« GES: même les vaches sont «distinctes» au Québec! | Accueil | Les dépanneurs contre la concurrence »

09 décembre 2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Jean Le Moignan

Bons commentaires, M. Bréard.

Je suis bien prêt à encourager les commerces québécois... en autant qu'ils soient prêts à encourager les consommateurs québécois par leurs bas prix et par des produits de bonne qualité. Pourquoi devrait-il y avoir assymétrie en faveur des commerçants?

Adam Liska

Bon commentaire! Il faut ajouter que dans un libre marché, la lectrice Delphine Q. peut acheter - si elle veut - le lait québécois. Personne ne lui dicterait ce qu'elle devra acheter (ce qui est le cas maintenant).

nicolas

Oui voila une reponse bien detailee.

Yan

Si je ne me trompe, Delphine Q parle d'un prix plafond alors que si je ne me trompe, il s'agit plutôt d'un prix plancher...

J-F Houle

Faire concurrence à des producteurs agricoles qui ont des esclaves, sans droit de parole, comme employés, ce n'est pas de la libre concurrence.

En plus, avec quoi vous pensez que leurs productions agricoles sont arrosées et engraisées ?

À 20 ans j'étais moi aussi fasciste et pour la libre entreprise à n'importe quel prix. Réveillez vous !

Sébastien

Selon wikipedia:
Fascisme: Au sens large, le terme fascisme a pris un sens générique. Le modèle italien s'étant exporté dans toute l'Europe, le terme s'est ensuite étendu à tout mouvement politique s'appuyant sur un pouvoir fort, prônant un État policier extrêmement sécuritaire, les métiers organisés en corporations (ceci au moins jusqu'en 1945), la défiance envers les étrangers, l'exaltation du sentiment nationaliste et une politique réactionnaire.

Je trouve amusant de mettre fascisme et libre entreprise dans la meme phrase. Vous deviez etre mèlé pas a peu pres a 20 ans.

Devinez quoi, dans un monde de libre entreprise, vous etes pas obligé d'acheter du gars qui produit grace a des esclaves. Votre argent est la meilleure arme contre ces problemes, suffit d'etre alerte.

JS

Salut J-F,

j'ai du mal à comprendre ce que tu veux dire par

"À 20 ans j'étais moi aussi fasciste et pour la libre entreprise à n'importe quel prix. Réveillez vous !".

Peux-tu élaborer?

Salutations,
JS

Philippe

J-F: Nous sommes tous contre l'esclavage. Mais vous sortez cette phrase sans donner d'exemples. Est-ce que le lait des États-Unis est le fruit de l'esclavagisme ? Celui de l'Europe ? L'argument de l'exploitation revient sans cesse dans la bouche des protectionnistes, mais les faits sont rarement au rendez-vous. Et ce n'est pas parce que les salaires payés ailleurs nous semblent ridiculement bas qu'ils le sont pour les travailleurs. Comme le mentionne l'auteur, « la plus grande erreur de l’Occident est de juger les pays du tiers-monde à partir de son propre niveau de développement économique ». Lorsqu'un travailleur accepte un salaire librement, aussi bas soit-il, il n'y a aucune exploitation et il n'est pas un esclave.

Gabrielle Ladouceur

Monsieur Houle, vous semblez négliger que si la demande pour les produits agricoles de l'étranger augmente suite à la libéralisation, hé bien les paysans qui voient leur produits plus en demande recevront un salaire plus élevé.

Même Oxfam-Québec, qui n'est pas un organisme reconnu comme pro-marché, reconnait que le protectionnisme agricole est un frein au développement des PED: "Les propositions actuelles vont autoriser les pays riches à augmenter leurs subventions agricoles néfastes aux pays pauvres contrairement à ce qui avait été promis." (extrait de http://www.oxfam.qc.ca/html/presse/presse/communique05/OMC.asp)

Empêcher le commerce avec l'extérieur, c'est-à-dire une forme de redistribution volontaire, mutuellement avantageuse et efficace, c'est assurer la pérénité des inégalités pour les avantages de quelques privilégiés, comme l'explique monsieur Bréard.

Le fascisme, expression souveraine de l'autoritarisme et du contrôle sur autrui, ne saurait être lié au libéralisme, même si l'amalgame est facile et fréquent.
Bonne journée :)

Jerome

Malheureusement on oublie trop souvent que le terme fasciste etait utilise a toutes les sauces il y a une cinquantaine d'annees par nos amis socialistes et sovietiques.

Visiblement c'est pas encore eclairci ce probleme la, il y a encore des restes :)

J-F Houle

Ok les nerds, oubliez le fascisme et revenons sur le suget. Dans la Chine communiste, les paysans avaient leur lopin de terre fourni par l'état. Depuis que les grand capitalistes ont fait entré la Chine dans l'omc, avait le seul but d'avoir une main d'oeuvre bon marchée, nous sommes envahis de produits de mauvaises qualités. Pas toujours mais très souvent. Pensez-vous vraiment que Black and Decker pense au bien et au confort des ses ouvriers Chinois qui fabriquent des perceuses aujourd'hui très médiodres, comparées à celles qu'on fabriquait autrefois à brockville Ont. Il est en train de se produire la même chose avec les produits agricoles. laissez de côté vos études théoriques en économie et regarder autour de vous ce qui se passe.

Gabrielle Ladouceur

En effet, il faudrait être très naîf pour affirmer que les firmes décident d'investir, en Chine ou partout ailleurs, pour le bien des employés ou de qui que ce soit d'autres... Tout comme il faudrait l'être pour croire que l'État agit lui-même dans cette optique.

Cependant, même si ce n'est pas le but de l'entreprise, cette dernière parvient, en créant des emplois, à améliorer les conditions de vie de milions de citoyens partout sur la planète. Par exemple, en Asie du Sud-Est, plusieurs pays sont passé en quelques décennies d'un sous-développememt comparable à celui de l'Afrique Sub-Saharienne à un niveau de développement et de vie enviable presque partout sur terre...

Cependant, le plus grand avantage de l'entreprise privée sur le gouvernement est qu'une entente sur le marché est, par définition, volontaire. Je ne peux pas vous forcer à vendre où acheter mes produits, et Black & Decker ne menace pas d'une baîonnette ceux qui ne désirent pas ses emplois. Aucune entreprise privée ne peut créer de goulags, ou de "Petits livres rouges".


Pour le reste, et si vous craignez, comme mlle. Delphine, que les produits sur le marché mondialisé ne répondent pas à vos attentes, rappellez-vous les épiceries il y a quelques années. Les produits biologiques, et équitables, étaient pratiquement impossible à trouver. Aujourd'hui pourtant, le supermarché près de chez-moi à 2 étalages de substituts de viande pour végétariens, et une pleine rangée de produits biologiques ou équitables!!! Si suffisament de personnes désirent un bien sur le marché, que ce soit un VUS, du café équitable, ou des perceuses produites au Canada, un entrepreneur y verra l'opportunité de profits et ce produits se trouvera sur les tablettes...

Ginette Roussel

Monsieur Houle,

J'ai habité la thaïlande pendant plus de 3 ans et j'ai vécu avec ma fille pendant 6 mois en Chine.
Ce que vous dites dans votre message n'est que pure démagogie et ignorance.
Je ne vous parle pas ici de théorie, mais bien de la réalité. À force de trop vouloir faire le procès du capitalisme, on se rend aveugle. Comment pensez-vous que l'Angleterre du 19e a été en mesure d'assurer son développement?

La vérité il y a quelques années, la classe moyenne était tout simplement inexistante au pays du Dragon rouge. L'ensemble de la population vivait dans la misère la plus abjecte. Aujourd'hui nous avons des millions de chinois ayant un meilleur niveau de vie et plus grand pouvoir d'achat. C'est par la libéralisation économique que les citoyens en sont venus à jouir de libertés importantes. Alors qu’'avant ils devaient travailler la ou on leur ordonnait de le faire, les Chinois peuvent maintenant choisir leur emploi eux-mêmes. Les voyages et les déménagements étaient impossibles et il était interdit de quitter la campagne pour la ville. Aujourd'hui ils peuvent voyager presque librement, porter des vêtements qu'ils aiment et dépenser leur argent comme bon leur semble. Meme les journaux officiels montrent plus d'indépendance et se permettent de critiquer les fonctionnaires corrompus.

Demander à des journalistes comme Jean-Francois Lépine de Zone libre (Radio Canada) des gens comme lui qui ont vu les horreurs de l'ère de Mao et qui ont pu constater maintenant a quel point la chine a été transformé de A à Z. Renier le progrès incroyable de ce pays est absurde.

Mais je suis curieuse de connaître votre alternative? Faut-il refuser le commerce avec tous ces pays sous prétexte qu'il faut les laisser dans la misère? Nous on se développe mais vous rester pauvre. Belle mentalité. Le protectionnisme éhonté de l'occident est la véritable forme d'esclavage.

Pour votre information, j'ai 56 ans, mère de quatre enfants. Loin d'être une fasciste, je suis plutot capable de voir le progrès la ou il se trouve.

Bonne journée.

Sébastien

M. Houle

vous dites:laissez de côté vos études théoriques en économie et regarder autour de vous ce qui se passe.
Justement, le communisme ne fonctionne qu'en théorie, toute les données empiriques ( pardonnez-moi les mots compliqués mais je suis un nerd) le démontre bien. Le capitalisme a, quand a lui, démontré son efficacité de façon vérifiable donc pas seulement en théorie. Le Québec lui-meme a été le cheap labor de quelqu'un il n'y a pas si longtemps. Meme qu'en électronique (conception) nous le sommes encore.

En terminant, si le capitalisme vous dérange, aller donc a Cuba voir si c'est le paradis!


Gilles Laplante

M. Houle,

Affirmer que les chinois ne produisent que des biens de mauvaise qualité est faire preuve de méconnaissance du sujet. Je suis un utilisateur d'outils et la majorité sont produit en Chine. Ce sont de bons outils et accessibles ce qui ne serait pas le cas s'ils étaient produit en Amérique. Les chinois produisent ces outils selon les normes du client et ils doivent s'y tenir. Tout comme en Amérique, ils font du bon et du moins bon. Nous assistons, actuellement, au même phénomène que nous avons vécu dans l'automobile avec le Japon et plus récemment avec la Corée. Aujourd'hui, si nous voulons la meilleure automobile elle sera japonaise ou coréenne. Si vous croyez qu'un investissement doit être charitable avant tout, vous faites erreur. Au Québec, on investit beaucoup dans les programmes sociaux et ça ne rapporte pas beaucoup. Ce n'est pas avec ça qu'on cré de la richesse qui permettra à tous de s'en sortir.

R. David

J-F,

Ici nous croyons en la liberté et en ne pas forcer nos croyances sur les autres. Certaines personnes désirent un produit cheap, et certaines personnes désirent produire des produits cheaps à un salaire que tu considères cheap, mais qui es-tu pour les juger?

Tes intentions sont bonnes, mais puisque tu es un produit du modèle québécois, tu manques l'information qui te permettrait de voir la beauté du progrès créé par la liberté, que tu mésinterprêtes comme "esclavagisme".

Mais j'honore tes intentions, et je veux te fournir des meilleures informations que celles que tu as eu, et celles qui t'ont mené à faire ces jugements franchement blessants. J'aimerais que tu lises cet excellent livre de Dr. Mary Ruwart, Healing Our World: The Other Piece of the Puzzle http://ruwart.com/Healing/

"We've seen the power of win-win strategies in our personal lives. As a result, enlightened self interest includes loving our neighbor and taking responsibility for our thoughts, words, and deeds.

When we deal with groups of individuals through social actions, however, we inadvertently ignore these time-honored principles. Instead of seeking solutions where everybody benefits, we erroneously assume that poverty can only be alleviated by taking from the rich, that a compromised environment is the inevitable result of material progress, and that societal well-being is inconsistent with the selfish nature of humankind. We set the poor against the rich, the industrialist against the environmentalists, the special interests against the common good. We create enemies where friends should be, Like a house divided against itself, we inevitably fall into a state of poverty and strife.


Tu vas voir comment la liberté peut apporter les changements et les résultats que tu désires, et comment elle est avantageuse pour tous.

Jean Le Moignan

Bonjour M. David,

J'ai eu la chance de lire "Healing Our World in an Age of Aggression", de la même auteure. Excellent texte. Vous me donnez le goût de lire son nouveau livre.

Je me rappelle que Mme. Ruwart y citait un autre livre, "All I Really Need to Know I Learned in Kindergarten" (Tout ce que j'ai besoin de savoir, je l'ai appris à la maternelle). On y parle de certains principes que nos parents nous ont appris lorsque nous étions petits, comme par exemple:

* Ne prends pas ce qui appartient aux autres

Comme c'est intéressant de voir que ce principe, enseigné à tous les enfants et honoré par toutes les cultures du globe, cesse d'être appliqué dès que l'on parle de politique.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook