes (et les hommes) | Accueil | L'argent ne fait pas le bonheur »

06 septembre 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Louis

Bon point, et tant qu'à y être il faudrait que l'on arrête de s'imaginer que c'est la responsabilité de l'état d'éduquer nos enfants et que chacun se dise que le moins de gouvernement il y a dans l'éducation de son enfant, le moins de chance on a qu'il décroche ou devienne un abrutit de l'AESSÉ qui demande toujours plus de gouvernement dans sa vie. Il faut enseigner les liens de cause à effet: excès de fastfood=engraissement, effort=succès, service=coût et ainsi de suite pour que la société arrête de tout mettre sur les faute des autres: américains ,multinationales, gouvernements....

Sébastien

Il est bien évident que la publicité influence, éduque, convaint, que ce soit pour acheter plus de produits de fast-food ou de fruits et légumes. Pourquoi les compagnies investiraient-elles en publicité et marketing s'ils n'y auraient pas d'effets. Par conséquent, nous sommes tous influencés selon un degré divers par la publicité, nous sommes tous humain et influençables (et plus particulièrement les jeunes).

La télévision est un espace très utilisé, presque public comme les routes, les abris-bus, etc. et la facheuse tendance à couvrir de pub tous l'environnement visuel devient vraiment harcellant. On peut rarement l'éviter : je ne vais pas m'enfermer chez moi pour éviter de voir les pub sur les bords de rues, si quelqu'un près de moi écoute la télévision je suis soumis aux publicités qui y sont diffusées, etc. Ce sont des pressions constantes qui sollicitent un certain mode de vie et qui exercent, en bout de ligne, de grandes pressions collectives sur l'environnement.

Les contraintes sur la publicité n'empêcherait pas ici les gens de consommer du fast-food, mais permmettraient certainement de moins en consommer. C'est donc un moyen (qui devrait être choisit collectivement cependant et non pas une bureaucratie) pour permettre à plus de gens de vivre mieux ; une contrainte justifiée envers des intérêts privés qui font de l'argent avec ses produits. Mais tout dépend de ce que l'on souhaite pour les autres et comme société, enfin, du moment où l'on se préoccupe de leur bien-être le moindrement. J'aimerais bien qu'on influence les autres de temps en temps d'aimer son prochain par la publicité :), mais ce n'est pas monétairement lucratif (du moins directement).


@Louis: surprennant d'entendre dire pour un libertariens "qu'il faut enseigner" aux autres. Enfin, tant mieux parce que l'État est effectivement un moyen d'éducation. Et en passant, les parents aussi tombent sous l'influence de la publicité et de la solicitation de leurs enfants. Je suis d'accord avec toi pour dire que ça l'irait mieux si la responsabilisation individuelle serait plus grande, mais il n'y a pas que ça dans la vie (et la pub peut aussi l'améliorer). Nous ne sommes pas des machines qui prennent en tout temps les décisions les plus raisonnables, nous ne choisissons pas toujours ce qui est le plus vertueux pour nous-mêmes.

FrancisD


"nous ne choisissons pas toujours ce qui est le plus vertueux pour nous-mêmes"

Et en quoi cela devient-il le problème des autres ?

Yan

"nous ne choisissons pas toujours ce qui est le plus vertueux pour nous-mêmes"


Une action n'est vertueuse que si elle est choisie librement. Nous choisissons donc toujours ce qui est le plus vertueux pour nous-mêmes. Les cas où cela ne se produit pas est lorsque l'on fait une chose contre notre gré.

Bastiat

C'est drôle d'habitude il se trouve toujours quelqu'un ici pour nous expliquer que LES AUTRES sont des zombies manipulées par la publicité et qu'il est grand temps de les réduire à l'esclavage afin de les protéger d'eux-mêmes.

Mais ici exceptionnellement notre ami Sébastien semble véritablement angoisser de découvrir qu'il est LUI-MÊME un zombie en besoin d'être sauvé de lui-même. Ah, ministère de l'endoctrinement du Québec (MEQ), quand tu nous tiens! Quelqu'un peut-il référer ce jeune homme à un brave superhéros infaillible (un fonctionnaire) afin de le mettre sous tutelle au plus vite? En effet, il y a une dangeureuse vague de dépliants McDo avec coupons-rabais en circulation ces jours-ci. Méfiez-vous!

Anonyme

http://www.phonono.com/papyrus/000567.html

Sylvain Falardeau

@ Anonyme

Ce texte démontre un problème qui échappe justement aux détracteurs du libertarianisme. Non pas par son contenu, mais par son approche. On pose l'étiquette "libertarienne" à tout ce qui, de près ou de loin, s'oppose à l'État. Il ne faut donc pas s'étonner d'y trouver des idées contradictoires. La simple mention du Libertarian Party et du parti Républicain est une façon de faire de la culpabilité par association. Il suffit de prendre les actions de quelqu'un qui s'inspire d'idées libertariennes et de l'inclure dans le cercle "libertarien" pour ensuite prouver par les actions de cette personne que le libertarianisme est en faute.

C'est un peu comme si je disais que comme le système de "la troisième voie" (social-démocratie) nous a mené dans les problèmes que nous vivons actuellement, c'était la raison pour laquelle il fallait passer au "libertarianisme". Les sociaux-démocrates m'indiqueraient que ce n'est pas de la social-démocratie "à sa juste mesure", qu'elle est corrompue, etc.

FrancisD


De toutes façons, les libertariens à penchant anarchiste reconnaissent qu'il est impossible d'aboutir à quelque chose par voie politique. La politique n'étant que la volonté de certains imposée par force sur autrui, et c'est de cette force que les libertariens tentent de se débarasser. C'est dans la tête des gens que ca se passe.

De donc essayer d'apposer des étiquettes de partis politique aux libertariens est comme faire couler de l'eau sur le dos d'un canard...

Jean-François Hébert

Ce qui m'énerve dans tout ça:
1 - La coalition semble penser que les enfants sont influencés exclusivement par la publicité qui leur est dédiée.

2 - Après avoir protégé les enfants contre les méfaits de la compétition avec les bulletins sans notes et sans moyennes, on va maintenant les protéger contre les méfaits de la publicité qui leur est destinée. Bon. Et on espère que quand ils deviendront adultes, la compétition et la publicité auront disparu de la société!

VincentM

En France, le système est encore plus "intéressant" : sur chaque publicité ayant trait à de la nourriture, une bande de 7% de l'écran est dédiée au message suivant : "Pour votre santé ne mangez pas trop gras, trop sucré, trop salé". Dans les pages de publicités pendant les programmes pour enfant, il y a un spot qui rappelle aux enfants de ne pas grignoter entre les repas. Pour ma part je trouve cette politique assez irresponsable dans le sens où l'on refourgue le problème en bas des écrans alors que des études montrent que les enfants ne voient que ce qu'il y a au centre. De plus, cette pratique est contre-productive car un spot vous dit d'acheter un produit et en même temps de ne pas le consommer, on ferait mieux de donner plus de possibilité à l'éducation et à l'information sur ces produits auprès des parents ou lancer des débats dans les médias.
Pour répondre à Jean-François, je ne pense pas qu'il serait souhaitable d'encourager la compétition directe entre les gens, la concurrence du marché n'est pas là pour confronter les gens mais pour leur permettre d'avancer, le marché ce n'est pas la concurrence mais la coopération libre entre des individus libres.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook