« Les parasites néo-keynésiens dénoncent Jim Flaherty | Accueil | Pour l’interdiction de tout! »

29 novembre 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Jules Olivier

Les gens sortent tous des SAQ bouteille à la main. Peut-être qu'avec le temps, à force d'éducation, on deviendra de bons citoyens dociles qui transportent en tout temps un sac à usage multiple dans la valise de nos voitures.

Humain51

Je ne suis pas un amateur de vins. Je n'achète que des bouteilles ayant une valeur entre 10 et 15 $. Je m'efforce de ne les acheter qu'à l'épicerie plutôt qu'à une succursale de la SAQ (c'est en plus souvent plus commode). Si tous ceux qui ne voient pas d'inconvénients à acheter les vins offerts à l'épicerie faisaient comme moi, peut-être que la SAQ commencerait à remettre en question ses comportements de monopole.

Bobjack

@Humain51

Je pense plutôt qu'ils inventeraient une taxe supplémentaire (la taxe de taxation de taxation) pour les vins en épicerie ou ce serait le banissement ...

Tym Machine

"La SAQ, comme tout bon monopole, ne se préoccupe pas des préférences de ses clients; elle impose – de toute façon, ils ne peuvent pas se procurer d’alcool ailleurs."

On peut s'en procurer dans d'autres provinces et dans d'autres pays (ex: les USA) sauf qu'en Ontario, la LCBO a fait exactement la même chose.

De plus, beaucoup de marques de vins et de bières sont disponibles dans les dépanneurs et les épiceries.

Gilles Guénette

«On peut s'en procurer dans d'autres provinces et dans d'autres pays (ex: les USA)»

Encore faut-il avoir une voiture pour s'y rendre et du temps. Et ce n'est pas recommandé si vous voulez respecter la loi ;-) Sur le territoire québécois, seule la SAQ a le droit de vendre de l'alcool. Il suffirait qu'il y ait une tendance lourde au magasinage outre-frontière pour que la société d'État presse le gouvernement québécois d'intervenir, de sévir et d'intercepter (à l'aide de ses agents de la SQ) les «contrebandiers».

Ceci dit, je vais sur la Rive-Sud deux fois par année pour faire des provisions directement auprès des vignobles et des cidreries. C'est un peu moins cher qu'à la SAQ et ça fait en sorte que je n'encourage pas le monopole - qui de toute façon, n'est même pas foutu de vendre les produits d'ici...

«De plus, beaucoup de marques de vins et de bières sont disponibles dans les dépanneurs et les épiceries.»

Oui, mais pour les vins de qualité ou vos marques préférées, vous repasserez...

Tym Machine

@Gilles Guénette,

"Il suffirait qu'il y ait une tendance lourde au magasinage outre-frontière pour que la société d'État presse le gouvernement québécois d'intervenir, de sévir et d'intercepter (à l'aide de ses agents de la SQ) les «contrebandiers»."

Je suis surpris de cette révélation, alors comment se fait-il qu'il soit légal de se procurer aux USA une quantité raisonnable d'alcool. (ex: un 6 pack de bière, une bouteille de vin et un 40 onces de vodka serait correct pour passer sans problème la frontière, je n'ai pas les données mais elles sont facilement procurables à l'ADRC). De plus il existe des boutiques hors taxes ou le consommateur est directement invité à acheter de l'alcool et des produits du tabac sans taxes.

Si c'est illégal, comment se fait-il que la SQ ou la GRC tolère cela d'autant plus que ces boutiques sont régies par le fédéral si je ne m'abuse.

Est-ce que ça serait un peu comme de la contrebande de cigarette si je comprends bien votre affirmation?

Tym Machine

Et cette tendance "lourde", je pense qu'elle existe déjà by the way. Tout comme 40% des cigarettes fumées dans Montréal et sa périphérie dans les cours d'écoles viennent du tabac de contrebande et comme disait Dumont, aucun corps de police n'intervient.

Or si à 40%, on ne parle pas d'une tendance lourde, je me demande ce que ça prend.

D'ailleurs Jeff Fillion avait déjà instigué sur les ondes de Choi en 2001 le projet "le monde parallèle des vins" où le plan était de se cotiser à la gang, de demander la collaboration d'un trucker et de ramenner un 10 roues plein de vins payés moins chers achetés en Alberta.

Fort heureusement pour l'état, le projet ainsi rendu public fut vite déboulonné et Jeff du se rabattre sur le monde parallèle des épinards...

Gilles Guénette

@ Tym Machine

Voici ce qu'on retrouve sur le site de la SAQ:

Lors d’un séjour à l’étranger de 48 heures ou plus, vous pouvez rapporter jusqu’à 1,5 litre de vin ou 1,14 litre de spiritueux, ou encore 24 canettes/bouteilles de bière de 355 ml (12 onces) sans payer de droits, de taxes ou de majoration.

Vous pouvez également rapporter, moyennant le paiement de la majoration de la SAQ et des taxes, une quantité de boissons alcooliques additionnelle de 9 litres (par exemple, l’équivalent d’une caisse de 12 bouteilles de 750 ml).

En sus des droits et taxes fédéraux, les douanes perçoivent, à la frontière, au nom de la SAQ, la majoration établie selon le type et la valeur de la ou des boissons alcooliques, et les taxes provinciales.

Par exemple, pour une bouteille de vin de 750 ml que vous aurez payée 10 $, Douanes Canada percevra un montant de 10,03 $, alors qu’elle percevra 23,62 $ sur une bouteille de spiritueux de 750 ml payée 10 $.

http://www.saq.com/webapp/wcs/stores/servlet/GeneralContentView?page=/ng/nous-la-saq/pratiques-commerciales-z/regle_importation-z/sejours_etranger&langId=-2&storeId=10001&catalogId=10001

Par contre, je ne sais pas si un séjour en Ontario compte pour un séjour à l’étranger. Si mon souvenir est bon, durant la dernière grève à la SAQ, un journaliste de la SRC avait mentionné qu’il y avait beaucoup de Québécois qui allaient en Ontario pour se procurer de l’alcool dans les LCBO et que l’État québécois tolérait la chose même si c’était illégal.

James

C'est essentiellement impossible d'interdire l'importation d'alcool entre Quebec-Ontario (ou Quebec-NB). Il n'y a pas de poste douanier ou ils peuvent controler les gens qui traversent...

Le seul chance de "controle" c'est par un SQ sur le bord d'autoroute, et lui, il va seulement donner un contravention de vitesse et rien de plus...

James

Et aussi acheter l'alcool chez le LCBO, eux sont meme pire que la SAQ, ils ne permettront pas la vente de biere et vin dans les epicieries, depanneurs etc, et les prix ne sont pas meilleurs.

Mathieu Demers

J'ai des amis à la frontière du Nouveau-Brunswick (Edmundston) qui vont régulièrement acheter leurs bières dans une cabane à la limite de la province, en territoire québécois.

Chez eux, c'est la bière que le bon gouvernement surtaxe.

Ça devient ridicule ces monopoles... Surtout qu'en France, même avec la taxe de vente (TVA) à 19,6%, tu paies ta bière ou ta bouteille de vin facilement 2 fois moins chère qu'au Québec.

Et les prix artificiellement élevés de ces monopoles ont souvent motivé la fabrication d'alcools frelatés... avec les conséquences sur la santé qu'ils peuvent avoir.

Vie Privée

"Loblaw et Sobeys, vont cesser d'offrir gratuitement des sacs en plastique aux caisses de sortie de leurs magasins et franchises participantes à travers le pays l’année prochaine."

Résultat: Je ne vais plus faire mes courses chez ces deux épiciers et à l'avenir je vais aller faire mes courses chez leurs concurrents comme Métro et IGA.

Chez Métro on a plein plein de choix, les magazins sont très propres et les décors sont agréables.

Et en plus, ils ne nous écoeurent pas avec cette histoire de sacs en plastique.

Chez Métro, on a le choix entre des sacs en papier burn, des sacs en plastique ordinaire et acheter un gros sac laitte réutilisable.

Alors, à l'avenir Métro aura toujours ma clientèle et Sobeys et Loblaws peuvent se torcher avec leurs sacs à 5 sous !

Vie Privée

@James,

Un commerce Québécois pourrait alors s'approvisionner en Alcool en Ontario et ainsi payer son alcool moins cher. Il ferait de meilleures marges de profit.

Steven

@James

Salut James. Les vins sont un peu moins chers en Ontario qu'au Québec. Il y a des études à ce sujet qui le démontre. Je crois même qu'il y en a une sur le site de l'IEDM. De plus, j'habites Gatineau et tout le monde ici sait que si on veut traverser la rivière le vin coûte environ 1 ou 2 dollars de moins la bouteille. Ce n'est pas énorme mais c'est ça. Les gens n'iront généralement pas à Ottawa pour cette raison uniquement mais s'ils sont déjà là, ils vont arrêter à un LCBO. Je ne sais pas ce qu'il en est pour la bière.

Kevin

@ Vie Privée

Cmon... les vin d'épicerie c'est pas super! Ça fait la job quand on ne connait rien aux vins, qu'on est prêt à payer légèrement plus (le même vin est légèrement plus cher) et qu'on se contente d'un vin ordinaire pour un souper entre amis.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche



Contribuez

  • Donate

Groupe Facebook

Devenir Fan

La dette du Québec