« Bannir les ampoules incandescentes: pas une si bonne idée après tout | Accueil | Le tutorat privé: une autre brèche dans le monopole de l'éducation qui énerve les étatistes »

31 mars 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

charity bernhard

L'éducation à distance — ou même chez soi avec un professeur qu'on pourra télécharger et qui donnera son cours sous la forme d'un hologramme dans son salon, comme le personnage du Docteur dans Star Trek Voyager — va faire en sorte qu'on pourra bientôt outrepasser les écoles de l'État...
Pour l'instant il y a :

https://www.wikieduquebec.net/index.php/Accueil
https://fr.wikiversity.org/wiki/

bobjack

Excellent texte.

Je me rappelle tellement comment nos professeurs faisaient la promotion du français que nos vaillants ancêtres ont protégé de toute leur âme et qu'il faut protéger par l'ignorance, du syndicat merveilleux, de ceux qui font la promotion de leur médiocrité (c'était plus gênant de dire que l'on a 90% que de dire que l'on a 50%).

Aussi du mouvement étudiant, tenu par des gens qui sont au cégep depuis 6 ans mais n'ont aucun diplôme et ne sont même pas proches de terminer une technique. Au lieu de répandre des maladies vénériennes pendant ces années et prêcher pour la sainte religion écologique/communiste ou anti-capitaliste/séparatiste/gogauchiste/féministe, qu'auraient-ils pu faire de beau en étant moins endoctriné?

Tout ce que j'ai appris dans la vie qui sert le moindrement à quelque chose, c'est grâce à Internet.

Humain51

Bon texte. J'aime beaucoup votre optimisme.

Même si la doctrine égalitariste, socialiste, écologiste, féministe et multiculturaliste de la secte de bien-pensants est elle aussi diffusée sur Internet et rejoint beaucoup de monde, au moins les faiseurs d'opinions politiquement corrects n'ont plus le monopole qu'ils avaient avant Internet.

Kevin

Oui très bon texte, en le lisant j'ai l'impression qu'il y a exagération mais... quand j'y repense je me souviens à quel point les doctrines "égalitariste, socialistes.." sont de vrais dogmes. Les professeurs nous disaient comment les étudiants et les malades américains sont malheureux (dans un système à moitié privé) par rapport à nous et comment nous sommes enviés partout. Comment la langue française se doit d'être protégés contre l'extinction, menacée par la culture des osti d'Anglais qui essaient de nous assimiler.

Quand j'y repense ça me fait froid dans le dos, le manque de nuance, d'objectivisme, de cohérence ou carrément d'humanisme!! Bordel c'est pas incohérent rien qu'un peu de dire qu'il faut être tolérant envers les autres cultures mais que les Anglais essaient de nous assimiler... Djesus who do you think look le plus intelligent when I can play in english comme ça dans la même phrase, quand tu dis bonjour à quelqu'un and when you see that cette personne est anglophone you kindly repeat again in his language.

L'éducation n'est définitivement pas un droit et la variété des possibilités fait partie de la richesse à laquelle nous avons (collectivement :D) droit. Le principe de communauté ne doit jamais substituer la masse à l'individu. Et la véritable compassion, le véritable humanisme réside en laisser l'individu libre de ses choix. Pour une personne qui se nuit elle-même, la seule chose à faire c'est proposer d'aider.

Pierre-Yves

Qu'une société décide, en tant que politique, 'd'investir' dans l'éducation me dérange moins que l'absence de compréhension des conséquences de ce choix: je peux m'accommoder d'une doctrine 'interventionniste', mais pas de politiques incohérentes (hélas, généralement les unes ne vont pas sans l'autre), mais après tout, c'est tout de même grace à cet 'investissement' que le Québec et le Canada disposent aujourd'hui d'un bassin de cerveaux capables de réfléchir sur ces questions.

Que le Québec perde de nombreux jeunes diplômés au profit de Toronto ou encore de grandes villes américaines, c'est une conséquence de l'incohérence qui consiste à socialiser les couts de formation d'un capital humain qui se révèlera inutile si l'on n'accorde pas la même importance à créer des conditions favorables au capital tout court: l'investissement humain, sans l'investissement financier, ça ne sert... qu'à faire joli, ce qui n'est pas suffisant. Et les impôts élevés font fuir le capital financier, that's it that's all.

On apprend ça en Macro-économie 101. Mais comme on l'a déja mentionné ici, l'illettrisme économique est une tare largement répandue chez notre pseudo-élite, et plus je vieillis, plus je m'aperçois avec effarement à quel point leur ignorance est profonde.

marianne

Merci pour ce texte très intéressant.

Certes, à l'époque où nous allions à l'école, nous n'avions pas accès à autant d'informations qu'aujourd'hui mais nous n'étions pas non plus encore trop embrigadés dans cete paralysie de la pensée qui caractérise l'enseignement actuel et que vous décrivez très bien ("doctrine égalitariste, socialiste, écologiste, féministe,tiers-mondiste et multiculturaliste de la secte de bien-pensants"). Encore que cela commençait déjà. Donc, moins d'accès mais plus de possibilité de liberté intellectuelle.

Quoique consciente de ce phénomène d'embrigadement, j'ai eu tendance à en sous-estimer l'ampleur jusqu'à ce que ma propre fille entre à l'école. Quelle dégringolade ! Quelles sornettes ne leur met-on pas dans la tête ! Même avec les idées claires il est parfois dur de remonter la pente de ce prêchi-prêcha relativisant à la maison. J'ai parfois l'impression qu'il ne s'agit même pas d'un débat d'idées tant les enfants sont comme hébétés qu'il puisse exister d'autres visions que celles de la bigoterie dans laquelle l'école les fait baigner. Tout ce qui peut les faire sortir de ce cadre étouffant est bienvenu.

Par ailleurs, je suis d'accord avec Pierre-Yves. Passe encore qu'un État investisse dans l'éducation - il y a des choix pires - mais il faut aller au bout de la logique et ne pas faire fuir les "cerveaux" ainsi formés en les tondant fiscalement par exemple.

Kevin

Euh... suis-je le seul à considérer que investissement implique possession? Que si je met 1000$ dans une compagnie j'ai une possession équivalente de la compagnie (action)?!?! Donc ça veut dire que si la "société" investi dans mon éducation elle me "possède" partiellement?

"Que le Québec perde de nombreux jeunes diplômés au profit de Toronto"

Mais si Montréal était dans une autre province ou un autre pays, moi qui suis originaire de Québec, est-ce que ce serait un "exode de cerveau"? Les frontières géopolitiques sont déterminées arbitrairement et tout échange qui les traverse ne constitue pas une perte... Ça me rend malade lorsqu'on dit d'acheter local pour "aider notre économie", j'ai du respect pour tous les humains, pas seulement ceux qui sont proche de moi...

"c'est tout de même grace à cet 'investissement' que le Québec et le Canada disposent aujourd'hui d'un bassin de cerveaux capables de réfléchir sur ces questions."

C'est grâce aux investissement en santé que le Québec et le Canada dispose aujourd'hui d'un bassin de population en santé? C'est grâce aux investissements dans les artistes et dans le cinéma que le Québec et le Canada dispose aujourd'hui d'une culture?

En 2008, les populations des pays occidentaux ont largement de manoeuvre pour qu'on cesse de considérer l'état comme nécessité pour investir... L'argent étatique restera toujours celui de la population, de dire que nous avons l'éducation gratuite ou la santé gratuite relève du simplisme

PS : Je ne fais qu'extrapoler le principe derrière vos paroles, je comprend votre point de vue et je le pousse plus loin pour réaliser le sophisme, je comprends aussi très bien que vous souhaitez une accessibilité. Par contre, rien ne justifie un monopole public, il faut beaucoup d'imagination pour comprendre comment un monde sans état-providence peut fonctionner.

Pierre-Yves

@Kevin

La notion d'investissement n'implique pas que l'entité économique (ici, l'État) 'possède' l'actif, mais simplement que cet actif soit 'sous son contrôle' afin qu'elle ait la possibilité d'en dériver un bénéfice futur. Enfin bon, ceci mis à part, l'analogie de 'l'investissement' dans une main-d'oeuvre a bien pour corollaire un contrôle sur cette main d'oeuvre, en effet.

Kevin

Ah bah c'est vrai que si je ne suis pas possédé mais bien sous le contrôle de la société c'est beaucoup mieux

WaltA

Je crois qu'il y a un type d'écoles qui peut se révéler être un antidote efficace contre toutes les formes d'endoctrinement : L'éducation alternative. Wow, des institutions qui laissent les apprenants former leur esprits selon des rythmes, des talents ainsi que des intérêts particuliers... Ne serait-ce pas là une des pistes de solution pouvant mener à une société affranchie qui ne se laisserait plus berner par les braillards de tout acabit qui réclament toujours plus de contrôle des institutions publiques.

Arnold S.

Bonjour Martin, mes salutations et hommages à tous les correspondants du Blogue du QL,

Premier commentaire "à vie" sur le Blogue du QL! Bravo pour ton site et pour ton Blogue.

Le Québec est empêtré dans des structures éducatives qui sont maintenant devenues obsolètes. La situation est très grave et cela va même au-delà des questions économiques et des "transferts" à Toronto mentionnés par Pierre-Yves, qui sont aussi un réel problème.

Pour moi, l'école actuelle est effectivement faite pour le troupeau: on impose la même "track" pour tout le monde; ...et les examens et les évaluations n'ont qu'un seul objectif: affirmer l'autorité sur les pauvres "bêtes".

Remarque, si tu veux devenir mécanicien ou comptable, écouter Homer Simpson, manger du poulet et tondre ton gazon, on peut dire que l'école est adéquate. Il faut aussi avouer que l'école donne quand même une petite chance aux plus doués des plus humbles d'entre nous d'accéder aux cénacles du savoir.

Nos collèges et universités sont à peu près sclérosés intellectuellement (et paralysés financièrement). À l'Université Yale, ils ont compris eux: les étudiants en médecine ne sont tout simplement pas évalués. Tout le processus d'évaluation est remplacé par une thèse, que le futur médecin doit soumettre à la fin de son programme de M.D. Yale a compris que ces individus/futurs médecins étaient suffisamment motivés, intelligents et autonomes et que les examens et le bourrage de crâne étaient une perte de temps. C'est une belle preuve de confiance envers les étudiants, je trouve. Évidemment, ce sont des américains, une race à part.... Les chanceux, ils sont un peu moins affectés que nous par la gangrène égalitaire qui uniformise, nivèle, standardise, égalise, aplanit écrase et écrapoutit les âmes et intelligences de nos jeunes québécois.

Ici, dans notre beau Québec, il ne faut pas oublier que la belle Pauline voulait même mettre un terme aux écoles internationales et aux écoles avec des projets spéciaux: "ça favorise les inégalités..." disait-elle. Tuer l'originalité pour soi-disant égaliser les chances. Quelle mentalité.... :(

Je dis tout ça simplement pour faire un plaidoyer pour la différence.

Je ne vois pas pourquoi un étudiant original, créatif, travaillant et brillant ne pourrait pas suivre un cursus totalement différent et adapté à ses intérêts et besoins.

Prends un étudiant qui tient un blogue, par exemple. Il devrait pouvoir l'imprimer, en donner une copie au directeur de sa polyvalente et demander une dispense de ses cours de français (...si le blogue est bien écrit, évidemment).

Les université offrent maintenant des passages directs du B.Sc. au doctorat, sans passer par l'étape de la maîtrise. Pourquoi ne pas faire la même chose pour le Cegep général? L'étape du Cégep général, avec sa horde de cours en sciences humaines, me semble superflue.

Les étudiants québécois doivent faire une année supplémentaire de scolarité de plus que tous les autres étudiants des pays occidentaux avant d'accéder à l'université et cela est inutile, superflu et extrêmement coûteux. Il faut savoir que chaque année de cégep coûte 1G$ par année aux citoyens québécois. Donc. si on "ferme" le cégep général (...on ajoute une année au cours secondaire), on économise ainsi 1G$ (...que l'on peut ré-investir avec profits dans les CPE, les CSSS, les SLSCS ce qui nous permettrait d'engager encore plus de fonctionnaires et de créer ainsi de l'emploi et de la richesse!...petite joke en passant! ;) )

En bref, l'école infantilise, fait un bon lavage de cerveau et cela convient très bien à notre état-nounou et son cortège de CPE, de CLSC, de "ressources", de "stratégies" inutiles, d'intervenantes, et de créatures féminisées de toutes sortes...

Quand nous serons réellement devenus un peuple d'adultes libres, autonomes et responsables d'eux-mêmes, nous pourrons peut-être penser à un Québec libre.

On ne peut penser la liberté politique sans d'abord avoir la liberté intellectuelle et économique.

Martin a raison, l'embrigadement des esprits est un problème grave au Québec.

kevin

Hahahahaha écoutez ça, on vient de me dire une vérité fondamentale :

Le gouvernement veut ton bien... et il va l'avoir!!!

(pensez y au 2e degré)

WaltA

Aujourd'hui, avec Internet, les possibilités d'apprentissage sont devenues illimitées : Cours à distance ; disponibilités pour le tutorat aux devoirs ; des accès illimités aux millions de documents disponibles ; participations à des forums de discussions voués à des échanges entre étudiants habitant le monde... etc.

Bref, si l'école en elle-même a des lacunes à combler, il en demeure pas moins que ses agents devront relever plusieurs défis présents et futurs afin d'intéresser sa clientèle et surtout afin de motiver ses meilleurs éléments à progresser vers les firmaments.

En ce qui a trait au retrait de l'intervention de l'État, je dis que si les travailleurs paient pour les études des jeunes, ce sont ces derniers qui financeront, en revanche, dans le futur, le système de santé ainsi que les maisons pour personnes retraitées. Dites-vous bien que :

Si les adultes d'aujourd'hui se montrent très chiches pour le développement de la jeunesse, ne vous vous attendez surtout pas à ce qu' ils se soucieront de leur ainés dont vous ferez partie...

Hugo

Le gouvernement veut votre bien... Voici comment on explique ça dans certaines écoles du Québec :

La tarte aux merveilles

https://www.revenu.gouv.qc.ca/fr/particulier/votre_situation/jeunes_enseignants/activites_tarte_aux_merveilles.asp

L'impôt c'est comme des fraises. Vous envoyez des fraises au gouvernement et il en fait des tartes qui profiteront à tous!!!

Excellent article de Nathalie Elgrably sur le sujet : https://argent.canoe.com/lca/chroniqueurs/nathalieelgrably/archives/2008/04/20080403-093911.html

Pierre-Yves

"Government isn't the solution. Government is the problem" (R. Reagan)

Jean-François Grenier

Une autre excellente source d'information est Amazon et l'accès qu'il offre à une quantité phénoménale de livres à des prix très bas. Ce qui permet de mettre sur pied des idées comme le Personnal MBA ( https://personalmba.com/ ).

Le DIY (Do It Yourself) Education, c'est l'avenir, je termine dans un mois un Bacc en administration et je peux dire que j'en ai appris autant dans la trentaine de livre du PMBA que j'ai lus à date que dans mes 3 ans d'école.

Cynthia Kelly

Même chose pour moi Jean-Francois Grenier. Et je suis 100% d'accord avec vous.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook