« 3e édition des oscars québécois du gaspillage - Une année catastrophique | Accueil | Une «pandémie» qui nous revient cher »

28 janvier 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Mathieu

«Dans ses recommandations en matière de revenus comme de dépenses, le comité d'experts dit largement s'inspirer de mesures en vigueur dans les pays scandinaves et autres social-démocraties d'Europe du Nord. «On ne parle pas ici d'enfers néo-libéraux d'extrême droite», a ironisé à plusieurs reprises Robert Gagné. «Ce sont des pays qui ont les mêmes valeurs que le Québec et qui ont su faire preuve de pragmatisme», a expliqué son collègue Luc Godbout après la conférence de presse.»

C'est étrange: les «enfers néo-libéraux d'extrême droite», où le gouvernement ne se mêle pas, peu [ou moins] d'économie et de la vie des citoyens, s'en tirent toujours mieux que le Québec.

De Robert Gagné, qui était dans le film L'Illusion Tranquille, je suis perplexe, il cherche à se faire passer dans l'opinion publique comme un étatiste social-démocrate fini, comme Luc Godbout me semble l'être, ou s'en est un vrai?

Derteilzeitberliner.wordpress.com

Ironiquement, les social-démocraties d'Europe du Nord ont fait des réformes supposément dignes d'un "enfer néo-libéral d'extrême droite" mais aucune chance que le comité d'experts veuille le voir ou même le savoir!

Pour n'en nommer quelques uns: Tarifs modulés selon les revenus, hôpitaux privés, PPP en transports, Statoil/NorskHydro cotée en bourse, etc.

Le modèle scandinave est certes fiscalement oppressif, mais si ces pays ne croulent pas sous les déficits et les dettes écrasantes, c'est certainement parce qu'ils ont su voir la réalité en face et éviter le mur.

Mathieu NV

''De Robert Gagné, qui était dans le film L'Illusion Tranquille, je suis perplexe, il cherche à se faire passer dans l'opinion publique comme un étatiste social-démocrate fini, comme Luc Godbout me semble l'être, ou s'en est un vrai?''

Est-ce moi ou les véritables libéraux classiques ou les gens pro-libre marché sont tellement en nombre limité au Québec, comparé au reste de l'Amérique du Nord que leur pouvoir est carrément nul.

Je peux en fait les compter sur les doigts de la main (et il en a probablement deux fois plus dans la seule Université de Calgary que dans tout le Québec).

Marcel Boyer, Réjean Breton, Nathalie Elgrably et Claude Montmarquette me viennent à l'esprit.

Mathieu

«Est-ce moi ou les véritables libéraux classiques ou les gens pro-libre marché sont tellement en nombre limité au Québec, comparé au reste de l'Amérique du Nord que leur pouvoir est carrément nul.»

On le sait, ceux qui ont du pouvoir au Québec, ce sont les corporations organisées (syndicats, ordres professionnels, regroupements d'industriels, de manufacturiers, etc.), ceux qui peuvent s'offrir des lobbyistes.

«S'il ne subventionnait pas tout ce qui bouge»

Ce que j'aime des politiciens, c'est qu'ils peuvent s'attaquer publiquement à un secteur, les menacer et appliquer une taxe ou une réglementation spéciale et, en douce, glisser une subvention sous la porte parce qu'ils savent qu'électoralement, ils y perdront si les gens qui vivent directement et indirectement de ce secteur perdent leurs emplois.

Mathieu

http://www2.lactualite.com/jean-francois-lisee/le-nouveau-clivage-quebecois-selon-joseph-facal/1572/

En parcourant le blogue nationalo-étatiste de Jean-François Lisée, je suis tombé sur cette perle: «Facal n’est pas un néo-libéral — il prend soin de nous le rappeler et on le croit.».

Les auteurs pro-libre-marché semblent s'imposer eux-mêmes de dire qu'ils ne sont pas ici des tenants des «enfers néo-libéraux d'extrême droite».

Pourquoi?

Encore là, ont-ils peur d'être boudés dans les médias à la pensée unique, cachant leurs convictions véritables, ou sont-ils des étatistes sociaux-démocrates finis bien que légèrement réformateurs (dans le sens libéral)?

Un caissier serviable

ouais... bon, de un les chiffre sont faux. C'est une augmentation de 17% sur 9 ans. Le reste étant consacré à l'équitée salariale qui est une loi et non une augmentation négociée, qui par ailleurs n'affecte pas les employés en succursales mais bien les employés de bureau.

Un caissier à temps partiel gagne effectivement 19,37$/h, en réalité 16,25$ (comme un régulier) + bénéfices marginaux donc pas de vacences ni congés fériés. Le hic, c'est qu'un caissier à temps partiel dans sa première année travaille en moyenne 7 heures par semaine, si on répartit le rush de noel sur l'ensemble de l'année. En ce moment, les employés des régions urbaines ayant moins d'un an et demie (quand même!) d'ancinneté travaillent 0 heures par semaine. Faites le calcul 0 x 19,37$. Et ce sera ainsi jusqu'à l'été ou ils auront en moyenne 12 heures par semaine. En région, même avec 5 ans de date, certains se retrouvent à 0 heures.

Cela prend (en fait prennait avant la nouvelle convention) environ 3 ans avant d'avoir une 20aine heures assurées par semaine. Ca prend 8 à 10 ans à Québec ou à Montréal pour obtenir un poste de régulier... 15 ans et plus en région. Un poste de régulier signifie entre autres une diminution salariale de 18%... ce qui donne le même salaire qu'un employé de Cosco avec 10 ans d'ancienneté...

Oui la SAQ consent une augmentation salariale, mais elle impose des semaines de 30 heures sans les bénéfices. Ce qui en pratique veut dire que les employés qui faisaient 19,37$ et qui obtenaient des semaines de 38 heures vont à partir de la nouvelle convention tomber à 16,25$ et n'avoir que 30 heures: du jeudi au dimanche, donc les deux journées de fds ce qui n'était pas le cas au paravant. C'est en réalité une drop de 200$ clair par semaine pour un employé... et au dernières nouvelles une assurence médicaments ne mettait pas un souper sur la table.

La réalité vraie pour un employé de la SAQ c'est qu'il va passer de 500$ semaine clair à 300$ semaine clair.... bon c'est sur qu'il va travailler 30 heures au lieu de 38 et qu'à noel, comme le reste du monde, il va manger de la dinde en famille, et même que l'été ils auront des vacences payées... mais s'il vous plait, ayez consience que la majorité des employés de la SAQ que vous cotoyez à tous les jours viennent de faire un trou de 800$ par mois dans leur budget.


simple citoyen

Chers amis québecois,
Je suis atterré de voir qu'il n'y a pas que chez nous que le socialisme et sa cohorte d'acquis sociaux, vocable aimable qui cache les privilèges sans cesse croissants de ceux qui sont souvent dispensés des risques du marché du travail (celui là même qui finance ces excès), impose sans limite son fardeau par ce processus terrible d'accrétion sédimentaire qui finit par le rendre impossible à éliminer.
Je regarde de votre côté parfois avec tristesse, souvent avec espoir et toujours avec ce pincement au coeur des cousins éloignés.
Pour ceux d'entre nous qui lisons vos combats et vos doutes, vos débats sont une inspiration dont nous voudrions pouvoir être dignes... las, je crains que nous ne soyons pour longtemps encore sous le joug sans cesse plus pesant de l'état centralisateur, et quand ce n'est pas son fait ou celui de ses obligés, nous devons courber l'échine sous les règlements toujours plus ubuesques et destructeurs de nos nouveaux maîtres de la grande Europe!
Je vous joins ce lien vers ce billet de Michel de Poncins:
http://tatamis.blogspot.com/2009/12/michel-de-poncins-les-bombes.html

Amitiés de France.

Gilles Guénette

«...s'il vous plait, ayez consience que la majorité des employés de la SAQ que vous cotoyez à tous les jours viennent de faire un trou de 800$ par mois dans leur budget.»

On se demande pourquoi il n'y a pas de soulèvement syndical, à vous lire. Les employés de la SAQ ont déjà débrayé pour bien moins que ça...

Kevin

@ Un caissier serviable

Comique comme petite histoire et j'ai 2 amis qui travaillent à la SAQ depuis des années qui m'ont déjà dit une partie de ce que vous nous dites. Par contre c'est comique pour une seule raison : les horaires sont peut-être vraiment de la m*rde mais ça ne change rien au coût de la masse salariale.

Supposons que je possède un magasin et qu'il y a 10 employés en permanence, payé à 12.5$ de l'heure. Je me garde deux employé pour faire le roulement (bon disons que le magasin est ouvert 8h par jours, 5 jours semaine.. whatever) ce qui fait que chaque employé travaille 33h ((40 heures x 10 postes) / 12 employé) pour 12.5$ de l'heure, ce qui leurs fais 412$ semaine. Ma masse salariale est de 5000$ par semaine (12,5$ x 40 heures x 10 postes)(les 2 autres servent pour le roulement de personnel, ça ne change rien à la masse salariale)

Prenons un autre magasin avec la même situation mais dont les employés sont payé 18$ de l'heure, sauf que puisque je suis un monopole public j'ai 20 employé pour 10 postes. Chaque employé fais donc 20h par semaine pour un salaire de 18$ de l'heure, ce qui leurs fais 360$ par semaine.

On aurait tendance à dire que les pauvres salariés du deuxième magasin ne travaillent pas beaucoup, malgré leurs forte rénumération horaire (au pire.... 2 job tu connais pas???) et on peut s'imaginer qu'à 20 employés pour 10 postes avec un gros système syndical, les anciens se prennent des postes réguliers et laissent les nouveau avec des horaires incertains avec très peu d'heures.... mais la masse salariale du second magasin est de 7200$ par semaine!!!! (18$ x 40h x 10 postes)

Même si le second magasin est géré en incompétent (faire chier ses employé et avoir une masse salariale incroyablement lourde), c'est aussi là où les employé font le moins d'argent par semaine en moyenne. Le coût est beaucoup plus important dans le second magasin.

Hey j'ai trouvé ça tout seul, je suis un petit génie en maths moi...

Pierre-Yves

Quoiqu'on puisse penser au dire sur la SAQ et les divers monopoles gouvernementaux sur les alcools, qui ne sont au fond qu'un héritage dépassé des années de prohibition, on évite toujours la question essentielle: pourquoi diable un monopole? Il y'a vraiment aucune raison.

N

Parce que c'est un secteur rentable, et qui restera rentable malgré n'importe quelle mauvaise gestion.

Yannick Leduc

Les banques et les pétrolières ne sont-elles pas rentables? Pourquoi ne pas en faire des monopoles étatiques? Imaginez l'argent qui reviendrait dans les coffres de l'État!

Tant qu'à y être, nationalisons les supermarchés, l'industrie de la consctruction, les télécommunications.

Elle est où la logique d'étatiser certains secteurs de l'économie, mais pas les autres? Soyons conséquents! Qu'on privatise tout ou qu'on nationalise tout. Il n'y a pas de logique à faire les choses partiellement.

N

http://investglobe.wordpress.com/2009/04/21/150-milliards-pour-nationaliser-les-banques-au-canada/
Certains sont d'accord avec vous...

les pétrolières sont polluantes et ternirait l'image du gouvernement.

D'après moi, c'est surtout que les gens n'aime pas qu'il y ait des nationalisation (en effet, elles n'apportent rien à la population). Alors le gouvernement n'en fait pas de nouvelles mais gardent ceux qui ont été fait. D'ailleurs, la privatisation donne aussi une mauvaise image.

Mathieu NV

Vous ne connaissez pas le National Energy Program (NEP)? La nationalisation du pétrole a déjà été entreprises dans les années 70-80 avec le gouvernement Trudeau.

Conclusions:

-Ce programme était non-constitutionnel.
-Cela n'a en rien aidé l'état tant financièrement que socialement.
-L'Ouest a sérieusement pensé à faire sécession.

Tym Machine

"La Société des alcools du Québec annonçait récemment qu'elle allait augmenter les prix de ses spiritueux et liqueurs dans les prochaines semaines"

Le monopole, c'est bien beau sauf qu'on ne peut pas réellement empêcher les gens d'aller acheter leur vin, leur liqueur et leurs spiritueux ailleurs.

C'est la LCBO et la commission des liqueurs du Nouveau-Brunswick qui vont s'en mettre plein les poches...

Tym Machine

@Mathieu NV,

"-L'Ouest a sérieusement pensé à faire sécession"

Et elle y pense encore et a bien plus de chance de la faire que le Québec...

Tym Machine

@Yannick Leduc,

"Les banques et les pétrolières ne sont-elles pas rentables? Pourquoi ne pas en faire des monopoles étatiques? Imaginez l'argent qui reviendrait dans les coffres de l'État!"

Peut-être mais les dépenses aussi. C'est le monopole des syndicats sur tout ce qui est public qui serait content de ça. Nos élites de la future république socialiste du Québec.

Mathieu NV

"Les banques et les pétrolières ne sont-elles pas rentables? Pourquoi ne pas en faire des monopoles étatiques? Imaginez l'argent qui reviendrait dans les coffres de l'État!"

Le paradigme des conséquences inattendues permet d'expliquer cela le plus globalement possible.

Il est malheureux de dire cela, mais l'histoire nous dit que les monopoles étatiques ne sont souvent pas des modèles d'efficacité et d'économie d'échelle. Si tu as la sécurité d'emploi et cela dans une grosse boîte étatique avec une organisation très complexe et un gros budget relatif, tu peux faire pas mal n'importe quoi (et j'exagère à peine). Dans certains ministères et autres organisations étatiques, il existe parfois certains cas de gens qui font pas vraiment de boulot durant leur journée tout en étant carrément imputable à pas grand monde (et il arrive parfois même que le patron en question ne soit pas ou peu présent dans le portrait).

Conclusion, tu es toujours moins regardant si c'est pas toi ou ton patron qui paie pour la facture totale.

Red Fox

Pourquoi faut-il que le gouvernement aie le monopole du pouvoir ?

Euh ! C'est faux. Nous avons deux gouvernements qui se font concurrence.
Et nous les supportons tout les deux.

Pouvons-nous faire de la sous-traitance gouvernementale ?

On pourrait sous-traiter les fonctions ministérielles en Chine pour moins cher.

JEAN-CLAUDE MICHAUD

Il faudrait tout simplement geler les salaires déjà trop élevé à la SAQ mais par contre,réorganiser les horaires pour offir des horaires plus intéressants aux employés qui n'aiment pas leurs horaires comme compensation au gel salarial. Certains sont doute satisfait de leur horaire à temps partiel alors on pourra leur laisser faire moins d'heures en autant qu'à la fin le travail ce fasse. Pour ce qui est de la TVQ, je supporte la hausse de 2% mais à condition de réduire les impôts des particulier dès le retour au déficit zéro. La taxe de vente est moins nocives à la création de richesses. Nous devrons couper dans les dépenses et pas seulement couper à gauche et à droite mais bien éliminer la bureaucratie et plusieurs programmes sociaux universels (garderie à 7$ pour tous, cotisation à l'assurance-médicaments obligatoire,revoir la loi sur l'assurance automobile pour réduire les frais annuels d'enregistrements des voitures), loi sur les heures d'affaires, loi sur le zonage agricole (est-elle vraiment nécessaire?, pub de Loto-Québec, pub de propagande gouvernementale, réduire le budget du lieutenant-gouverneur au minimum en attendant d'abolir cette fonction ridicule un jour, revoir les pensions des députés, les dépenses et l'efficacité des délégations du Québec à l'étranger(Coûts-Bénéfices), mettre fin au lobbying de groupes d'intérêts, couper le plus de subventions aux entreprises possibles, étudier la possibilité et le moyen pour permettre au gens de se retirer du Régime des rentes du Québec pour gérer eux-même leur propre fond de pension, pour éliminer le déficit et rembourser la dette du Québec et mettre toutes les économies d'intérêts en réductions des taux d'impôts personnels par la suite et même envisager son remplacement graduel par la seule taxe de vente.

Tym Machine

@Mathieu NV,

"Conclusion, tu es toujours moins regardant si c'est pas toi ou ton patron qui paie pour la facture totale."

Et les entreprises privées NON-SUBVENTIONNÉES (car certaines sont quasi-étatique tellement elles dépendent des largesses de l'état) ayant ce genre de modèle d'affaires laxiste et paresseux ne font pas le poids dans un marché totalement libre où la concurrence est féroce.

C'est d'ailleurs la meilleure façon de s'assurer que tout le monde en ait pour son argent...

Un caissier serviable

Je ne comprends pas vos frustrations par rapport au salaire des employés. Soit vous êtes tous des patrons, et j'en doute, soit vous êtes simplement frustrés.. moi je vous souhaite tous de faire un bon salaire et je me fous sincèrement de votre patron.

Plus jeune, je travaillais dans une quincaillerie et j'avais droit au salaire minimum et 10 sous d'augmentation par année... mon patron était lui multi-milionnaire... et je ne vois pas en quoi c'était mieux. Moi, j'étais encore ti-cul chez maman, mais mes collègues de 45 ans avec deux petits à la maison à 10,50$ heure... bof... mais j'imagine que c'est une saine gestion puisque ce sont des tarrés qui ne méritent pas mieux. Pour moi, c'est une façon débile de voir la société. Un retour au féodalisme avec ca?

Le fils de ce patron a un QI comparable à un animal de ferme, pourtant, il vient de reprendre le magasin car ce sont les gérants payés 15$/heure qui font tout le travail, alors que lui n'a même pas encore appris à écrire son nom... et ca, encore une fois, c'est une bonne chose selon vos standards car les employés ne sont bons à rien, mais ce chic type au secondaire 3 qui a héirté d'un empire est l'exemple à suivre.

Non, vraiment, je ne suis pas...

Gilles Guénette

La quincaillerie dont vous parler pourrait donner les mêmes salaires et les mêmes avantages sociaux que la SAQ qu'on s'en fouterait éperdument. Ce contre quoi on en a, c'est qu'une société d'État (et un monopole de surcroit), la SAQ, offre des salaires, des augmentations de salaires, et avantages sociaux qui n'ont aucune mesure dans le privé et qui sont payés... par nous, les CONtribuables.

Pierre-Yves

@Gilles Guénette:

"Ce contre quoi on en a, c'est qu'une société d'État (et un monopole de surcroit), la SAQ, offre des salaires, des augmentations de salaires, et avantages sociaux qui n'ont aucune mesure dans le privé et qui sont payés... par nous, les CONtribuables."

Personellement j'en ai également après le fait que la distribution des vins et spiritueux soit un monopole d'État. Au nom de quoi? Pourquoi pas la gabelle aussi? C'est médiéval, tout simplement.

N

«j'imagine que c'est une saine gestion puisque ce sont des tarrés qui ne méritent pas mieux.»

Si leur travail vaut plus, ils n'ont qu'à aller travailler ailleurs.

«Le fils de ce patron a un QI comparable à un animal de ferme, pourtant, il vient de reprendre le magasin car ce sont les gérants payés 15$/heure qui font tout le travail, alors que lui n'a même pas encore appris à écrire son nom...»

Même chose pour les gérants... Personnellement je n'accepterais pas de travailler pour un imbécile, surtout pour un mauvais salaire.

Mathieu

Le problème, c'est que tu ne peux pas aller chez un concurrent de la SAQ si tu juges que le choix des vins et le prix n'est pas raisonnable (car on te refile le coût des avantages et privilèges ainsi que ceux des dépassements de coûts et de l'inefficacité d'un monopole dans ta facture).

Un moindre mal, ça serait de mettre fin aux restrictions à l'importation de bouteilles d'alcool non autorisées par la SAQ. À la douane, tu es limité à deux bouteilles de vins pour un total de 1,5 litre de vin plus une de spiritueux. Pourquoi ne juste pas mettre 0 barrière?

Si je peux remplir une valise de chocolat ou de turrons espagnols, pourquoi ne puis-je avoir le droit d'amener plus de deux ou trois bouteilles ?

Le plus grand bien, ça serait le droit d'avoir, comme l'a mentionné Gilles, de la concurrence dans ce secteur.

Comme tout le monde, si on me donne le choix d'acheter la même télé qui vaut 1600$ dans le magasin d'État ou entre 700-1000$ chez un concurrent, je vais encourager le concurrent pour me garder plus de sous pour d'autres achats ou simplement pour payer mon loyer, mes assurances, ma nourriture.

Actuellement, dans les vins, tu as le choix d'aller dans le magasin d'État ou chez le détaillant qui lui est forcé d'acheter de la SAQ. Blanc bonnet, bonnet blanc pour le moment.

Mathieu NV

Le problème est que la SAQ est simplement un cartel pour l'alcool au Québec (et comme en Ontario, dans la plupart des provinces Canadiennes et dans plusieurs pays Scandinaves).

Ce cartel vient en fait de la période de la Prohibition. Vous savez aussi bien que moi que cela n'a pas fonctionné.

@Mathieu:

Les restrictions douanières sont à mon avis simplement une manière de donner plus de cash à l'état (et/ou aux magasins hors taxes et à leur lobby). Heureusement, bien que j'achète souvent à l'étranger certains produits soit par Internet ou en allant en voyage, les produits dont j'achète sur Internet ont une valeur douanière quasiment nulle.

@Pierre-Yves:

''Personnellement j'en ai également après le fait que la distribution des vins et spiritueux soit un monopole d'État. Au nom de quoi? Pourquoi pas la gabelle aussi? C'est médiéval, tout simplement.''

Habitant en Ontario comme vous, la LCBO/Beer Store a des lois sur l'alcool qui sont carrément équivalentes à ceux du Mississipi ou même de l'Utah. Pas moyen d'acheter même aussi une bière dans un supermarché ou dans un dépanneur.

Un caissier serviable

Si j'ai bien compris c'est que vous voulez économiser 2$ sur votre alcool pour vous payer une bébélle de plus parce que votre QI/volonté de travail sont supérieurs... Parce que c'est un peu le message qu'envoie votre idéologie. Moi, je le mérite! Les pauvres, qu'ils se tassent.

Si vous êtes tous si brillants et instruits (chose discutable après avoir lu les plus frustrés de ce forum), qu'est-ce qui vous empêche de tous devenir richissimes? Les 10% d'impôt de plus que la moyenne nationale?

Vous n'arrêtez pas de parler des monopoles et de la dette... mais vous ne citez jamais la Norvège qui a nationnalisé son pétrole, et garce à lui payé ses dettes et mis des milliards en banque pour les générations futures.

Vous ne parlez pas de Gazprom qui a permis à la Russie de payer d'avance et avec pénalitées ses dettes extérieures (celles de toutes les républiques de l'URSS)...

Vous ne parlez jamais non plus de la Chine, le pays dont toutes les richesses naturelles appartiennent à l'état... qui est aujourd'hui le plus grand créancier de la planète.

Pour vous ce sont de mauvais choix de société. Pourtant, quand en Alberta un McDo doit donner 1000$ de prime à la signature pour un flippeux de burgers parce que les 1 et 1/2 miteux sont rendus 1500$ par mois... c'est bien. Que cette même économie de chiotte de l'Alberta pousse à la hausse le dollar et que ca crée des pertes d'emplois chez vous, c'est aussi une bonne chose... pare que les riches propriétaitres d'actions des pétrolières en sont gagnants.

Non, vraiment, je ne vous suis pas...

Un caissier serviable

La quincaillerie dont vous parler pourrait donner les mêmes salaires et les mêmes avantages sociaux que la SAQ qu'on s'en fouterait éperdument. Ce contre quoi on en a, c'est qu'une société d'État (et un monopole de surcroit), la SAQ, offre des salaires, des augmentations de salaires, et avantages sociaux qui n'ont aucune mesure dans le privé et qui sont payés... par nous, les CONtribuables.


Ben si c'est le cas, arrêtez de vous en prendre au salaire des gens. Je travaille dans cette société d'état, et je vous dirais que les principales pertes ne sont pas dues au salaire, mais bien à la centralisation.

Je vous donne un exemple. La SAQ se fait pogner à pas recycler par une émission d'intérêt publique. Ca prend 2 ans à la SAQ pour mettre en place un systeme de recycalge. Ils nous ont envoyé deux poubelles avec des sacs, une écrit plastique et verre, l'autre écrit papier seulement. Le hic, c'est que c'est la compagnie chargée de la récupération des boites de carton qui sacre les deux poubelles et le carte dans le même camion... On se comprend bien, 2 ans, des milliers de dollars pour en venir à ca... C'est de la perte d'argent.

Égallement, l'impossibilté d'initiative... une succursale dans un quartier libanais qui veut faire une pub dans le journal local et disant " Plein de nouveaux vins Libanais" ne peut pas le faire... par contre elle a un budget pour s'acheter des guirlandes pour noel. C'est con.

La bureaucratie est pleine de conneries du genre, mais pourquoi toujours cibler l'employé?

Souhaitez vous réellement un société de pauvres employés et de riches patrons? C'ets pas déjà ca de tout facon?

Un caissier serviable

Si leur travail vaut plus, ils n'ont qu'à aller travailler ailleurs.

«Le fils de ce patron a un QI comparable à un animal de ferme, pourtant, il vient de reprendre le magasin car ce sont les gérants payés 15$/heure qui font tout le travail, alors que lui n'a même pas encore appris à écrire son nom...»

Même chose pour les gérants... Personnellement je n'accepterais pas de travailler pour un imbécile, surtout pour un mauvais salaire.


C'est de l'eugénisme? Les pauvres vont s'éliminer par eux-mêmes?

C'est faux, en réalité les pauvres se reproduisent beaucoup plus que les riches.

Haiti? Ghettos aux USA?

T'as donc un choix... toi, si brillant et riche libertaren, paies des impots pour enrichir la plèbe et ainsi voir le nombre de bébés débiles diminuer... ou au contraire, appauvrir la plèbe et les voir se multiplier comme des coquerelles... comme dans le tiers monde. C'est le modèle proposé: riches patrons vs peuple minable.

Vos théories sont aussi ridicules que celles de Marx... Marx au moins voullait du bien pour son genre.

Mathieu

La théorie marxiste tout comme le fascisme échouèrent d'ailleurs.

Dans ces modèles, l'État a graduellement pris toute la place et elle a fini par réprimer celles et ceux qui ne pensaient pas comme l'État (comme les politiciens au sommet).
Ça se fait d'ailleurs encore en Chine, ça risque de se produire aussi bientôt au Vénézuela qui sombre dans cette démence (allant jusqu'à faire comme le régime chinois: falsifier les données officielles sur la situation intérieure réelle).

On promettait un monde où tout le monde serait riche et vivrait dans la prospérité matérielle en suivant les injonctions des bonnes élites politiques biens-pensantes.

Mais le modèle public, où rarement les gens sont responsables de ce qu'ils font et où rarement ils ont intérêt à innover et à le rendre efficient, fut finalement l'outil d'appauvrissement général de la population.

Généralement car une poignée de privilégiés et de proches du pouvoir vivaient bien.

Au contraire, dans un système capitaliste réellement libéral, l'entrepreneur a intérêt à démocratiser produits et services qu'il offre puisqu'il veut se faire un profit et son plus gros marché, c'est toi, moi et la très grande majorité des lecteurs de ce blogue.

Les gens dans cette société qui ont de bons salaires, c'est clair, ce sont ceux qui vont vers des secteurs où il y a une forte demande. Donc, cette société incite la majorité à se spécialiser ou à entreprendre là où l'offre ne suffit pas à la demande.

Disons que nous fonctionnons présentement dans un modèle hybride ici:
Beaucoup de gens de certains secteurs gagnent très chers simplement parce que le gouvernement a donné à un regroupement professionnel le pouvoir de décider qui peut pratiquer cette profession et qui ne le peut pas.

Il y a aussi les monopoles publics où les salaires sont gonflés et où la facture de ces masses salariales est refilée aux citoyens-consommateurs, qui n'ont eux pas le choix de pouvoir aller ailleurs.

Tu n'es pas satisfait des services de la société publique (électricité, eau, routes, alcools, loteries, police, )?
On s'en câlisse... Tu ne peux nous menacer d'aller chez un concurrent, on a fait des lois qui t'en empêchent ou bien on a tout nationalisé/municipalisé.
Donc, tu attends, tu te plains mais tu es forcé de passer par nous.

C'est un peu pourquoi je continue à croire qu'une société libre est encore bien mieux qu'une société marxiste ou même hybride. Liberté de choix mais respect de la propriété privée et de ce qui t'appartient.

Mon salaire ne t'appartient pas. Je l'ai gagné légitimement en tirant profit de mon savoir et de mes efforts dans un univers où chacun est libre de faire ce qu'il veut et cela inclut les métiers.

Mathieu NV

@Mathieu:

Vous savez les marxistes ne réalisent pas une chose qui est qu'ils sont pour certaines libertés dans leur discours personnel, mais ne réalisent pas que l'imposition d'un état comme ils se l'imaginent résulte automatiquement à un état totalitaire où ceux qui ne cadrent pas sont simplement mis de côté (au moins pire). Comme le fasciste d'ailleurs!

Malheureusement une société parfaite n'existera jamais. J'aime autant vivre dans une société libérale où que quelqu'un qui se donne les moyens de réussir peut réussir alors que l'ascension sociale est nulle dans un régime totalitaire à part si tu es proche du parti. Je mets au défi n'importe quel personne qui se considère comme marxiste à aller vivre 6 mois à Cuba, en Corée du Nord ou au Viêtnam.

Soit dit, en passant, dans une société qui se dit aussi libertine que le Québec, pourquoi est-ce que l'alcool se doit d'être règlementée de manière très sévère et contrôlée par le gouvernement?

Mathieu

«Vos théories sont aussi ridicules que celles de Marx... Marx au moins voullait du bien pour son genre.»

En fait, quels idées politiques sont justifiées par le mal qu'elles peuvent faire aux gens?

Quel idéologue irait dire qu'il souhaite le mal pour sa société?

Dites-moi quel libertarien, libéral, marxiste, socialiste, nationaliste, écologiste [, etc.] affirme que le monde qu'il souhaite n'est pas pour atteindre un plus grand bonheur pour chacun de nous?

Donc, en quoi vouloir un monde plus libre ou totalement libre de tout autoritarisme et de tout arbitraire est-il mal?

À l'inverse, pourquoi le marxisme ou l'autoritarisme par et pour un groupe (les ouvriers prolétaires) est-il une meilleure solution pour l'ensemble d'une société?

On vous a probablement formé à croire qu'il n'y a qu'une façon de faire de bonnes choses, en confiant tous vos droits et le pouvoir à une poignée d'illuminés.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook