« Qui veut vivre dans une société plus pauvre et égalitaire? | Accueil | 40 ans après votre santé, Castonguay veut mettre le grappin sur vos épargnes »

12 janvier 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Robin

Le plus troublant est que personne ne s'offusque de cette mesure, sans doute la plus orwellienne, que j'ai jamais vue. Et le casse-croute hot-dogs patates frites sur le bord du chemin de campagne doit-il se soumettre a cette mesure surréaliste?

Pierre S.

Good! Sans doute n'est-ce qu'un début. L'appétit de nos gouvernements est insatiable. Voir ce post dans le cri du contribuable: http://networkedblogs.com/cO6QN

Francis Ducharme


Ce genre de mesure ne fait qu'augmenter la demande pour des professionnels sachant comment contourner ce genre de système que l'on peu très bien s'imaginer mal gérer et mal conçu.

L'État encourage directement la demande de hackers.

Quelle compagnie aura le contrat d'installation et de gestion de ce réseau ?

Gilles Guénette

@ Francis Ducharme

En fait, ce sont plusieurs compagnies qui ont obtenu le contrat. Sur le site du ministère, on retrouve la liste des installateurs de MEV inscrits à ce titre auprès de Revenu Québec. «Ces installateurs ont le droit de vendre, d'activer et d'installer des MEV.» Par contre, le ministère sert un avertissement: «Nous n'offrons pas de garantie quant à la qualité des services offerts par ces installateurs et nous nous déchargeons de toute responsabilité en cas de services inadéquats ou de négligence.» :-)

http://www.revenu.gouv.qc.ca/fr/ministere/evasion_fiscale/restauration/inscrits.aspx

Mathieu NV

Le problème c'est que cela n'est pas une solution durable.

Probablement que ceux qui veulent vont trouver le moyen de le contourner.

Sur ce, Orwell a raison, nous vivons probablement dans un totalitarisme soft.

l'engagé

Je comprends votre point de vue général à l'égard des taxes et de l'impôt, même si je suis en désaccord, vous considérez qu'il s'agit d'un vol que commet l'État... Ok, mais vous essayez de changer démocratiquement la chose ou du moins d'ouvrir les consciences par le dialogue, mais dans le cas des restaurants, quand un fraudeur fraude, ce n'est pas seulement qu'il empêche l'État de percevoir les taxes ou l'impôt lié à ses revenus, IL CHARGE LES TAXES AUX CONSOMMATEURS ET LES EMPOCHE...

Il ne s'agit plus du restaurateur «apporter votre vin» que vous connaissez bien et qui vous fait congé des taxes si vous payez comptant, mais bien de restaurateurs qui vous laissent l'impression que tout est légitime et qui trafiquent à votre départ (avec ou non la complicité des employés).


D'ordinaire je n'apporte pas d'arguments personnels, mais c'est un domaine que je connais bien, j'ai travaillé 10 ans dans cette industrie (comme plongeur, cuisinier,parfois même comme gérant, comme barman et surtout comme serveur) dont 9 ans au même endroit, bien que j'aie travaillé simultanément dans d'autres restaurants ou bars. Sur 10 commerces, il n'y en a que deux OÙ JE N'AI PU PERCEVOIR DE FRAUDE (ce qui ne veut pas dire qu'il n'y en a pas), il s'agit du Laïka sur Saint-Laurent et le Jardin Nelson.

Je crois sincèrement qu'il est trop facile de frauder en restauration, je suis d'accord avec vous sur le fait qu'on peut faire un débat de fond sur l'impôt et les taxes, mais à partir du moment où certaines industries se comportent d'une manière honnête, il est inéquitable que d'autres jouissent de la possibilité de frauder en masse et dans la restauration, «on vole un oeuf» tous les jours, mais pire on vole le client lui chargeant des taxes que l'on ne remet pas au gouvernement.

Contrairement au commerce au détail, la bouffe, c'est partitif, le gouvernement ne peut pas savoir combien d'assiettes seront vendues avec le mesclun et la surlonge que tu as commandés, la seule façon d'établir un contrôle me semble en aval.

Dans mon cas, dans un établissement très populaire où j'ai travaillé, si je voulais les meilleurs soirs (et il est clair que je les voulais, c'est un incitatif économique puissant), je devais avoir deux carnets de commandes (des pads), «un virtuel» et un réel. J'estimais à l'intuition et à l'expérience qui allait me payer comptant. Pour ceux qui me payaient par carte de crédit, si j'avais inscrit leur facture dans le «pad» virtuel, je devais les recopier dans le «pad» réel. Mes caisses prenaient parfois une demi-heure de plus, car on ne prenait pas de chance, chaque vente par crédit devait être officielle, juste au cas.

Mon patron n'était pas si gourmand, il ne s'agissait que de 200$ à 350$ par soir, pendant 4 ou 5 ans (il me réprimandait si j'exagérais), vous comprenez que cela baissait artificiellement ses revenus tout en augmentant artificiellement ses dépenses. À 3 ou 4 soirs par semaine, ça fait une moyenne conservatrice de 40 000 $ par année, donc 5000$ d'extra juste par ce dispositif qui ne lui demandait aucun effort. J'ai dû faire ça 5 ans, c'est donc 25 000 $ net qui ont directement été volés de mes clients et qui ne sont pas allés dans le système de santé, d'éducation... ou dans la poche de certains entrepreneurs de la construction (voyez que je vous lis sérieusement).

Le même patron refroidissait ses compresseurs, sa clim, ses frigos, sa chambre froide et ses congélos en faisant simplement couler continuellement
l'eau courante dans un petit dispositif. Il pouvait se payer des cuisiniers ou des plongeurs par un «dessous de table» que les liquidité dudit système lui permettait.

Comprenez qu'avec un tel système, il ne faisait pas beaucoup d'efforts pour se renouveler et être compétitif d'autant plus que comme ce système était occulte, je n'étais pas payé pour le temps supplémentaire; j'économisais de l'impôt moi aussi en réduisant mes ventes...

Pour vous, le problème est l'impôt, pour ma part il existe une culture de la fraude, de la corruption et l'argument du fardeau fiscal trop lourd est une excuse trop facile pour certains (et je ne vous vise PAS, je parle de ceux que je connais) qui se donnent bonne conscience avec en justifiant leurs gestes. Si mon patron avait payé l'électricité plutôt qu'utiliser l'eau courante pour sa clim, si je l'avais vu plus souvent aux fourneaux, qu'en congé, j'aurais peut-être été convaincu qu'il n'avait pas le choix.

Gilles Guénette

@ L'engagé

La situation que vous décrivez doit sans doute se produire aussi dans des dépanneurs, dans différents magasins et boutiques, dans des animaleries, dans des garages, dans tous les domaines où une personne collecte des taxes pour l'État. Est-ce qu'il faudra à terme installer des MEV partout où il y a une caisse-enregistrueuses au Québec?! Je continue de croire que le MEV n'est pas la solution. Et que dans deux, trois, quatre ans, tout le système aura été contourné et qu'on entendra parler d'entrepreneurs qui ont réussi à passer outre le MEV et à frauder le gouvernement. Tout l'argent dépensé actuellement par les entrepreneurs qui ne fraudent pas l'aura été en vain.

l'engagé

Je comprends votre réponse Monsieur Guénette, mais comme je l'ai écrit, la restauration vend un «produit partitif», au contraire de bien d'autres industries. L'adéquation entre les inventaires et la comptabilité est beaucoup plus facile à vérifier. Si les dépanneurs achètent «au noir», il ne peuvent déduire cet achat de leur dépenses tandis que les restaurant peuvent acheter dans un marché normal et dissimuler des ventes, il n'y a pas de code-barre sur un steak, contrairement à une «ztwix»...

Mon expérience à moi, c'est 8 sur 10 fraudent, je pense donc que les restaurateurs honnêtes seront justement récompensés; si les restaurateurs qui innovent peu se contentent de chiper les taxes, ils ne font pas de véritables efforts pour offrir des produits intéressants et à bon prix. Mais je comprends aussi votre perspective, avec beaucoup moins d'impôts, la partie serait plus juste entre les acteurs.

Je suis vraiment curieux de vérifier les résultats, je crois que cette «boite noire» sera difficile à trafiquer et qu'une magouille sera visible, l'État ne pourra retrouver l'information, mais prouver hors de tout doute qu'il y a une tentative de fausser la machine sera plus facile...

Si plusieurs commerces ferment ou montent leur prix, ce ne sera pas à cause du 4000$ de la machine, mais bien parce que les commerçants se contentaient de frauder pour rester à flot au lieu de faire de réels efforts. Dans ce cas, cette mesure aura accru la concurrence. Mais je répète que je comprends que vous pensiez que le problème soit attribuable à l'impôt, mais l'impôt et les taxes touchent tous les commerces, il n'est pas équitable que certains s'en sortent mieux que d'autres parce que la fraude y est plus facile.

Sébas

@ Gilles Guénette:

Québec est d'accord avec vous:
;-)

"Tracasseries administratives: Québec crée un groupe de travail"

http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2011/01/20110112-123046.html

# 1 sur leur liste:

Bye bye MEV ?

Lupin

Le MEV: Sa me prendrait 1 mois pour contourner le bidule par moi-même, j'imagine qu'en même pas une semaine il existera des moyens de simplement contourner le système.

Il est assez simple d'imaginer l'implantation d'une switch dans la caisse qui détourne la rentrée d'information vers le MEV pour que la machine pense que le système est encore sur le "réseau" de la caisse alors que la facture sortante n'est pas comptabilisée nulle part. etc etc etc...

Bobjack

Tout cela me fait penser au Playstation 3, XBox, Blu-Ray, DVD, ACC, Kinect.

C'est quoi le rapport dans tous ça ?

Ils avaient tous une protection "inviolable" et ont tous été cracké à un moment ou a un autre et ça n'a pas nécessairement été long.

Lupin

La seule différence étant que ces machines ne sont pas rajoutées à d'autres! Ce MEV semble plutôt être une espèce de boîte noire et tout ce qu'il faudra faire c'est s'assurer que seulement les données que l'on souhaite y entrent. Cela ne sera vraiment pas compliqué.

François 1

Bientôt, il faudra coupler au MEV un système de caméra équipé d'un logiciel de reconnaissance faciale doublé d'un bracelet de localisation des contribuables qui devront également utiliser une carte magnétique pour entrer dans les restos, etc. En se faisant, non seulement notre gouvernement s'assurera que nous payons notre "juste part d'impôts" mais il pourrait également écornifler dans nos assiettes histoire de s'assurer que nous mangeons écolo et terroir.

l'appétit insatiable de la go-goche interventioniste et centralisatrice (compte tenu de ses fantasmes et de ses hallucinations, elle n'a pas le choix de vouloir tout contrôler!), ne connaît pas de limites pour arriver à ses fins mais heureusement, ils n'ont pas encore totalement étouffé la créativité et l'esprit d'iniative de certains irréductibles épris de LIBERTÉ qui auront toujours une longueur d'avance sur eux. Sûr qu'ils trouveront un logiciel de contournement et je les applaudi à l'avance!

Voici pourtant une solution toute simple: RÉDUIRE LES TAXES ET LES IMPÔTS (i.e.: starv the beast...)!

Francis Ducharme


@l'engagé

" si les restaurateurs qui innovent peu se contentent de chiper les taxes, ils ne font pas de véritables efforts pour offrir des produits intéressants et à bon prix"

Je ne vais pas dans un resto parce je soupçonne que le restaurateur ne paie pas ses taxes, j'y vais parce que la bouffe y est bonne pour le prix que je paie.

Qu'il paie ses taxes par la suite me passe 40 pieds par dessus la tête.


B. Vallée

à l'engagé

" si les restaurateurs qui innovent peu se contentent de chiper les taxes, ils ne font pas de véritables efforts pour offrir des produits intéressants et à bon prix"

Mais qui êtes-vous donc pour juger des « véritables efforts » d'un restaurateur ? Comme l'a justement souligné Francis Ducharme, c'est aux consommateurs à en juger.

Bernard

" (...) si les restaurateurs qui innovent peu se contentent de chiper les taxes (...)"

QUESTIONS:

Si l'état prédateur recevait chaque sous qui lui est du par les restaurateurs,

1) Est-ce que ca diminuerait mes impôts d'un seul sous?

2) Est-ce que ca améliorerait la situation dans les urgences de quelque façon que ce soit?

(entre autre!)

... ne vous donnez pas la peine de me répondre... alors, c'est chacun pour soi...


Estec

Ça me fait penser aux barrages policiers pour souffler dans la balloune. On emmerde ceux qui n'ont rien à se reprocher et ceux qui conduisent croche et se font pogner ont une peine légère, au lieu de 10 ans ferme pour les récidivistes.

De toute façon, ayant peu de respect pour les restaurateurs qui vendent à un prix de fou, sans oublier le tip (qu'ils demandent à la place un meilleur salaire), pour une assiette à moitié remplie de glucides raffinés comme des patates et du riz avec pain colle, pas ça qui va me faire brailler. Pas besoin d'eux pour me faire un poulet tandoori.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche



Contribuez

  • Donate

Groupe Facebook

Devenir Fan

La dette du Québec