« Un moratoire sur les moratoires | Accueil | Le fil de discussion libre de juillet »

07 juin 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Steven

Bon article Gilles

J'ai vu cette nouvelle hier. Encore du gaspillage pour supposément lutter contre la pauvreté quand tout ce que l'on fait est accroître la dépendance envers l'État d'un segment de la population de plus en plus gros (2,7 millions!!!). Ces pauvres (au sens littéral et figuré) seront à la merci de l'État. À chaque fois que l'on rend la situation d'un pauvre plus confortable, on réduit les chances qu'il se sorte de la pauvreté. La majorité de la population réalise que ces programmes et injections de fonds bidons ne vont aucunement régler le problème de la pauvreté et même l'accroître. De plus, ça fait en sorte que la population travaillante tiendra plus rancune envers les pauvres. L'intervention de l'État ne fait qu'accroître les tensions sociales, religieuses, ethniques, etc donnant des avantages aux uns au détriment des autres.

Pierre-Yves

Chaque dollar distribué par l'État a coûté $1.50 à quelqu'un, quelque part. Et ce n'est même pas une boutade.

Mathieu NV

Sans exagérer, n'est-ce pas le but du gouvernement que nous serons tous un jour pauvres égal?

''Chaque dollar distribué par l'État a coûté $1.50 à quelqu'un, quelque part. Et ce n'est même pas une boutade.''

Vous avez parfaitement raison là-dessus. Or, au lieu de trouver des réels moyens pour que les gens plus défavorisés soient en meilleur état (et cela ne pas nécessairement par l'état), l'état désire que la pauvreté devienne un truc qui sert à avoir une armée de fonctionnaires pour trouver des solutions qui servent souvent à garder le système étatique en place en jouant avec l'argent des autres.

Libre Entreprise

Il me semble que ça fait des millénaires que l'humanité lutte contre la pauvreté. Il me semble que la révolution tranquille avec ses programmes sociaux mur à mur étaient justement pour lutter contre la pauvreté.

Avec l'assurance parentale, l'assurance médicaments, les garderies gratuites, l'école gratuite, la santé gratuite, la régie des rentes, la caisse de dépôt etc.

Comment se fait-il donc que le Québec est de plus en plus pauvre à mesure qu'on lutte de plus en plus contre la pauvreté ?

Se pourrait-il qu'en luttant contre la pauvreté, on étouffe la création de la richesse ?

Se pourrait-il que la création de la richesse soit la meilleure façon de lutter contre la pauvreté ?

Dans ce cas, la meilleure façon de lutter contre la pauvreté est de rétablir le libre marché capitaliste et de respecter pleinement le droit à la propriété privée.

Il n'y a pas de liberté économique au Québec, comment voulez-vous créer de la richesse ?

Libre Entreprise

Je crois que la seule raison pour laquelle ils veulent enrayer cette pauvreté c'est qu'elle fait mal paraître le modèle Québécois et tourne en dérision nos programmes sociaux sensés apporter la prospérité pour tous.

À voir toute cette pauvreté, force est d'admettre que le socialisme et la redistribution n'ont pas fonctionné. Plutôt que d'admettre cela, ils diront vouloir lutter contre la pauvreté afin de ne pas mal paraître devant l'échec de notre socialisme.

GBS

Moi ce qui me fait le plus rire c'est de regarder des groupes de robineux comme par exemple la bande de bouffons du frapru ou encore de québec solidaire chialer que cela n'est pas encore assez....... :)

Et puis quoi encore!!!!!!!

Johny pourrait leur donner sa chemise et cela ne serait pas encore assez! Ils viendraient quand même salir les pelouses de Westmount dans le temps des barbecue....

Lavigueur avec je ne sais trop combien de millions gagnés à la loto est quand même retourné sur le bs après quoi trois ans... Et cela n'est qu'un exemple connu parmi plusieurs... (les gens avisés n'achètent pas énormément de billet de loterie.... :)

Et comme grand champion de l'acharnement sur des causes perdues notre gouvernements ne lâche pas prise... :)

Libre Entreprise

@GBS,

Avez-vous remarqué que ces groupes de robineux ont des chapeaux, pancartes et accoutrements très sophistiqués et très complexes.

Comme quoi ils ont amplement le temps et les moyens de se faire des déguisements et mascottes. Ils ont pas mal de talent.

Comment se fait-il qu'ils ont le temps de se faire de telles confections mais qu'ils n'ont pas le temps de se trouver un travail ?

Christopher Belanger

J'aime bien le terme électeurs-bénéficiaires.

Kevin

Ouais mais vous ne savez pas que la lutte contre la pauvreté est aussi une lutte contre la criminalité? Que la pauvreté crée de la criminalité!?

Tous me monde sais que les vendeurs de drogue sont des mères monoparentales et que les braqueurs de banque sont des personnes âgées inaptes au travail!

Tym Machine

Avec un combat PQ-PLQ qui se dessine pour 2013, je m'attends davantage à ce que la réduction de la taille de l'état fasse davantage figure de slogan marketing poche que de réalité concrète.

Attendons-nous à ce que la pluie de million en 'subvention au maintien dans la pauvreté' continue également et n'aille qu'en s'ampliant.

Au stade où nous en sommes, il ne nous reste plus qu'à militer pour la politique du pire afin que le système s'écroule plus rapidement.

Jeff Plante

Dans un gouvernement plantiste Gilles Guenette est le ministre de la solidarité sociale :-)

"I am for doing good to the poor, but...I think the best way of doing good to the poor, is not making them easy in poverty, but leading or driving them out of it. I observed...that the more public provisions were made for the poor, the less they provided for themselves, and of course became poorer. And, on the contrary, the less was done for them, the more they did for themselves, and became richer. "

Benjamin Franklin

Mathieu NV

''Avec un combat PQ-PLQ qui se dessine pour 2013, je m'attends davantage à ce que la réduction de la taille de l'état fasse davantage figure de slogan marketing poche que de réalité concrète.

Attendons-nous à ce que la pluie de million en 'subvention au maintien dans la pauvreté' continue également et n'aille qu'en s'ampliant.

Au stade où nous en sommes, il ne nous reste plus qu'à militer pour la politique du pire afin que le système s'écroule plus rapidement.''

J'ai hâte de voir ces deux partis amorphes au travail. Or, peut-être que tous les péquistes de salon vont être contents du changement, mais j'ai l'impression que rien ne sera nouveau en 2013, à moins que le système plante d'ici là!

Le plus pire du bipartisme, quoi! Deux partis fort en étatisation, en copinage avec la clique et les parasites et en pétage de bretelles.

Frankyb

J'aimerais bien que le gouvernement nous explique sa définition de la pauvreté au Québec du 21e siècle.

Est-ce que les pauvres sont incapables de se nourrir? Je ne vois pas de gens crever de faim dans les rues. Est-ce être incapable de se loger? Il y'a toujours au moins une dizaine de familles dans la rue à chaque 1er juillet, mais généralement au bout de quelques semaines, on leur trouve un appartement. Oh! Risquer de mourir d'une maladie grave à tout moment à cause de l'innacessibilité à des soins adéquats? Non, tout le monde a accès à des soins de santé sans frais (ou presque). Pas d'accès à l'éducation? Nope, l'éducation de base est gratuite et il y'a plein de programmes de formation subventionnés, qui offre même un salaire durant la formation! Ah je le sais! Pas capable de nourrir et de subvenir aux besoins de ses enfants! Non, nonnon, ça aussi c'est correct. Être incapable de se divertir? Non y'a plein de festivals gratuits partout.

... Est-ce que c'est juste moi, mais, il me semble que je préfèrerais être un pauvre aujourd'hui plutôt que d'être un riche il y'a 50 ans de cela?


Quand je travaillais au service à la clientèle d'une banque, un client qui recevait du BS m'a appellé pour se plaindre que son compte était gelé et que cela l'empêchait de s'acheter un nouveau jeu vidéo....

C'est ça être pauvre au Québec au 21e siècle: pas pouvoir s'acheter le jeu vidéo le plus récent.

Sébas

L'état-providence (ou socialiste ou communiste ou socioconstructiviste), donne toujours la même chose: plus de pauvreté, plus d'irresponsabilité, plus de déchéance sociale, ETC ET ETC. Plus de «tout» ce que les individus qui visent la vertu (et le véritable bien de tous), ne veulent pas voir ( ou entériner), ... et donc, qui ne veulent pas payer pour ce genre de folies. Mais nous passons pour des égoistes, alors que nous sommes vraiment les seuls à voir ce qui s'en vient: LA «FAILITTE» COMPLETE DE LA RESPONSABILITÉ INDIVIDUELLE ET DE NOTRE ÉTAT.

Matriarcat:

Nous sommes dans un systême où l'état représente la mère-poule tout-puissante, pleine d'amour et de douceur. Un systême qui considère les individus comme ses enfants... et c'est exactement ce que nous sommes tous en train de devenir: des individus qui agissent et pensent de plus en plus comme des enfants-rois... irresponsables et dépendants de «maman»...

Dans un patriarcat: c'est la «dureté» (apparente) du papa qui rend les enfants jusqu'à maturité.

Est-ce que j'exagère? Selon beaucoup de grands coeurs remplis d'amour et de bonnes intentions, OUI. Mais nous le serons TOUS bientôt, si nous nous trompons...

En tout cas, il faut juger l'arbre à ses fruits, et les fruits des interventions de l'état-providence, sont -à terme- tous pourris, sans exception !

***

@ Jeff Plante:

Content de vous lire et j'aime beaucoup votre citation de Benjamin Franklin.

TOUT EST LÀ !

Louis L

Quel honneur d'avoir Jeff Plante qui converse avec nous sur cette page du blogue. Désolé de ne pas avoir signé ta candidature, si j'avais su attend que tu te présentais je l'aurai fait mais je dois avouer que je ne suivais plus vraiment les histoires de l'adq après la déception de 2008 qui m'a fait rester chez moi lors de l'élection provinciale...

Ancien abonné de radio XTRM je dois dire que tu m'a fait passer du bon temps, s'il y avait eu la possibilité de sélectionner les extraits les plus intéressants pour passer par dessus les longueurs comme sur radio pirate, je serais toujours abonné.

Je préfère les gens qui citent les pères fondateurs de l'amérique par rapport à christianne charette qui va citer Roy Dupuis dans son entrevue avec Maxime Bernier..... :)
http://www.radio-canada.ca/emissions/christiane_charette/2009-2010/archives.asp?date=2010-05-28

Donc quelles sont les nouvelles, va ton avoir une raison d'aller voter en 2012-2013?

Quelles sont les nouvelles de ton voyage aux États-Unis ou j'ai entendu dire que tu étais allé observer les réunions de Tea Party?

Renee Houde

J'aimerais savoir combien de pauvres il y a dans les autres provinces et quel montant de leur budget est attribué pour ce segment de la société. Comme cela nous pourrions voir si nous exagerons ou non.

Sébas

Voici selon mon, LA vraie question philosophique qu'il faut se poser :

Est-ce qu'un état mère-poule (qui dépense et agit UNIQUEMENT avec son coeur et ses bonnes intentions, i.e. sans réfléchir avec sa logique et qui donc, nous conduira TOUS à la faillite), peut rendre les individus plus responsables, plus travaillants, plus «n'importe quoi» ?


Libre Entreprise

@Kevin,

"Que la pauvreté crée de la criminalité!?"

Qu'est-ce que vous appelez la criminalité ?
Si c'est vendre de la drogue ou des cigarettes ou toute forme de contrebande, je ne vois pas ce qu'il y a de criminel là dedans puisqu'il n'y a pas de victimes.

De plus, ce n'est pas la pauvreté qui crée la criminalité, c'est la criminalité qui crée la criminalité.

Dans un libre marché capitaliste qui respecte la propriété privée, les opportunités d'emplois et d'affaires ne manquent pas. Alors la pauvreté est une opportunité de se retrousser les manches et se tirer d'affaires.

Si la pauvreté mène au crime au Québec c'est pour deux raisons fort simples

1) Les taxes, impôts et règlements anti-marché tuent l'économie et donc il y a beaucoup moins d'opportunité d'emplois ou d'affaires et il y a beaucoup trop de barrières à l'emploi et à l'entreprise.

2) Les lois qui criminalisent les comportements sans victimes. Créent pleins de faux criminels. Bon nombre de vos "pauvres criminels" ne sont pas à mes yeux des criminels.

Les vrais criminels sont ceux qui nous taxent, nous imposent et nous enlèvent nos libertés, voilà pourquoi en retour il y a tant de pauvres et de "criminels" au Québec.

La pauvreté c'est la condition par défaut de tout être viant sur terre et ce n'est pas la pauvreté qui a empêché les hommes des cavernes de labourer la terre et d'inventer l'agriculture et de s'en sortir.

À cette époque, il n'y avait pas de gouvernement pour empêcher la création de richesse comme à notre époque, le concept même de pauvreté n'existait pas.

Les gens dans le besoin partaient à la chasse, à la cueillette ou à l'agriculture et ils finissaient par manger à leur faim, s'habiller, se loger et élever leurs familles.

C'est vraiment le gouvernement qui a institutionnalisé et perpétué la pauvreté dans nos civilisations.

Sans le gouvernement dans le chemin du libre marché capitaliste, un pauvre pourrait tout de suite se trouver un emploi, épargner, suivre des cours du soir et avec les années améliorer son sort etc.

Le gouvernement empêche les gens d'améliorer leur sort, ÇA C'EST CRIMINEL !

Libre Entreprise

@Sébas,

Un état qui emploie systématiquement la force et la violence et la menace de violence pour arriver à ses fins ne peut pas prétendre avoir de "bonnes" intentions.

Dès que la violence est utilisée, on voit tout de suite que les intentions sont mauvaises et que l'état ne pense qu'à son pouvoir.

Ton état "mère-poule" n'a aucune bonnes intentions, tout ce qu'elle veut c'est dominer la basse-cour et avoir le dessus sur les autres poules, coqs et poussins.

Je ne vois aucune bonne intention.

Libre Entreprise

@Jeff Plante,

La solidarité est une pulsion individuelle qui vient du bas et monte vers le haut et qui est en tout temps souverain et libre de retirer sa participation.

Un véritable mouvement solidaire ne peut donc pas avoir de "ministre" qui la dirige. Car dès qu'apparaît le commandement de cette solidarité, le caractère volontariste de celle-ci disparaît et la solidarité meurt.

Des gens qui touchent leur plein salaire seraient plus portés à donner à des oeuvres de charité ou à s'impliquer en tant que bénévole et seraient plus aptes à aider les gens démunis.

Il n'y aurait pas de structures bureaucratiques ni abstraites pour venir embrouiller les choses.

Le geste le plus solidaire qu'un individu peut faire dans notre société est de se lever le matin et d'aller travailler et ne pas être un parasite ni un boulet pour la société. Rien que ça c'est satisfaisant à mon avis.

Avez-vous remarqué que ce sont justement les parasites qui demandent plus de solidarité ?

Jamais il ne leur vient à l'esprit qu'ils pourraient eux-mêmes faire preuve de "solidarité" en se prenant en main et en ne devenant pas un fardeau pour les autres.

Pierre-Yves

@Libre Entreprise:

"Le geste le plus solidaire qu'un individu peut faire dans notre société est de se lever le matin et d'aller travailler et ne pas être un parasite ni un boulet pour la société. Rien que ça c'est satisfaisant à mon avis."

Et suffisant. Bravo.

David Gendron

"Le geste le plus solidaire qu'un individu peut faire dans notre société est de se lever le matin et d'aller travailler et ne pas être un parasite ni un boulet pour la société. Rien que ça c'est satisfaisant à mon avis."

Voilà qui est très réducteur! Bon, d'accord, il ne peut pas y avoir de solidarité forcée mais il est difficile de plaider cette mesure sous prétexte d'une saine gestion étatique, quand on regarde les nombreux privilèges accordés à des BS corporatistes et quand on constate les dépenses inconsidérées dans le dossier de l'insécurité lors du G8-G20, l'invasion terroriste de l'Afghanistan, le nouveau Câlissée de Québec, le stade de foot à Montréal et les fameux tramways...

David Gendron

Suffisant? Vous n'êtes pas sérieux, Pierre-Yves?

David Gendron

"Comment se fait-il donc que le Québec est de plus en plus pauvre à mesure qu'on lutte de plus en plus contre la pauvreté ?"

De plus en plus pauvre, faut pas charrier. Peut-être pas aussi riche qu'il ne devrait, oui!

Pierre-Yves

@David Gendron:

"Suffisant? Vous n'êtes pas sérieux, Pierre-Yves?"

Comme un pape: je bosse, je paie des impôts en t..., et je veux qu'on me fiche la paix. Moi aussi j'ai mes bonnes causes, et ce ne sont généralement pas celles des ronds-de-cuirs des gouvernements et de leurs tinamis bien pensants.

J'aimerais qu'un État essentiellement immoral, puisqu'il ne doit son existence qu'à la spoliation d'honnête gens, cesse de venir me faire la morale avec mes sous.

Et en ce qui concerne votre argument sur le BS corporatif, c'est un sophisme grossier bien entendu: qui ici a prétendu qu'il était en faveur du BS corporatif? Two wrongs don't make a right.

GBS

Une idée qui vient de me passer par la tête...

Mettons que l'on dit OK, le collectif pour un quobec sans pauvreté a le pouvoir...

Mettons qu'ils mettent le bs à 1500$ par mois :)
Quel sera l'impact d'après vous... Les salaires vont devoir monter pour que quelqu'un veuille travailler aux caisse d'une épicerie, il faudra au moins 20$ de l'heure pour que cela vaille la peine, même chose pour les commerces au détails et la restauration... Des jobs faciles. Maintenant pour travailler dans un entrepôt, dans des jobs de vente plus chiantes, des jobs de nuis, etc, il faudra 25$ de l'heure sinon autant être caissiers. Pour des jobs spécialisés qui demandent un cours technique, il faudra au moins 32$ de l'heure sinon autant être caissier ou commis d'entrepôt, pas la peine de faire d'études... Maintenant imaginez pour des jobs profesionnelles: actuaires, comptables, ingénieur, médecin, dentiste... Oubliez cela...

Donc au bout du compte dans le best case scenario tout ce que cela a fait c'est de l'inflation puisque les prix ont monté puisqu'un tout les industrie voient leur coût de revient augmenter. Donc entre la pinte de lait à 4$ avec le bs à 500 et la pinte de lait à 12$ avec le bs à 1500 il n'y a pas vraiment de différence...

Worst case scenario: Le collectiviste pour un quobec sans pauvreté a mis des lois pour que les salaires et les prix ne montent pas... Donc tout le monde s'est mis sur le bs et la civilisation a disparu, plus d'épicerie, plus rien chacun doit chasser pour survivre...

Non mais c'est la pareil pour le salaire minimum... Si cela passe à 15$ de l'heure, les épicerie vont monter les prix, métiers qui sont difficiles et-ou demandent de la formation vont manquer de main d'oeuvre, monter les salaires et refiler leur coûts aux consommateurs...

David Gendron

@Pierre-Yves

"Comme un pape: je bosse, je paie des impôts en t..., et je veux qu'on me fiche la paix. Moi aussi j'ai mes bonnes causes, et ce ne sont généralement pas celles des ronds-de-cuirs des gouvernements et de leurs tinamis bien pensants."

D'accord, vous me rassurez en admettant que vous faites autre chose, ça me va! Mais en passant, tous n'ont pas la capacité de "bosser" comme vous le faites.

"Et en ce qui concerne votre argument sur le BS corporatif, c'est un sophisme grossier bien entendu: qui ici a prétendu qu'il était en faveur du BS corporatif? Two wrongs don't make a right."

Je visais la plupart de ceux qui critiquent ce genre de mesure, pas les libertariens personnellement. De plus, je réponds aussi au sophisme des retombées économiques.

Pierre-Yves

@David Gendron

"tous n'ont pas la capacité de "bosser" comme vous le faites."

À de rares exceptions, si. Et de toutes façons, incapacité à bosser n'égale pas droit à spolier, ni à ch... sur la tête de ceux qui financent le système qui vous fait vivre.

Parlant de BS corporatif, je m'étonne du silence à peu près complet des média québécois sur l'abolition des contraintes à la propriété étrangère des compagnies de télécom que le ministre fédéral Clement se propose de mettre sur le tapis incessamment. Inutile de dire qu'on entend des stupidités grosses comme des câbles à bateau sur le sujet au CRTC.

Ça n'intéresse personne au Québec? Pourtant, voila une occasion en or de montrer que le libéralisme, le vrai, c'est pas juste des mots en l'air.

David Gendron

"À de rares exceptions, si."

Plus fréquent que vous croyez.

"Et de toutes façons, incapacité à bosser n'égale pas droit à spolier, ni à ch... sur la tête de ceux qui financent le système qui vous fait vivre."

Oui en effet, mais je ne crois qu'il s'agit de ça, même si leur idéologisme de gau-gauche étatiste est profondément idiot.


"Parlant de BS corporatif, je m'étonne du silence à peu près complet des média québécois sur l'abolition des contraintes à la propriété étrangère des compagnies de télécom que le ministre fédéral Clement se propose de mettre sur le tapis incessamment. Inutile de dire qu'on entend des stupidités grosses comme des câbles à bateau sur le sujet au CRTC.

Ça n'intéresse personne au Québec? Pourtant, voila une occasion en or de montrer que le libéralisme, le vrai, c'est pas juste des mots en l'air."

Aucun problème avec cette mesure! On pourrait aussi parler de l'abolition de cet organisme de censure qu'est le CRTC.

Mathieu NV

Le CRTC est uniquement un instrument à l'époque où l'état croyant contrôler les médias et cela avant l'Internet, les médias sociaux et le téléphone cellulaire. J'ai aussi de la hargne pour ceux qui veulent aussi mettre un CRTC Québécois en changeant quatre 25 sous pour un dollar car il sont aussi liberticides que ceux qui ont fondés ce CRTC.

Bastiat79

@ David

"Le geste le plus solidaire qu'un individu peut faire dans notre société est de se lever le matin et d'aller travailler"

Peut-être Hayek peut t'éclairer sur le sens du propos. http://www.youtube.com/watch?v=2HhsWHfGRIA

Pierre Desrochers

“Insanity: doing the same thing over and over again expecting a different result.”

- Albert Einstein

Libre Entreprise

@David Gendron,

"sous prétexte d'une saine gestion étatique"

Quand je parlais de se lever et d'aller travailler, je parlais de gestion individuelle, je n'ai jamais fait référence à l'étatisme dans mes propos.

Voilà pourquoi vous avez de la misère à trouve le rapport entre mes propos et l'état, c'est qu'il n'y en a pas de rapport.

La vie existe en dehors de l'état vous savez. Il y a ce qu'on appelle les individus et ils sont capables de se gérer eux-mêmes.

Libre Entreprise

@MathieuNV,

"J'ai aussi de la hargne pour ceux qui veulent aussi mettre un CRTC Québécois en changeant quatre 25 sous pour un dollar car il sont aussi liberticides que ceux qui ont fondés ce CRTC."

En fait, il changent alors quatre 25 sous pour deux dollars car on va se ramasser avec un CRTC Canadien et un CRTC Québécois, LOL !!

David Gendron

@Bastiat79

Voilà la réponse la plus intelligente que j'ai lu dans ce débat. Au delà des différends concernant la propriété et le profit, je vais clarifier un truc: je n'ai jamais dit que l'État était une source de solidarité. Ça fait longtemps que je sais que l'État et les autres hiérarchies sont des destructeurs de solidarité. J'ai seulement précisé que la condition strictement prolétaire peut être une source réelle de solidarité, mais qu'elle n'est pas suffisante à elle seule.

En effet, certains arguments présentés par Hayek dans ce vidéo (merci pour le lien, au fait) sont intéressants pour déconstruire la soi-disant solidarité étatique, même si je ne suis pas d'accord avec tout.

Pierre-Yves

@David Gendron:

"J'ai seulement précisé que la condition strictement prolétaire peut être une source réelle de solidarité."

Sauf que vous n'avez jamais défini - selon une épistémologie qui se tienne - ce qu'est la condition prolétaire. Le concept de 'classe' est extrêmement flou. Cela semble une spécialité des intellectuels marxistes que d'échafauder d'audacieuses théories sur des sophismes aussi ténus.

À la différence de l'Inde historique, ou la caste d'un individu lui collait à la peau toute sa vie, on peut et depuis longtemps naître prolétaire et devenir capitaliste à force de travail, d'inventivité, et de chance qui finit toujours par se manifester lorsqu'on est organisé pour en tirer profit; et réciproquement, un capitaliste qui ne gère pas intelligemment son capital finira par redevenir prolétaire.

Cette division de la société en groupe arbitrairement statiques, en possédants et non-possédants, est donc artificielle et transitoire. Et par conséquent, je ne vois pas en quoi elle pourrait être source de quelque réelle "solidarité" que ce soit, on ne parle ici que d'opportunisme.

Cette pseudo-solidarité n'est en fait qu'un replâtrage de la vieille grille socialiste usée jusqu'à la corde ou le prolétaire, au lieu de rechercher l'amélioration de son propre sort, doit plutôt sacrifier son bien-être futur à celui du groupe, de la soi-disant classe dont il fait partie; une classe dont les leaders n'ont souvent rien à envier aux rustauds aux gros bras qui s'appuyaient sur le droit divin pour envoyer leurs serfs à l'abattoir.

Mathieu NV

Dans ces supposés ''prolétaires'', il doit y avoir certains qui ont plus de responsabilités de d'autres, donc plus de droits et de privilèges pour ces gens.

Je résume ainsi l'application pratique du communisme qu'ont fait les états et du pourquoi que le communisme ne pourra jamais fonctionner dans un stade pratique, surtout que le supposé stade final d'un état égalitaire est carrément une utopie basé sur celui qu'il faut d'abord (et pour une durée illimitée) avoir un état totalitaire pour brainwasher et contrôler la population et la purger de ces mauvais éléments qui sont considérés comme ''contre-révolutionnaires''.

''Cette division de la société en groupe arbitrairement statiques, en possédants et non-possédants, est donc artificielle et transitoire.''

Le jeu de marxistes est simple en soi, utiliser un paradigme tellement simpliste en soi qu'il va avoir des gens pourtant intelligents qui vont finir par y croire.

David Gendron

Ok, afin d'éviter la dérive vers une critique du communisme étatiste, j'aurais dû écrire "travailleurs" au lieu de "prolétaires".

David Gendron

"À la différence de l'Inde historique, ou la caste d'un individu lui collait à la peau toute sa vie, on peut et depuis longtemps naître prolétaire et devenir capitaliste à force de travail, d'inventivité, et de chance qui finit toujours par se manifester lorsqu'on est organisé pour en tirer profit; et réciproquement, un capitaliste qui ne gère pas intelligemment son capital finira par redevenir prolétaire.

Cette division de la société en groupe arbitrairement statiques, en possédants et non-possédants, est donc artificielle et transitoire. Et par conséquent, je ne vois pas en quoi elle pourrait être source de quelque réelle "solidarité" que ce soit, on ne parle ici que d'opportunisme.

Cette pseudo-solidarité n'est en fait qu'un replâtrage de la vieille grille socialiste usée jusqu'à la corde ou le prolétaire, au lieu de rechercher l'amélioration de son propre sort, doit plutôt sacrifier son bien-être futur à celui du groupe, de la soi-disant classe dont il fait partie; une classe dont les leaders n'ont souvent rien à envier aux rustauds aux gros bras qui s'appuyaient sur le droit divin pour envoyer leurs serfs à l'abattoir."

Pierre-Yves, vous décrivez ce qui se passerait dans un régime libertarien, pas ce qui se passe dans la société actuelle.

David Gendron

"Cette division de la société en groupe arbitrairement statiques, en possédants et non-possédants, est donc artificielle et transitoire."

Elle serait transitoire dans un libre-marché, pas actuellement!

Francois Richard

À la vitesse où vont les choses, dans un avenir pas lointain, tous seront enfin égaux; pauvres. La classe moyenne dont je fais de moins en moins parti, s'appauvrit à une vitesse d'enfer et pourtant même si nos poches cambriolées se vident pour voir distribuer son contenue, le nombre de démunis ne baisse pas. N'est-ce pas la preuve que l'idéologie socialiste communiste québécoise ne fonctionne pas? Hello!! Wake-up... Comme pour un toxicomane, malheureusement le changement arrive trop souvent après avoir atteind le fond du baril, sur cette voie, le Québec va s'y rendre aussi. Il ne restera juste qu'à souhaiter que ça sera le début du changement.

Bastiat79

@ David

"Au delà des différends concernant la propriété et le profit"

Au-delà des questions sémantiques, je ne pense pas que vous ayez de grands différends.

Admettons que j'aie une journée de libre. Je peux:
1) Relaxer
2) Aider un ami contre une tape dans le dos
3) Aider un ami contre trois tapes dans le dos
4) Aider un inconnu contre $100
5) Aider un inconnu contre $300

Je pense que le point de Hayek, c'est que sur une échelle de "solidarité" on peut dire 3>2>1 et 5>4>1, mais il n'y a aucune base valide pour dire 3>5 ou 2>4. Ainsi le profit (entrepreneurial) est une mesure de "solidarité". Cela n'empêche pas d'aider ses amis, mais il faut savoir combien de dollars vaut une tape dans le dos avant de dire que l'un est plus solidaire que l'autre. Après tout, ce ne sont que deux monnaies.

David Gendron

Oui, en effet, les différends ne me semblent si majeurs. Du point de vue de l'aidant, il me semble que 2>3>1 et 4>5>1, mais du point de vue de l'aidé, on a 3>2>1 et 5>4>1, mais bon...

Un jour, je tenterai de différencier dans mon blogue le "profit" et la "richesse" (ce dont je n'ai jamais critiqué).

"mais il n'y a aucune base valide pour dire 3>5 ou 2>4."

En effet!

Pierre-Yves

@David Gendron:

"Pierre-Yves, vous décrivez ce qui se passerait dans un régime libertarien, pas ce qui se passe dans la société actuelle."

Ça mon cher David c'est une contradiction dans les termes: être libertarien, ça commence dans la tête et en refusant de cautionner certains "deals" que vous propose le système étatique et qui ne sont que des rackets (j'allais même dire, en les sabotant mais MM va encore m'accuser d'inciter à la violence). Entécas, pas besoin d'un "régime" (forcément étatique) pour ça.

David Gendron

D'accord, le terme "régime" est mal choisi, disons "environnement" libertarien.

Saboter? Ça dépend comment...

GBS

Bonne nouvelle:::: Ils coupent dans le bs, enfin, j'ai jamais compris pourquoi un bs avait un congé de maternité de 5 ans alors qu'un travailleur normal doit avoir cumulé un certain nombre d'heures de travail pour avoir un plus un an....

On arrête de sacrer après le gouvernement et on célèbre le bon sens (forcé par le manque de cash faut l'admettre...)

David Gendron

Merveilleux, coupons chez les "méchants bs" pour financer un Câlissée, un tramway, un TGV, un stade de foot, un faux lac, un manège militaro-terroriste et des frais d'insécurité pour un party de politicos!

David Gendron

....et aussi pour financer les congés de maternité et de paternité à la con pour les familles de travailleurs! Regardez bien le gouffre financier qui s'en vient dans le maudit RQAP!

David Gendron

...sans compter les CPE, les Centres Pénitenciers pour Enfants!

GBS

Non mais là il faut se souvenir des commentaires de martin masse dans son vidéo sur nouveauquébec: Une chose à la fois quand même, faut bien commencer par ce qu'il y a de plus facile, faire passer le congé de maternité de bs de 5 ans à 2 ans c'est quand même un début.

Ensuite il faudra faire passer le bs de à vie à deux ans... On commence à égrener pour préparer le terrain, j'ai vraiment hâte....

Entre temps couper les subventions à tous les groupes de braillards, frapru, collectiviste québec de pauvre, regroupement des personnes ass $$ et autre ferait aussi du bien et va encore plus faciliter le terrain.... j'ai hâte....

Bien sur on parlait du sujet des pauvres, mais ne pas oublier de couper dans le bs corporatif de subvention anticoncurences...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche



Contribuez

  • Donate

Groupe Facebook

Devenir Fan

La dette du Québec