« Et si l'État cessait de s'ingérer dans les mariages? | Accueil | Lancement du Réseau Liberté-Québec »

01 septembre 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Gilles Guénette

Québec versera plus de 83 millions $ aux restaurateurs pour leur permettre d'acquérir de l'équipement informatique visant à assurer qu'ils ne commettent pas d'évasion fiscale.

Des subventions totalisant 38,5 millions $ permettront aux restaurants d'obtenir, sans frais pour eux, des modules d'enregistrement des ventes.

On prévoit en installer plus de 30 000, au coût de 1000 $ pièce, dans quelque 19 000 restaurants à la grandeur du Québec. C'est le géant américain IBM qui a remporté cet important contrat au terme d'un appel d'offres.

Avec ces micro-ordinateurs cryptés, les restaurateurs devront envoyer au ministère du Revenu, une fois par mois, les détails des transactions de vente de façon à ce que les fonctionnaires puissent vérifier que toutes les taxes et impôts ont été payés.

Le gouvernement subventionnera en outre, à hauteur de 80 pour cent, les dépenses reliées aux modifications que nécessiteront les systèmes informatiques des restaurateurs pour accueillir les modules électroniques. Québec réserve 45 millions $ à cet effet.

Les subventions oscilleront entre 2000 $ et 2500 $ par restaurant. Pour avoir droit au remboursement de 80 pour cent, les restaurants devront agir avant le 31 mars. Après cette date, Québec ne déboursera que 40 pour cent des dépenses encourues. Dans tous les cas, les restaurateurs devront avoir installé leurs modules au plus tard en novembre 2011.

À ces sommes s'ajoutent les coûts d'un projet pilote mené l'hiver dernier et ceux découlant de l'augmentation du nombre d'inspecteurs gouvernementaux, de sorte que la facture totale de l'initiative s'élèvera à 117,5 millions $ pour Québec.

En conférence de presse lundi à Montréal, le ministre des Finances, Raymond Bachand, a soutenu que l'investissement allait permettre de récupérer plus de 300 millions $ par année en taxes et impôts qui sont actuellement impayés — davantage si l'on inclut les ponctions fédérales.

«C'est un bon placement», a-t-il déclaré.

«Ce qui est le plus choquant dans cette histoire d'évasion fiscale, c'est que vous pensez que vous payez la taxe de vente et la TPS quand vous payez votre repas, mais si ça reste dans la poche du commerçant malhonnête parce que ce n'est pas traduit au ministère du Revenu, vous ne les avez pas payées à la collectivité», a-t-il souligné.

http://qc.news.yahoo.com/s/capress/100830/finance/qu_bec_restaurateurs

Très Big Brother comme approche. Peut-être qu'à terme, le gouvernemaman va installer des modules d'enregistrement dans tous les foyers de la «nation», histoire de bien garder à l'oeil les rentrées d'argent de ses esclaves...

Anne-Marie Provost

Quels sont les avantages/désavantages d'une monnaie émise sans intérêt par une banque centrale dont le gouvernement est propriétaire - contrairement aux banques centrales qui émettent du crédit avec intérêt et qui sont maintenant possédées par des cartels de banques privés?

FrancisD

@Gilles

C'est pathétique de voir les technocrates essayer de renflouer les coffres de l'État dans l'état présent de celui-ci, à deux pas de la faillite totale.

Ca ressemble un peu au capitaine du Titanic ayant de l'eau jusqu'au cou et qui se dit "Tournons à bâbord pour éviter le glacier!!"

FrancisD

@Anne-Marie Provost

Sans intérêt: inflation assurée. Les taux d'intérêts reflètent le coût (donc aussi sa rareté dépendant des préférence temporelles du marché selon une période donnée) du capital.

Quand le gouvernement fausse le prix, y'a gaspille ou pénurie.

Anne-Marie Provost

@FrancisD

Je comprends le principe d'intérêt, mais quel serait l'effet de l'absence d'intérêt sur les prêts initiaux de la banque centrale seulement. Les particuliers pourraient faire des prêts entre eux avec des intérêts qui réflet la demande de crédit, seulement dans ce système, le gouvernement ne devrait pas payer d'intérêt à un cartel de banques privées.

Aussi, consernant l'inflation, serait-il possible de limiter la masse monétaire et interdisant le gouvernement d'imprimer plus d'argent. Quelle serait la différence dans ce cas avec l'étalon or. Ce système me semble encore mieux que l'étalon or puisqu'on peut toujours extraire de l'or (ce qui d'une certaine manière est l'équivalent d'imprimer de l'argent.)

Gilles Guénette

@ FrancisD

Le pire c'est que l'Association des restaurateurs du Québec se félicite d'avoir réussi à obtenir cette aide. Même si, selon son pp, l'approche du gouvernement est «discriminatoire» parce qu'elle épargne les autres commerçants qui pratiquent l'évasion fiscale.

Sébas

@ FrancisD (et à Anne-Marie Provost -indirectement):

Pas si l'argent inventé est uniquement là pour repayer/annuler des dettes 'nationales' électroniques (surtout composées d'intérêts sur de la 'fausse' monnaie).

De façon pragmatique, et dans un premier temps, oui je serais pour que cela se fasse, et qu'une fois la dette repayée, on passe à de la monnaie réelle. Si cela est bien fait, il n'y aurait aucun pression inflationniste durant cette période.

Par contre, vous avez raison de dire que ce système est aussi mauvais que le système actuel (s'il est maintenu de façon permanente et/ou qu'il n'est pas fait selon les termes que je viens de décrire), car, au lieu d'être surtout des banques privées qui inventent de l'argent (selon le principe de la réserve fractionnaire), et créent de l'inflation, ce sont les états qui le font. Les créditistes et autres bérets blancs étaient naïfs. Nous ne pouvons combattre le 'mal' par le 'mal'. Ceux qui peuvent inventer de l'argent à partir de rien, vont toujours aller trop loin et vont toujours faire 'péter' le système monétaire...

Ce qui me fait rire (jaune), c'est l'argument pluri-centenaires des banquiers privés qui disent qu'une banque centrale -contôlée par les politiciens- et qui a un monopole total de sur la création monétaire, va mener un pays vers la banqueroute... il faut donc (tjrs selon leurs arguments), une banque centrale 'indépendante' de l'état et que l'argent soit -surtout- inventé par eux. LOL et triple LOL.

L'idéal -et j'ai conscience que nous parlons pour parler, car cela ne sera pas sans un miracle ou une prise de conscience généralisée- serait de tout simplement annuler TOUTES les dettes, composées de de 'fausses' monnaies et issues surtout du principe de la réserve fractionnaire et de passer dans l'instant suivant à un système 100% libre basé sur des dizaines de métaux/commodités.

Les modalités pour faire ça, serait assez simples à implanter (avec un peu de bonne volonté), sans créer une grave crise...

Bastiat79

Si le gouvernement exproprie le pouvoir de créer la monnaie par les banques, ça a le même effet que s'il expropriait n'importe quel autre actif de ces banques (bâtiment etc). Tout autre bénéfice supposé est pur délire créditiste.

Sébas

@ Bastiat79 qui écrit:

"Si le gouvernement exproprie le pouvoir de créer la monnaie par les banques, ça a le même effet que s'il expropriait n'importe quel autre actif de ces banques (bâtiment etc)"

De cossé? Ai-je bien lu/compris?

Arrêter un vol = un vol?

Le principe de réserve fractionnaire, vous connaissez? Si cela n'est pas un vol -légal- purement et simplement, je m'appelle Jeanne d'Arc.

'Coudonc', ou étiez-vous pendant nos passionnantes discussions sur CE sujet et sur CE blogue. Martin Masse a écrit une série d'articles spécifiquement la-dessus. Ça ne me tente vraiment pas de recommencer tout ces débats. Mais si vous insistez, je vais passer des heures à fouiller les archives...

Bastiat79

@ Sébas

Ne perds pas ton temps, je ne fais que répondre à la question:
"Qu'est-ce que ça change si c'est le gouvernement qui nous vole à la place des banques" et j'ai répondu la réponse correcte: "ça fait plus d'argent dans les coffres de l'état et moins dans les coffres des banques".

"Arrêter un vol = un vol?"
Si le voleur A vole le voleur B c'est un vol quand même.

"ou étiez-vous pendant nos passionnantes discussions"
J'étais là et je me suis fait une idée bien claire. Je ne vois pas de problème avec les réserves fractionnaires dans un système bancaire libre, à condition que ce soit clairement établi que l'argent déposé appartient au banquier et non au déposant. Pour attirer des déposants, le banquier peut toujours s'engager à ne pas se verser de dividende/bonus tant qu'il reste des demandes de retrait en suspens, en plus d'offrir un intérêt.

FrancisD

@Anne-Marie Provost

Les clients des banques centrales sont des banques "privées". Leur permettre d'emprunter sans intérêt serait désastreux. Le casino tournerait encore plus vite et irresponsablement. Le gouvernement en profiterait pour emprunter encore plus car les banques seraient en mesure de baisser leur taux.

Donner un extrême pouvoir au gouvernement et essayer d'encadrer celui-ci par après est douteux comme stratégie. L'expérience a déjà été tentée et elle est située au sud; États-Unis. Donc je ne pense pas qu'on pourrait mettre un "cap" sur la masse monétaire par décret légal.

Une autre question s'impose. Quel serait la grosseur idéale de la masse monétaire pour aujourd'hui, demain, dans 10 ans ? Je crois que Milton Friedman a déjà adressé la question dans les années 70 à laquelle il a répondu; "Utilisons des ordinateurs super puissants voyons!"

Bref, l'argent est comme n'importe quoi d'autre. Si on ne veut pas de problème, le marché doit décider son prix.

FrancisD

@Bastiat79

Je suis du même avis. La réserve fractionnaire n'est pas un problème. Le problème est le cours légal qui force les gens à utiliser une seule devise pour la résolution de dette.

Dans un marché libre, un investisseur pourrait acheter une devise "backée" par de l'or s'il se sent conservateur.

Il pourrait acheter la devise d'une banque pratiquant la réserve fractionnaire et se servant de l'argent nouvellement créée comme d'un levier pour investir et trouver de nouvelles opportunités. Ce qui empêcherait une telle banque d'imprimer trop d'argent d'une manière irresponsable, c'est que d'autres banques pourraient offrir le même service.


Anne-Marie Provost

"Leur permettre d'emprunter sans intérêt serait désastreux. Le casino tournerait encore plus vite et irresponsablement. Le gouvernement en profiterait pour emprunter encore plus car les banques seraient en mesure de baisser leur taux"

Si la quantité d'argent est limitée, le potentiel d'emprunt également.

"Donc je ne pense pas qu'on pourrait mettre un "cap" sur la masse monétaire par décret légal."

Si on le pouvait, quelle serait la différence avec l'étalon or?

"Quel serait la grosseur idéale de la masse monétaire pour aujourd'hui"

La quantité d'or est bien précise, qu'est-ce qui garanti que cette quantité correspond à la grosseur idéale de la masse monétaire? Je ne vois pas la différence.

Libre Entreprise

@Gilles Guénette,

Vous pouvez être certains que JAMAIS je n'ouvrirai de restaurant au Québec et que beaucoup de restaurants vont disparaître.

Le résultat c'est que le consommateur aura moins de choix et fera face à des coûts plus élevés. Des serveuses finiront sur le chômage et l'aide sociale.

Libre Entreprise

L'argent représente le capital qui lui est la somme des biens et services disponibles.

Le taux d'intérêt sur l'argent représente le coût réel d'emprunt des biens et services disponibles.

Baisser les taux d'intérêts artificiellement permet donc d'emprunter des biens et services à un prix inférieur au prix réel du marché.

Il s'ensuit une destruction de capital et pendant ce feu de paille économique, on aura l'impression que l'économie tourne à plein régime et est en mode croissance car les gens dépensent plus. On pourrait alors croire que Keynes a raison.

Mais ce qui se passe, c'est que l'accumulation du capital est découragé au profit d'une dilapidation du capital.

On brûle de l'essence, consomme plus de nourriture, plus de biens. Nous nous payons plus de services.

Au bout du compte on détruit le capital et l'économie dans son entièreté se retrouve plus pauvre après cette baisse des taux d'intérêts qu'avant.

Le résultat est que nous avons moins de biens et services pour la même population et pour une plus grande quantité d'argent.

Les gens qui ont de l'argent à la banque peuvent s'acheter moins de biens et services qu'avant, c'est cela l'inflation.

Mieux vaut laisser l'argent dans les mains du libre marché. Ainsi l'emprunt aura un coût réel qui réflète le coût d'emprunt des biens et services disponibles.

Emprunter de l'argent est comme une location. Prêteriez-vous votre voiture ou votre maison à des étrangers sans leur charger un loyer. Même chose pour les taux d'intérêts.

L'idéal serait de pouvoir épargner des biens et services et échanger des biens et services plutôt que de l'argent.

FrancisD


@Anne-Marie Provost

"Si la quantité d'argent est limitée, le potentiel d'emprunt également."

Limitée par quoi ? Une loi ? Y'a-t-il une loi que le gouvernement n'a pas encore brisé ? Ne l'avez-vous pas appris encore ?

"La quantité d'or est bien précise, qu'est-ce qui garanti que cette quantité correspond à la grosseur idéale de la masse monétaire? Je ne vois pas la différence."

Le système étalon d'or avait peut-être certaines vertus, mais seulement parce qu'il était généralement volontaire. Je ne crois pas que, de manière coercitive via l'État, d'y retourner serait une bonne idée.

Sébas

Je ne veux plus parler de ce sujet et Martin Masse a dit que j'étais 'trop agressif'...

Martin Masse: Il n'y aurait pas moyen d'indexer tous les textes (certains le sont, mais pas tous), concernant CE sujet (cela pourrait même est sous forme de livre ?), et je pourrais alors simplement dire: A LIRE AVANT DE MONTRER A TOUS QUE VOUS PARLEZ À TRAVERS VOTRE CHAPEAU.
;-)

Ou;

A lire et à comprendre et après vous pourrez dire quelque chose qui n'a pas été déjà dit/débattu.

Oui, je sais que semble condescendant de ma part, mais que feriez-vous/diriez-vous à ma place ?

En tout cas, je m'abstiens de répondre, même si c'est MON sujet favori.
Snif.
;-(

Anne-Marie Provost

@ Sébas

Je ne vais pas lire les archives entière du QL dans l'espoir de trouver réponse à mes questions lorsque je peux avoir des réponses directes ici. Alors, vous n'êtes pas obligé de vous abstenir.

@FrancisD

"Y'a-t-il une loi que le gouvernement n'a pas encore brisé ? " Quelle loi le gouvernement a-t-il brisé? Il me semble que le pouvoir juridique au Canada fonctionne assez bien.

"Le système étalon d'or avait peut-être certaines vertus, mais seulement parce qu'il était généralement volontaire." Dans ce cas, quelle est la différence entre une monnaie fiduciaire limité volontaire et l'étalon or.

D'ailleurs, l'étalon-or n'est-il pas le système monétaire privilégié par les économistes autrichiens? Sinon, quel est le système monétaire libertarien idéal? Dans le cas où la réponse serait: un ensemble de monnaies privées différentes, alors quelle est la différence avec le système d'aujourd'hui où chaque pays émet sa propre monnaie?

ie "Ce qui empêcherait une telle banque d'imprimer trop d'argent d'une manière irresponsable, c'est que d'autres banques pourraient offrir le même service." -> Ce qui empêcherait un pays d'imprimer trop d'argent d'une manière irresponsable, c'est que d'autres pays pourraient offrir le même service.

Sébas

Ok d'abord, vous l'aurez voulu:

Le "10 commandements" d'un système monétaire sain, selon le plus ou moins saint- Sébas
;-)

I
Une seule sorte de monnaie tu aimeras et tu adopteras parfaitement.

II
Tu n'auras pas d'autre système, qu'un système 100% sain/saint

III
Tous les jours tu chercheras à comprendre, en servant la réalité dévotement.

IV
Tu honoreras la déflation et son corollaire, l'augmentation constante du pouvoir d'achat(de tous)

V
Souviens-toi des jours de grandes crises monétaires (qui se répètent tout au long de l'histoire et conduisent des peuples entiers vers la servitude et les guerres), et surtout de leurs causes, réelles.

VI
Tu ne tueras point la valeur de la saine monnaie (par l'inflation).

VII
Le bien d'autrui tu ne prendras et ce, par le moyen du principe de la réserve fractionnaire, des 'belles' (en apparence seulement!), idées des bérets blancs ou des alchimistes.

VIII
La médisance à propos des "autrichiens", tu banniras et le mensonge également.

IX
En pensées 'monétaires', désirs veilleras à rester pur entièrement

X
Bien d'autrui ne convoiteras pour l'avoir malhonnêtement et ce, en ne désirant pas avoir le pouvoir d'inventer de l'argent à partir de rien et ce sous n'importe quel 'beau' prétexte.

***


@Anne-Marie Provost:

Ben là, je suis certain que vous maitrisez certains sujets et que cela ne s'est pas fait en criant ciseau ou par science infuse?

:-)

Allez, un petit effort et vous pourrez même trouver des petits erreurs dans nos idées (je ne demande que ça):

http://www.leblogueduql.org/questions-monétaires/


***

Mais je vais quand même émettre ce dernier miaulement (je ne veux quand même pas réveiller le chat qui dort ;-)):

Pour ça:

"Sinon, quel est le système monétaire libertarien idéal? Dans le cas où la réponse serait: un ensemble de monnaies privées différentes, alors quelle est la différence avec le système d'aujourd'hui où chaque pays émet sa propre monnaie? "

Non ce n'est pas pareil, car l'un tend automatiquement à assurer la valeur de la monnaie (s'il y aucune intervention de l'état dans ce domaine), et ce, tout simplement par 'les mécanismes naturels d'épuration' du libre marché.

Les monnaies émises par les différents pays sont actuellement basées sur 'rien' de tangible et les politiciens peuvent manipuler leurs valeurs comme bon leur semble (et c'est d'ailleurs ce qu'ils font, avec brio, mais à notre détriment à tous).

FrancisD


@Anne-Marie Provost

"Quelle loi le gouvernement a-t-il brisé? Il me semble que le pouvoir juridique au Canada fonctionne assez bien."

Je reformule; principe moral de base. (même si effectivement, le gouvernement brise ses propre lois car tel est la raison d'être de l'État - interdire une chose à tous saufs les politiciens et leur tinamis connectés).

Vous pensez honnêtement réussir à traduire en justice un ministre des finances parce que, une année, il se serait avéré qu'il aurait imprimé de l'argent pour la transférer à ses junkies spéculateur à la bourse ?

C'est un peu ce qui se passe à l'instant et je ne vois aucune tête rouler!

"alors quelle est la différence avec le système d'aujourd'hui où chaque pays émet sa propre monnaie?"

Le cours légal. Tous les pays forcent leurs vaches à taxes à accepter l'argent qu'ils contrôlent sur leur "turf" pour la résolution de dette.

"Ce qui empêcherait un pays d'imprimer trop d'argent d'une manière irresponsable, c'est que d'autres pays pourraient offrir le même service."

Les "pays" peuvent tous présentement compétitionner comme cela, mais ne le font pas car l'État n'a qu'une même raison d'être partout sur la planète.

Je comprend mal, de toutes façons, pourquoi on voudrait donner plus de pouvoir à l'État dans un secteur infiniment complexe (la finance) alors que cette même institution n'est même pas capable de simplement produire et/ou gérer un simple tarmac qui dure plus 5 ans.

Libre Entreprise

@Anne-Marie Provost,

""La quantité d'or est bien précise, qu'est-ce qui garanti que cette quantité correspond à la grosseur idéale de la masse monétaire? Je ne vois pas la différence.""

C'est quoi la grosseur idéale de la masse monétaire ?

En prenant une quantité fixe d'argent, peu importe sa "grosseur", on ajuste le prix des biens et services en fonction de la quantité de biens et services disponibles.

L'idéal serait de toujours augmenter la "grosseur" de la masse de biens et services disponibles. Et alors l'argent achèteras plus de richesses.

Ce n'est pas la grosseur de la masse monétaire dont il faut se soucier, mais bien la grosseur de la masse de biens et services qu'il faut tout faire pour augmenter.

Mathieu

Un documentaire est sorti récemment sur la présente crise et ses fondements:
"Overdose: the next financial crisis".

http://www.youtube.com/watch?v=4ECi6WJpbzE

Intéressant puisqu'il présente un point de vue rarement présent dans nos médias: celui de l'École autrichienne.

Anne-Marie Provost

@ Libre Entreprise

'C'est quoi la grosseur idéale de la masse monétaire ?'

C'était justement la question que je posais à FrancisD, puisqu'il disait comme argument qu'on ne pourrait utiliser une monnaie fiduciaire limitée, parce qu'on ne pourrait pas déterminer la quantité à imprimer.

FrancisD

@Anne-Marie Provost

"C'était justement la question que je posais à FrancisD, puisqu'il disait comme argument qu'on ne pourrait utiliser une monnaie fiduciaire limitée, parce qu'on ne pourrait pas déterminer la quantité à imprimer."

Je n'ai pas de problème avec le "fiat money". C'est de forcer les gens à en utiliser une en particulier le problème.

Libre Entreprise

@FrancisD,

Il y a fort à parier que personne ne voudrait utiliser d'une "fiat money" si ce n'était des lois qui en forcent l'usage.

Les gens voudraient fort probablement de l'or ou de l'argent basé sur l'or.

François 1

Z'avez vu la dernière?

On va démolir et reconstruire l'hôpital de Baie-Saint-Paul, qui est parfaitement opérationnel et qui a "lutté et duré" près de 100 ans soit dit en passant, parce qu'il ne résisterait pas à un tremblement de terre de plus de 6.5 ou quelque chose du genre...le tout à NOS frais, bien entendu.

À quand remonte le dernier séïsme du genre là-bas?

Va-t-on reconstruire TOUS les bâtiments étatiques qui ne résisteraient pas à ce genre de chose? Et les résidences pour personnes âgées? Etc...?

La fumée me sort par le nez!!!

Hos... qu'on est épais!!!

Kevin

AH BIN CALINE!!! Vous allez rire!!! Je suis en train de jouer à Dragon Age : Origins (RPG third person) et il y a une référence au "Libertarian"... hehe je cite :

"Then, of course, the Libertarian, they want more power from the circle, more autonomy"

J'ai tellement trouvé ça drôle!!! Dans le contexte du jeu, les Libertarian semblent être un regroupement de mage qui veut plus d'indépendance de l'ordre centralisé ou whatever. Je serais prêt à gager qu'un des concepteurs était libertarien et qu'il a mis son grain de sel, pour le fun ;).

FrancisD


@Libre Entreprise

"Il y a fort à parier que personne ne voudrait utiliser d'une "fiat money" si ce n'était des lois qui en forcent l'usage."

Dans un marché monétaire libre, le "fiat money" pourrait avoir encore une utilité de levier pour aller chercher plus de profits dans un futur. Bien sur, si une institution manque ses "calls" sur ses investissements (la valeur de son argent baisse), elle se fera alors surpassée par une autre.

Libre Entreprise

@FrancisD,

Dans un marché monétaire libre, le "fiat money" serait pour ceux qui sont prêt à assûmer des risques.

Stéphane Dumas

Le "leader Maximo" Fidel Castro, ne croit plus au "modèle cubain" d'après ce que j'ai vu au forum de Libéraux.org http://www.liberaux.org/index.php?showtopic=45929

Michel Chartrand doit sûrement se virer et reviver sans cesse dans sa tombe s'il a entendu cette nouvelle et je crois que Léo-Paul Lauzon digére cette nouvelle de travers....

Mathieu NV

@Stéphane:

Ça doit pleurer dans nos universités!

Louis

Vous pourriez écrire un article sur les compagnies spatiales privées.

Mathieu NV

Je dois dire que j'aime beaucoup les analyses de Martin, Gilles et des collaborateurs sur le QL qui sont très poussées et avec une rigueur exemplaire.

Cependant, je dois dire que dans le cadre d'une critique constructive en ne visant absolument personne, je remarque qu'il y a beaucoup de négativisme et de chiâlage dans nombre de billets, tout en disant que moi aussi j'ai aime bien faire les gérants d'estrade pour souvent qu'autrement comme la grande majorité de la population.

Serait-il donc possible d'ainsi de parler davantage des choses qui fonctionnement sur cette planète avec le fait que des individus ou des groupes d'individus ont utilisé des préceptes clés du mouvement libertarien tant dans le domaine de la politique plus partisane, de la société, de l'économie, de la science ou de la technologie? J'ai beaucoup aimé le fait que Martin aie parlé d'éléments plus quotidiens de la théorie libertarienne lors de la dernière conférence au Collège Maisonneuve.

Malheureusement, étant moi-même un libertarien se considérant assez «radical» du moins dans certains domaines ma principale critique du mouvement libertarien est le fait qu'elle semble tirer beaucoup (le syndrome des celtes qui étaient de guerriers d'élite mais de mauvais administrateurs) mais qu'on mentionne peu souvent les éléments porteurs de ce concept qui ont justement lieu un peu partout dans notre propre vie quotidienne, et cela un peu partout sur la planète. De ma part, malgré que j'ai une vision un peu réductrice des choses, je considère que la vision du libéralisme classique, du libre marché et de la coopération volontaire est la seule raison du pourquoi que nous ne vivons présentement pas dans un monde totalitaire avec des préceptes que nous utilisons des dizaines de fois à chaque jour toutefois sans le réaliser tant que cela devient automatique. Juste de regarder un simple banal crayon pour nous donner une idée de cela.

Pour revenir à l'exemple de ce dilemme, prenez l'exemple de l'actuel PM Canadien, dont je vais mettre ma main au feu qu'il connaît très bien le QL et qu'il est aussi libertarien qu'avant lorsqu'il était au NCC (et je ne vois absolument aucune coïncidence qu'il laisse Maxime Bernier discuter publiquement de ces idées alors que de telles idées qui iraient hors de la ligne de parti auprès des autres partis seraient automatiquement arrêtées manu militari par les autres partis), mais dont les pressions et autres éléments venant du système politique, il a dû se prostituer dans la politique partisane au lieu d'être un politicien différent de la bande de ploucs que nous avons eu au pays depuis bien longtemps, tout comme les chefs d'opposition. Même que je crois que un à un, il est aussi d'accord avec les théories de Hayek, de Bastiat ou von Mises que nous sommes pour la plupart. Au moins, je dois dire que malgré qu'elle était controversée auprès de certaines personnes et cela d'être carrément jetée dehors par son propre parti en 1990, Margaret Thatcher a eu un strict minimum de convictions malgré que l'effet médias/interactivité de nos jours fait qu'il est 1000 fois plus dur d'être politicien aujourd'hui qu'il y a à peine 15 ans.

Sur ce, je ne veut pas vexer personne avec mes propos mais je considère qu'il important de dialoguer et de faire une réflexion sur comment voit-on le concept qui nous unit malgré que le truc qui est extraordinaire est que malgré nos différences individuelles, certains éléments nous permettent de dialoguer et nous mettre en commun malgré nos différences individuelles et cela dans le respect de l'autre. Aussi, désolé pour ce très long message.

Pierre-Yves

@Matthieu NV

Tout à fait d'accord: il faut se concentrer sur ce qu'il est possible de changer ou contrôler nous-même, et ne pas donner aux gouvernements de prétextes pour intervenir - ce qui ne peut qu'empirer les choses.

Sébas

Je viens de lire David 'Antagoniste':

http://www.antagoniste.net/2010/09/10/putain-de-ville/#comment-203930

Je suis d'accord avec lui à 100%

Les "RLQistes" viennent de me perdre (pour l'instant en tout cas).

Pas uniquement parce qu'ils "tapent" sur le mouvement TEA PARTY américain(tout en répétant le 'perroquage' totalement faux des étatistes d'ici), pas uniquement parce qu'ils 'bashent' inutilement les croyants et/ou les différentes croyances qu'ils n'ont pas (mais que je respecte), mais tout simplement parce qu'ils ne sont pas stratégiques et/ou qu'ils sont incroyablement contre-productifs.

Il y a plein de conservateurs de tout acabit dans notre monde (fiscaux, moraux et plein de nuances), tout plein de croyances dans notre monde, mais ce qui rejoint tout ce beau monde, est leur désir de voir l'état "rétrécir". Il aurait été tellement plus simple et productif de ne pas parler de religions ou croyances ou de "basher" le mouvement TEA PARTY, et ce, dans le but d'éviter des dérapages(ce que j'endosse), et de dire que la participation de tous les individus est nécessaire, en autant qu'ils partagent cette seule idée:

Voir l'état nous redonner notre liberté en réduisant sa taille !

***

Serge Rouleau(?) a écrit un très bon texte, dont voici la fin (j'aime surtout la fin):

"Malgré tout, j’entretiens une crainte. Ce dont le Québec a le plus besoin c’est une voix « libertarienne », une voix qui préconise l’État minimal et la responsabilisation des individus.

En préconisant un débat orienté sur l’axe droite-gauche plutôt que sur l’axe interventionniste-libertarien, le RLQ risque d’attirer les promoteurs du conservatisme social. Si ce courant devait l’emporter sur la voix « libertarienne », le RLQ ne serait qu’un feu de paille qui ne mènera nulle part."

http://magazinenagg.blogspot.com/2010/09/le-reseau-liberte-quebec.html

**********************************************************************
Personnellement je partage les mêmes croyances que
les conservateurs étatiques, mais je n'embarque
pas dans la plupart de leurs "solutions".

**********************************************************************


Et Michel Dorais (dans un autre texte), à écrit ceci:

"En réalité, il n’y a que les autrichiens, anarchistes libéraux et libertariens qui constituent une valeur sûre pour réduire l’État. Tous les autres «droitistes» risquent d’être incapable d’atteindre ce but, soit parce qu’ils ont chacun une idée différente de la droite, soit parce qu’ils ne croient pas vraiment au bienfait de réduire l’État. En somme, on doit clarifier l’objectif. Veut-on réunir la droite ou réduire l’État? Le premier objectif ne garantit pas le second, mais celui-ci peut se faire sans réunification de la droite, voire avec l’aide de la gauche. "

http://magazinenagg.blogspot.com/search?updated-max=2010-09-07T07%3A30%3A00-04%3A00

***

En adoptant le discours droite-gauche et surtout en 'bashant' les conservateurs moraux pour éviter qu'il fasse dévier le mouvement de son objectif premier, les fondateurs du mouvement RLQ viennent de se tirer une balle dans 'l'pied' en se priver de "forces" incroyables. Plusieurs conservateurs moraux sont TRES intelligents et ils sont capables de partager les mêmes objectifs que les fondateurs de ce mouvement et ce, sans faire de prosélytisme...

Il n'est pas trop tard pour rectifier le tir.

Libre Entreprise

@Sébas,

RLQ se tire dans le pied comme l'a fait l'ADQ.

Mais peu importe, j'accueille chaleureusement la venue des mots "liberté", "droite" et "Québec" dans la même phrase.

Même si RLQ contient les ingrédients de sa propre destruction, il n'en demeure que pendant le temps qu'il existera, il sèmera la parole de la liberté, de la réduction de l'état, de la droite, de la liberté économique et salira la gauche par la même occasion.

Lorsque RLQ aura tombé, d'autres mouvements plus efficaces et mieux ciblés prendront le relais et iront encore plus loin.

Je salue ouvertement RLQ. Martin Masse et Gilles Guénette devraient tout faire pour négocier un partenariat avec le RLQ pour obtenir plus de visibilité.

Plutôt que de dénigrer le RLQ, exploitons-le au maximum tandisque c'est possible.

Sébas

@ Libre Entreprise:

Ouais, pas mal d'accord avec vos arguments, mais j'ai encore espoir.

***

En passant, bonne nouvelle:

"500 000 emplois seront supprimés dans le secteur public d'ici le mois de mars prochain, a annoncé lundi la centrale syndicale.

Les autorités tenteront de transférer la plupart d'entre eux au secteur privé, dans le cadre d'une réforme visant à accroître l'efficacité de l'État.

Les licenciements se feront graduellement et auront un impact sur tous les secteurs de l'économie, a précisé le syndicat unique dans un communiqué.

« Notre État ne peut pas et ne doit pas continuer à entretenir des entreprises et des services dont les effectifs sont en surnombre et où les pertes sont contre-productives »,

(...)

L'efficacité de l'État en cause

Suite ici:
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2010/09/13/007-cuba-fonctionnaires-licencies.shtml


p.s.
Peut-on faire comme dans la NHL et échanger Charest contre Castro?

Libre Entreprise

@Sébas,

L'état devrait commencer par ne plus subventionner ni financer aucune entreprise.

L'histoire du colisée de Québec, que ce soit à 100% privé, point final.

L'entreprise privée réussit ou échoue par ses propres moyens.

Sébas

@ Libre Entreprise

Encore d'accord avec vous:

"L'état devrait commencer par ne plus subventionner ni financer aucune entreprise."

Le Québec est champion la-dedans aussi.
Nous devrions éliminer plusieurs taxes sur la masse salariale (champions la-dedans aussi!), et éliminer des pans entiers de réglementations (eh oui # 1 la-dedans aussi!)

***

"Ah mais le Québec s'en sort mieux qu'ailleurs et blablabla"
-Militants syndicalistes inc.

Ben oui, n'importe qui avec une marge de crédit infinie, 5 cartes de crédits, 3 hypothèques, pourrait se vanter devant les "voisins" qui perdent leur job et/ou vivent plus selon leurs moyens... mais à un moment donné, la réalité va finir par rattraper ce vantard inconscient !

-"Bonjour, ici M. Banquier, nous devons couper vos marges..."

***

"Le portail du Gouvernement du Québec présente 134 programmes de subventions et de crédits fiscaux aux entreprises. Le gouvernement paie 3,6 milliards $ par année « au titre du développement de l’industrie et des ressources »; en pratique, il s’agit surtout de subventions de toutes sortes aux entreprises.

Trois mille six cent millions de dollars, c’est plus du double du chiffre équivalent pour l’Ontario. "

Marcel Boyer et Paul Daniel Muller, Argent, 10 janvier 2010
http://argent.canoe.ca/lca/affaires/quebec/archives/2010/01/20100110-204555.html

Libre Entreprise

@Sébas,

Au Québec, les subventions de toutes sortes accordées par le gouvernement c'est plus que 3,6 Milliards, c'est environ 6 milliards. C'est presque $1000 par Québécois. C'est gigantesque.

Mathieu NV

Pourquoi alors ne pas donner 1000$ à chaque habitant tant qu'à être?

Ah oui, nous sommes que des cons et l'état sait mieux dépenser que nous!

Libre Entreprise

@Mathieu NV,

Vous avez raison, quand vient le temps de dépenser il n'y a rien de mieux que l'état pour ça.

Rémi

@François 1 pour l'hopital

En tant qu'étudiant en génie, j'aurais fait la même chose.

Tu demande une étude pour la rénovation d'un bâtiment. La réponse de la firme d'ingénierie: le bâtiment n'est pas fiable pour une catastrophe qui arrive 1 fois par 100 ans. Tu as maintenant une preuve écrite de sa faiblesse. Si jamais la catastrophe arrive et que tu n'as rien fait tu es dans la marde.

Une entreprise privée ferait probablement la même chose. Puisqu'elle ne voudrait pas avoir à dealer avec toutes les poursuites.

Petite anecdote: Mon père aussi était un ingénieur. Il m'a déjà compté qu'à son travail il y avait une tour de télécom dont tout le monde savait qu'elle n'était pas très solide. Mais elle faisait l'affaire et son remplacement n'était pas prévu pour encore plusieurs années. Cependant, un gars a commandé une étude de solidité. Une fois le document en main, ils étaient obligés d'agir et de la remplacer. Bref, si t'as des doutes sur la solidité d'un bâtiment que tu ne veux pas remplacer, demande pas d'étude dessus et attends qu'il tombe de lui-même :)

Kevin

Au 98.5 FM, à Montréal, aujourd'hui à 12:41 on peut entendre Donald Cuccioletta (pas certain comment écrire son nom) Passer un enregistrement d'une femme très très religieuse qui parle contre la masturbation et il dit ensuite "alors ça nous montre très bien c'est quoi le Tea Party, avec le NRA ça regroupe des gens de toute la droite et même l'extrême droite!

C'est beau de voir que ce genre de nouvelle ne peut pas passer au Canada anglais ou aux USA, simplement parce que c'est tellement stupide et faux que ça leur coûterait trop cher en réputation. Mais c'est pas grave!!! On est au Québec et pour les québécois, le tea party est un mouvement étrange de la droite, dangereux et qui grossis vite, de l'extrême droite aussi!!! Oooooooh j'ai peuuuuuuuuur ça doit être tous des blanc néo-nazi qui veulent abattre le président...

Bastiat79

Curieusement, un article pas trop pire sur le Tea Party dans la Presse aujourd'hui:

http://www.cyberpresse.ca/international/etats-unis/201009/15/01-4316022-dix-questions-sur-le-tea-party.php

Mathieu NV

En fait, c'est probablement le truc le moins pire que j'ai lu dans la presse francophone jusqu'à date sur le mouvement Tea Party.

En occurrence, il est évident que malgré qu'un existe une petite minorité de ploucs comme dans n'importe quel mouvement, ce mouvement est probablement quelque chose d’intéressant par le fait que cela est un mouvement extrêmement décentralisé et désorganisé en son sens ce qui est de propos une bonne chose mais aussi parfois une moins bonne chose. C'est donc un mouvement parapluie.

Par contre, oui je sais, le problème vient que certaines personnes ont des motifs peu clairs ce qui fait que je suis un peu hésitant, mais il est évident qu'il existe un nombre sensible de gens aux États-Unis qui sont tannés de leur gouvernement intrusif et cela même du fait que même Ron Paul a eu un nombre très intéressant de vote populaire aux primaires et même à l'élection générale dans quelques états.

Sébas

Par rapport à l'article de Richard Hétu, dans La presse:
http://www.cyberpresse.ca/international/etats-unis/201009/15/01-4316022-dix-questions-sur-le-tea-party.php

Voici des faits beaucoup plus proche de la réalité...

***

1. Où et quand est né le mouvement Tea Party?

Ron Paul r'EVOL'ution depuis 2007-2008, ancêtre du Tea Party
http://www.ronpaul.com/

Note: 0/1

2. Que veut le Tea Party?

En 3 mots:
"Restaurer la constitution"

RON PAUL The Very Best of Ron Paul - part 2
http://www.youtube.com/watch?v=9LGqMNC_og0

et surtout abolir le XVIe amendement:

Banque centrale et impôts sur le revenu.
http://www.lewrockwell.com/paul/paul504.html

Note: 0/2

3. Sarah Palin fait-elle partie du Tea Party?

"How Tea Party Organizes Without Leaders"
http://www.antagoniste.net/2010/09/16/hayek-et-les-tea-party/

Note: 0/3

4. Quels sont les liens entre Glenn Beck et le Tea Party?
Pas mal factuel comme réponse.

Note: 1/4

5. Quels sont les candidats-vedettes du mouvement?

Note: 2/5

6. Quel est le portrait démographique de ses supporteurs?

48% des Américains disent que les « Tea Party » représentent leurs opinions politiques. À l’opposé, ils sont seulement 44% à dire qu’Obama représente leur idéologie politique…

http://www.rasmussenreports.com/public_content/politics/general_politics/april_2010/tea_party_48_obama_44

Note: 2/6

7. Qui le finance?

Pas mal factuel comme réponse.

Mais la réponse # 3 explique que même sans financement de 'grosses poches profondes', ce mouvement est là pour rester...

"How Tea Party Organizes Without Leaders"
http://www.antagoniste.net/2010/09/16/hayek-et-les-tea-party/

Note: 2.5/7

8. Nuit-il au Parti républicain?

Réponse:
Elle nuit aux républicains qui ne suivent plus la constitution originelle...

Note: 3/8

9. Est-il raciste?

Wow !

Note: 4/9

10. Survivra-t-il aux prochaines élections?

Réponse: qui vivra verra...
Je crois qu'il va arriver -comme par 'hasard'- un 'gros' évènement qui risque de cristalliser le pouvoir d'Obama...

Note: 5/10

***

Cela m'a pris 15 minutes à faire et je ne suis pas un journaliste "vedette" TROP payé et je n'ai aucune équipe de recherchiste...
;-)

B. Vallée

Avez-vous lu la dernière énormité du prof Lauzon (sur le site de CKAC Sports) pour justifier l'utilisation de fonds publics dans la construction d'un nouvel amphithéâtre à Québec ?

Je cite :

« Léo-Paul Lauzon croit qu'il faut aller de l'avant avec le projet. Selon lui, il ne faut pas négliger les facteurs économiques qu'il appelle «les intangibles». «Le hockey au Québec, c'est un service public, un bien public. C'est un projet de société», dit-il en rappelant l'ampleur de l'engouement à l'époque de la rivalité Canadien-Nordiques. »

Oui, vous avez bien lu : le hockey est un « service public », un « projet de société » !

Dé-li-rant !

Sébas

Délirant : mets-en !

Et après ça il prétend être est un économiste "de droite" ?!?!

Stéphane Dupont dit ici;

"Joanne Marcotte: RLQ et études bidons"
http://www.radioego.com/ego/listen/5678
(de 12: 02 à 12:21 minutes)

... que Léo-Paul a reconnu qu'il était financé par les syndicats pour faire ses recherches...

Kevin

À Arcand ce matin, ils ont fait une toune sur Lauzon et il l'a lui-même commenté par la suite. J'ai ri, mais ri!!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche



Contribuez

  • Donate

Groupe Facebook

Devenir Fan