« Anniversaire de la Banque du Canada: 75 years of funny money | Accueil | Séminaire libertarien à Vancouver »

12 mars 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Sébas

@ Martin:

"Comment les abolir [les partis politiques] sans brimer la liberté d'association?"

C'est comme pour le corporatisme des syndicats: sans abolir les partis/syndicats (pour justement ne pas brimer la liberté d'association), nous pourrions introduire le vote secret ?

Derteilzeitberliner.wordpress.com

Voici que j'ai le temps de vous raconter ce que je voulais vous parler l'autre jour sur le sujet principal de ce billet.

Un endroit où les libertariens ont joué un rôle de premier plan dans la libéralisation des ondes: l'Islande.

En 1930, l'Islande se dote d'une station de radio selon le modèle danois: monopole étatique financé par une licence, administration plus ou moins près de l'État mais directement tirée du corporatisme en place au nom de la "représentativité de la société civile".

La télévision arrive en 1966 après des années de controverses concernant l'écoute de la "télévision des 'ricains" qui arrose le sud-ouest du pays depuis la base militaire de Keflavik.

En 1983, une deuxième station de radio arrive. Janis Joplin n'a plus à partager l'antenne avec Mozart. Mais le monopole n'est toujours pas remis en question.

1 octobre 1984. À l'heure du midi, les employés du secteur public islandais sortent en grève (légale). Pour la deuxième fois depuis 1977, les Islandais perdent leur radio et leur télévision.

Le lendemain, en début de soirée, des voix se font entendre à quelque part sur la bande FM à Reykjavik. Fréttaútvarpið vient d'être lancée par Hannes Hólmsteinn Gissurarson et Kjartan Gunnarsson, deux libertariens très connus en Islande (et encore actifs comme tels). L'espace de quelques heures, on monte une programmation avec des nouvelles et de la musique, avec des journalistes, des étudiants, des volontaires de toute sorte y compris des grévistes de la radio d'État! La pub fait même son apparition sur la station libre. Notons aussi le soutien matériel et éditorial du quotidien DV.

Le gouvernement Steingrímur Hermannsson, de centre-droit, n'a manifestement pas aimé l'initiative et l'expérience se termine par une descente de police le 10 octobre. Ceci dit, la radio libre ayant eu comme supporters des membres du Parti de l'Indépendance, membre du gouvernement, c'est ce même gouvernement qui abolira le monopole d'État dans l'année qui suit.

En fait, la nouvelle loi de 1985 est possiblement parmi une des plus libérales du monde. Elle n'impose qu'une chose: que le contenu produit en Islande soit en islandais. Pour le reste, aucune contrainte. C'est pour cela que les stations de radio privées en Islande ouvrent et ferment comme si c'était des simples "cabanes à patates".

B. Vallée

à Sébas

Désolé d'avoir réagi aussi violemment à votre citation de l'écrivain Hanns Johst. Mon aversion pour le nazisme n'a d'égale que mon aversion pour le stalinisme.

Par ailleurs, vous me semblez être, comme ils disaient dans l'ancien temps, un « honnête homme ». Donc, toutes mes excuses pour cette montée de lait...

Sébas

@ B. Vallée :

Ah!

Je m'excuse, j'avoue que mon choix de "personnage" -pour faire ma blague- était plus que douteux. J'avoue également que je n'avais même pas "googlé" son nom...

*Sébas s'en va tout repentant*
;-)

Sébas

@ Derteilzeitberliner:

Très intéressant ce texte sur les radios en Islande...

"En fait, la nouvelle loi de 1985 est possiblement parmi une des plus libérales du monde. Elle n'impose qu'une chose: que le contenu produit en Islande soit en islandais."

Wow, je crois que même la plupart de nos nationalistes étatistes, accepteraient ce genre de loi...

Quoi? J'ai quand même encore le droit de rêver... non ?
;-)

Et qu'est-ce qu'attendent les Conservateurs pour appliquer ce "traitement de choc libertarien" au CRTC ?

Martin

Sebas, le PCC en 2004 proposait de limiter le CRTC à uniquement gérer le contenant et non le contenu (attribuer des licences).

Malheureusement, minoritaire il ne peut rien faire...

Sébas

@ Martin:

Merci, je ne savais pas ça.

Il n'y aurait pas quelques députés du parti Libéral, du NPD ou même du Bloc pour voter dans le sens du PCC ?

Ah c'est vrai 'j'oubliais'; il y a la foutue 'ligne de parti'... qui est vraiment -comme vous dites- un état dans un état... ou encore: une "mini dictature", déguisée en démocratie représentative...

qu

@ Martin, Mathieu NV et Pierre-Yves:

J'ai écouté un clip hier... et "je vous jure sur la tête de mon lit", que je n'avais pas écouté (ou lu) Zemmour (ou un autre) parler de ça:

http://ma-tvideo.france3.fr/video/iLyROoafvQ8u.html

Je suis arrivé à peu près aux mêmes conclusions que Zemmour, à partir de mes lectures/réflexions...
;-)

Sébas

Le dernier message est de Sébas...

En passant, que pensez-vous de ça:

"Les vendeurs du rêve"
http://louisprefontaine.com/2010/03/19/vendeurs-du-reve

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook