« Génocide arménien: l'État français légifère sur l'histoire | Accueil | Le modèle québécois: si ça marchait, on le saurait! »

13 octobre 2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Philippe Gamache

Ce qui me désole encore davantage dans cette histoire, c'est que la ministre Beauchamp a pu faire le tour des médias sans se faire challenger par une seule personne à propos des retombées économiques. « Comment dix millions peuvent-ils se transformer soudainement en 32 millions madame la ministre ? » ou encore « Ne croyez-vous pas que ce 10 millions auraient été davantage bénéfique dans la poche des contribuables ? » et pourquoi pas « Ne trouvez-vous pas que les travailleurs de l'industrie québécoise ne sont que des assistés sociaux déguisés ? ».

Pendant ce temps, le prix d'un billet de cinéma d'un film québécois est le même que celui d'un film américain. Je continuerai donc

Valérie Jean

Aussi ridicule est le fait que "l'industrie" continue de compiler leurs statistiques en fait "d'argent accumulé au box-office" et non en "billets achetés".

L'inflation, vous connaissez ?

Sylvain Falardeau

Wow!

Le cinéma Québecois est donc une nouvelle opportunité de HYIP (High Yield Investment Program). Ces programmes d'investissements qui pullulent sur l'Internet et qui promettent des rendements de l'ordre de 5 à 15% par jour on maintenant de la compétition!

Un des escroc célèbre qui s'est rendu riche avec une fraude de ce genre est Carlo Ponzi (http://www.mises.org/story/855).

Marc-André Tremblay

Si un investissement dans le cinema rapporte 600% de profit alors pourquoi est-ce que personne d'autre que les entités d'état n'investissent dedans?. Un beau mensonge électoral pour dilapider a gauche et droite l'argent d'hydro-québec.

Qui oserait donc déplorer un investissement gouvernemental dans la "grande et merveilleuse culture québécoise". Si la culture était si grande et appréciée, elle se financerait d'elle même. De toute facon, tout ce que la télévision et le cinema québécois fait est de reprendre des vieilles idées américaines et d'y ajouter du jouale et des sacres.

Kevin Pouliot

Pour apporter une nuance, le retour de 600% n'est pas direct, le gv les perçois en tant qu'impôt et en taxes. C'est pourquoi il n'y a pas tant d'investissements privé, le marché francophone est trop petit pour des investissements majeurs. Par contre, on peut noter que l'argent perçu en taxes et en impôt au cinéma ne se fera pas dans le théâtre ou alors dans les livres. D'une manière ou d'une autre, aucune richesse n'est crée, on transfère des sorties d'argent (les investissements) et on transfère des entrées d'argent (les fameuses retombées).

Pour ce qui est de l'argument de la création d'emplois, il est alors ridicule puisque si j'étais au gv, je pourrais créer des milliers d'emplois en envoyant des "spécialistes" compter les roches dans l'bois à 20$ de l'heure. J'aurais alors plein de belles ptites familles qui vivent avec... l'argent de ceux qui ont payé les impôts... Je ne dis pas non plus que cet argent créerait une richesse quelconque.

Whatever.. 3 mots qui disent tout là dsu : C'est dla marde :P

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook