« Résoudre le problème de la pauvreté au Canada: utopique ou réaliste? | Accueil | Le métro à Laval: de 179 à 745 millions $ »

25 avril 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Christian Fortin

6916$ par étudiant? Wow! C'est dans ces moments qu'on voit à quel point l'école est gratuite! :-)

Yan

Je me demande bien de combien le prix pourrait baisser sur un marché libre de l'éducation (en plus des avantages tel des batisses qui ne mettent pas la vie et la santé des étudiants en danger).

Gilles Laplante

Dans le privé, on ne laisse pas tomber les écoles en ruines et devenir nocives pour la santé des étudiants.

R.David

C'est principalement pour ça qu'il faut éliminer les commissions scolaires. Un palier d'administrateurs de moins je vois pas comment ça peut nuire?

Francois Mottard

Il faudrait aussi ajouter le coût du Ministère de l'Éducation mais, je n'ai pas trouvé de données. Je ne sais pas non plus si les fonctionnaires des commissions scolaires ont leur fonds de pension ou s'ils sont sur le fonds de pension du Gouvernement.

Une école privée pourrait aussi laisser tomber ses bâtiments en ruine mais, personne ne serait obligé de payer pour et elle finirait par disparaitre. Les plus pauvres n'ont habituellement pas d'autres options que l'école publique et doivent payer la taxe scolaire à travers le loyer. Même s'ils veulent enseigner à la maison, la Commission Scolaire va essayer de les contrôler.

Louis Lebrun

Quelqu'un peut il me dire combien cela coute dans une école privée non subventionnée?

Francois Mottard

Les seuls chiffres que j'ai vu sur les écoles privées non-subventionnées sont des mentions dans les médias que ça peut coûter jusqu'à 10 000$. Ca vient cependant de sources qui favorisent l'école publique, ils doivent prendre la plus chère pour leur argument.

Ca ne veut pas dire grand chose, il me semble que les coûts d'opérations doivent se ressembler entre une classe de 10 ou 30 élèves. Le coût entre écoles privées doit varier surtout en fonction du nombre d'élève par classe. La qualité des installations sportives et de la bibliothèque ont aussi une influence.

J'espère que ces écoles n'ont pas à payer de taxes scolaires.

Martin Hamel

Totalement typique d'un régime soviétique où les ressources sont pillées par la couche supérieure administrative laissant des miettes au reste. Typique également de l'impersonnalité caractéristique des administrations publiques où l'individu ne compte pas. C'est la différence entre l'approche client du privé où de telles choses ne se voient que rarement et l'approche bénéficiaire du publique où vous devenez une dépense et non un revenu. Étant donné que l'argent se fait plus rare et que la couche administrative ne veut perdre ses "avantages", c'est la base qui écope et la base ce sont nos enfants. Je suis sidéré de voir que ce système socialiste ait si peu de conscience sociale, sidéré de constater l'ampleur de l'hypocrisie mais surtout de l'égoisme patent de cette classe dirigeante qui pille impunément les ressources de l'état sur le dos de nos enfants. C'est encore une fois la preuve que l'état est devenu une nuisance publique et qu'il est grand temps de reprendre les choses en main par l'initiative privée. L'état de nos écoles, de nos routes, des infrastructures publiques en général malgré le fait que nous soyons les plus taxés en Amérique du Nord ne sont que les témoins de l'échec tonitruant de ce modèle de société arriéré et inefficace qui crée de la pauvreté au lieu de l'endiguer, témoins d'un modèle de société souillé par la corruption et sclérosé dans une bureaucratie aussi impersonnelle qu'inutile. Ce qui m'enrage le plus dans tout cela est le culot qu'ont ces gens de nous demander encore plus d'argent et même à solliciter la charité publique pour réparer des choses que nous payons DÉJÀ via nos taxes scolaires (qui vont monter d'ailleurs) et nos impôts. Nous ne commençons pas à ressembler au tiers-monde, nous sommes déjà COMME le tiers-monde: un état pauvre et corrompu. C'est un constat franchement désolant et je suis peiné que ce soit nos enfants qui en paient le prix.

Mathieu Bédard

Comme vient de le dire Martin Hamel, typique des systèmes publiques; les enfants vont à l'école pour servir l'administration, et pas l'inverse.

François 1

...et pendant ce temps-là, nos universités, elles, ne se privent de rien. Voir le dossier du chaos financier de l'UQUAM!!!

Quand on pense que tout ce beau monde enseigne à nos enfants!!!

Catherine Arnault

Il existe une école de gestion a l'uqam? Et bien il serait peut-être temps de demander conseils. :))

Fernand Cloutier

Pas juste à Montréal c'est presque toutes les écoles du Québec qui ont des problèmes d'entretien.
Le Québec se dégrade épouvantablement: les écoles, les hôpitaux, les ponts, les routes, l'éducation, la santé, les finances. (une dette de 122 milliards+les cachettes.............

Francois Mottard

@Catherine

L'UQAM a peut être demandé conseil à son professeur vedette en stratégie des affaires. Son plus grand succès en affaires a été la fondation de la Société Nationale des Chevaux de Course. Il est aussi un spécialiste en ingénierie comptable pour enlever l'endettement du budget annuel et proclamer un équilibre budgétaire.

L'UQAM semble avoir appris sa gestion de projets immobiliers dans le film Field of Dreams, "If you build it, they will come".

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook