« Les Chinois achètent de l'or - le dollar en a-t-il encore pour bien longtemps? | Accueil | Rothbard maintenant en français - Aucune raison de demeurer un illettré économique sur les questions monétaires »

03 mai 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Jean-Luc Proulx

Mais, pourquoi on ne m'a jamais parlé de la dépression de 1920-1921 et de Harding dans mes cours d'Histoire? Pis j'en ai eu des cours d'Histoire dans ma vie, autant au secondaire qu'au Cégep.

FrancisD


Voilà, dans les propres mots à M. Woods!

http://www.youtube.com/watch?v=czcUmnsprQI

Mathieu

On m'avait dit dans mes cours d'histoire au secondaire, au Cégep et à l'université que l'on n'était rien avant l'arrivée de Roosevelt, le non-interventionnisme d'Hoover (on ne parle jamais du protectionnisme...) ayant aggravé la crise économique née en 1929.

On apprend que Roosevelt avait mis en place des institutions pour empêcher toutes dérives du capitalisme sauvage.

Étonnamment, on me dit que depuis 30 ans, même le très PLQiste Alain Dubuc sur toutes les tribunes, les néo-libéraux qui ont été au pouvoir (lesquels?) ont fait disparaître toutes les institutions de régulation par le gouvernement américain créées sous Roosevelt et que c'est là la cause de la crise actuelle.

Mais, même en cherchant minimalement, ils me semblent que la plupart des institutions de Roosevelt existent toujours ! http://fr.wikipedia.org/wiki/Franklin_Delano_Roosevelt#Pr.C3.A9sidence_.281933-1945.29

Mes professeurs d'université m'ont dit que W. Bush est un néo-libéral à la Hoover. Pourtant, il a voté un bailout monstrueux comme Roosevelt et, oui comme Hoover, sous sa gouverne, il a mis en place des mesures protectionnistes, notamment avec le Canada, pour réduire les importations étrangères avec des taxes spéciales sur certains produits. (C'est loin d'être libéral et d'être pro-libre-échange ça aussi...)

Ce qui me terrorise, c'est que mes enfants puissent se faire dire en classe ces mêmes idées reçues et non-fondées. Et ils vont prendre leur père pour un fou puisqu'il ose remettre en question les Saints Enseignements de Notre Institution Bienfaisante: l'État.

Et pourtant, ce sera cautionné comme étant ça l'Histoire de ce qui s'est passé. C'est tout simplement une mémoire pourtant...

Ça deviendra incontestable, simplement parce qu'on aura convaincu la majorité que c'est ça la Vérité...

NoName

Si ce n'est pas un complot étatiste keynésien alors c'est un phénomène d'ordre spontané produit par l'interaction entre les diverses forces interventionnistes et étatiques.

On peu voir en cela un paradox. En effet, les étatistes nient la puissance de l'ordre spontané justifiant ainsi toutes sortes d'interventions économiques et sociales.

Le libéralisme pour les débutants


Merci pour cette traduction utile. La crise de 20-21 n'existe pas dans les manuels scolaires parceque les solutions retenues ont (trop) bien marché..

Effectivement au lycée en France, il y a un surhomme Roosevelt qui a effectué une lutte déterminée contre la crise de 29. Ca allait marcher tout ou tard, si si forcement, mais la seconde mondiale est arrivée avant.

C'est tout de même assez déprimant. Beaucoup d'idées libérales sur la monnaie, le crédit et les crises existent depuis plus d'une cinquantaine d'année. Et ces idées ne sont pas pratiquement diffusées.

Justin Bertrand

"(On remarquera que les plus «grands» présidents, selon la clique d'historiens étatistes qui déterminent habituellement ce genre de chose, sont toujours ceux qui ont le plus fait grossir l'État ou mené les guerres les plus destructrices.) "

Étant donné que Roosevelt a fait énormément grossir l'état et a présidé à la guerre la plus destructrice du monde avec l'arme la plus destructrice, pas étonnant que Roosevelt soit présenté comme étant le "plus grand" président de l'histoire.

Justin Bertrand

Si je comprend bien, à la lumière des commentaires sur ce blogue, l'école n'enseigne pas de manière objective la science économique.

L'école ne fait que diffuser de la propagande gauchiste et socialiste. Ce n'est pas de l'enseignement, c'est de l'endoctrinement.

Justin Bertrand

On déteste ce président parce qu'il n'a pas de "coeur", il n'aide pas les pauvres. D'après les gauchistes, on paie des taxes pour "aider les pauvres".

Pourtant, en "n'aidant pas" les pauvres, il a contribué à relancer l'économie et les pauvres ont pu s'aider eux-mêmes très rapidement.

S'il y a un président qui a énormément causé de tort aux pauvres, c'est bien F.D.Roosevelt.

D

Je crois que la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui, par rapport au système d'éducation complètement corrompu où on y enseigne exactement le contraire de la vérité sans même présenter des théories alternatives, est un des effets pervers de la démocratie. Je ne vois pas d'autre explication pourquoi nous avons pu aboutir dans cette situation.

B. Vallée

Harding manquait de « coeur », semble-t-il...

Ça me rappelle un « débat » présenté il y a quelques années à l'émission « Il va y avoir du sport ! », à la très socialiste Télé-Québec.

Après le « débat », un hurluberlu très mielleux présent dans l'assistance avait reproché à Martin Masse de « manquer de coeur » ... Avant de saluer la grande « compassion » dont faisait preuve Françoise David dans son pénible blabla...

Ce genre de crétinisme, où des qualités de « coeur » sont associées à des opinions platement socialistes, voire même communistes, est malheureusement très répandu.

Aux USA, c'est le « New Deal » qui est considéré comme un sommet de compassion... Ici, c'est notre soi-disant « révolution tranquille »... Dans un autre registre, de jeunes crétins continuent de célébrer les qualités de « coeur » de Guevara, cet excellent fusilleur.

P.S. Vous savez la meilleure ? Dans son livre intitulé « Les démons du capitalisme », l'impayable Alain Dubuc a inclus un chapitre intitulé... le triomphe de Keynes ! Sacré Dubuc ! Quant il s'agit de recracher du prêt-à-penser, on peut compter sur lui !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Contribuez

  • Donate
Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche



Visitez le QL

Devenir Fan