« Budget du Québec 2012: pas de croissance durable en vue | Accueil | Les journalistes ont-ils besoin d’une garderie à 7$? »

17 avril 2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Marianne

Je ne comprends pas le sens de cette phrase : "La Suède se permet de déduire de ses émissions les arbres qui sont replantés par son industrie forestière alors qu'au moins une des méthodes utilisées par les écologistes au Canada ne le permet pas".

Pouvez-vous expliciter ?

Carl-S. Huot

La plantation d'arbres est assez bien reconnue comme ce que l'on appelle des puits de carbone qui absorbent du CO2. Selon certaines méthodes de calcul des émissions, il est possible de déduire une certaine quantité de CO2 pour chaque arbre planté, mais il faut par contre en ajouter pour chaque arbre coupé. C'est comme celà par exemple que certains artistes procèdent pour faire des tournées dites carbone neutre. Or, selon certains environnementalistes politiques, il ne faut pas permettre aux entreprises de déduire du carbone pour ne pas fausser le marché, à la baisse du moins. Au Canada, les entreprises replantent 80% des arbres coupés pour accélérer la reforestation. Cela leur permet aussi de réduire leurs émissions, sauf dans les méthodes de calcul où cela ne leur est pas permis. Ce genre d'artifice, en faisant augmenter le coût de coupe des arbres au Canada contre une baisse en Suède, rend beaucoup moins compétitive l'économie forestière canadienne. En fait, une différence d'une tonne dans le calcul à 35$ la tonne sera suffisante pour permettre à la Suède d'éliminer le Canada du marché des produits forestiers, ce qui est loin d'être innocent, sans pour autant que l'on puisse dire que le niveau des émissions ait baissé. Pour donner l'ampleur du problème de calcul, sachez que selon la méthode, l'évaluation va de 17 à 23 tonnes par habitant au Canada. Au niveau mondial, les évaluations s'échelonnent entre 30 et 42 millards de tonnes d'émissions globales, ce qui fait tout de même une différence de 420 milliards de dollars comptés à 35$. De quoi entraîner de nombreuses disputes commerciales le cas échéant, les plus "imaginatifs" des pays dans leur calcul s'attirant les foudres des pays plus respectueux de l'esprit des traités internationaux en la matière.

Sylvain

M. Huot
Vous connaisser bien et maitrisé bien votre sujet, et très bien vulgarisé, surtout un avis impartial. félicitation

David M.

Excellente analyse! Bravo

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche



Groupe Facebook

La dette du Québec