« Pourquoi faire un don au QL? | Accueil | Agriculture, Elgrably, Libertinisme, Internet »

16 mai 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Johnny

Surtout que manifester est bien l'un des moyens les moins efficaces pour obtenir gain de cause, vu le nombre de manifestations par an (en France) je ne comprends pas que les gens ne l'aient pas encore compris.

De plus, la quasi-totalité d'entre elles sont instrumentalisées et n'aboutissent à rien, et quand le gouvernement "cède" c'est généralement pour intervenir encore plus qu'auparavant.

Défiler défoule et c'est là le pire, après une manifestation d'une journée ou un peu plus pour les plus motivés, les gens rentrent chez eux avec le sentiment du devoir accompli et ne participent à aucune action qui serait plus réfléchie et qui pourrait aboutir à de vrais solutions.

Pour ce qui est des informations négatives, ca fait bien longtemps que j'ai arrêté de les regarder et je ne le regrette pas, on est beaucoup moins influencé émotionnellement. Je préfère lire l'actualité, on peut relire un passage ou sauter tout ce qui ne nous intéresse pas.

x morts sur la route, dans un incendie, suite à une contamination, de la grippe, c'est tous les jours, quoi de neuf ? Quand je lis les infos c'est pour savoir ce qui change, pas ce qui reste pareil. Evidemment ces morts sont regrettables mais je ne vais pas pleurer pour chaque mort.

Le libéralisme pour les débutants

Il est clair que beaucoup de journalistes donnent une prime systématique à ceux qui leur donnent des images ou une info qui frappe.

Une manif, c'est des images, des manifestants festifs et des flics. Bref de quoi boucler un sujet.

Par contre, un citoyen qui a autre chose à faire que de manifester devant les caméras devient un sous-citoyen dont la parole a moins d'importance ou est moins determinée que le manifestant professionnelle.

Peut être que les libéraux devraient accepter même à contre-cœur de fournir des images et des événements aux journalistes pour défendre leurs idées. Les "tea party" en sont un bon exemple...

steve81

Swine flu alert! News/Death ratio: 8176
http://www.gapminder.org/videos/swine-flu-alert-news-death-ratio-tuberculosis/

Stranger

Les médias qui se disent être les piliers de la démocratie et de la transparence sont en vérité des profiteurs de scandales. Plus il y a de situations de crises et plus les gens sont contraints de consommer leurs "produits" pour se protéger.

Il faut donc dénoncer les médias non comme ceux qui exposent la crise sociale totale dans laquelle on se trouve, mais les complices de cette crise.

David Gagnon

Pourquoi les gens ne manifestent-ils pas plus ?

C'est parce que le léviathan gouvernementale agit de manière "furtive".

Prenons un programme qui va donner 200 millions de dollars en subventions aux industrie forestières (par exemple). Les industriels sont très contents, ils vont pouvoir se partager une somme rondelette et comme ils sont relativement peu nombreux, cette subvention aura un impact non négligeable sur leurs revenus.

Ceux qui payent pour cette subvention, les contribuables, sont très nombreux: environ 6 millions de Québécois. La subvention de 200 millions représente un déboursé de 33,33$ par québécois soit l'équivalent de 2,77$ par mois.

Un travailleur ne va pas manquer une journée de travail pour dénoncer un "vol" de 2,77$/mois. Il va avaler sa pilule et se dire que la situation n'est pas si pire qu'elle n'y paraît.

Voilà comment fonctionne le gouvernement, un p'tit 200 millions ici, insignifiant 50 millions par là... Pris séparément, personne ne voit une raison suffisante de descendre dans la rue pour dire c'est assez.

Les anglais ont une expression merveilleuse pour décrire cette situation: "death by a thousand cuts".

Voilà comment on saigne un contribuable sans que ce dernier ne proteste: on ne tente pas de lui couper la jugulaire, mais on procède en faisant un millier de petites incisions. Si une de ces incisions semble sans importance, à la longue leur accumulation finit par avoir le même effet que le sectionnement de la jugulaire.

Pierre-Yves

J'ai visionné récemment le film 'Nothing but the truth', une fiction qui brode sur l'affaire Valerie Plame et l'emprisonnement de cette journaliste qui avait refusé de révéler le nom de ses sources confidentielles. C'est un film efficace et qui fait réfléchir (ce qu'ils devraient tous faire).

Mettant ce canevas en perspective avec un article récent de Martin Masse sur la montée du fascisme aux USA, il fait réaliser à quel point les principes clefs de la constitution américaine ont été depuis un demi-siècle graduellement érodés, jurisprudence après jurisprudence, au point ou on a l'impression qu'il n'en reste plus grand-chose (je récuse toujours le terme 'fascisme' cependant, qui est trop facile à disqualifier pour les tenants de ce que j'appellerais plutôt un totalitarisme rampant).

Il n'en reste pas moins que cette érosion est de loin, à mon avis, le phénomène le plus inquiétant dans l'évolution de nos soi-disant sociétés démocratiques. L'Amérique, avant d'être un pays, c'est une idée, une idée sur la place d'un gouvernement, son rôle et les limites contraignantes qu'il est nécéssaire d'imposer à son pouvoir. Et cette idée prend tranquillement le bord.

Mais ça n'énerve pas les chiâleurs professionnels, les toupies insécures dont la stratégie et l'éthique de vie consistent justement à fournir toujours plus d'arguments - moyennant l'illusion d'un stipende et l'excuse des bonnes intentions - à ce gouvernement pour régenter tous les racoins de nos vies en prétendant en plus nous donner des leçons de morale. Et au fond, ce ne sont que des désespérés.

Ça ne semble pas non plus allumer du côté des médias, et en particulier de la presse écrite, que si leur industrie est sur la voie de la disparition, c'est probablement d'abord et avant tout parce qu'elle a perdu toute espèce de pertinence vis à vis de sa mission de défense de la liberté - la vraie, celle qui s'écrit au singulier et consiste a faire des choix et en assumer les conséquences, et non pas de la liberté de faire les poches à la communauté par administration fiscale interposée.

Je ne crois pas qu'un Honnête Homme (ou une Honnête Femme, pour féminiser l'expression consacrée) puisse vivre heureux dans l'acceptation résignée de ce totalitarisme à visage humain, qui est une négation de l'intelligence, du concept d'objectivité, et de tout ce qui donne sa valeur et sa saveur à la vie humaine - une négation de la vie elle-même, en fait.

Je ne crois pas non plus qu'il soit utile de vivre révolté en permanence et de perdre son temps et son énergie dans des croisades qui ne convertiront personne et des escarmouches qui vous feront passer pour un hystérique, 'On ne règne sur les âmes que par le calme'.

Mais pour paraphraser une très belle réplique du film auquel je fais allusion ci-haut, 'lorsque la question se pose de savoir s'il faut choisir entre les personnes et un principe, la seule façon de résoudre le paradoxe est de comprendre qu'il faut soi-même devenir le principe'. Au regard de notre sérénité méthaphysique, c'est toujours l'option qui coûtera le moins cher.

B. Vallée

Comme tout autre excitant, « l'information » doit être consommée avec modération. À forte dose, « l'information » crée des sociomanes, c'est-à-dire des individus obsédés par les « enjeux collectifs » et les problèmes sociaux. On reconnaît ce genre de toxicomanes au fait qu'ils prennent la société très au sérieux, qu'il sont perpétuellement indignés, et qu'ils consacrent le plus clair de leur énergie à militer, à revendiquer et à faire la leçon au voisinage. Personnellement, je ne connais pas de meilleure thérapie à la sociomanie que le blogue du QL...

Petit jeu de mot en terminant : le cinéma a son festival de Cannes ; l'économie a, malheureusement, son « festival de Keynes »... Dans les deux cas, on retrouve un bon nombre de poseurs, de socialistes et... de bureaucrates !

Marianne

A B. Vallée : Merci pour le jeu de mot ! Très bon. C'est vrai qu'on a un vrai festival de Keynes en ce moment. A Pierre-Yves : trop drôle la féminisation d'Honnête Homme ; c'est Montaigne qui serait content ...

Heureusement qu'on s'amuse sur le blogue du QL car en dehors, quelle surdose permanente d'infos alarmistes effectivement, et comme c'est saoulant ! Le pire est que nombreux sont ceux qui ont intérêt à perpétuer le système. Les médias y trouvent un moyen de multiplier à peu de frais les pseudo-scoops et de faire de l'audience qui leur permet de mieux vendre leurs espaces publicitaires. Les bigots millénaristes de tout poil, au premier rang desquels je place les écologistes, peuvent nous asséner analyse définitive sur analyse définitive pour annoncer la fin du monde à cause du vilain capitalisme / libre marché / pacte malin des multinationales (au choix) et répandre at large leur propagande anti-libertés individuelles. Les experts - parfois auto-proclamés - sur à peu près tous les thèmes peuvent venir faire leur numéro qui contribuera précisément à asseoir leur réputation d'experts et donc à faire monter leur cote pour d'autres émissions, et toucher au passage de bons honoraires. Et il y a aussi l'information "à l'estomac", si fréquente, qui permet de jouer sur la corde du compassionnel et de la culpabilisation et de justifier tous les principes de précaution liberticides et autres "envies du pénal" (désolée de revenir si souvent à Ph. Muray). Et tout cela donne beaucoup de spectacle à ceux qui aiment l'info-spectacle ... Cela fait beaucoup de monde qui a tout intérêt à continuer ainsi.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook