« Conservateur? Libertarien? Néolibéral de droite? Whatever | Accueil | Remise des prix Glouton, les oscars québécois du gaspillage »

21 février 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

m-a-t

Plus ça change, plus c'est pareil, encore deux autres bourgeois millionnaires de la gauche caviar qui vont aller se prétendre les défenseurs du peuple.

Renee Houde

Rien de nouveau...la santé, l'éducation et l'économie, les 3 mêmes refrains que voilà 30 ans lorsque je suis revenue au Québec. Tout le monde attend... mais en bout de ligne, nos leaders n'ont pas l'air à être capables d'assumer cette responsabilité avec de vrais solutions. Tout est bousillé et tout est à recommencer car les péquistes et les libéraux, tout les deux, essayent d'attirer les votes de l'un et de l'autre et ils n'osent pas agir rapidement ou en demander trop ....et nous n'avançons jamais. Il nous faut des changements drastiques pour survivre mais malheureusement M. Legault n'apporte rien de nouveau, il est sans solutions.

Tant que les Québecois ne seront pas capable de faire d'immenses sacrifices, nous resterons sur place si nous sommes chanceux. Il faut exposer la situation économique réel et le déclin de la société. Il faut que les Québecois s'ouvrent les yeux très grand pour accepter la dure vérité et agir.

Bobjack

On parlait de nouveau parti politique et tout le tralala, a quoi bon vouloir créer un 4 ème PQ (inter changez par ADQ/PLQ/PQ au choix et presque QS) ?

Bobjack

Tient pendant que j'y penses, on n'en parle que très peu (on dirait que certains veulent l'oublier) ... Mais André Boisclair qui était de gauche, mais qui semblait avoir une certaine volonté de faire les choses d'une manière plus "lucide" s'est fait démolir dans les médias de toutes les manières imaginables à la fin il semblait être toujours sur la defensive, on aurait dit que quelqu'un avait un fusil sur sa tempe.

Alors imaginez, si même lui était étiqueté comme étant trop à droite pour le PQ, quels sont les chances de changement ?

Pierre-Yves

Mort de rire, et tellement vrai, ça commence bien la journée. Je ne suis pas certain d'ailleurs que l'insignifiance de l'évènement méritait de forger un néologisme, mais merci tout de même.

Simon Leduc

Je l’ai clairement exprimé sur mon blogue, le manifeste de Legault est trop vague et général. François Legault ne voulait pas faire peur à personne. Il cherche un consensus social et il ne veut pas déplaire à personne. Je m’excuse mais ce n’est pas ce genre de leadership que la Belle province à besoin. Celle-ci a besoin d’une personnalité politique qui va avoir le courage et la détermination de changer les choses. Un leader politique qui va faire ce qu’il dit et qu’il n’aura pas peur de déplaire à la solide machine syndicale québécoise. On a besoin d’un politicien de ce calibre et avec ces qualités. Cela existe ailleurs : Rob Ford (le maire de Toronto), Chris Christis (gouverneur du New Jersey), Stephen Harper (PM du Canada), Maxime Bernier (député conservateur de Beauce), etc. Je ne pense pas que le mouvement Legault va avoir du succès. François Legault est un centre-gauchiste qui croit au modèle québécois et il veut le rendre plus efficace. Nos grand journalistes me font rien quand il disent que le mouvement Legault est de centre-droit et qu’il se rapproche de l’ADQ idéologiquement. C’est faux, Legault est de centre-gauche, il a plus de chance de former une coalition avec le PLQ avec l’ADQ. Celle-ci a une chance en or de consolider ses appuis à droite du centre et d’être le véritable vecteur de changement.

Stéphane Dumas

Un peu dommage, quoi qu'il en soit, Bernard Drainville a grimpé sur les rideaux pour des rien (ou plutôt pour gonfler sa balloune personnelle) d'après cet extrait radio avec Gilles Parent trouvé sur Radio-Ego http://www.radioego.com/ego/listen/6993
Et Éric Duhaime en parle sur le sujet en disant que l'éléphant à accouché d'une souris http://www.radioego.com/ego/listen/6997

Et pour rigoler un peu sur le sujet, voici une caricature d'Ygreck
http://ygreck.typepad.com/ygreck/2011/02/legault.html

Pierre-Yves

http://www.canoe.com/cgi-bin/imprimer.cgi?id=851232

Une histoire trop fréquente malheureusement, et qui résume bien les préjugés idiots auxquels se bute la création de richesse au Québec.

Pierre-Yves

http://www.canoe.com/cgi-bin/imprimer.cgi?id=851232

Une histoire trop fréquente malheureusement, et qui résume bien les préjugés idiots auxquels se bute la création de richesse au Québec.

David Gendron

Dommage que son Égo ne se dégonfle pas...

David Gendron

Ce serait beaucoup plus payant de retenir les investisseurs immigrants au lieu de forcer des expropriations pour le gaz de schiste...

B. Vallée

En effet, la « balloune » s'est dégonflée. Ce qui n'a rien de très surprenant, puisque Legault est un politicien tout ce qu'il y a de plus conventionnel... Et convenu...

Pourtant, il y a encore des milliers de Québécois prêts à voter pour lui... Misère... Mais voulez-vous bien me dire qu'est-ce qu'on attend des politiciens ? Des lumières ? Une ligne de conduite ? Voyons donc !

Bobjack

@B. Vallée

Bof je crois que les "intentions de vote" vont en prendre un coups, souvenez-vous de l'ADQ, lorsqu'ils proposaient quelque chose d'un tantinet "original" ou un peu de désétatisation leurs intentions de vote montaient en flèche. Lorsque les intentions étaient au plus haut, l'ADQ virait à 180 degré et abandonnait toute leur idée pour essayer de plaire au gauchiste et hop les intentions de vote ensuite plantait.

Lors de la dernière élection par exemple, le nombre de vote pour le PQ/PLQ était très similaire à l'élection d'avant, sauf que le taux de participation était de 57% et l'ADQ a pris une débarque.

François 1

Bien sûr, pour tout Libertarien, et plus particulièrement pour les orthodoxes, le manifeste de Legault n'est qu'une bouillie plus ou moins fadasse et insignifiante mais Legault a pour projet de prendre le pouvoir; pas celui de créer un ènième groupe de pression et on n'attire pas les mouches avec du vinaigre. Ça prend du miel et du sucre. Surtout qu'on est au Québec ici, pays des des froussards intimidés par toute idée qui sort du moule engoncé de la pensée étatiste et syndicaliste.

Ici, on tient à conserver ET sa ceinture, ET ses bretelles.

Bref, on part de loin...

De plus, si Legault auvait dévoilé son programme au grand complet, il aurait passé le plus clair des 2 prochaines années sur la défensive et il n'aurait accompli rien de bon. Je crois que certaines de ses idées ont du mérite, dont celle d'imputer plus de responsabilités à certains fonctionnaires. Ce sera déjà ça de pris!

Pour le reste, je préfère attndre et voir la viande autour de l'os...

Lorraine

Après avoir créé autant d'anticipation dans la population que nous a-t-il proposé d'original ce bon monsieur Legault ? Plus de réflexion, plus de discussions ...??? Wow! Impressionnant!

Alors que la plupart des gens "consciencieux", connaissent déjà les réponses depuis longtemps, on nous offre encore des balounes, de la perlette etc. pour "l'avenir du Qc".

Alors que monsieur Legault a déjà commencé à fléchir les genoux devant nos gauchistes et autres,queferait-il de plus que le PLQ, le PQ ou autres, s'il
était élu ? Je suggère de l'aplatventrisme devant nos gauchistes, nos syndicats, nos groupes d'intérêts "socios" tout comme ces prédécesseurs...


Lorraine

@ François,

Si Legault a déjà peur de la confrontation dans les débats, il n'aura pas plus de courage demain pour faire ce qui doit être fait pour aller chercher la richesse et couper où c'est nécessaire dans l'État.

Au début, suite à la proposition de l'ADQ, il proposait la réduction des Commissions scolaire; aujourd'hui, il ne propose que "la ré-évaluation" des compétences des enseignants plus augmentation des salaires.

Malgré que je conçoives qu'ils est aujourd'hui nécessaire de ré-évaluer les compétences, il demeure qu'avant de parler d'augmentation des salaires il faudrait peut-être commencer par le commencement soit: couper dans tout ce gras dans le domaine de l'éducation - même chose dans le domaine de la santé.

Étant donné "les dettes" du Qc, incluant celle de la dette nationale fédérale, il lui faudrait peut-être commencer par le commencement c.-à-d, où des coupures sérieuses doivent se faire AVANT de parler d'augmentation des dépenses.

C'est beau les violons pour "se gagner" des votes aux élections mais, je crois qu'il est plus que temps que nos politiciens cessent toutes leurs petites politicailleries et RESPECTENT beaucoup plus l'électorat en offrant plus que des "ballons facilement dégonflables".

formation en ligne

merci pour cet article, j'aime bien le titre

Resistant

@François "Legault" 1,

"et on n'attire pas les mouches avec du vinaigre. Ça prend du miel et du sucre."

Le problème c'est que pour offrir du miel et du sucre à une clientèle de mouches à marde électorale, il faut menacer d'asperger un autre groupe avec du vinaigre s'ils ne cèdent pas leur sucre.

Voilà où ça ne va pas.

Resistant

@Pierre-Yves,

"auxquels se bute la création de richesse au Québec."

Vous ne comprenez pas le point de vue libertarien.

Personne n'est apte à dire combien de richesse il faut pour la société au grand complet, donc personne n'est apte à dire s'il faut créer de la richesse et si oui combien.

Le point de vue libertarien est de laisser à chacun le soin de créer sa propre richesse selon ses propres besoins et/ou désirs et le droit de propriété sur ladite richesse.

Rien ne m'enrage plus quand les politiciens nous parlent de création de richesse. Laissez donc notre richesse tranquille, point final.

On va décider seuls quand on va la créer, pourquoi, comment et combien.

François 1

@ Lorraine:

Si vous espérez prendre le pouvoir au Québec et que vous êtes "de droite" (au sens très large du terme, soit), il vous faut énormément de doigté et de tact en plus d'êttre un pégagogue de première classe car nous sommes, ici, rempli "d'illettrés économiques" (terme utilisé ici pour faire plaisir à Monsieur Masse quoiqu'il soit passablement descriptif) ET de parasites sociaux. Il y a beaucoup plus d'étudiants au CEGEP du Vieux, en sciences sociales de l'UQUAM et à l'École de théâtre qu'aux HEC...

Pour les faire prendre conscience de la situation et espérer qu'ils votent pour vous, vous ne les attirerez pas en luer promettant que "ça va saigner longtemps"!!! Il faut leur faire miroiter des avantages; des bénéfices à plus ou moins court terme, le temps que l'habitude de la rigueur et de l'ausrérité se crée. Une fois l'habitude prise, ils voteront pour ceux qui vous promettront le plus de rigorisme.

De toute façon, le FMI nous ramènera à l'ordre tôt ou tard, comme en Grèce, en Islande, en Irlande, etc...

Resistant

"qu'aux HEC"

Dans la mesure où les HEC diffusent des notions de macro-économie et de fiscalité, elle contribue au problème d'illetrisme économique.

Les HEC ne remettent nullement en question le modèle socialiste et étatiste de l'économie. Ne remettent nullement en question l'intervention étatique.

Je sais qu'une certain Nathalie Elgrably y donne des cours et qu'elle a une vision plus libertarienne de l'économie, mais cela ne veut pas dire que les HEC partagent les opinions de madame.

Les HEC enseignent beaucoup de droit et de fiscalité et de droit et fiscalité internationale etc.

Il y a donc une perversion chez ceux qui étudient aux HEC et ils ne sont pas nécessairement plus compétents en matière d'économie que les pouilleux des "sciences" sociales.

Même Nathalie Elgrably semble parfois en accord avec certaines interventions redondantes du gouvernement, comme les lois anti-collusion.

Dans un libre marché capitaliste, il existe un mécanisme intrinsèque pour combattre la collusion et c'est la compétition.

Dans un libre marché capitaliste, on n'a pas besoin d'un bureau de la concurrence car elle se fait toute seule. Il s'avert donc que s'il y a collusion et manque de concurrence, ce doit sûrement être les différentes interventions étatiques qui empêchent la dite concurrence en augmentant les barrières à l'entrée de cette concurrence.

C'est complètement stupide d'avoir un bureau de la concurrence et de décrèter des prix plancher pour le lait, l'essence, l'alcool etc.

Ne vous y méprenez pas, les HEC ne sont pas l'institut Ludwig Von Mises.

Pierre-Yves

@Resistant:

"Personne n'est apte à dire combien de richesse il faut pour la société au grand complet, donc personne n'est apte à dire s'il faut créer de la richesse et si oui combien."

En effet, mais vous avez ici l'histoire d'un monsieur qui lui aimerait en créer, de la richesse, et à qui on met des bâtons dans les roues. Des exemples semblables j'en ai vu des dizaines, le Québec c'est l'enfer en Amérique du nord pour les entrepreneurs. Le plus navrant étant cette madame qui nous explique que pour régler les problèmes de bureaucratie auxquels se heurte cet entrepreneur, ça prend simplement encore plus de bureaucratie - elle a rien compris au film c'est clair.

"Dans la mesure où les HEC diffusent des notions de macro-économie et de fiscalité, elle contribue au problème d'illetrisme économique."

Je dois hélas, à mon grand regret, être d'accord avec ça - et je suis passé par les HEC!

David Gendron

Mais il y aura une fiscalité et une macro-économie tant et aussi longtemps qu'il y aura un État, donc il est essentiel de comprendre la macro-économie et la fiscalité pour ne pas être un illettré économique présentement.

Mais évidemment, l'économie ne se résume certainement pas qu'à de la macro-économie et de la fiscalité!

David Gendron

Ça pourrait intéresser Résistant. Je crois que vous seriez plutôt un zélateur du "libre-marché propriétarien".


http://anarchopragmatisme.wordpress.com/2009/06/25/libre-marche-trois-concepts-anti-capitaliste/

http://anarchopragmatisme.wordpress.com/2009/06/29/les-premisses-micro-et-macro-economiques-reliees-aux-divers-concepts-de-libre-marche/

Sébas


Pour la 1e fois depuis que François 1 écrit sur ce blogue, je suis d'accord -à 100%- avec ses idées.
;-)

Il y a la théorie et il y a la stratégie (qui fait appel aux 2 parties du cerveau, selon moi en tout cas).

Je suis donc d'accord et avec l'approche de M. Legault et avec certaines de ses idées...

***

Voici quelques idées pour TOUS les M. Legault de ce monde qui veulent améliorer le Québec:

Mais avant, j'aimerais faire quelques précisions par rapport à certains concepts (affectés par la «novlangue»):

Les consommateurs ne font pas « rouler » l’économie, ce sont les ÉPARGNANTS, les INVESTISSEURS, les INNOVATEURS qui la maintiennent en vie et/ou la font progresser…

Et l’état centralisateur et contrôlant tout "d'en haut" n’investit pas, il dépense, taxe, augmente les contrôles, la bureaucratie, fait baisser le taux d’épargne (par des programmes sociaux déresponsablisants, l’inflation, des programmes comme ceux de la SCHL), etc!

Car si [l'état centralisateur] « investissait » (sic) de façon rentable dans l’économie, nous pourrions espérer voir nos impôts/taxes baisser (i.e. «un retour sur investissement»), ou s’il «investissait»(sic) dans la santé, le sport ou l’éducation, les individus -par exemple- cesseraient de grossir, pourraient mieux écrire, seraient plus sages, etc, mais ce n’est pas le cas. Donc ?

***

Et dans une monde encore sain (mais en tenant compte des paramètres actuel), voici ce qui pourrait se faire:

Un « plan Marshall » pour le secteur manufacturier ou les compagnies -non-manufacturières- qui exportent ou les secteurs qui innovent et créent de la valeur ajoutée ou créent du « capital »(car c’est *ces* secteurs qui font vivre le 80% de l’économie composée de « services aux entreprises/aux consommateurs » ou de consommateurs… PAS le contraire).

En tout cas, nous (i.e. le Québec), ne contrôlons pas la politique monétaire du Canada, ou les ententes de libre-échange, mais nous avons quand même plusieurs leviers à notre disposition.

Voici quelques idées de « mon » plan:

1/
Baissons à 0% les impôts sur les profits des entreprises exportatrices/productrices/innovatrices. (et publicisons ce changement partout)

2/
La gauche va aimer: 0% si et seulement si l’argent des profits reste dans le système financier québécois, ou s’il est investit ici, sinon 30% d’impôts pour tous montants qui quittent le Qc.

3/
Simplifions la paperasse (par exemple: UN formulaire qui regroupe TOUTES les sommes à donner à l’état(ou 1 formulaire pour tous les règlements) et regroupons tous les "services" à UN endroit et ce, pour chaque secteur).

4/
Simplifions TOUTES les lois (fiscales ou autres), et tous les règlements qui touchent ces secteurs.

5/
Baissons aussi toutes les taxes, frais de permis, etc (en plus des impôts sur les profits à 0%), qui touchent ces secteurs, de 50%. Mieux encore, les employés paieront 100% des cotisations « sociales » et pourront avoir un crédit d’impôt pour compenser. J'entends les étatistes de gauche crier au meurtre... mais n'oublions pas le # 2 et le "résultat" (voir en bas).

6/
Finançons -à court terme- toutes ces baisses par une réduction des subventions à toutes les entreprises.(et à moyen et long terme, les rentrées fiscales totales vont augmenter!)

*

RÉSULTAT:

Le Qc va passer de l’économie la moins compétitive (en Amérique du Nord = nous sommes 60e sur 60 !!!), à la plus compétitive.

p.s.
Beaucoup semblent « bander » QUE sur la haute technologie en se disant que l’avenir est là:

De 1, les asiatiques vont nous concurrencer « sérieusement » -même- dans ces domaines d’ici 5-10 ans (ou même avant). De 2, ces secteurs, mêmes si prometteurs et très « sexy », représentent qu’une petite part de notre économie.

Steven

@Sébas,

Il est certain que, bien qu'imparfait, le Québec se porterait mieux suites aux mesures de ton plan. Cependant, je crois que le point 2 créerait bien des problèmes. C'est du gros protectionisme. Imposer l'investissement à l'extérieur du Québec à 30% est encore plus que le taux de taxation actuel. En plus, ça détruit la richesse. On ne peut pas posséder tout l'expertise voulu au Québec pour tout créer à un prix compétitif. C'est une mesure protectionniste particulièrement néfaste. Le point 1 relève un peu du mercantilisme car tu supposes que les entreprises qui exporte créent plus de richesse que celles qui importe. C'est un sophisme économique.

Sébas

Steven:

Le point 2 c'est seulement pour faire avaler la pilule (des autres mesures), aux étatistes et ça ne détruit aucune richesse si l'argent reste ici ou est investit ici. Au départ (voir discussion libre du mois de janvier), je n'avais même pas inclus cette mesure...

*

Pour ça, j'ai quelques réserves:

"Le point 1 relève un peu du mercantilisme car tu supposes que les entreprises qui exporte créent plus de richesse que celles qui importe. C'est un sophisme économique."

*

C'est vrai que ce n'est pas vrai que les entreprises qui exportent créent nécessairement plus de richesses que celles qui n'exportent pas, mais c'est que nous avons un déficit en augmentation incroyable (en qq années, nous sommes passés d'un surplus à un déficit d'environ 25 milliards cette année!) et cela démontre que les entreprises d'ici(fondées ici ou des filiales), ne sont plus compétitives sur les marchés hors Qc...

Et en plus, plus nos entreprises deviennent peu compétitives, plus nos étatistes sentent le besoin de les supporter... donc, sentent le besoin d'augmenter encore plus notre fardeau fiscal: c'est un cercle vicieux et étant donné que nous ne pouvons pas les "convertir" au libertarianisme, nous devons parler dans leur "langage"...

;-)

p.s.
De toute façon, je vais être honnête avec vous, je ne crois pas que mêmes ces mesures soient très populaires parmi nos "penseurs" ayant du pouvoir...
Ils veulent malheureusement se sentir utiles à tout prix, en intervenant tjrs plus.

Sébas

p.s.
Petite précision par rapport à ça:

"Imposer l'investissement à l'extérieur du Québec à 30%"

Je parlais seulement d'un impôts 0 sur les profits(+ baisse de taxes sur la masse salariale à 0 également), DES entreprises mentionnées dans mon plan et ce, tant que l'argent reste ici... et un impôt plus élevé (ça peut être 30 ou 25 ou 20% etc), pour les entreprises qui "sortent" ces capitaux d'ici.

Mais cet impôt de 0% ou 30% ne s'appliquerait pas à toutes les entreprises qui investissent à l'extérieur du Qc (ou sur les investissements des individus à l'extérieur du Qc).

Resistant

@David Gendron,

Il y aura certes une fiscalité mais il n'y a jamais eu et il n'y aura jamais de macro-économie.

La macro-économie est une fausseté à la sauce étatique véhiculée par les économistes de gauche et les socialistes.

La macro-économie n'est qu'une fausse tentative de regrouper et de totaliser des aspects économiques qui ne peuvent qu'êtres individuels et atomiques. Et les statistiques et chiffres produits sont toujours dans une tentative douteuse de légitimer l'état et ses interventions.

Il n'y a pas de macro-économie, tout comme il n'y a pas de macro-individus. La seule véritable économie est la micro-économie et les règles économiques à cette échelle est simple, vivez en-dessous de vos moyens si vous ne voulez pas devenir pauvres et mourrir de faim.

La macro-économie est comme la religion, elle n'est absolument pas basée dans la réalité mais plutôt dans une foi aveugle de l'état, des interventions étatiques et du bien commun qui au bout du compte ne profite à personne.

La fiscalité, voler et piller les avoirs des autres, cela existe. Mais la macro-économie relève plus de l'imaginaire et de l'interprétation institutionelle que de la réalité.

La macro-économie est hypocrite et mensongère car bien qu'elle prétende pouvoir calculer et recenser les besoins de tous les individus, elle englobe les individus dans des groupes statistiques, leur interdisant le droit de parole et de choix individuels.

Si la macro-économie était honnête, elle devrait tenir compte de tous les désirs, besoins et aspirations des individus et donc il serait impossible de les agréger en groupes fonctionnels. Il faudrait créer un "groupe" pour chaque individu et répondre à leurs demandes économiques.

Alors, la macro-économie, bien qu'elle prétende pouvoir tout calculer et tenir la vérité totale en matière d'économie, elle fait taire les principaux intéréssés en les noyant tous dans une bête statistique qui ne veut plus rien dire.

Ce n'est pas pour répondre aux besoins des individus que la macro-économie existe mais bien pour leur imposer les volontés des élites, des bien-pensants et des autorités.

On fait croire aux individus que par les calculs et les recensements on a pris en compte leurs demandes et après on les fait taire en les regroupant tous derrière un chiffre insignifiant et on leur impose le choix de société qu'ils n'ont pas demandé individuellement.

C'est de la fraude, tout simplement. Les macro-économistes sont des shamans, des sorciers qui entretiennent l'ignorance du peuple.

Resistant

@Sébas,

Le déficit n'est qu'une fiction économique due à la doctrine d'une banque centrale et de la monnaie fiduciaire. Le déficit existe non pas à cause d'un manque d'exportation ou de compétitivité.

Le déficit existe parceque nous avons une banque centrale et une monnaie d'état.

Laissez les individus libres de transiger dans la monnaie ou l'instrument de leur choix, abolissez les banques centrales et vous verrez qu'il n'y en aura plus de déficit.

Les gens transigeront en dollars us, en or, en argent, en troc, en services, en yen, en essence etc. et alors il n'y en aura plus de déficit.

Le déficit, manque à gagner, est le symptôme d'une politique monétaire et de banque centrale défaillants.

Désengageons l'état de la monnaie. Cessons d'imprimer une monnaie nationale, cessons de taxer et d'imposer la production et vous verrez que tout le monde va s'en ficher qu'il y ait un déficit ou non.

Le déficit est une fiction macro-économique qui devient un problème seulement lorsque tout le monde sont obligés d'utiliser une monnaie fiduciaire étatique centralisée. Quand l'argent est du domaine privé plutôt que national, alors les biens et services vont là où c'est le plus rentable et plus personne ne parle de déficit.

David Gendron

Vous donnez une façon d'abolir la macro-économie. Mais elle existe présentement. Tant qu'il y aura un État ou quelconque hiérarchie de pouvoir forçant des individus à y contribuer, la macro-économie existera.

"La macro-économie est une fausseté à la sauce étatique véhiculée par les économistes de gauche et les socialistes."

"La macro-économie est comme la religion, elle n'est absolument pas basée dans la réalité mais plutôt dans une foi aveugle de l'état, des interventions étatiques et du bien commun qui au bout du compte ne profite à personne."

"La macro-économie est comme la religion, elle n'est absolument pas basée dans la réalité mais plutôt dans une foi aveugle de l'état, des interventions étatiques et du bien commun qui au bout du compte ne profite à personne."

Ces pontificats idéologiques sont faux. Si vous voulez blâmer des macro-économistes en particulier pour leur idéologisme étatiste, blâmez ces individus qui rationalisent leur idéologisme violent, pas la science macro-économique!

Dans un véritable libre-marché, la macro-économie et la fiscalité ne seront plus pertinentes, mais nous ne sommes pas dans un libre-marché présentement, alors la macro-économie et la fiscalité existent, car la macro-économie découle de l'existence de la fiscalité. Bien sûr, la macro-économie serait beaucoup plus simple sans les banques centrales et sans la monnaie fiduciaire, mais en maintenant la fiscalité, elle existerait toujours.

David Gendron

Je suis d'accord avec vous concernant le déficit, cependant.

Resistant

David Gendron,

La macroéconomie n'existe pas. Tout comme le père noel n'existe pas.

C'est comme si vous disiez que tant et aussi longtemps qu'il y aura des centres d'achats, le père noel existera. C'est comme si vous disiez que tant et aussi longtemps qu'il y aura des mamans, la fée des dents existera.

La macro-économie n'existe pas, elle n'est qu'une fiction et lubie inventée de toute pièce par l'état. Tout comme il n'y a pas de justice avec nos lois criminalisant les comportements sans victimes, même si l'état a un département de "justice" et prétend administrer la "justice".

La justice n'existe pas dans notre pays.

Resistant

@David Gendron,

"pas la science macro-économique!"

La macro-économie est à la science ce que l'astrologie est à l'astrophysique.

La macro-économie c'est l'astrologie de l'économie, de la pure bouillie pour chats pseudoscientifique et complètement fausse et littéralement malhonnête et frauduleuse.

Resistant

@David Gendron,

"Dans un véritable libre-marché, la macro-économie et la fiscalité ne seront plus pertinentes, mais nous ne sommes pas dans un libre-marché présentement,"

Justement, la macro-économie et la fiscalité nous empêchent d'avoir une véritable économie de marché, elles sont encore plus impertinentes que jamais. Au moins, dans une véritable économie de marché, les gens seraient libres de croire à ses stupidités et d'y adhérer comme bon leur semble, ils n'y seraient pas forcés par les armes.

La macro-économie et la fiscalité sont plus impertinentes que jamais dans notre monde tyrannisé qui a tant besoin de liberté et de laisser faire.

Pierre-Yves

@Resistant

"La macro-économie et la fiscalité sont plus impertinentes que jamais dans notre monde tyrannisé qui a tant besoin de liberté et de laisser faire."

Attention à ne pas faire une fixation sur les symptômes au dépens des causes. Il y'a bien d'autre disciplines enseignées dans les écoles de commerce et qui manquent de pertinence (je pense par exemple à la gestion de portefeuille). La raison commune de ce manque de pertinence c'est l'omission d'intégrer dans l'analyse le paramètre de mesure subjective de la valeur. Et là évidemment, tout s'écroule très rapidement: un investissement "held for trading" dont la valeur subjective est nulle, ça fait un méchant trou dans un bilan.

François 1

@ Resistant:

Au sujet de la monnaie: Elle a été crée joustement pour éviter qu'une personne n'aie à traîner sa "barouette" de lingots d'or pour faire son épicerie ou s'acheter des vêtements...

Votre vision de la monnaie est rétrograde.

Je comprends que les banques centrales en mènent beaucoup trop large présentement mais de là à vouloir abolir la monnaie pour le troc comme au temps des cavernes...

Steven

@François 1

Votre commentaire ne représente nullement la vision libertarienne. Ça affecte votre crédibilité très négativement lorsque vous faites des commentaires gratuits et complètement erronés. Les libertariens ne pronnent pas du tout l'abolition de la monnaie mais bel et bien son contrôle par l'État qui la détruit et appauvrit le peuple au détriment de quelques élites. On est pour ce qu'on appelle la monnaie choisit naturellement par le peuple. On avait de la monnaie bien avant que l'État en prenne le contrôle. Je sais que MM a des textes et que Mises a des articles sur la monnaie. Svp veuillez les lire et après vous pourrez critiquer la vraie position libertarienne au lieu de sortir des commentaires gratuits.

Merci

Resistant

François 1 a subi un lavage de cerveau car il est incapable d'imaginer une monnaie sans qu'elle soit prise en charge par l'état.

L'or a longtemps été la monnaie universelle, l'argent, le sel (d'où le terme salaire).

David Gendron

@François 1

Je ne crois pas que Résistant prétend vouloir abolir la monnaie. Même moi, un anarchiste, je suis en faveur de l'utilisation de monnaie, mais je suis contre son monopole étatique.

@Résistant

"Justement, la macro-économie et la fiscalité nous empêchent d'avoir une véritable économie de marché, elles sont encore plus impertinentes que jamais."

Vous parlez de la rationalisation de l'étatisme violent par plusieurs fiscalistes et plusieurs macro-économistes, pas de la science macro-économique ni de la fiscalité (en tant que discipline académique, pas en tant que fait) en tant que tels. Blâmez les individus, blâmez même les systèmes, mais pas les disciplines.

Personnellement, ce que je connais de la macro-économie renforce mes convictions anarchistes, car je comprends encore mieux maintenant les effets néfastes de l'intervention étatique dans l'économie, surtout à long terme.


"Au moins, dans une véritable économie de marché, les gens seraient libres de croire à ses stupidités et d'y adhérer comme bon leur semble, ils n'y seraient pas forcés par les armes."

Ils ne pourraient plus croire à ces stupidités puisque ces stupidités n'existeraient plus.

Resistant

@François 1,

Je crois que vous avez les choses à l'envers. L'histoire nous démontre que c'est plutôt la monnaie fiduciaire qui finit par perdre tellement de valeur qu'il faut une "barouette" de papier-monnaie-cul pour payer son épicerie.

Avec une pièce d'or, vous payez l'épicerie pour une famille de 5 pour au moins un bon deux à trois mois et ils mangeront bien.

Resistant

@David Gendron,

"pas de la science macro-économique"

La macro-économique n'est pas une science, c'est une fumisterie, une plattitude, un mythe, un dogme, un tas de mensonges.

L'astrologie n'est pas une science. Vous ne pourriez pas dire la science astrologique alors vous ne pouvez pas non-plus dire la science macro-économique.

Juste parceque la macro-économique emploie des maths, cela ne veut pas dire que c'est une science fondée pour autant.

Resistant

@David Gendron,

"blâmez même les systèmes, mais pas les disciplines."

Dire que la macro-économique est une discipline reviendrait à dire que la stupidité est une discipline, ha ha ha ha !

Au fond, vous avez peut-être raison. La macro-économique est une discipline stupide et une science qui étudie comment détruire l'économie, la paix et la prospérité dans le monde.

François 1

Du point de vue du Québécois "moyen", la balloune Legault se gonfle plutôt: 37% des Québécois votareient pour lui s'il s'associait à l'A.D.Q.!

Nous avons peut-être une chance ici de faire effectuer un virage, aussi minime soit-il, aux Québécois et il ne faut pas la rater. Une fois le virage enclenché, le reste n'est qu'une question d'intensité.

Ne traitons pas Legault de la même façon que les péquistes ont traité Bouchard...

Rome ne s'est peut-être pas bâtie en une journée!!!


Pierre-Yves

@François 1

"Ne traitons pas Legault de la même façon que les péquistes ont traité Bouchard..."

Legault n'est certainement pas Bouchard. Je me souviens encore m'être écroulé de rire à la lecture de son fameux "budget de l'an 1", tellement c'était ridicule. Quand on pense que ce type passe pour un homme d'affaire...

Désolé, mais Legault, c'est une farce. Bouchard, c'est un leader. Problème, pas sûr que des individus du calibre de Bouchard soient intéréssés à se faire suer avec l'indécrottable pétaudière qu'est devenu le Québec aujourd'hui. Et en ce qui concerne la comparaison avec Rome... hmmm, ça va les chevilles?

Resistant

@m-a-t,

"encore deux autres bourgeois millionnaires de la gauche caviar"

Et dire que moi je suis de la droite Kraft Dinner, ha ha ha ha !

Resistant

@Renee Houde,

"Rien de nouveau...la santé, l'éducation et l'économie, les 3 mêmes refrains que voilà 30 ans lorsque je suis revenue au Québec."

Pour régler ces trois problèmes, rien de plus facile:

1) On privatise la santé mur à mur
2) On privatise l'éducation mur à mur
3) On coupe les taxes et abolit les règlements anti libre marché, bref on laisse l'économie tranquille.

François 1

@ Pierre-Yves:

Pour espérer faire accomplir un virage lucide au Québec, il faut premièrement avoir une certaine influence sur le pouvoir politique et je crois que Legault est, du moins pour l'instant, en tête du peloton.

Z'avez d'autres suggestions?

bobjack

Sauf que Legault ne vaut pas plus que Jean Charest au Pauline. Son manifeste en est la preuve. C'était une escroquerie, rien d'autre. Ça ne vaut même pas la peine de lui donner de l'attention, sa ne fait que tout discréditer.

Pierre-Yves

Exactement: Legault est une escroquerie, une illusion de leadership. Ça n'ira nulle part, de la bouillie pour les chats. Au moins le manifeste des "Lucides" contenait quelques réflexions de bon sens.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche



Groupe Facebook

La dette du Québec