« La capitalisation au secours de la répartition | Accueil | Pour un capitalisme de l'entraide »

07 octobre 2013

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Bobjack

Sans parler des "scientifiques" qui demandaient un cover up sur la pause de 15 ans de peur que ça alimente le scepticisme.
allooooô ? Y a quelqu'un au bout du fil.

On annonce en grande pompe qu'on va amener plein de chercheur pour prouver une crise climatique, depuis quand la conclusion est déjà connu avant de faire une étude ? WTF.

J'imagine ce qui se passerais si je faisais la même chose dans mon métier.

Maxime Théberge

Mouin, c'est un peu faible comme argumentation. Ce n'est pas parce que l'on ne comprend pas complètement quelque chose (comme le climat) qu'il faut cesser de faire des efforts pour tenter de le comprendre. Tant qu'à ça, arrêtons maintenant les recherches sur le cancer ou l'alzheimer, me semble que le remède est long à trouver...

Je trouve qu'il y a toute une marge entre nier le réchauffement climatique et le comportement que l'on peut avoir face à ce réchauffement. On peut avoir une perception catastrophiste du réchauffement et entretenir "l'hystérie", mais on peut aussi être plus positif et penser que l'humanité, créative, ingénieuse et résiliente, va s'y adapter.

Pour s'y adapter, encore faut-il savoir à quoi l'on fait face. Certaines compagnies de transport maritime l'on bien compris, et elle organisent désormais le passage des marchandises à travers l'Océan Arctique, maintenant franchissable une partie de l'année. Elles comptent bien entendu sur le fait que la tendance va se poursuivre et qu'il y aura de moins en moins de glace dans l'Arctique dans les prochaines années (merci au réchauffement).

D'autres encore, qui sauront bien anticiper la tendance, investiront dans des secteurs prometteurs et verront leurs investissements fructifier. On pourrait penser aux compagnies fabriquant des plantes génétiquement modifiées pour résister davantage à la chaleur et à la sécheresse, ou encore à des innondations fréquentes. Bref, les exemples sont nombreux.

D'ailleurs, les scientifiques ne travaillent pas tous pour le gouvernement : beaucoup oeuvrent dans des universités américaines privées, à but lucratif ou non. S'ils disposaient de preuves irréfutables que le changement climatique n'existe pas, nul doute qu'ils en profiteraient pour faire la couverture de Nature ou de Science.

Pierre-Guy Veer

"S'ils disposaient de preuves irréfutables que le changement climatique n'existe pas"

COnsidérant les preuves accablantes que j'ai présentées, il y a de quoi se poser des questions.

"nul doute qu'ils en profiteraient pour faire la couverture de Nature ou de Science."

qui seraient derechef ignorées par nos médias "neutres"

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche



Groupe Facebook

La dette du Québec