« L’offre culturelle de nos politiciens et fonctionnaires | Accueil | Climategate: un autre point de vue »

24 novembre 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Pierre-Yves

@Martin Masse:

"Claude Picher, probablement le seul journaliste de La Presse qui fait un travail utile et pertinent malgré ses limites sur certains sujets..."

Bigre... tellement d'accord avec ça que c'en est presque inquiétant. Le blogue du QL risque t'il de tomber dans le "group think"?

Gilles Guénette

À la question: «Si le gouvernement défend la gestion de l'offre, ce n'est pas au désavantage des consommateurs?», le ministre de l'Agriculture du Québec a répondu ceci ce matin sur les ondes de Radio-Canada: «Non. Nous on n'a pas la conviction que c'est au désavantage des consommateurs. Regardez, il y a des endroits où il n'y a pas la gestion de l'offre, mais ils subventionnent à tour de bras. À la fin de la journée, ce sont les consommateurs qui payent par des subventions qui reviennent beaucoup plus chères qu'un prix qui est adéquat et qui permet aux gens d'avoir une qualité de produits, d'avoir une qualité dans le développement de l'agriculture, et de payer des prix qui sont raisonnables.»

Ce que le ministre Claude Béchard ne dit pas, c'est qu'au Québec, les consommateurs payent ET les subventions aux agriculteurs ET les retombées de la gestion de l'offre - c'est-à-dire, des prix plus élevés.

David Vincent

À Radio-Canada ce matin, un chroniqueur a passé en revue l'étude dévoilée cette semaine par le Conference Board du Canada. Il a procédé points par points et a donné la version officielle des faits - celle des producteurs protégés. Le but était à peine caché: défendre le système de gestion de l'offre.

Curieux de voir comment les journalistes gauchistes se donnent la peine d'être critiques lorsque la source de la nouvelle est jugée «de droite» ou qu'elle remet en question leurs différents acquis et protections.

Pierre-Yves

@David Vincent:

Ce qui va se passer est tristement prévisible: le système de gestion de l'offre du lait au Québec va être positionné comme une conquête de la nation québécoise, un acquis bleu-poudre que veut nous retirer le méchant Conference Board du Canada (maudits Anglâs).

Parce que chacun sait qu'un société moderne ne peut pas être concurrentielle sur les marché internationaux sans un contrôle 100% étatique sur la production du lait hein? C'est évident.

Et 95% de la population va marcher dans cette crétinerie à fond la caisse...

Mathieu

@David Vincent:

Ils étaient très rares les privilégiés de l'État sous l'Ancien Régime français à dénoncer les abus et avantages particuliers des autres privilégiés de l'État.

Mieux valait profiter et se taire ou faire front commun contre les critiques, dans le but d'éviter un effet domino qui finirait par nous affecter personnellement.

Nos sociétés contemporaines ne sont pas si différentes de celles que nos prédécesseurs français et américains des Lumières souhaitaient alors combattre et abolir...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook