« Les «pauvres» cols bleus en négociation: préparez-vous au pire! | Accueil | Notre système de santé: un gigantesque trou noir »

13 décembre 2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

miluz

Sachant que la régulation étatique ne fait pas peur à certain grands groupes :

http://today.reuters.co.uk/news/articlenews.aspx?storyid=2006-12-19T124927Z_01_L19249915_RTRUKOC_0_UK-ITALY-FASHION-ANOREXIA.xml&type=entertainmentNews
"Boselli, whose lobby group represents such big names as Armani, Versace and Prada, agreed to work with the government on a self-regulatory code of good practice."

La plainte des féministes italiennes auprès de leur gouvernement est à l'origine de cette prise de conscience. Pour l'instant, je ne vois pas comment faire autrement.

R. David

@Miluz: la seule chose que tu peux faire sans empieter sur les libertés des autres en allant demander des faveurs à des hommes armés et violents, c'est ne pas acheter ces produits et ne pas poser toi-même pour ces photos.

Tu n'as pas le droit de demander à des hommes armés et violents de forcer les gens à agir d'une façon qui n'est dans le fond que ta préférence personnelle et non une moralité universelle. Tu penses faire le bien mais chaque fois qu'on demande l'aide du gouvernement, il y a des conséquences imprévues.

Tu sembles ignorer que tout ce que le gouvernement essait de faire empire les problèmes ou donne les effets contraires, on verra encore plus d'exploitation et d'esclavagisme sexuel dans le marché noir, et ce sera pire.

Le libre-marché est le seul qui peut protéger les femmes qui prennent des décisions auxquelles tu n'as rien à y faire.

Quelle acrate! Elle demande au gouvernement de l'aide contre ces femmes qui prennent des décisions indépendantes!


miluz

"Elle demande au gouvernement de l'aide contre ces femmes qui prennent des décisions indépendantes!"....diviser pour mieux régner?;). Tu prends des raccourcis impressionnants!

Tu dis qu'il s'agit de "décisions indépendantes" et moi je te dis qu'il n'y a pas de "choix" dans le fait de vivre de la séduction pour une femme. En t'expliquant pourquoi, mais tu refuses de prendre le temps d'y réfléchir parce que tu ne te sens pas concerné, ou parce que ça t'arrange.

En ne retenant rien de l'exemple que je t'ai donné de la loi "privée" que l'homme impose à la femme depuis toujours, tu refuses de voir que la privatisation de la loi peut avoir des effets pervers bien plus graves que sa confiscation par l'exécutif*. Il n'a encore jamais été question pour un état laïc d'imposer à la femme une soumission de ce type. Seules les religions l'ont suggéré. Comme les médias aujourd'hui.

Tu dis qu'il ne s'agit pas d'une moralité universelle, c'est faux. La protection de la vie privée est un besoin universel. Le premier réflexe d'un être humain qui se retrouve nu devant les autres est de cacher ses parties génitales, y compris les seins pour une femme. La "nudité" est un concept fondamental.

De plus, un humain qui découvre son corps pour un média, ne le fait qu'une fois. S'il a pour toi pris une décision personnelle, il n'a pas forcément pris conscience que le support matériel sur lequel est figé son image est reproductible gratuitement à l'infini. Il n'a pas eu la possibilité de se cacher puis de se découvrir après avoir réfléchi à CHACUNE des fois où son corps nu est regardé par les gens. Sinon, je pense qu'il serait impossible de trouver des pigeon(ne)s pour vendre des porte-clés avec leur intimité.

Les contrats qui lient les gens du peuple à leur image dans ce qu'elle a de plus intime ne tiennent pas compte de ce "copyright", alors que celui-ci rapporte une fortune colossale aux entreprises clientes. Qui a gagné de l'argent facilement?

Derrière cette notion de facilité, il se cache des passages à l'acte dommageables pour les individus. C'est un leurre, une erreur grave que l'humanité est en train de faire à ses dépends.

Le premier mythe à l'origine de la Constitution américaine est celui de l'expédition "Donner"; où pour avoir pris des raccourcis des gens en sont arrivés au cannibalisme. Tout ce qui touche au sexisme soulève des questions fondamentales.

-----
* J'ai suivi les paroles du journaliste, mais les féministes ne s'adressent pas aux gouvernements. En Italie, la proportionnelle a été modifié récemment par Berlusconi mais ça ne fait pas partie de sa Constitution. Comme tous les citoyens de toutes les démocraties du monde, nous nous adressons au Parlement. Les hommes armés et violents font partie de l'éxécutif. Pas du législatif.

L'auteur de l'article n'a explicité la démarche des féministes. En croyant aller à l'essentiel, il sème à nouveau la confusion sur la séparation des pouvoirs, entre le législatif et l'exécutif à l'origine de la crise du politique, en France comme ailleurs. Vous n'avez pas le même mode de fonctionnement que chez nous, mais les conséquences imprévues du passage du législatif à l'éxécutif doit présenter à peu près les mêmes symptômes.

Ca n'enlève en rien le besoin urgent de régulation du marché sur la question du respect de l'être humain dans ce qu'il a de plus fondamental. Et qui ne semble pas pouvoir se faire sans l'intervention d'une autorité quelconque.

C'est vraiment dommage. Le mot est faible.

miluz

"Il n'a encore jamais été question pour un état laïc d'imposer à la femme une soumission de ce type. Seules les religions l'ont suggéré. Comme les médias aujourd'hui."

C'est à ça que ça me fait penser, la confiscation du législatif par le gouvernement avec les médias qui servent tous deux les intérêt des multinationales, c'est exactement comme l'Etat et le Clergé au service de la noblesse.

Un pouvoir intégriste, hérité du moyen-âge, tricéphale du même type que celui qui existait avant la révolution française.

Supprimé par le principe de l’Égalité (devant la loi).

miluz

La privation de la loi vous fait peut-être penser à la réappropriation de la loi par les gens du peuple. Peut-être. En attendant, il faut vraiment savoir ce que vous mettez vous, les libertariens, derrière le terme "privé".

Privé, c'est priver quelquechose de... Privation, plutôt que privatisation, quelquepart... pour moi, une autre confiscation? Par qui? Par vous?

miluz

"S'il [rms] ne défend pas la propriété matérielle, il semblait tout de même tenir à son portable lorsque je l'ai rencontré dans un show à Montréal."

Il aime que le matériel existe, et son portable marche en permanence pour coordonner les actions de la communauté, disons que c'est un gard relativement indispensable pour l'instant.

Si vous le connaissiez vraiment, vous sauriez qu'il a défonçé des portes, et des plafonds pour que les ordinateurs de son laboratoire continuent d'être disponibles à tout le monde.

Tout comme il a donné son code pour que ceux qui n'avaient pas ses "privilèges" puissent travailler sur ses sessions.

Tellement l'être humain a tendance à "fermer", à "priver" pour mettre des inégalités où il ne devrait pas y en avoir.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook