« L’uniformité par la diversité ou la tyrannie de la cause homosexuelle | Accueil | Enseigner le gouvernement aux enfants* »

21 août 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Loi101

"Oh, il est certain que ça va faire mal pour un certain temps."

Les baby-boomers en ont profité pendant toute leur vie.
Maintenant on nous demande de payer pour leur excès et leur mauvais jugement.

Non merci.

Pierre-Yves

Loi101:

"Les baby-boomers en ont profité pendant toute leur vie. Maintenant on nous demande de payer pour leur excès et leur mauvais jugement."

Vous avez parfaitement raison de relever ce paradoxe et cette injustice.

Nonobstant, c'est bien ce qui va arriver parce que - si j'en juge par la popularité du vote "de gauche" chez les jeunes Québécois - votre génération n'a pas compris que voter pour des politiciens qui proposent de vous acheter avec votre propre argent ne peut que mener à une telle impasse.

Alors tant pis pour vous... :-)

Marianne

Je suis d'accord avec Pierre-Yves. Cela fait longtemps déjà que les baby boomers ne sont plus les seuls à voter. Les nouvelles générations ne donnent aucun signe de vouloir autre chose que continuer sur les bases de l'état-providence et en profiter à leur tour. Eux-mêmes ne font ainsi que repousser aux générations suivantes le prix à payer.

Quand on est et libertarien et baby boomer et qu'on a vu avec (au choix) désaccord / incompréhension / colère / impuissance grossir le système et qu'on le voit maintenant vouloir se perpétuer, c'est très, très désagréable, croyez-moi.

Loi101

"Les nouvelles générations ne donnent aucun signe de vouloir autre chose que continuer sur les bases de l'état-providence et en profiter à leur tour. Eux-mêmes ne font ainsi que repousser aux générations suivantes le prix à payer. "

Encore une fois, les générations avant nous n'ont pas voulu changer. Elles ne veulent encore pas changer. Pourquoi ça serait à nous de payer le prix? Soit qu'on coupe *beaucoup* pour tout le monde, où sinon on continue comme c'est parti. Moi aussi je suis capable de profiter de ce qui reste comme les plus vieux ont fait.

Un exemple parfait: Les postes gouvernementaux.. On juge qu'il faut couper car il y a beaucoup trop de postes à rien faire, donc on coupe par attrition. On attend les retraites et on ne remplace pas les postes.
Donc, ce qu'on nous dit:
"Pendant des années, les employés gouvernementaux se sont pognés le cul. (trop d'employés pour la quantité d'ouvrage) Et ils vont continuer à le faire jusqu'à ce qu'ils jugent qu'ils en ont profité assez. Mais pour vous, ça ne fonctionnera pas comme ça."

Qu'on tue les syndicats, qu'on enlève les nombreux avantages sociaux et fonds de pensions illimitées aux plus vieux, et peut-être les générations plus jeunes vont vouloir en faire plus.
Nous ne sommes pas aveugles, nous voyons les vieux en profiter en nous laissant la marde...

Encore une fois, non merci.

Pierre-Yves

@Loi101:

Si vous voulez un exemple de ce qui va réellement arriver quand les finances publiques frapperont le mur, regardez la Grèce. La seule différence c'est que les Québécois ne sont pas du genre à descendre dans la rue. La solution réaliste et durable serait en effet de sabrer dans les dépenses, mais vous savez tout aussi bien que moi que ça ne ce fera pas, la facture étant simplement refilée au générations suivantes sous forme de dette jusqu'à ce que le château de cartes finisse par s'effondrer.

Prenez par exemple le récent exemple du financement par les contribuables de la fécondation in-vitro: vous trouvez ça raisonnable? Vous trouvez ça sensé? Vous trouvez ça juste? Probablement que non, et moi non plus. Pourtant, c'est exactement ce qui a été décidé parce que les lobbies ont beaucoup d'énergie pour influencer des politiciens qui n'ont rien de mieux à faire... et donc vous allez continuer à vous faire fourrer.

Marianne

Si cela peut vous amuser, il y a eu pire. Beaucoup de gens de la génération de mes parents ont eu accès après la 2ème guerre mondiale à des avantages considérables en termes de retraites et d'avantages sociaux alors qu'ils n'avaient pratiquement jamais cotisé. Je parle de la France en l'occurrence mais quelque chose me dit que la situation est comparable au Québec et dans la majorité des pays occidentaux socialisants.

A titre personnel, je serais ravie que les fonctionnaires, qui en France partent en retraite avec quasiment 100% de leur dernier salaire, voient le montant de celle-ci diminué d'autant qu'ils ont pu la prendre plus tôt que les employés du privé après avoir bénéficié de la sécurité de l'emploi tout au long de leur carrière quelle qu'ait été leur productivité ou leur assiduité. Je ne mentionne pas les avantages qui vont avec (par ex. mutuelle santé à vie couvrant 100% de toutes les dépenses de santé, alors que les retraités du privé ne bénéficient que de la couverture de base, soit environ 65% des frais dans le meilleur des cas, augmentée éventuellement de maigres quoique coûteuses mutuelles).

Mais, voyez-vous, les syndicats sont là et veillent au grain. Les timides tentatives dans ce sens de quelques gouvernements ont immédiatement déchaîné des grèves massives et, curieusement, l'hostilité de l'ensemble de la population en dehors de quelques libertariens. Trop de gens ont intérêt à ce que cela continue. Comme dit un de mes amis, aujourd'hui presque tout le monde "en croque" ou veut en croquer.

Vous pouvez toujours espérer une fin précoce de la génération du baby boom - une épidémie peut-être ? - mais en réalité une solution significative consisterait déjà à arrêter l'hémorragie à partir de maintenant. Ce n'est déjà pas rien.

Pierre-Yves

https://www.youtube.com/watch?v=i-g2iGskFPE&feature=share

Mathieu

@Pierre-Yves:

Merci du lien.

La « classe » complète que donne le « maître » De Gaulle est également disponible sur le site Web de l'INA. (J'emploie ces termes très pédagogique car, clairement, il s'était bien organisé pour que ses points de presse ressemblent à cela - voyez encore ce à quoi ressemble bien des cours magistraux en France, le professeur enseignant sur son petit estrade).

Je trouve du réconfort à entendre cela (une politique monétaire basée sur l'or) de la voix d'un homme vu comme un grand sage - peut-être aussi à cause d'une propagande favorable et d'un mythe créé autour du personnage - par plusieurs de nos contemporains.

Cependant, on trouvera objet à le critiquer dans sa « politique des revenus » (si je me souviens bien du nom qu'il lui donne) qui consiste, comme actuellement, à prendre à ceux (entreprises) qui ont du succès et des bénéfices, et à verser leurs deniers confisqués abondamment dans les mains de ceux qui ne fonctionnent pas.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook