« Privatisation des services: un faux débat? | Accueil | Le fil de discussion libre de février »

21 janvier 2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Steven

Bon article Martin! Il est difficile d'expliquer de façon brève les leçons de l'économie autrichienne. Le but est d'intéresser les gens à venir s'instruire eux-mêmes.

P.S Friendman a eu 100 ans en 2002, pas en 1992.

Steven

Euh... Je voulais dire 90 ans en 2002 et non en 1992. Désolé.

Martin Masse

Merci Steven. En effet, Bernanke a donné son discours en 2002 pour le 90e anniversaire de Friedman. J'ai tendance à confondre les décennies en vieillissant...! Je vais corriger.

bobjack

Content de revoir le Martinus Massus, je crois pouvoir affirmer sans me tromper qu'il manquait à beaucoup d'entre-nous.

Je suis surpris tout de même du penchant qu'a pris Friedman, en tant qu'économiste allumé il aurait du se rendre compte par lui-même des risques de la monnaie fiduciaire.

Legor Fiseau

Je ne comprends pas la pertinence d'avoir un diplôme en économie. Je ne comprends pas qu'il soit possible d'avoir un doctorat, ni même un bac, en économie.

Il me semble que l'économie c'est très simple à comprendre, vivez en dedans de vos moyens.

Si l'économie est devenue une "science" complexe, c'est qu'il y a des intérêts étatiques et coercitifs qui la comlique pour rien et essaient de la manipuler pour arriver à leurs fins. Les stratégies et les manipulations orchestrées pour exploiter la productivité des individus ont donné lieu a une fausse science économique, basée sur des formules de maths, des statistiques, des projections, des régressions etc.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche



Groupe Facebook

La dette du Québec