« Angela Merkel, seul chef de gouvernement qui a encore une tête sur les épaules ? | Accueil | Tax Freedom day 2009 (le grand jour approche!) »

03 juin 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Robert

Avez-vous entendu Louise Harel parler anglais? Elle le parle aussi mal que Pauline Marois.

Martin

L'ultra-nationaliste anglophobe Michel Brûlé veut se présenter à la Mairie comme indépendant.

Il veut faire le ménage LOL

Martin Masse

Pour les fans d'archéologie intellectuelle, il y a aussi ma chronique publiée il y a quinze ans dans la feuille de chou nationalo-étatiste sur Mme Harel (j'étais chroniqueur invité pour l'été après la parution de mon livre défendant "une vision non nationaliste d'un Québec indépendant", que la directrice Lise Bissonnette avait bien aimé).

http://www.quebecoislibre.org/DIR100894.htm

Charmante et volubile, Mme Harel m'avait reçu dans son bureau à quelques coins de rue de chez nous sur la rue Ste-Catherine (Gilles et moi avons habité pendant 10 ans sur Adam entre Nicolet et Chambly). Nous avions jasé au moins une heure. Malgré cela, mes penchants libertariens (pas encore tout à fait cohérents mais qui s'affirmaient rapidement) m'ont amené à écrire une conclusion un peu baveuse qui a dû faire sursauter quelques lecteurs de la gauche caviar lisant le journal dans les cafés du Plateau.

Jean-Luc Proulx

Je ne sais pas si je dois rire jaune ou pleurer suite à cette annonce, moi.

C'est dans ces moments que je suis encore plus fier de vivre à Québec. Bon, notre choix pour la mairie est aussi merdique, mais Montréal ne donnera sa place non plus.

Non finalement, je crois que je ris jaune plus que je ne pleure.

Pierre-Yves

Avez vous vu le film "Doubt"? Mery Streep y campe de façon saisissante un personnage de mère-supérieure emmuré dans ses certitudes mystiques. Et bien c'est exactement à ce genre de femme que me fait penser Louise Harel: le plus terrifiant, c'est qu'elle croit totalement à ses sornettes, et passera sur le corps de n'importe qui pour avoir raison et faire triompher 'sa' conception du bien. La catastrophe des fusions-défusions en témoigne.

Pierre Brasseur

Pauvre Montréal, quand on croyait que ça pouvait pas être pire, franchement peut-on imaginer pire scénario que l'accession de cette souverainiste, centralisatrice gauchiste à la mairie?

Pour se sortir de la merde Montréal devrait commencer par introduire la concurrence dans la livraison des service en abolissant les monopoles syndicaux comme cela a été faut en Suède par exemple. Les chances que cela se produise sous Louise Harel sont inexistantes.

Je suppose que les municipalités des banlieux peuvent se réjouir, l'exode des classe moyennes vers les périphéries va se poursuivre.

Pierre-Yves

@Pierre Brasseur

Sans compter la guéguerre linquistique que relancerait inébitablement notre Jeanne d'Arc du troisième age...

Lecteur

EXTRAIT D'UN PORTRAIT DE MME HAREL PUBLIÉ AUJOURD'HUI DANS LA PRESSE:

[Selon] un ancien collègue, qui la trouve hypocrite:

«Quand ça ne marchait pas à son goût au conseil des ministres, elle faisait monter les groupes de pression. Elle leur disait: «Moi, je suis bloquée.» Quand on voyait les manifs, après, on se disait tous: «Bon, Louise Harel a fait des téléphones.» Et là, elle arrivait et disait: «Mon Dieu, monsieur le premier ministre, il y a tellement de pression!»»

http://www.cyberpresse.ca/actualites/regional/montreal/200906/06/01-863606-a-la-maniere-de-louise-harel.php

B. Vallée

Louise Harel représente effectivement le pire genre de femme qu'on puisse imaginer, le moins séduisant en tout cas : la bourgeoise socialiste, autoritaire et bégueule, qui aime bien se mêler de la vie des autres. Et quoi de mieux, pour se mêler de la vie des autres en toute bonne conscience, que « l'action politique » ?

Pauvres Montréalais... Vous n'êtes pas sortis de l'auberge...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook