« Introduction aux Harmonies économiques de Bastiat (1ère partie) | Accueil | Lac-Mégantic: notes sur un accident de train »

28 août 2013

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Anarcap

Bien qu'il soit odieux que des profiteurs abusent du système public des prêts et bourses ainsi que du système public d'éducation. Bien que le caractère public du système d'éducation représente une occasion de fraude et de détournement qui ne serait pas présent si l'école était privatisée, le problème que vous présentez a une cause beaucoup plus profonde.

En effet, vous présentez une corrélation entre chômage et fraude scolaire des prêts et bourses. Vous apportez comme solution à cette fraude la privatisation des institutions d'enseignement.

À mon avis la vraie cause de cette fraude est la privatisation des opportunités de travail. Étant donnée, dans un système anarcho-capitaliste, que le travail est obligatoirement fait en tant qu'employé soumis à un contrat de travail entre un employeur et un employé, sur la propriété privée de l'employeur et utilisant les moyens de productions privés de l'employeur, il se trouve que le travailleur est effectivement un employé.

Donc, le travailleur dépend du marché de l'emploi et les profits qui découlent de son travail et de sa productivité servent à enrichir davantage l'employeur qui peut alors acquérir plus de propriété privée et plus de moyens de production privés.

Le travailleur, privé de moyens de productions, se voit obligé de vendre sa force de travail a un marché qui en a de moins en moins besoin. L'impératif premier de tout être vivant est de survivre par tous les moyens possibles. Le respect de la propriété privée d'autrui passe après l'impératif de survie.

Si vous étiez vraiment sincères quant à votre désir d'éliminer la fraude des institutions publiques, vous admettriez que le principe de propriété privée mur-à-mur des moyens de production est la cause première du chômage et que la solution est une redistribution plus égalitaire des profits et des moyens de production.

Tant que vous insisterez sur le modèle propriétaire des moyens de production ainsi que sur le modèle marchand de l'allocation des ressources, vous vous retrouverez avec des laissés pour compte qui feront tout en leur pouvoir pour survivre, y compris la fraude que vous dénoncez dans cet article.

Si vous voulez vraiment mettre fin à la fraude, il vous faudra partager les moyens de production et laisser les travailleurs travailler pour eux-mêmes sans êtres obligés d'êtres des employés.

Il n'y a pas assez d'emploi pour tout le monde mais il y a assez de travail pour tout le monde et votre modèle de propriété privée est l'obstacle premier qui empêche les uns de travailler. Il y a un conflit en propriété et travail.

Votre modèle de propriété privée à tout prix et de logique du marché à tout prix crée un excès de capacité productive non utilisée et une paupérisation de la classe ouvrière qui se voit alors tentée par la fraude pour suppléer au manque d'opportunité de travail que crée le capitalisme que vous prônez.

AMP

« travail a un marché qui en a de moins en moins besoin » Pourquoi ?

«L'impératif premier de tout être vivant est de survivre par tous les moyens possibles. » Non, non ! Voyez plutôt : « l’impératif premier de tout être vivant est de se reproduire par tous les moyens possibles. » - Genghis Khan

« propriété privée mur-à-mur des moyens de production est la cause première du chômage » Les habitants de Singapore ne seraient probablement pas d’accord avec vous, mais puisque vous le dites !

Hum... Je ne sais pas pour le reste, je pense que ça ne vaille même pas la peine de vous répondre.

Marianne

Moi, je m'amuse de voir que quelqu'un qui prend étrangement le pseudo de "Anarcap" énonce mot à mot les vieilles thèses communistes les plus totalement dépassées.

B. Vallée

Anarcap, anarcapoté ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche



Contribuez

  • Donate

Groupe Facebook

Devenir Fan

La dette du Québec