« Le fil de discussion libre de mai | Accueil | La culture et les Québécois : mieux vaut ne pas chercher à comprendre »

05 mai 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

H. Bernard

Les drames familiaux sont une conséquence directe d'un peuple infantilisé sans valeurs morales. Point final. Et c'est pas les insignifiants cours d'ÉCR qui vont changer ça.

Gilles Guénette

@ H. Bernard

Je serais prêt à parier que nos bonzes de la commission vont arriver à une toute autre conclusion et qu'ils annonceront en grande pompe le lancement d'une vaste campagne de sensibilisation ;-)

Kevin

Les drames familiaux vont toujours exister, peu importe les mesures. Contrairement au taxage ou au décrochage scolaire, l'état n'a rien à voir avec les drame familiaux! L'état a nationalisé l'éducation, ces deux problèmes sont donc SON problème... mais les drame familiaux... je vois mal ce que le gouvernement peut faire..

Gilles Guénette

@ Kevin

«...je vois mal ce que le gouvernement peut faire...»

Vous sous-estimez la capacité des élus à chercher des solutions à des problèmes, aussi insolvables soient-ils. Certains diront que de toute façon la famille a été nationalisée (avec les CPE et tout), alors l'État ne se privera pas de dépenser quelques millions dans les drames familiaux s'il le souhaite!

David Gendron

Excellent billet!


@H Bernard

"Les drames familiaux sont une conséquence directe d'un peuple infantilisé sans valeurs morales. Point final. Et c'est pas les insignifiants cours d'ÉCR qui vont changer ça."

C'est la religion qui fait en sorte que des hommes croient encore qu'ils puissent amener leurs enfants au paradis avec eux. Alors, pour le retour de la religion dans les écoles, on repassera!

Ceci dit, ça ne veut pas dire que l'État doit faire un spécial pour dépenser encore plus d'argent là-dessus. Il faut combattre la violence, point barre!

Et ça inclut la violence induite par la religion et par l'État!

Francis Ducharme


L'éducation adéquate des enfants est un sujet social hyper complexe et l'État n'est même pas capable de "patcher" des nids de poules convenablement.

Besoin d'élaborer ?

David Gendron

Non

H. Bernard

@ David Gendron

''C'est la religion qui fait en sorte que des hommes croient encore qu'ils puissent amener leurs enfants au paradis avec eux.''

Je vois que vous n'y connaissez RIEN!

H. Bernard

@ David Gendron

D'ailleurs, je n'ai pas parlé de religion mais de morale.

RedCloak

Ces étatistes vont lancer une campagne avec des publicités moralisantes. J'imagine une annonce avec Mario St-Amand comme narrateur qui dit : "Hey, le cocu, tuer sa femme, c'est mal." Ou bien, vu que le gouvernement à le monopole de la violence explicite dans les publicités télévisées, ils vont probablement montrer un père assassiner de manière horrible et graphique ses bambins pour nous sensibiliser, comme ils le font déjà avec le cellulaire au volant, la sécurité au travail et autres durant les heures de grande écoute.

Anne-Marie Provost

Les gouvernements n'ont pas beaucoup de leçons à donner en terme de violence de toute manière puisque l’existence même des gouvernements reposent sur l'utilisation de la violence.

bobjack

Je sais, il faut un registre des armes blanches et des armes a feu, tout les drames familiaux vont disparaître comme par magie. TADAMMMM

David Gendron

Je seconde Anne-Marie là-dessus!

@H. Bernard

Des hommes tuent leurs enfants pour les amener avec eux au paradis et déposséder "leur" femme de ce qu'elles aiment le plus. Ils croient encore à cette fausseté.

"D'ailleurs, je n'ai pas parlé de religion mais de morale."

Oui, vous parlez cette fameuse morale qui consiste à ne vivre qu'en couple à fidélité obligée qui cause cette possessivité si malsaine?

David Gendron

Bobjack, peut-être justement que si les conjointes avaient plus accès aux armes que présentement, elles pourraient se défendre...

B. Vallée

Les humains étant ce qu'il sont, il n'y a malheureusement aucune garantie absolue contre la folie meurtrière, l'impulsivité et le délire infanticide. Aucune. Et les explications « politiques » du phénomène valent ce qu'elles valent... Personne ne peut dire exactement ce qui se passe dans la tête d'un homme (ou d'une femme) qui s'apprête à tuer ses enfants. Ça relève de ce que j'appelerais « l'innommable ».

Par ailleurs, c'est l'entourage immédiat de l'individu en crise qui est encore le plus à même de l'empêcher de commettre l'irréparable. Dans la mesure où c'est possible... Car il y a sans doute des cas où personne n'a rien vu « venir ». Mais qu'un député ait cette prétention, à travers un « énoncé » de politique plus ou moins abstrait, élaboré dans un bureau de ministre, me laisse pantois.

JohnB

À la place, ils pourraient ressortir le rapport Rondeau qui a été tabletté et féministement démoli en 2004.
http://publications.msss.gouv.qc.ca/acrobat/f/documentation/2004/04-911-01rap.pdf

Quebec101

"Pourquoi pas une commission parlementaire sur la crue printanière, tant qu’à faire?!"

Attention à ce que tu dis, tu pourrais leur donner des idées.

Je suis certain que Pôline Marois va sortir dans les prochaines heures pour nous annoncer que si elle était au pouvoir, elle fermerait tout ça, les rivières.
Surtout le Richelieu, qui nous emmène de l'eau anglaise.

Pierre-Yves

@Quebec101

"Surtout le Richelieu, qui nous emmène de l'eau anglaise."

Ouache... vite, faisons une loi.

Resistant

"Pourquoi pas une commission parlementaire sur la crue printanière, tant qu’à faire?!"

Le NPD pourrait proposer un projet de loi pour interdire la crue printanière et ainsi s'assurer qu'il n'y a plus jamais d'innondations.

"Ouache... vite, faisons une loi."

Vous avez été plus vite que moi.

Steven

J'avoue qu'en tant que père, ça me perturbe sérieusement au niveau émotif lorsque je lis ces histoires. Qu'on me donne toute explications possibles pour ces gestes ne change rien. Quand j'essaye de me mettre dans la peau de ces meurtriers(ères), je fais un "overload" émotif et je m'enlève tout de suite "de leur peau".

Que le gouvernement vienne dire qu'en faisant une commission parlementaire il va pouvoir améliorer ou régler la situation dépasse l'entendement. Tout ce qui va résulter de tout ceci va être des compagnies de communications qui feront du lobbying intense pour pouvoir se faire surpayer afin de pouvoir créer des publicités. Il va y avoir aussi j'en suis certain des groupes de psychologues et autres qui feront également du lobbying afin que le gouvernement créer des programmes additionnels afin que les victimes puissent bénéficier de leurs services "gratuitement". On entend "gratuitement" ici par les contribuables qui paient 200$/heure pour les consultations des victimes.

Les politiciens se feront du capital politique avec la commission et les mesures éphémères qui en suivront. On ne préviendra aucun meurtre. On réussira tout simplement à s'apauvrir un peu plus collectivement au dépend de certains groupes politiquement "connectés". Il ne manquera plus que des beaux macarons sur les chemises des politiciens avec l'inscription "I care" ou en français "Ça me touche..." pour clore le bal masqué de la fraude politique.

Pierre-Yves

@Steven:

"Que le gouvernement vienne dire qu'en faisant une commission parlementaire il va pouvoir améliorer ou régler la situation dépasse l'entendement."

Le mal existe. On y peut rien, sauf éviter de le faire. Et très certainement, en cas d'urgence je préfère parler a un curé qu'a un fonctionnaire, en l'instance.

François 1

Quelqu'un a entendu Arcand "ramasser" Danielle Doyer à son émission radiophonique?

Du bonbon!!!

Steven

@Pierre-Yves

"Le mal existe. On y peut rien, sauf éviter de le faire. Et très certainement, en cas d'urgence je préfère parler a un curé qu'a un fonctionnaire, en l'instance."

-J'avoue que moi aussi je ferais ça avant de parler à un fonctionnaire même si le curé ne serait pas mon premier choix!

Frederic

Tout ça n’est un symptôme de l’étatisme et du collectivisme. Ils croient que la vie des gens appartient à l’état ou à la société, au groupe ou la nation. Selon eux l’état peux disposer des individus pour ce qui estiment être à ce moment « le bien commun ».

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche



Contribuez

  • Donate

Groupe Facebook

Devenir Fan

La dette du Québec