« Fécondation in vitro: préparez-vous à payer encore plus! | Accueil | The census debate / Le débat sur le recensement »

16 juillet 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Pierre-Yves

C'est vrai que la STM, comme la quasi-totalité des agences du secteur public, fait preuve de beaucoup de rigueur dans sa poursuite systématique de la médiocrité. Mais elle est en bonne compagnie, la TTC (Toronto) c'est pas mieux.

Tym Machine

Les riches du Québec se trouvent dans la fonction publique tiens donc...

Normal que l'entreprise privée fuit ce navire qui coule au large...

Libertas

Je me demande combien gagnent réellement les chauffeurs de la RATP...

François 1

...et on n'a pas touché mot de leur efficacité au travail et de leurs innombrables avantages sociaux tels leur fonds de pension, leurs vacances payées, leurs congés de maladie et tutti quanti...auxquels presqu'aucun des contribuables qui paient leur lubies n'a accès!!!

Il faut privatiser la STM!!!

Mathieu NV

Leur slogan "Mouvement Collectif" est vraiment discutable et à l'image du degré d'étatisation de cette société.

Ça ressemble à un slogan d'une secte religieuse ou un mouvement politique totalitaire.

Ferenq Novalet

Quel est le salaire moyen d'un chauffeur de camion de transport de personnes privé, non syndiqué?

Ubik Heisenberg

En fait, on peut bitcher contre les dirigeants, mais en fait, souvent, ils suivent des règles internes et exploitent les nombreux chemins d'opportunités légalisés, conséquences inattendues émergeant de la complexité de ces systèmes. Et ces systêmes attirent les opportunistes...

La seule solution consiste non pas à améliorer le système, ce qui implique dans la tête des "améliorateurs" plus de complexité, mais plutot de le simplifier et quand ça n'est pas possible, par exemple lorque dû à des engagements contractuels avec les syndicats, simplement dissoudre et privatiser le tout.

Toutefois, le problème majeur de tout cela reste toujours les lois protégeants les syndicats, leur donnant des privilèges que l'on refuse aux individus (par exemple, mettre à leur disposition la force coercitive du gouv't).

Sébas

@ Ferenq Novalet qui écrit:

«Quel est le salaire moyen d'un chauffeur de camion de transport de personnes privé, non syndiqué?»

Heure pour heure: beaucoup, beaucoup (ai-je dis; BEAUCOUP ?), plus bas...

Et ce, tant pour les chauffeurs locaux, que les chauffeurs «longue distance», et tant pour les chauffeurs salariés qu'«indépendants» (i.e. brockers)

***

En passant, j'ai une solution pour les STM de ce monde (mais elle ne sera par appliquée... dans notre «univers» corporatisé à l'os):

1) A partir de maintenant, ne plus engager de nouveaux chauffeurs... syndiqués. A chaque nouveau départ à la retraite, faire ceci:

2) SEMI-privatiser («ouash caca» de dire un syndiqué/étatiste), des lignes d'autobus (comme cela existe déjà sur plusieurs continents), et attribuer des permis PRIVÉS (oh le sale mot...), de mini-bus (donc l'accès sera peu dispendieux, genre 1$), pour des trajets spécifiques. Dans un premier temps et dans le cadre d'un projet-pilote, attribuer beaucoup [de permis] sur des trajets pour voir si le libre marché («beurk», de s'exclamer les étatistes), va permettre de bien (mieux?), desservir la clientèle (7 jours/7, de jour comme de nuit = ce qui serait MIEUX qu'en ce moment !).

3) Etant donné qu'il y a trop de taxis à Montréal: transférons ces permis à ces trajets d'autobus...

***

Résultat:

«1 pierres, 4 coups»:

1) Le deficit annuel (qui représente la moitié de son budget), de la STM, va finir par se résorber...
Les fonctionnaires et politiciens qui s'arrachent les cheveux de la tête pour essayer de contenir les dépenses, seront bcp plus heureux...

2) La clientèle sera mieux desservie, donc plus heureuse.

3) Les -trop nombreux- chauffeurs de taxis seront HEUREUX ! Et ceux qui auront la chance d'avoir une ligne d'autobus, seront aussi heureux.

4) Les touristes vont voir la différence immédiatement !

Ah le bonheur total... sauf pour quelques dogmatiquew syndiqués... et encore là, à l'usage, je ne pas certain qu'il ne seront pas plus heureux aussi... de vraiment mériter leur salaire... et d'être LIBRE de travailler avec leur minibus, les heures qu'ils veulent... (comme les chauffeurs de taxis, en ce moment).

***


Mais comme dit Ubik Heisenberg:

«Toutefois, le problème majeur de tout cela reste toujours les lois protégeants les syndicats, leur donnant des privilèges que l'on refuse aux individus (par exemple, mettre à leur disposition la force coercitive du gouv't).»

Alors continuons de rêver...

Sébas

2 fautes (dsl):

«DONT l'accès sera peu dispendieux, genre 1$)»

«1 pierrE, 4 coups»:»

Derteilzeitberliner.wordpress.com

Le reportage télé a exposé des salaires exorbitants pour les cadres, dont 290000 pour le PDG. Or, les cadres sont très souvent des apparatchiks.

Ça me dérange plus que les chauffeurs qui gagnent 20$ de l'heure, même si je suis très conscient que travailler pour un monopole syndiqué signifie que les salaires ne sont pas calculés selon les lois du marché.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche



Groupe Facebook

La dette du Québec