« Baisse du tourisme au Québec: c’est la faute du gouvernement! | Accueil | Dépenser l’argent des autres… »

13 juillet 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Anne-Marie Provost

Les politiciens sont hors contrôle. Ils disent n'importe quoi, ils dépensent n'importe comment.

Maintenant, qu'est-ce que le gouvernement compte faire pour les célibataires qui n'arrivent pas à avoir d'enfants parce qu'ils n'ont pas de partenaires pour se reproduire?

Gilles Guénette

@ Anne-Marie

«...qu'est-ce que le gouvernement compte faire pour les célibataires qui n'arrivent pas à avoir d'enfants parce qu'ils n'ont pas de partenaires pour se reproduire?»

Excellente question! Pour les femmes célibataires, l'État met sur pied une banque de sperme publique, nationale et gratuite -- il s'assure que les donneurs sont de bons citoyens socialement de gauche. Pour les hommes célibataires, l'État met en place un service de mères porteuses (syndiquées, bien entendu) dont la mission est... mais j'y pense: l'État ne fait jamais rien pour les hommes célibataires! Il n'a pas à changer sa façon de faire ici ;-)

GBS

Bon....

Moi qui pensaient que le gouvernement faisait 62% de l'effort....

C'est mal partit, à moins qu'ils parlent de 62% d'effort de flamber plus....

C'est drôle mais en Alberta (coin hai de nos bon gauchistes...) je ne pense pas que le gouvernement ait fait grand chose pour que les naissances augmentent, juste se retirer, laisser croitre l'économie, et le reste suit naturellement....

Entre Charest, Pauline et l'autre..... C'est décidé je vais encore rester chez nous aux prochaines élections....

Mathieu NV

Le pelquistes prennent malheureusement les pires politiques Adéquistes comme celle de la natalité.

Reste alors trois solutions:

-Partir comme beaucoup d'individus font
-Essayer de s'organiser pour avoir un maximum de temps d'antenne afin de pouvoir passer le message de façon claire et concise
-Attendre que le système tombe en morceaux

Derteilzeitberliner.wordpress.com

Quand on pense que tout ça est dû aux larmes de deux millionnaires, qui auraient pu simplement partir une fondation, c'est encore plus scandaleux.

Et Yves Bolduc qui déclare que les AUTRES vont IMITER!

J'en reviens pas.

Pierre-Yves

Ce scandale est une bonne illustration du féodalisme de notre société – déguisé bien entendu sous des allures d’égalitarisme, mais attention, pas pour tout le monde!

Après tout, si je décide d'attendre 75 ans pour avoir mon premier héritier, je ne dois pas m'attendre à ce que mes ti-poissons fassent exploser le record du 10 centimètres nage libre. Par contre si la copine à PKP veut que ces traitements soient pris en charge par la collectivité, et bien, pas de problème : aucun politique québécois n'aura les chlaouis de s'opposer à son cador domestique. On va même court-circuiter les tribunaux pour vous faire plaisir Mme Snyder! Un gouvernement qui n'ose même pas mettre ses culottes pour faire respecter la laîcité va se plier en quatre pour vous mitonner une petite loi "jusse pour vous faire plaisir".

Parce que ça va coûter un paquet, je vous en signe un papier : un traitement pour l'infertilité, c’est plusieurs milliers à plusieurs dizaines de milliers de dollars. Et donc au-delà de la question de la légitimité de la demande, il faudrait tout de même se poser celle de la capacité de payer des contribuables. De plus en plus de femmes décident d'avoir leur premier enfant plus tard, généralement pour pouvoir lancer leur carrière, mais c'est un choix personnel, et le revers de la médaille est en effet un risque accrue d'infertilité. À ce tarif là, ça risque de couter moins cher de faire venir des pondeuses immigrantes prêtes à procréer sans conditions.

Mais c'est de même que ça marche dans les républiques de bananes. Et si vous pensez qu'une telle mesure ouvrira l'accès aux traitements d'infertilité pour Mme ou Mr. tout le monde, vous vous fourrez le doigt dans l'oigne jusqu'au genou: il y'a longtemps qu'au Québec, seuls les tinamis ont les connections requises pour obtenir ce genre de service en temps utile. Parce que, que voulez vous, quand c'est dispendieux de même peut pas y'en avoir pour tout le monde.

Steven

@Pierre-Yves

Je suis d'accord avec toi qu'on a pas assez d'argent pour ça mais on en a pas assez pour le RQAP non plus mais le gouvernement "crache" quand même le fric. Je crois que si l'accès est limité, des groupes de pression crieront à l'injustice. Je ne connais pas ce projet de loi en détail mais moi ce qui m'inquiète le plus c'est de voir beaucoup de familles monoparentales se créer. Même si ce serait un choix, la plupart de ces familles vivent un peu plus pauvrement et réclament plus du trésor publique. Dieu sait que dans mes années de travail au gouvernement j'ai souvent entendu des femmes (et un peu d'hommes) dirent qu'elles devraient avoir droit à ceci ou celà puisqu'elles sont monoparentales. De plus, beaucoup d'entres-elles ne sont pas vraiment "monoparentales" car elles reçoivent une pension alimentaire du père. J'imagine donc beaucoup de femmes célibataires se faire insiminer (puisque c'est "gratuit") et ensuite réaliser que d'être mère monoparentales n'étaient pas aussi simple qu'elles l'avaient prévus. Par la suite, elles réalisent qu'elles ont besoin d'aide car elles veulent offrir "tout ce qu'il y a de mieux à leur enfants" et elles se retrouvent en état de dépendance face au gouvernement. Elles vont développer une mentalité de victime et vont se rajouter aux nombre déjà croissant de mères monoparentales réclamant plus du trésor publique et recevoir un traîtement prioritaire.

Finalement, il a été prouvé que la grande majorité des prisonniers mâles (entre 75 et 80%) ont été des enfants qui ont grandi sans père ou avec un père très absent. Le meilleur père ou la meilleure mère ne peut pas faire le travail des 2 parents en même temps. Les hommes le réalisent mais beaucoup de femmes semblent penser qu'elles peuvent le faire seules et se font prendre plus tard avec des adolescents sans limites et plus forts physiquements qu'elles.

Gilles Guénette

@ Steven

«...moi ce qui m'inquiète le plus c'est de voir beaucoup de familles monoparentales se créer.»

Ça fait des années que l'on assiste à la déconstruction de la famille par l'État. Cette annonce n'est qu'une étape de plus. Il y aura effectivement plus de femmes qui vont se retrouver toutes seules à élever leurs enfants qu'elles auront conçus avec l'aide de l'Étatpapa. la fameuse phrase de Trudeau, «L'État n'a rien à faire dans la chambre à coucher des gens», vient de prendre une débarque...

Hugo

« Reste alors trois solutions:

-Partir comme beaucoup d'individus font
-Essayer de s'organiser pour avoir un maximum de temps d'antenne afin de pouvoir passer le message de façon claire et concise
-Attendre que le système tombe en morceaux »


J'ai choisi la première. Tant que les gens productifs financeront leur modèle, le Québec ne pourra pas changer, et les politiciens continueront d'acheter des votes et de se maintenir au pouvoir en allant fouiller dans vos poches.

Il faudrait inventer un « Galt's Gulch » :

A secluded refuge in a valley where the men of ability have retreated after relinquishing participation in society. This call was to the great men of mind and action to abandon the increasingly slave-state inclinations of a decaying country - to go on strike - thereby withdrawing the only thing supporting the parasites and looters.

http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_locations_in_Atlas_Shrugged#Galt.27s_Gulch

Libre Entreprise

Et dans une couple d'années, en plus de la franchise santé de $200/an, tous les CONtribuables devront débourser une contribution in vitro de $100/an et à tous les tickets de vitesse, on paiera une contribution bébé in vitro de $10 en plus de la contribution de $10 pour les victimes d'actes criminels.

En plus, ils vont encore augmenter pour la quatrième fois consécutive la cotisation du Régime Québécois d'Assurance Parentale, celle qu'ils ont dit qu'ils n'augmenteraient jamais et on va payer plus de TVQ et plus de taxes sur l'essence. En plus, pour sauver la vie de ces chers chérubins artificiels, on va mettre une taxe sur la malbouffe, sur les boissons gazeuses, les chips, certaines marques de céréales comme les capitaines crounche et certaines barres tendres et Bachand prononcera alors un discours sur le bienfondé de toutes ces hausses de taxes pour notre bien-être et notre prospérité collective.

Libre Entreprise

@Anne-Marie Provost et Gilles Guénette,

Et pour les hommes célibataires et sans enfants qui ne veulent pas d'enfants et ne veulent pas de femmes mais qui veulent garder tout leur salaire pour eux-mêmes comme moi ? Qu'est-ce que l'état fait pour ces pauvres hommes là ?

Je propose qu'on permette aux hommes célibataires qui ne veulent pas de femmes et ne veulent pas d'enfants de garder leur plein salaire et ne payer aucun impôt. Il faut penser à ces hommes qui trouvent leur bonheur dans la propriété privée et le libre marché.

Je demande un congé d'impôt.

Sébas

MEA CULPA:

Euh, j'avoue que j'ai poussé pas mal fort pour que cette idée devienne réalité... dans un autre vie -chochiale-démocrate- et sur d'autres forums...

En réalité, je dénoncais le fait que le Québec payait que pour la «Mort» (avortements, vasectomies, etc), mais jamais pour encourager la Vie....

Que de naïveté de ma part...

Je ne pensais jamais (je vous jure!), qu'en émettant cette idée (mon objection était plus philosophique qu'autre chose), que quelques riches et puissantes personnes voudraient excercer leur générosité avec l'argent des autres (i.e. le nôtre- à tous, par l'entremise de l'état).

Oui, oui, oui, désolé, aujourd'hui je SAIS que cette idée est folle. Surtout lorsqu'on supconne de plus en plus que ce qui rend le plus les gens infertiles, sont les produits chimiques... (voir études sur les poissons dans le fleuve). En autre chose: le taux de sperme baisse sans cesse... dans les pays industrialisés.


***

En tout cas, Anne-Marie Provost a une bonne réflexion:

Il va falloir augmenter «l'égalité homme-femme» (ha! comme si le Québec n'était l'endroit au MONDE où les femmes ne sont pas déjà les plus favorisées par l'état, mais passons), et imposer les hommes célibataires (c'est un peu l'idée d'un parti suédois féministe:), qui osent ne pas tomber dans l'enfer conjugal -et surtout post-conjugal- du Québec...

Je connais presque tous les programmes, lois, jurisprudences, politiques, etc, qui favorisent ces dernières -presque toujours au détriment des hommes- et je n'en reviens toujours pas du peu de femmes qui réalisent ça... et qui se demandent ensuite naivement: «où sont les hommes sérieux qui veulent s'engager...».

Réponse: ILS ONT LA TROUILLE ET AVEC RAISON !

Je suis célibataire et je SAIS que beaucoup de jolies et jeunes femmes de Montréal aimeraient bien me passer la corde autour du coup(ou du moins, se faire faire un enfant), et ce, même si je ne suis pas Brad Pitt. Mais je sais aussi comment le Québec maltraite les hommes et les pères (Gilles Guénette dit que le Qc fait rien pour les hommes célibataires, mais il fait pire: il fait tout pour nuire au hommes, pères et garçons et ça dans TOUS les domaines)... alors désolé mesdammes, je vais SORTIR de ve pays de fou -et misandre et socionscontructiviste et etc- avant de faire ça...


***

La solution pour augmenter la natalité... SANS dépenser inutilement 10 000 000 000 $ -milliards!!!- par année (je dis «inutilement, car, comme d'autres l'ont dit: ailleurs ils dépensent presque rien et leur taux augmente aussi, même plus vite qu'au Québec et ce, même si PLUS de femmes travaillent...)?

SORTIR l'état de nos vies !

Lorsque la MAJORITÉ des femmes bien-pensantes d'ici cesserons de vouloir dépendre de l'état pour tout et pour rien et/ou pour faire pencher la balance en leur faveur (tout en appelant ça: «l'égalité!»), là je vais y penser.

Mais j'avoue que des fois je trouve pâthétique de voir toutes ces femmes célibataires... mais je ne suis qu'un seul homme, je ne peux donc pas toutes les satisfaire...
;-)

****

@ Mathieu NV qui écrit:

«Reste alors trois solutions:

-Partir comme beaucoup d'individus font
-Essayer de s'organiser pour avoir un maximum de temps d'antenne afin de pouvoir passer le message de façon claire et concise
-Attendre que le système tombe en morceaux»

*

Ouais, cela me donne une idée (j'ai déjà celle de fonder une radio: qui veut contribuer? -en temps, en argent ou en logisitique -surtout?)...

En tout cas, voici mon idée:

ACCÉLÉRONS les choses:

À pârtir de maintenant, nous devrions TOUS trouver des façons d'augmenter les dépenses de l'état. Je vous jure que je n'arrête pas d'y penser depuis quelques jours. Je songe même à utiliser la puissance totale de 'ma' neuronne pour y arriver. Là, JE SAIS, qu'ils vont nous écouter(surtout si nous parlons leur langage: «bien commun» par ci, «choix de société» par là, etc), et appliquer toutes nos idées pour dépenser, nous reglementer, nous rendre tous dépendants de l'état à 100%. «Ils» (i.e. les «ceuses» qui parlent de «choix de société», alors que c'est TOUJOURS une 'tite gang' qui décide pour tous...), sont des champions dans ces domaines. En tout cas, pourquoi ne pas les aider ? De toute façon le Québec est vraiment déjà un enfer fiscal, enfer misandre, enfer corporatiste, enfer médiatique, un enfer reglementaire... mais un enfer «confortable»... compartivement aux états totalitaires sanguinolents.

Alors, aussi bien accélérer les choses, non? Celui -parmi les libertariens ou qui se disent de droite- qui trouvera la meilleure idée pour dépenser le plus (et qui verra son idée appliquée), gagne !

Visons le 300 000 000 000 $ -de «bonne« (sic)- dette d'ici 3 ans...

;-)

Je commence:

Je trouve que nous devrions -parce que nous vivons en société- payer pour les femmes célibataires qui ne trouve pas de conjoints et qui en souffre terriblement: des thérapies gratuites pour touSSES...

Ah non, ce ne sera pas accepté, même parmi le gratin «chochial-démocrate». J'en ai d'autres -et des meilleurs-, que je garde pour les pochaines semaines...
;-)

Sébas

@ Hugo:

J'ai cette idée de fonder ça aussi:

«Il faudrait inventer un « Galt's Gulch »

Je suis prêt à travailler très fort dans CE but...

David Gendron

"Maintenant, qu'est-ce que le gouvernement compte faire pour les célibataires qui n'arrivent pas à avoir d'enfants parce qu'ils n'ont pas de partenaires pour se reproduire?"

Très marrant, chère Anne-Marie! ;)

J'ai présenté une revue succincte des divers programmes étatiques de stimulation de la natalité au Québec:

http://anarchopragmatisme.wordpress.com/2010/07/14/la-procreation-sert-les-interets-de-letat-et-va-a-lencontre-de-linteret-des-enfants/

Pendant que Snyder braille pour que la procréation soit stimulée au Québec par l'État, son mari fils-à-papa faux homme d'affaires braille avec le soutien de son ti-n'ami faux homme d'affaires Napoléon Labeaume, pour se faire payer son nouveau Colisée pour les futurs Nordindes.

Pierre-Yves

@Anne-Marie Provost:

"Maintenant, qu'est-ce que le gouvernement compte faire pour les célibataires qui n'arrivent pas à avoir d'enfants parce qu'ils n'ont pas de partenaires pour se reproduire?"

Anne-Marie, la loi couvre également ces cas-là, remédiant en l'instance à l'absence de partenaire. Il s'agit donc d'insémination artificielle pour ces patientes là. Sur le bras du contribuable.

Ce n'est pas seulement de faire payer à tout le monde le fantasme de certaines, c'est une prise de contrôle étatique sur la reproduction humaine.

Mathieu NV

Sans exagérer, allons-nous maintenant avoir une banque de sperme étatique avec des donateurs (fonctionnaires) sanctionnés par le gouvernement du Québec dans le cadre du programme de fertilisation étatique pour les femmes célibataires qui sont incapables d'avoir un mari?

Voici le nom parfait pour cette société d'état, Fertilisation Québec-une association entre le ministère de la santé, de l'éducation et celui de la famille.

J'ignore (et je veux moins en savoir que possible) quel genre d'enfants cela va faire. Honnêtement, c'est exactement comme Brave New World qui est probablement l'un des meilleurs livre dystopiques que j'ai lu avec 1984 et Animal Farm!

Pierre-Yves

@Matthieu NV

"Honnêtement, c'est exactement comme Brave New World"

Exactement en effet. Notez d'ailleurs que la première étape a été d'interdire la vente de sperme.

Gilles Guénette

@ Sébas

«À pârtir de maintenant, nous devrions TOUS trouver des façons d'augmenter les dépenses de l'état. ... Là, JE SAIS, qu'ils vont nous écouter ..., et appliquer toutes nos idées pour dépenser, nous reglementer, nous rendre tous dépendants de l'état à 100%.»

Ils vont juste se faire un plaisir de nous taxer encore PLUS pour payer pour tout ça. Le pire, c'est qu'ils seront encore PLUS justifiés de le faire: «Mais les citoyens le demandent!», qu'ils vont dire...

@ Mathieu NV

Fertilisation Québec : Wow! Ça sonne super bien en plus.

Gilles Guénette

D'ailleurs, sur ce thème («Là, JE SAIS, qu'ils vont nous écouter»), je me demandais l'autre jour après avoir lu le commentaire d'Anne-Marie («Les politiciens sont hors contrôle. Ils disent n'importe quoi, ils dépensent n'importe comment.»), comment dit-on à un gouvernement d'arrêter de dépenser?

Les politiciens ont beau nous dire que si on n'est pas contents du gouvernement, on n'a qu'à lui faire savoir aux prochaines élections. Le problème, c'est que TOUS les gouvernements sont étatistes et qu'ils affectionnent particulièrement la dépense - à vrai dire, leur raison d'être est la dépense, c'est la seule façon qu'ils ont trouvée d'acheter des votes et de garder le pouvoir.

Alors comment dit-on au gouvernement qu'il doit cesser de dépenser?

Kevin

Une chose comique c'est que les loi actuelle font en sorte qu'il est extrêmement difficile d'adopter un enfant québécois. De plus, les parents biologiques peuvent reprendre l'enfant assez facilement, ce qui en décourage plusieurs.

Si les loi étaient plus souple et plus efficace, les femmes qui se font avorter pourrait mener à terme l'enfant pour le donner en adoption (solution que j'encourage vivement) et les parents infertile pourraient adopter ces enfants. Vous économisez énormément en avortement et aussi en fécondation. Par contre, des gens comme Snyder veulent avoir un enfant qui a au moins la génétique d'un des deux parents, ce qui est normal et compréhensible mais ils veulent ce luxe gratuitement, payé par les contribuables.

@ Tous

Il ne faut pas freaker non plus, ça sera probablement très surveillé, ils ne paieront pas des fécondation à une jeune fille qui décide une fin de semaine de tomber enceinte. J'imagine qu'il y aura des procédures et des vérification, des rencontre à n'en plus finir et une bureaucratie digne de l'URSS mais d'éxagérer le problème ne nous fait passer que pour des enragé.

Je doute très fortement que les femmes célibataire puissent avoir accès à la fécondation, leur problème n'est pas physiologique, je peux leur sauver un beau 8000$ (si vous divisez le coût du programme avec le nombre estimé de bénéficiaires, ça donne ce montant par intervention) pour une petite soirée avec un bon champagne!!!!!!!

@ Gilles

J'aimerais aussi nuancer vos propos, je comprend très bien ce que vous dites mais plusieurs intervenants pourraient être confus. Ce que Gilles veux dire c'est que le gouvernement, par ses mesures qui avantagent beaucoup les femmes dans une séparation, par les allocations familiales, les congé parentaux, les divers programme d'aide vont en sorte qu'un homme devient totalement accessoire. Moi ce qui me frappe quand je parle avec des américains, c'est la proportion de jeune qui se marient. À 25 ans, une grande proportion de la population est mariée. Pourtant lorsqu'on regarde ici, presque personne ne se marie. Ce n'est pas une question religieuse, les américain sont plus ou moins autant pratiquant que nous (je suis catholique dans un sondage mais non pratiquant dans la réalité)(les américains fanatique de religion sont plus une vision tronquée de la vie puisque la diversité culturelle encourage la formation de groupe très religieux qui sont une infime proportion de la population).

Mon boss par exemple a passé 14 ans avec sa blonde, a eu deux enfants et ils ne se sont jamais marié! Les loi sont simplement trop contraignante ici, la vie de couple en union de fait sans enfants rend les choses plus simple.

Kevin

@ Sébas et Steven (et un peu Gilles je crois)

**** warning : texte très long, si je sujet ne vous intéresse pas, sautez-le. J'ai tenté de mettre rapidement mon analyse de la situation au Québec mais il y a tant à dire que c'est très long. C'est aussi un peu hors-sujet mais bon, Martin et Gilles décideront de la pertinence

Le problème des situation de couple au Québec est particulièrement complexe. En premier lieu, les législation et etc. rendent la vie de couple plutôt risquée et avantage beaucoup les femmes dans les séparation. Pourtant, la situation légale ne suffit pas à expliquer les problèmes terrible des jeunes célibataire au Québec

Attention, ce qui suis est une analyse sociologique brève et incomplète des jeune québécois. Il y a beaucoup de subjectivité, les conclusions ne sont pas incontestable et les généralisation ne restent que des généralisation (exemple : les hommes sont grand... ouais mais je connais un mec de 5'2... so what, les hommes sont grand en général)

En premier lieu, il faut noter que la société québécoise est différente du reste de l'Amérique du Nord. En général, nous sommes très semblable (alimentation, goûts culturels, apparence, valeurs, etc.) mais les comportement sont largement différent parce que les population francophone se mélangent rarement avec les population anglophone donc les comportements généraux se modifient de façon parallèle et par imitation, pas par mélange démographique comme aux USA et dans le reste du Canada.

Le féminisme c'est exprimé très très différemment ici. Il s'est beaucoup plus axé sur les besoins des femmes et leur autonomie au lieu de leur donner des droits. Ce que je remarque, c'est que les femmes ont confondu indépendance avec arrogance et autonomie avec mépris. Je vous donne un exemple ; récemment mon père (55 ans) arrive à la caisse Desjardins en même temps qu'une femme d'une quarantaine d'année. Il prend la poignée et lui ouvre la porte pour la laisser passer avant elle. À ce moment elle l'a regardé comme un extra-terrestre, comme si il cherchait son attention dans le but de la séduire pour aller baiser avec elle. Elle a vu son comportement comme un prédateur au lieu d'un simple acte de civisme et s'est senti offensée par le geste. Les femmes ont de la difficulté à accepter un compliment ou une gentillesse, elles considèrent la moindre aide comme une menace à leur autonomie.

Un autre exemple en fin de semaine. Nous étions à un resto-bar, sur la terrasse et une serveuse avait un visage très familier. Mon ami, au bout d'une heure, me fait remarquer que la fille en question était au secondaire avec nous. Je prend donc la peine de l'arrêter pour lui poser 2-3 question sur sa ville d'origine et son établissement scolaire parce qu'elle a un visage qui nous est familier. Eh bien croyez-le ou non, son attitude a rapidement changé, je voyais très bien qu'elle pensait que c'était une méthode pour avoir son attention et son numéro ou whatever. Au lieu de simplement répondre aux questions, elle était distante et on sentais qu'elle sous-entendait "non osti de fucké, c'est pas moi, astheur laisse moi en paix". J'ai abandonné et j'ai juste sacré mon camp (on avait fini).

Bon c'est des petits exemple qui sont assez représentatifs des comportements féminins. Une européenne qui vient au Québec se sent moche et terne parce qu'elle n'a aucune attention des hommes. Elle a l'impression de se retrouver dans un pays d'homosexuels, tellement il n'y a pas d'homme qui lui fait des avances. La raison est simple ; la plupart des hommes (comme mon père qui s'est juré de ne plus jamais tenir la porte à une femme) ont compris que de donner de l'attention à une femme est risqué. Si vous n'êtes pas à son goût, elle n'appréciera pas le compliment, peu importe ce que vous avez en tête (la petite blonde elle n'était même pas cute!) et se valorisera en vous méprisant ou en vous humiliant.

Je crois que c'est un comportement qui est assez vieux, j'imagine que c'était très fort chez les femmes qui ont aujourd'hui 30-50 ans et que le comportement se déteint sur les plus jeunes. J'ai beaucoup d'amie de fille qui sont célibataire, ne trouvent aucun mec à leur goût et veulent le beurre et l'argent du beurre. Elles voudraient un homme sensible, attaché et dévoué mais aussi indépendant, viril et autonome. Elles veulent un homme qui saura s'occuper d'elles de manière délicate et douce mais veulent aussi qu'il soit macho et dominant. Elles veulent qu'il soit bon en cuisine et romantique, qu'il soit toujours attentionné et gentil, jamais agressif mais aussi capable de réparer quoi que ce soit, qu'il soit fort, grand et musclé, beau et bronzé.

Sérieusement la plupart s'accrochent à des rêves stupide et se créent une chimère impossible à trouver. Au lieu d'apprécier ce qu'elles peuvent avoir, elles reprochent à leurs chum de ne pas être à la hauteur et sont déçues constamment. Elles se demandent pourquoi les hommes ont cessé de les courtiser et pourquoi sont-ils aussi... fif tabarnak! J'ai des chum de gars qui sont complètement gauche et timide. Ils ont peur pour mourir des femmes et s'enferment dans un isolement jusqu'à ce qu'une fille finisse par les trouver intéressant et tomber en couple avec eux. Ce que ça donne, c'est des couple de Germaine (Gère, mène) et des petits chiens qui obéissent.

L'effet pervers est encore plus dramatique pour les femmes! Je prend un autre exemple : J'ai une amie qui est trèèèèèès jolie, très intéressante, un magnifique sourire, brillante, dynamique et absolument pas superficielle. Elle sait se mettre en valeur et je suis certain qu'elle attire beaucoup l'attention. Ce qu'elle a besoin c'est un homme très autonome et avec une personnalité imposante mais qui se doit d'être dévoué et sincère. Elle aura une relation sans domination, elle ne saurait manipuler un homme et ne se laissera jamais diriger. Elle est célibataire depuis très longtemps et complètement découragée. Elle a eu des aventures mais celle-ci étaient toujours un échec ; même si elle attend plusieurs rencontre pour se retrouver dans un contact plus intime, le mec disparaît par la suite!

La raison est simple ; les seuls mec qui lui donnent de l'attention sont ceux qui ne veulent que du sexe. Les seuls qui ont encore le courage de courtiser sont ceux qui sont prêt à se faire dire non 10 fois pour se faire dire oui à la 11ème fois. Ils sont particulièrement efficace pour manipuler et avoir l'attention de la belle qu'ils convoitent. Ils sont très très efficace surtout parce que beaucoup de fille ont besoin de ce genre d'attention, elles ont besoin de se sentir désirée et l'absence de séduction les rend plus vulnérable à la manipulation.

Le seul conseil que je lui ai donné c'est d'oublier ceux qui viennent l'aborder. Plus le mec est beau et sur de lui, plus il y a de chances qu'il ne soit qu'un manipulateur. C'est celui qui n'est pas venu l'aborder qui en vaut la peine, celui qui est intéressant mais qui ne risquera pas de venir t'accrocher. Elle doit aller chercher en profondeur.

L'autre problème est plus général dans la société ; l'incapacité à gérer des conflits. Avez vous déjà entendu la phrase "changeons de sujet, ça fais de la chicane"? C'est un bel exemple de nos problèmes ici. On a tendance à évacuer le problème en changeant de sujet. On reste sur nos positions qui ne se sont pas affronté et on se conforte dans nos idées. On a tendance à taire un problème au lieu de le régler et aussi à cacher les malaise plutôt que de les exprimer.

Si par exemple ta blonde déteste tes habitudes et ta gestion de ton environement personnel, pour éviter de te blesser elle gardera ce "détail" au fond de elle. La petite frustration quotidienne de ramasser tes bas au pied du lit se transformera en gros problème et en reproche le jour d'une dispute. L'absence de communication amplifie les problème et je pense que c'est un problème majeur qui cause beaucoup de divorce.

Dans le même sujet, il y a aussi beaucoup de difficulté avec l'introspection. Admettre un défaut n'est pas facile mais ça semble encore plus difficile au Québec. Actuellement, je développe une relation avec une américaine qui est non seulement magnifique mais aussi merveilleusement brillante. Dans nos conflits, elle est très agressive et sûre d'elle mais elle écoute et est capable d'introspection. Elle a sincèrement admit ses erreurs et compris les mécanisme d'escalade qui ont causé le conflit. À mon tour j'ai aussi admit mes faiblesse et nous avons trouvé des mécanismes pour éviter de répéter les mêmes erreurs. Je lui ai fait promettre de ne jamais taire un problème, peu importe sa gravité et j'ai promis de toujours lui réserver mon calme. Sa maturité et sa modestie me charme totalement, je n'ai jamais connu une québécoise aussi adorable, une telle capacité d'introspection et d'analyse est vraiment étonnante.

Et si c'était juste ça le problème, un manque de communication?

N

Accentuer les dépenses n'est pas une mauvaise idée. Il s'ensuivra une hausse de taxe, qui tuera l'économie et encouragera l'économie au noir. Bref, les recettes de l'état diminueront. Je donne 3 ans maximum avant que ça pète au niveau mondial. Le Québec va vite vers le mur, mais je ne crois pas que l'Europe en général fait mieux.
Le plus rapide est la séparation du Québec. En recevant sa part de la dette canadienne il se retrouvera a peu près dans la situation de la Grèce, à savoir, en risque de défaut de paiement à cause de la hausse des taux d'intérêt de la dette, sinon pire à cause que la dette sera en CAD et qu'il ne pourra pas dévaluer. J'ai gagné? Ce n,est pas vraiment des dépenses mais j'espère que ça compte quand même.
Le mur est juste inévitable. Mondialement.

Anne-Marie Provost

@ Kevin

Pour complémenter votre analyse, je vous suggère de lire le texte suivant:
Preventing Tragedy - A Free Market Analysis of Abortion
http://freedomain.blogspot.com/2006/02/preventing-tragedy-free-market.html

"How has male behaviour been affected by these fundamental reversals in social values? Well, as the negative effects of sexual indiscretion become less and less, men also become conditioned to expect let us say ‘short term’ interactions with the fairer sex. As more and more women decide to engage in risky sex without requiring a commitment, the value of education, integrity and hard work for man go down proportionally. And, as male virtue becomes debased, other values, more sinister and shallow, take their place. Women go for ‘hot’ guys, or guys with lots of cash to spend, or with the kind of predatory status that comes with gang membership. The entire ecosystem of sexual attraction and stable provision is turned upside down, and the men formerly viewed as losers become winners – and vice versa."

Tym Machine

Quand un gouvernement est sûr de perdre les prochaines élections, qu'est-ce qu'il fait? Il distribue les cadeaux empoisonnés à tout vent et laisse le prochain gouvernement se démerder avec la merde qu'il vient de créer.

Vive la démocratie.

Et voici mon opinion sur le financement entier de la fécondation in vitro soi-disant gratos (hiha, du gratis!!!), évidemment, je suis contre:

http://tymmachine.blogspot.com/2010/07/le-financement-de-la-fecondation-in.html

Derteilzeitberliner.wordpress.com

Kevin, j'encadre ton commentaire de 17:43 :)

Libertad

C'est un autre merdier inutile et coûteux crée de toute pièce par un gouvernement corrompu à l'os. Quelle belle bande de crosseurs!!! En plus il y avait Julie Snyder qui braillait question de mettre un peu d'ambiance. Ouache!!! c'est pathétique je pense que je vais brailler moi aussi, mais pas pour les mêmes raisons.

Pierre-Yves

@Tym Machine:

Lu vote blogue sur le sujet. Crampé LOL

Marianne

A Kevin,

C'est vrai que votre commentaire est hors sujet mais il est très, très juste. Aussi, j'espère que Martin et Gilles ne vont pas zapper ma réponse, du moins pas tout de suite. L'exemple que vous donnez de votre père qui se fait mal voir à tenir une porte à cette femme est bien triste. Moi, j'aime bien qu'on me tienne la porte et je n'interprète pas cela d'une façon déplacée. J'ai remarqué qu'au Québec, en effet, la très grande majorité des hommes ne tiennent jamais les portes aux femmes, ni à qui que ce soit d'ailleurs. C'est bien dommage ; c'est pourtant le genre de geste simple qui adoucit la vie et fait passer un je-ne-sais quoi de moelleux entre les gens à peu de frais. Alors, encouragez quand même votre pauv' père à persévérer (LOL).

D'une façon plus générale, les relations hommes-femmes au Québec apparaissent détestables. Quand j'observe les gens dans la rue à Montréal, je suis toujours étonnée par cette absence de regards partagés, même rapides, qui caractérisent une bonne partie de l'Europe et qui sont si agréables au quotidien. Ces petits échanges n'ont pourtant pas de signification lourde, c'est juste cool. Même les Allemands s'y sont mis. Quand je suis arrivée de France j'ai effectivement pensé que j'avais pris un coup de vieux parce que je me faisais l'effet d'être devenue brusquement une vitre transparente. Quand j'ai eu l'occasion de retourner en Europe j'ai compris que, non, cela allait encore pour moi (re LOL). Quoi qu'il en soit, je trouve que les Québécois des deux sexes perdent vraiment quelque chose.

On a l'impression que le féminisme a fait des ravages au Québec. Le féminisme bien compris devrait signifier "à travail égal salaire égal" - ce qui est déjà un beau programme - mais certainement pas cette guerre larvée des sexes sur fond de recours systématique à l'état. Dans le cas de la prise en charge financière des FIV, l'article et ses commentaires mettent bien en valeur ce qui est choquant : l'usage de l'argent du contribuable à des fins potentiellement absurdes, la place donnée à des people qui n'ont rien à f... là et qui se mettent en valeur au passage en faisant appel de façon malhonnête à notre empathie, et derrière tout cela une fois de plus la menace d'encore plus d'intervention étatique au nom d'une soi-disant bonne cause. Cela prendra aussi des fonctionnaires pour gérer des demandes et décider qui est prioritaire, non ? Enfin, je rigole en pensant qu'il faut déjà attendre des heures à l'urgence pour avoir des soins médicaux de base. Les candidates à la FIV devront-elles prévoir leur "coup" 10 ans à l'avance ?

Pierre-Yves

@Marianne:

De toutes les sociétés que j'ai fréquentées (incluant les Pays-Bas et scandinaves), le Québec a le féminisme le plus totalitaire, le plus contre-productif, et probablement le plus stupide. Le féminisme d'État pratiqué au Québec a réussi, à toutes fins pratiques, à détruire la famille dans la classe moyenne.

Je pense qu'il y'a deux puissantes raisons à cela: d'une part, la pruderie catho recyclée en haine de l'érotisme et du sexe hétérosexuel, façon Yvette Roudy. D'autre part comme vous le mentionnez, le fait que l'État en se mêlant d'imposer des solutions qui en l'absence de contraintes résulteraient de compromis, envenime en effet toute la problématique.

Et accessoirement, cet agenda de destruction de la famille, "lieu privilégié de l'oppression patriarcale" dans l'idéologie féministe radicale, assure la collaboration d'agents provocateurs dévoués à l'extrême-gauche de l'échiquier politique. L'État gagne sur tous les tableaux.

Qui tire les marrons du feu? On pourrait penser à priori, les femmes des classes bourgeoises qui bénéficient de privilèges assez ahurissants dans la société québécoise, privilèges déniés en fait à la majorité des autres femmes (il ne peut pas y avoir de postes de potiches bien payés, ou de fécondation gratuite pour tout le monde).

Mais au fond, si vous avez dans vos connaissances certaines de ces "privilégiées", vous constaterez qu'elle ne sont pas si heureuses que ça: qu'est ce que cela peut bien signifier, de se lever chaque matin en se disant que sa position socio-professionnele est peu ou prou celle d'une favorite de haut-vol, insécure quant à ses réelles capacités?

En fait, le grand bénéficiaire de cette situation est surtout le pouvoir politique qui a réussi à merveille à éviscérer toute opposition en fracturant le tissu social ou pouvait s'enraciner les contre-pouvoirs.

Les lois féministes du Quèbec ne sont pas très différentes, dans leur esprit et dans leur objectif politique, des lois raciales en vigueur dans les colonies américaines du vieux Sud (au 17ieme siècle) et qui visaient à "diviser pour régner", en montant les uns contre les autres les groupe ethniques dont la collaboration aurait signifié la fin à court terme de la société esclavagiste: noirs libres, fermiers blancs pauvres, et autochtones.

Pour affaiblir un groupe social menaçant potentiellement votre autorité, rien de tel que d'accorder des privilèges injustifiés aux unes, des sanctions imméritées aux autres, et de laisser la chicane s'installer. L'arbitraire est une tactique fondamentale du totalitarisme.

Marianne

Je suis d'accord sur le fait que le féminisme au Québec est particulièrement épais et totalitaire mais je ne suis pas certaine qu'il faille y voir une tactique délibérée de l'état pour mieux asseoir son pouvoir. Certes, c'est un bénéfice accessoire, mais il ne faut pas sous-estimer l'emprise autonome de l'idéologie "féministe" dans les sociétés occidentales. Je mets des guillemets car il s'agit à mes yeux d'un féminisme dévoyé, avatar toxique du gauchisme et de la haine de la liberté, appelant sans cesse à plus d'état. Le pire est que tout cela repose sur des bases idéologiques complètement dépassées.

Mais il faut dire que la conjonction fatale nihilisme-pseudo féminisme-étatisme fait très mal en effet.

Pierre-Yves

@Marianne:

"avatar toxique du gauchisme et de la haine de la liberté, appelant sans cesse à plus d'état."

Oui, je suit tout à fait d'accord avec vous là dessus ayant d'ailleur écrit un petit billet sur le sujet: ce "féminisme" là n'est en fait que du marxisme recyclé. En ce qui concerne le "bénéfice accessoire", comme pour la plupart des croisades étatiques ce n'était sans doute pas un objectif à l'origine, mais c'est devenu un facteur de maintien et de renforcement de l'idéologie en place - c'est pour cette raison que tous les partis politiques ayant la moindre chance d'accéder au pouvoir sont devenus féministes, autant à gauche qu'à droite.

Mathieu NV

@Pierre-Yves:

Je dois dire que j'ai voyagé dans un nombre assez respectable de pays et malgré que je ne vis plus au Québec depuis 10 ans (bien que j'y retourne de façon régulière), il y a quelque chose qui m'agace énormément avec le fait que sans généraliser, certains pans complets de la société au Québec sont carrément dans un stade qui est inquiétant. Je reviens justement de la Chine où que j'ai remarqué que la sexualité et l'érotisme ne sont pas des tabous, sauf qu'ils sont traités non pas d'une manière vulgaire comme que l'on voit parfois, mais d'une manière plutôt d'un bon goût dans une logique que la sexualité est partie prenante d'un esprit sein dans un corps sein.

Le problème vient en fait des deux éléments qui existent depuis les années 70 suite à la génération soixante-huitarde qui a prit le pouvoir:

-Curieusement, le Québec francophone vit dans une société qui est infantilisée au maximum dans le genre Passe-Partout. Or, il me paraît carrément étrange de voir des adultes entre eux qui se parlent comme des enfants comme que cela est probablement signe de certains éléments d'une société qui a mal tournée sur certains points auprès de certains individus.

-Aussi, malgré que peu de gens vont m'aimer, le Québec francophone a encore une certaine mentalité tribale véhiculée par un pseudo-modèle Québécois, qui amène plus souvent qu'autrement à un conformisme qui finit par détruire une société. En fait, malgré que certaines personnes au Québec se ventant d'être ouvertes aux nouvelles idées, nombre de gens au Québec (et aussi les médias) sont très fermés aux courants de pensée (comme le mouvement libertarien) qui vont contre le modèle Québécois. Or, il est ironique de voir que les libertariens au Québec soit très souvent des individus qui ont soit étudié ou vécu à l'étranger ou bien qu'ils soient des gens qui se sont en quelque sorte ''exilés'' à l'étranger. Autrefois, on parlait souvent que les religions qui étaient des ''faiseurs de troubles'' en France étaient envoyés Outre-Atlantique, alors qu'aujourd'hui, le Québec a beaucoup d'immigrants qui sont souvent soit des étatistes ou des genres de pseudo-progressistes.

Donc, la religion Catholique au Québec a seulement été remplacée par le culte de l'état et celui parfois du nationalisme.

Pour revenir au féminisme, je crois que le féminisme post-moderne est un amalgame de courants marxistes et certains éléments du courant totalitaire, le problème vient que ce mouvement est très répugné de beaucoup de personnes de sexe féminin que je connais qui essayent de faire constater que le but original du féminisme était l'égalité et les mêmes droits entre les hommes et les femmes. Or, aujourd'hui, le féminisme post-moderne donne une image toute autre qui est extrêmement contradictoire en son ensemble qui est celle d'une société qu'on essaie de réécrire l'histoire en allant dans de véritables éléments problématiques qui n'ont absolument ni queue ni tête.

Sébas

@ Tous ceux qui pensent que nous exagérons:

(je pense à Kevin, Mathieu NV et à tous les étatistes -de gauche ou de droite, athées comme croyants- qui nous lisent):

Non! Le Québec est malade et profondément névrosé. Cela me fait terriblement souffrir de voir où nous en sommes rendus. J'ai vraiment l'impression d'être dans un asile de fous. Et lorsque j'écoute un poste de radio je me dis toujours: «j'écoute l'aile B de l'asile» et lorsque je change de poste: «j'écoute l'aide D de l'asile»...

Si nos ancêtres pouvaient revenir à la vie, ils finiraient tous dans un véritable asile. Ils diraient:

«Mais ils sont fous, ils sont tous dépendants de l'étatpapa, ne font que rire de tout, comme des cons; ils sont tous esclaves/endettés et enrichissent les banques; stressés, égoistes, seuls, plus capables de parler franchement, d'argumenter intelligemment sans devenir mesquin/émotif, d'avoir des relations à long terme, et lorsqu'ils sont en groupe, ils ne sont plus capables de s'amuser sans être completement intoxiqués...»

En passant «l'adaptation», dans un tel contexte, n'est PAS un signe d'intelligence. «S'adapter» à un asile de fous, c'est souvent devenir aussi fou que les autres «pensionnés»...

--------> En tout cas, dans le monde «développé» -LOL !!!- (dans le monde ?), il n'y a PAS une autre société aussi malade que la nôtre. Il n'y a pas un autre 'peuple' où l'on retrouve autant de personnes célibataires et/ou monoparentales...

Selon moi, ces faits sont à méditer: pourquoi en sommes-nous rendus là ?
La plupart des conservateurs et des personnes ordinaires et sans malices,
vont dire -naivement- que; «c'est parce que nous n'avons plus de valeurs», mais ils ne se demandent rarement si la doctrine étatique-providentielle n'est pas «la poule qui pond l'oeuf»...

Et l'Occident au grand complet, n'est pas loin derrière. C'est vrai que nous sommes «avant-gardistes»... ou un labo pour les fous qui nous dirigent dans l'ombre.

*

Tout le monde connait l'histoire de la grenouille dans l'eau qui devient progressivivement bouillante, mais qui ne le sent pas et qui reste dans l'eau... jusqu'à sa mort...

VOILA, ce que donne le Québec communiste/socioconsctuctiviste. Cela fait 50 ans que la grenouille (nous, le petit peuple), voit l'eau (environnement étatique), devenir de plus en plus intolérable... mais cela se fait tellement progresssivement, qu'elle (i.e. la grenouille), ne se rend plus compte que la 'folie' étatique est en train de TOUS nous rendre dingues.


***

@ Anne-Marie Provost:

Ouais, c'est exactement ce que je vois dans la société...

Personnellement, je n'ai pas besoin d'un livre pour voir ça: nous n'avons qu'à méditer l'impact de toutes les lois, tous les programmes/subventions etc, et leurs effets sur nous tous et nous nous retrouvons avec ce que ce livre 'dit';
des individus qui ne veulent plus rien savoir de l'engagement, du sacrifice, etc, car l'état communiste/socioconstructiviste, fait TOUT pour nous rendre comme ça.


***

@ Kevin:

Moi aussi j'aime beaucoup votre intervention. Je suis bouche bée: nous avons presque la même analyse. Malgré la propagande et les illusions
médiatiques allant dans le sens opposé, nous devons être quand même 40% (?), de la population -surtout en dehors de l'ile de Montréal- à voir les «choses» de cette façon. CE sujet me passionne beaucoup, mais je ne veux pas m'embarquer la-dedans, car je n'en finirais plus.
En tout cas, si j'ouvre un poste de radio un jour, je vous invite, car je peux discuter de tout ça pendant des heures...

A écouter ABSOLUMENT (à partir de la 2e minutes):

(une analyse du 14 juillet 2010 d'un européen sur les québécoises -vs- les européennes :

http://www.985fm.ca/audioplayer.php?mp3=75704

(en passant, je pense comme lui et j'ai eu la chance de parler avec beaucoup d'européens et de québécois dans ma vie et il vise vraiment dans l'mille)

***

@ Pierre-Yves:

Le Québec est au contraire très sexualisé/érotisé, jusqu'à plus soif. Ce n'est que ça: que des émotions (sans sentiments profonds), plus d'amour, c'est tellement rendu superficiel et... vraiment nevrosé. Ce n'est pas à cause du catholicisme, mais à cause du rejet violent de tout ce qui vient avec cette religion. Nous sommes en réaction... (alors dans ce sens , nous pouvons quand même blâmer les éxagérations des réactions des québécois émotifs, mais pas la religion en tant que tel...). Et encore là, il faut faire une grande distinction entre la faune médiatique bien-pensantes (TRÈS anti-catho et anti-Vie), avec le restant du 'tit'peuple...
(ces gens vivent vraiment dans un AUTRE monde...)

Presque toutes les revues pour femmes, sont de vrais «manuels» pour devenir folles/superficielles/vides. Toutes les émissions pour femmes = exactement la même chose, etc !

Il n'y a plus rien à faire ici, à part... ah, pis non, ça ne me tente même plus: «go galt».

Et oui la masse des individus ne sait même pas ce qui est en train de se
passer, car elle écoute trop les illusionnistes (et leur fait trop «confiance»), dans les médias de masse et écoute trop -encore- les
politiciens qui controlent la température de l'eau. Et oui, c'est les «bourgeois» (et ils «peuplent» les médias), qui profitent le plus de cette société en décomposition et ils ne réalisent même pas ce qui se passe sur le plancher des vaches. Et oui ils font PLUS d'enfants que les classes moyennes inférieures/pauvres. J'ai découvert ça il y a quelques années et je n'en reviens toujours pas. Ça doit même une première dans l'histoire de l'humanité: le Québec est vraiment «avant-gardiste»...


p.s.
Je suis pas mal d'accord avec le restant de votre dernier commentaire...

***


@ Marianne :

J'ai VRAIMENT pitié des Québécoises (et encore plus des immigrantes), car la plupart n'ont AUCUNE clisse d'idée de ce qui se passe ici (souvent tout se décide dans «l'ombre»).

Je veux dire par là qu'elles ne savent pas du tout l'impact négatif de toutes les interventions étatiques. Je continue donc d'ouvrir les portes, malgré les quelques folles radicales à moustaches et des hommes roses nananes, qui contrôlent le Québec «chochial»...

Cette semaine, dans les transports-du-troupeau (en commun), j'ai donné mon siège à une femme qui était debout. Elle devait avoir 45 ans et elle m'a fait un de ces plus beau sourire du monde (je n'ai pas senti rien de déplacé...), tout en me disant un gros merci.

Je sépare vraiment mes analyses de la société (très tranchées),par rapport à tous ces humains (non machiavéliques, non commnunistes, non socioconstructivistes, etc) -hommes OU femmes- qui ne sont même pas capables de commencer à comprendre le début du commencement de ce qui se passe vraiment. Par contre, tous ceux qui se croient intelligents, et ceux qui prétendent «savoir» diriger nos vies (i.e tous les étatistes de gauche ou de droite qui veulent nous IMPOSER toujours plus d'état dans nos vies),
se font passer dans mon «tordeur». Ceux-là je ne les épargne presque jamais.


En tout cas, ne vous inquétez pas. Il y a encore des hommes galants, polis,etc qui ouvrent les portes aux dames. Et je sais que cela est contagieux...

En passant, la plupart des femmes ne sont pas comme les hommes. Oh! Quoi? N'est-ce pas une évidence? Semblerait que non pour tous nos «égalitaristes étatiques...». En tout cas, la plupart ne pensent pas en terme «sociétal» et ne comprennent donc même pas ce qui est en train d'arriver dans notre société... alors pourquoi leur en vouloir? J'ai même pitié de leur incroyable naïveté. (et ici je pense aussi à tous ces hommes roses , tout aussi naifs...). Trop, sinon la majorité, croient vraiment que «l'état peut améliorer les choses». Alors qu'en réalité, chaque intervention de l'étatpapa dans nos vies (santé, éducation, famille, «organismes chochiaux», etc), ne fait que rendre les hommes de plus en plus inutiles... et les femmes de plus en plus seules... dépendantes de l'étatpapa, et en thérapie$/dépression$. (ne vous demandez pas pourquoi presque tous les psy$ sont des étatiste$/progessiste$)

***


@ N:

Vous gagnez!
;-)

***

@ Gilles Guénette qui écrit:

«Ils vont juste se faire un plaisir de nous taxer encore PLUS pour payer pour tout ça. Le pire, c'est qu'ils seront encore PLUS justifiés de le faire: «Mais les citoyens le demandent!», qu'ils vont dire...»

Mais, mais, mais, c'était justement le but recherché: accélérons les choses pour qu'on en finisse,au plus vite... non ? De toute façon, les manipulateurs et illusionnistes disent TOUJOURS que c'est la faute au 'tit peuple', alors que personne a la chance de voter sur toutes ces décisions...

Sébas

@ Marianne:

Je réalisé dernièrement, que ce que je combattais pendant des années (i.e. l'idéologie féministe), n'est qu'un prétexte à plus d'interventions de l'état. Finalement, tous les «ismes» modernes (féminisme, écologisme, etc), ne serviraient que de prétextes pour toujours implanter l'idéologie ultime: l'état omniprésent/tout puissant.

En tout cas, je me comprends... et je suis toujours en réflexion.

Libre Entreprise

@Gilles Guénette,

On s'abstient de voter en restant chez soi et on adopte la participation minimum dans la société.

C'est à dire qu'on s'organise pour gagner un salaire moyen plutôt qu'élevé afin de payer le moins d'impôts possible et qu'on adopte la simplicité volontaire pour payer le moins de taxes de vente possible. Ainsi on survit dans le strict minimum et on n'engraisse pas l'état inutilement et on lui enlève sa légitimité en n'allant pas voter.

Libre Entreprise

@Sébas,

Comme le célibat est un choix personnel, vous n'avez pas à émettre de jugement de valeur en lui affublant un épithète de "malade".

Je suis moi-même célibataire, je trouve que nos lois et la société sont complètement féministes. Une femme peut accuser un homme d'agression sexuelle ou de violence et sa parole l'emportera sur l'homme même s'il n'y a aucun témoins. Les femmes partent avec la moitié et plus du patrimoine de l'homme en plus d'avoir la garde des enfants. Je regarde autour de moi et je me rends compte que c'est toujours pour le pire que les personnes se mettent en couple.

De plus, dans notre société étatisée et psychiatrisée au boute, je n'ai pas envie de mettre des enfants au monde pour qu'ils soient contrôlés, dominés, rendus esclaves, psychiatrisés et violentés par l'état et tout le monde.

Faire des enfants dans ce monde étatiste c'est comme les sacrifier à Moloc, jamais de la vie.

Je reste célibataire et sans enfants, de toutes façons on paie tellement de taxes et d'impôts qu'il m'en reste juste assez pour me faire vivre moi-même et puis le prix de la bouffe augmente à la vitesse de la lumière. Regardez le prix des céréales et du jus d'orange, c'est en train de devenir des denrées de luxe tellement le gouvernement est en train de scrapper notre monnaie avec ces politiques keynésiennes.

Sébas

@ Libre Entreprise:

Ce ne sont pas les individus ou les célibataires (j'en suis un et comme vous: entêté!), que je traite de fous, mais l'environnement étatique communiste/socioconstructiviste... qui donne TOUJOURS ce genre de «fruits».

Il faudrait vraiment que je retrouve des analyses de la société russe sous les commnistes... les ressemblances sont incroyables !

En tout cas, je vais y revenir.

Mathieu NV

@Sébas:

Vous croyez que je suis étatique?! Seigneur!

Sur mon blogue, autant dire que ce fil d'une phrase est probablement la PLUS GROSSE indication de mon opinion là-dessus. Or, à moyen-long terme, je considère qu'on va vivre dans une société dystopique dans la plupart des pays occidentaux.

http://matvail2002.wordpress.com/2010/07/15/mot-au-gouvernement-du-quebec/

Justement, je suis parti du Québec pour moins que cela. L'ailleurs n'est pas le paradis non plus, mais autant dire que la population sait se fâcher lorsqu'elle considère que cela est assez. Au Québec, la population n'a pas encore atteints ce stade. Je comprends visiblement pourquoi 1984, Brave New World, Animal Farm et La Route vers la servitude ne sont pas des lectures obligatoires dans les bonnes écoles Québécoises...

Sébas

Mathieu NV:

Pas du tout !

J'aurais du mettre un «OU» dans cette phrase:

«(je pense à Kevin, Mathieu NV OU à tous les étatistes -de gauche ou de droite, athées comme croyants- qui nous lisent):»

A+ (je dois quitter!)

Mathieu NV

@Libre Entreprise:

Je suis un peu dans le même paradigme car je dois dire que je comprends pourquoi les jeunes hommes consomment autant de substituts au sexe et à une relation amoureuse.

Or, c'est mon opinion mis à force de vivre dans une société PC et où que l'on infantilise et déresponsabilise l'individu, nombre d'individus autant de sexe masculin que féminin voient cela comme une espèce de route vers la servitude.

Le Québec est uniquement sexualisé/érotisé si on se fie aux artifices et à la vulgarité. Or, si une jeune fille s'habille d'une certaine manière, cela ne veut aucunement dire quelque chose de véritable mis à part les artifices. À part cela, c'est par contre très contradictoire.

Frankyb

Ce qui me donne espoir est de voir le déversement de commentaires négatifs face à ce programme sur cyberpresse :

http://www.cyberpresse.ca/opinions/appel-a-tous/201007/14/01-4298066-quebec-paiera-pour-la-procreation-assistee-quen-pensez-vous.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B51_1085217_section_ECRAN1POS2

Tout ça est tout de même incoryable... on est passé de "from craddle to grave" à "from conception to grave"... faut le faire.

Derteilzeitberliner.wordpress.com

Puisqu'on parle de féminisme, Marianne, allons-y donc sur la dernière stupidité d'un bureaucrate: l'interdiction de la pub de Pamela Anderson car elle ne représente pas une bonne idée de l'égalité des sexes.

C'est pas une soeur, c'est la fille de Baywatch!!!! Pire, on sait tous que, si ça avait été un homme, ça aurait passé!

Gilles Guénette

@ Frankyb

Ce qui me donne espoir, c'est aussi ce sondage Cyberpresse.ca: à la question «Êtes-vous d'accord avec le remboursement des traitements de fécondation in vitro par le gouvernement du Québec?» 58% des 28 344 personnes ont dit: Non. (33%: oui et 8%: je ne sais pas).

Gilles Guénette

L'Association canadienne de sensibilisation à l'infertilité (ACSI) soutient que l'entrée en vigueur de la couverture des traitements de procréation assistée au Québec se traduira par des économies pour le système de santé public. Elle en profite pour réitérer que ce programme constitue une utilisation hautement justifiée et éthique des fonds publics.

Outre le bénéfice que constituera la naissance d'un enfant, l'Association fait valoir que le coût total du financement de la fécondation in vitro sera entièrement compensé chaque année par les sommes épargnées en hospitalisation, soins postnatals et invalidité à long terme pour les bébés multiples de petit poids à la naissance.

http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/sante/201007/16/01-4298725-fecondation-in-vitro-un-financement-qui-permettra-des-economies.php

L'Association de sensibilisation aux congés parentaux a sans doute dit la même chose du programme des congés parentaux avant que son coût ne devienne hors contrôle ;-)

Pierre-Yves

@Gilles Guénette:

"L'Association canadienne de sensibilisation à l'infertilité (ACSI) soutient que l'entrée en vigueur de la couverture des traitements de procréation assistée au Québec se traduira par des économies pour le système de santé public."

Quantitativement, il est clair que cet argument repose sur du vent. La gratuité de la Fécondation In-Vitro fera évidemment exploser la demande: or implantation d'embryon unique comporte également des risques de grossesse à difficulté, substantiellement plus élevés que lors d'une conception "naturelle". Alors qu'on nous montre donc les "études" qui supportent cette conclusion, sinon c'est n'importe quoi.

Mais c'est surtout moralement tordu: ça revient en effet à affirmer que la collectivité doit choisir entre 1)être tenue financièrement responsable des comportements à risque de certains (en l'occurence, implantation d'embryons multiples), ou 2) indemniser à priori ces personnes afin de minimiser l'incitatif à adopter un tel comportement.

C'est un parfait exemple de "moral hazard": les contribuables doivent ils financer la consommation de drogue de certains, parce que s'approvisionner en drogue à leur propres frais comporte des dangers? Ou ça s'arrête tout ça ?

Doit-on également payer des pneus neufs aux automobilistes sous prétexte que des pneus-fesse accroissent le risque d'accident? Ou leur acheter des cigarettes sans fumée pour leur éviter le cancer du poumon?

Je pense surtout que le gouvernement du Québec et certains lobbys médicaux s'entendent à merveille pour faire payer par les contribuables le développement de leur petite business.

Marianne

Moi aussi j'aimerais bien lire les études qui soutiennent les déclarations de l'ACSI. Qu'une société occidentale évoluée et riche souhaite payer les FIV, pourquoi pas, à la rigueur, même si ce n'est pas correct aux yeux des libertariens dont je fais partie. On peut défendre que c'est une façon comme une autre de dépenser l'(abondant) argent du contribuable qui sera dépensé de toute façon. Mais de là à dire que cela permettra de faire des économies au système de santé public ... C'est prendre les gens pour des abrutis. Il y a des lobbies qui font drôlement bien leur job en effet.

(Et pour Berlinois à temps partiel) : Trop fort l'histoire de la pub de Pamela Anderson. J'aurais eu tendance à penser qu'avec ses attributs elle faisait plutôt pencher la balance du côté des filles ... LOL

Hugo

@ Sébas, Gilles et Libre entreprise :

« "Ils vont juste se faire un plaisir de nous taxer encore PLUS pour payer pour tout ça. Le pire, c'est qu'ils seront encore PLUS justifiés de le faire: «Mais les citoyens le demandent!», qu'ils vont dire..."

Mais, mais, mais, c'était justement le but recherché: accélérons les choses pour qu'on en finisse,au plus vite... non»

***

«C'est à dire qu'on s'organise pour gagner un salaire moyen plutôt qu'élevé afin de payer le moins d'impôts possible et qu'on adopte la simplicité volontaire pour payer le moins de taxes de vente possible. Ainsi on survit dans le strict minimum et on n'engraisse pas l'état inutilement et on lui enlève sa légitimité en n'allant pas voter.»

***

Il faut être courageux ou un peu masochiste pour rester au Québec et demander une augmentation des dépenses et des programmes afin d'accélérer l'autodestruction du Québec. Et pourquoi se priver et survivre avec le stricte minimum pour en donner moins au gouvernement? Ce n'est pas déjà l'effet pervers de l'impôt progressif?

Si on veut faire imploser le système, il n'est pas nécessaire de rester au Québec. Quitter la province est la meilleure façon de faire diminuer les recettes du gouvernemaman québécois. Pas nécessaire de se priver.

Il faut se trouver un «Galt's Gulch» à l'extérieur du Québec, un endroit où les gens qui veulent moins d'état pourront, ensemble, avoir un plus grand impact (un peu comme un groupe de pression, mais moins organisé). Cela privera les étatistes du Québec de certains revenus pour financer leurs programmes ridicules. Lorsque suffisamment de gens productifs auront quitté le Québec, les étatistes comprendront probablement que les réglementations, les programmes étatiques et les impôts et taxes de toutes sortes ne servent à rien s'ils empêchent les gens productifs de produire et de créer de la richesse.

Gilles Guénette

@ Pierre-Yves

«Doit-on également payer des pneus neufs aux automobilistes sous prétexte que des pneus-fesse accroissent le risque d'accident? Ou leur acheter des cigarettes sans fumée pour leur éviter le cancer du poumon?»

À moins d'un important backlash populaire, j'ai tendance à penser qu'en matière de «santé publique», on se dirige vers une prise en charge totale des citoyennes (et des citoyens, bien sûr!) par l'État.

Pour le reste, on s'entend que ces «études» sont complètement bidon et qu'elles n'ont aucun fondement dans la réalité.

Steven

@Pierre-Yves

"C'est un parfait exemple de "moral hazard": les contribuables doivent ils financer la consommation de drogue de certains, parce que s'approvisionner en drogue à leur propres frais comporte des dangers? Ou ça s'arrête tout ça ?"

C'est déjà fait en parti Pierre-Yves! Les piqueries légales. Les contribuables paient pour les seringues, les services médicaux et le personnel de ces piqueries.

Steven

@Pierre-Yves

"C'est un parfait exemple de "moral hazard": les contribuables doivent ils financer la consommation de drogue de certains, parce que s'approvisionner en drogue à leur propres frais comporte des dangers? Ou ça s'arrête tout ça ?"

C'est déjà fait en parti Pierre-Yves! Les piqueries légales. Les contribuables paient pour les seringues, les services médicaux et le personnel de ces piqueries.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche



Groupe Facebook

La dette du Québec