« Le fil de discussion libre de mai | Accueil | French Liberalism in the 19th Century - An anthology »

11 mai 2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Jean-Claude Michaud

Le malheur, c'est que généralement, c'est des marches négatives contre quelques choses et pour plus d'état. Quelques causes sont nobles comme marcher pour la paix, contre la maladie, pour faire du Québec un pays indépendant (fin de la péréquation et notre prise en charge par nous-même). J'aimerais aussi voir une marche pour des baisses d'impôt, pour rembourser la dette du Québec, pour éliminer la corruption et le gaspillage, pour réduire la bureaucratie et demander de réviser notre modèle Québecois qui n'en est pas vraiment un.

Gilles Guénette

«J'aimerais voir une marche pour des baisses d'impôt, pour rembourser la dette du Québec, pour éliminer la corruption et le gaspillage, pour réduire la bureaucratie et demander de réviser notre modèle Québecois qui n'en est pas vraiment un.»

Moi aussi. Sauf que ceux qui marcheraient pour ce genre de causes n'ont tout simplement pas le temps de marcher. Leur temps est précieux. Ils doivent travailler pour payer leurs impôts...

Anne-Marie Provost

Est-ce qu'il s'agit de véritables marches organisées au Québec?

Gilles Guénette

Absolument. Et il y en a d'autres ;-)

David Caron

Finalement, ne sommes nous rien d'autre qu'un peuple de grands marcheurs petits faiseurs? :-)

John Waboo

Si au moins ces casseurs troubleurs d'ordre public aurait mené la zizanie le chaos envers des instutions reliées à la Mafia montréalaise, ces morons frappent toujours la mauvaise cible mésintellingents.

B. Vallée

Au Québec, la manifestation semble devenue une fin en soi...

Mais les « marches » ont d'abord une fonction narcissique. Les marcheurs s'y donnent le beau rôle, en démontrant publiquement qu'ils se soucient du « bien collectif » sous toutes ses formes...

Je participerais volontiers à une « marche de l'indifférence »... Mais une telle « marche » n'attirerait sans doute pas grand-monde...

Pierre-Guy Veer

grand marcheur, petit faiseur.

dans la quasi totalité des cas, c'Est pour que l'État intervienne

B. Vallée

« Le Mouvement Québec français (MQF) et le Mouvement Montréal français (MMF) tenaient une marche samedi pour dénoncer l'anglicisation de la métropole. »

Encore une « marche ». Et pour « dénoncer » quelque chose, comme c'est souvent le cas...

Sylvain

]dans la quasi totalité des cas, c'Est pour que l'État intervienne}

Les autres c'est pour que l'État arrête d'intervenir! est-ce ca l'État Providence, creer les problèmes, pour mieux les régler?

Je sais pas si une partie de la population font la nuance entre Parents et Gouvernements.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche



Contribuez

  • Donate

Groupe Facebook

Devenir Fan

La dette du Québec