« La culture et les Québécois : mieux vaut ne pas chercher à comprendre | Accueil | Un permis pour parents? »

13 mai 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Resistant

Il me semble que ce n'est pas le rôle du gouvernement que de se lancer dans pareilles aventures commerciales. On est très loin des fonctions régaliennes ici. Les gauchistes n'arrêtent pas de dire qu'on paie des taxes et impôts pour aider les pauvres. Quels pauvres aide t-on ici ?

Michel Lafontaine

Ça c'est vraiment la goutte d'eau qui fait déborder le verre. Bon sang de bon sang quand va-t-on mettre cette ville en tutelle? Le pire c'est que monsieur Guénette devait être pressé ce matin car il est manifeste qu'il n'a pas lu tout l'article; on apprend non seulement l'existence d'un trou de $31 millions à Montréal mais on apprend également que la ville de Montréal offre des garanties de $71 millions pour l'introduction de ce service dans les villes de Londres, Boston, New York etc. Vous vous rendez compte, plus de $100 millions pour pareille folie!

Cette ville est devenue un asile de fous, pardon un Centre de Soins de Longue Durée pour Handicapés Mentaux pour utiliser la langue de bois si chère aux fonctionnaires. Et pendant ce temps on doit faire du véritable slalom pour éviter les nids de poule.

Steven

Je vois ça aussi comme une compétition déloyale avec les compagnies qui louent des voitures. Ici, le contribuable verse une partie de la facture de la personne qui loue la voiture. Les employés des compagnies privées qui se font probablement entre 10$ et 15$/h voudront commencer à louer les voitures de la ville pour probablement $25/h. C'est encore la même chose, on appauvrit les masses afin de favoriser quelques privilégiés et on agrandit le secteur public surpayé.

Steven

Correction à mon commentaire précédent.

Les employés des compagnies privées qui se font probablement entre 10$ et 15$/h voudront commencer à travailler pour la ville à louer des voitures pour ce qui sera probablement $25/h. Les compagnies privés perdront des employés. Un peu comme les préposés aux bénéficiaires des compagnies privés qui se font environ 10-14$/h qui n'attendent que de faire le saut dans les hopitaux et CHSLD publics pour 16$-19$/h.

B. Vallée

Je n'ai qu'une chose à dire : pauvre Montréal !

Mais remarquez bien qu'à Québec, où j'habite, ça s'en vient bien dans la niaiserie écolo-culturelle ! Le maire Labeaume ne veut pas être en reste avec le maire Tremblay : on va avoir aussi notre « quartier des spectacles », notre tramway et nos Bixis !

Marianne

J'ai eu l'occasion de rencontrer plusieurs fois le maire Tremblay au cours des deux ou trois dernières années et j'ai toujours été étonnée de son discours systématiquement enthousiaste sur le Bixi. Pas seulement pour en dire du bien en général - après tout c'est son "bébé" - mais pour en vanter le succès commercial, en particulier la vente du Bixi à différentes capitales étrangères qu'il semble considérer comme un triomphe. Quand on lui objecte le déficit, il répond toujours vente du concept à l'étranger. L'idée qu'au contraire Montréal offre pour des millions de $ de garanties à ces capitales et aggrave ainsi le déficit de l'opération est stupéfiante. Effectivement, on apprécierait plutôt de voir le problème des nids de poule réglé une fois pour toute, et pas juste avec des petits seaux de goudron ridicules déversés ici et là, qui ne servent absolument à rien.

Gilles Guénette

Entendu ce matin à Radio-Canada: L'organisme qui exploite les Bixi a menacé le gouvernement d'enlever tous les vélos en libre service s'il n'aidait pas la Ville de Montréal à effacer sa dette de 37 millions $ avant 14 h jeudi. Le gouvernement, ne voulant pas porter l'odieux de l'aventure des Bixi, a accepté de négocier...

Non mais, c'est incroyable!!! Si les "entrepreneurs" qui ne réussissent pas à faire marcher leur bébelle sont rendus à faire des menaces pour avoir du financement public (et que l'Éta cède), on est foutu!

Gilles Guénette

Il y aurait 450 fonctionnaires à la Ville de Montréal pour s'occuper des Bixi...

B. Vallée

Évidemment, le secteur privé ne pouvait pas répondre à cet impérieux « besoin »... Et la ville de Montréal a tellement d'argent qu'elle en est rendue à subventionner les prétentions écologiques d'autres grandes villes ! En passant, je me demande quel moyen de transport utilise la maire Tremblay pour se rendre aux réunions du conseil de ville ? Il voyage sûrement en vélo...

Hier matin, j'ai entendu à la radio que chaque Bixi coûtait $ 6,000 ! Le prix d'une centaine de vélos de bonne qualité. Est-ce possible ?

Marianne

Je n'ai pas d'informations précises sur le prix de fabrication des Bixis mais je sais que leurs concepteurs se vantaient à l'origine qu'ils aient été fabriqués au Québec. Donc chers sans doute. De plus, ils coûtent très cher à l'entretien : vols, vandalisme, réparations, mais aussi transport permanent. En effet, beaucoup d'utilisateurs louent le vélo pour faire des trajets à la descente (exemple de Côte des Neiges vers le Vieux-Port), puis se promener avec le long des quais, mais le laissent ensuite pour rentrer en métro ou en taxi car il est quasiment impossible de monter les côtes avec ces gros machins lourds et peu maniables. Résultat : on voit en permanence des camions qui transportent les vélos des lieux où ils sont laissés pour les replacer ailleurs. J'ai lu quelque part que les écologistes avaient pointé cet effet pervers : le bénéfice écologique étant annulé par le gazole brûlé par ces camions.

Resistant

Il me semble qu'il serait plus important de parler des résultats rocambolesques de l'élection fédérale ou de la proposition du gouvernement du Québec de plafonner le prix de l'essence. Il me semble que le bixi pédale très bas par rapport aux dossiers chauds de l'actualité.

Mattiew

Le plus ridicule dans tout ça, c'est qu'il existe une alternative! Je me rappelles très clairement avoir vu l'année dernière , a la sorti de métro Mont-Royal, un stand de location de vélo tout ce qu'il a d'ordinaire (probablement des vélos remis a neuf)..

En fait, je m'étais étonne de voir que la Ville permettait une telle compétition a son "précieux" BIXI !!

Sergio

Je connais quelqu'un qui travaille au sein de cette société qui "gère" le Bixi. Comme vous pouvez vous y attendre, les administrateurs se versent de gros salaires en pensant qu'ils font une bonne job et en se donnant de l'importance. Facile à faire quand on n'a pas de compte à rendre en sachant que les contribuables seront là pour éponger les dettes.

Pierre-Yves

@Resistant:

"Il me semble qu'il serait plus important de parler des résultats rocambolesques de l'élection fédérale ou de la proposition du gouvernement du Québec de plafonner le prix de l'essence."

Look who's talking: le spécialiste de la digression oiseuse qui se réveille. Vous êtes hors-sujet mon ami... comme d'habitude.

Marianne

On peut toujours parler des élections sur le fil de discussion ; ici le sujet est les Bixis et il mérite bien d'être traité car à lui seul il résume beaucoup de thèmes typiques importants pour les libertariens : gaspillage de l'argent public, folie écologiste, projet "bobo festivus" ruineux, absence de tout contrôle sur la société gérant les Bixis, relations troubles entre société de gestion, municipalité voire province, désastre financier prévisible et pourtant politique poursuivie sans dévier, bons postes pour les "copains" avec évidemment gros salaires sur le dos des contrbuables, et j'en passe. Cent millions de $, c'est quand même une grosse somme directement grugée de la poche des Montréalais.

Pierre-Yves

Un article instructif sur la corruption, le népotisme et le gaspillage engendrés par cette hystérie écolo-affairiste:

http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/323014/environnement-alerte-au-quebec

Caligula

Je viens d'entendre le maire Tremblay à Dutrizac... il a dit que le Bixi était un élément très structurant pour Montréal. Ça vous prend quoi de plus? ;)

Caligula

J'espère que les fédés l'aiment leur maire. C'est eux qui l'ont élu.

B. Vallée

Aux nouvelles télévisées, en début de soirée, j'ai entendu Louise Harel affirmer, en parlant du Bixi, que la ville de Montréal avait gâché un « très beau projet »...

Comique.

À Montréal, quoi qu'il arrive, la rectitude politique est toujours sauve !

Frank Nova

La raison première des Bixis et des millions investis dans les pistes cyclables et de rendre plus difficile l'accès du centre ville aux automobiles. C'est évident quand on a à y s'y rendre en voiture. Cela va promouvoir l'étalement urbain, le déménagement de bien des gens vers les banlieues plus prospères et pratiques. Toute perte de temps sur la route se réflète en perte de productivité, et d'autant plus que souvent, ce sont les têtes pensantes des opérations de création de richesses (corporation) qui s'en voient emmerdées, il ne restera que des gens qui n'ont pas pu monter au niveau de direction d'entreprises, se promenant en vélo, pour se pointer aux portes de compagnies qui fermeront. Et ça ne s'applique pas seulement à l'industrie manufacturière, qui a depuis longtemps déserté la ville, mais aussi aux cabinets d'avocats, etc. Avec la capacité accrue de télétravail, le centre ville va se remplir de gens qui ne sont pas des moteurs, avec pour seul moteur leur force musculaire, grande victoire du vélo. Mais pédaler, ça mets pas de pain sur la table...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche



Contribuez

  • Donate

Groupe Facebook

Devenir Fan

La dette du Québec