« Les Canadiens français sont-ils nés pour un petit pain? L'invention d'un mythe historique | Accueil | Les Québécois donnent moins »

17 février 2014

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Philippe LeBel

Votre théologie est intéressante. L'Apocalypse de Jean, vous l'avez déjà lue? La littérature apocalyptique: Un goût prononcé pour l'allégorie et le symbolisme. Une prose qui se termine sur une révélation : quel est le sens divin de son époque et comment le peuple de Dieu sera bientôt délivré.

(Changez Dieu pour "marché" ou ce que vous voudrez)

Jean de Patmos croyait lui aussi que les païens étaient hérétiques, puis les faux-juifs aussi, les adeptes de la "synagogue de Satan". Au fond, votre prose n'est pas si différente de celle de Jean. Votre intention non plus. Votre idéologie s'apparente elle aussi à une religion.

Bien à vous.

Gabriel Lacoste

Je n'ai personnellement aucun problème à me reconnaître une foi raisonnée en ce qui découle des échanges volontaires. J'ai plus de difficulté dans la prétention à l'avoir dépassée par une représentation scientifiquement démontrée du monde qui nous entoure dans sa globalité.

Effectivement, j'emploie l'allégorie et le symbole. Je suis motivé par l'intuition que le niveau de représentation commun qui motive les opinions est de cette nature, que les doctrines anti-libérales ont la puissance du symbole derrière elles et qu'y répondre simplement par la raison est souvent inefficace.

Considérer le marché comme un Dieu ne me pose pas de problème. Étant adepte d'une métaphysique spinoziste, je conçois Dieu comme un mode de présentation (un style, une forme de narration) de la Nature. Je tiens à préciser cependant qu'il y a une différence majeure entre le Peuple et le Marché comme expression d'une sagesse supérieure. Je ne prétends pas être inspiré de la volonté des marchés pour imposer aux autres des choix par le détour du pouvoir. La même chose ne peut pas être dite de la notion de Peuple, qui sert précisément à imposer des choix aux individus par la force. Si les marchés expriment une sagesse supérieure, c'est dans la sens d'une divinité dont le plan est inaccessible à l'individu.

Bien à vous.

Philippe LeBel

Personnellement, quand il est question de politique et d'arguments, j'essaie de me tenir loin de l'affect et de l'appel à la Nature Divine des choses.

Toutefois, je tiens à saluer votre honnêteté dans votre réponse à ma critique. Elle confirme la perception que j'ai souvent sur ce blogue.

Bien à vous.

Gabriel Lacoste

La question que je me pose alors c'est si, au delà de votre volonté de vous en tenir loin, vous y réussissez. La prétention au savoir et à la rationalité peut dissimuler des émotions et une foi non-reconnue et donc non-critiquée qui prennent l'allure de dogmes. Les diverses interventions étatiques sur les choix économiques des individus s'appuient largement sur cette prétention et pourtant la démonstration d'une telle expertise reste à faire.

Bien à vous.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche



Contribuez

  • Donate

Groupe Facebook

Devenir Fan

La dette du Québec