« Offres d'emploi à l'Institut Fraser | Accueil | Construction : le privé versus le public »

30 mai 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Philippe

Le bar appartient à son propriétaire, il a le droit d'inviter et de refuser qui il veut, comme chacun a le droit d'inviter et de refuser qui il veut chez lui.

Gilles Laplante

Je serais curieux de savoir ce qui serait arrivé au père d'Audrey Vachon s'ils s'étaient présentés dans un bas de lesbiennes... et comment elle aurait réagit dans cette situation.

charitybernhard

IL y a bien des toilettes pour hommes et des toilettes pour femmes, des salles d'entrainements pour femmes...

R.David

Dans des clubs du centre-ville, on discrimine contre vous juste parce que vous êtes laids.

Comment ça se fait qu'à l'école ils ont jamais expliqué la différence entre la propriété privée et la propriété publique?

Steve Charbonneau

Dans certains établissements le vesto cravate est obligatoire.
Il faudrait expliquer à cette dame la différence entre propriété privée et propriété publique. Et puis le Nautilus pret de chez moi est réservé uniqhement aux femmes. Ou est le probleme? Aucun.

G.Marineau

C'est pour quand la "Charte des droits et libertées des entreprises". On dirait qu'au Québec, les entreprises appartiennent à tous.

David

Monsieur Guénette!

Vous n'allez pas assez loin! Votre analyse est trop timide!

Vous ne comprenez pas que Audrey Vachon est une grande héroïne! Il faut éliminer toute forme de discrimination! IL FAUT QU'ELLE GAGNE!

Plus sérieusement, je ne crois pas qu'elle aura gain de cause. Mais s'il eût fallu que ça se fusse produit à la "Taverne chez Jos Dion", elle aurait été aussurée de gagner!

Mais si elle gagne, je vais porter plainte contre le gouvernement et les orgasnismes para-publics qui font de la discrimination à l'embauche contre les hommes blancs hétérosexuels francophones non-transgenres non-handicapés.

De plus, je vais porter plainte contre le Ministère de l'Éducation pour leur discrimination contre les garçons.

Si la discrimination est interdite dans le privé, pourquoi le gouvernement en aurait le droit?

Martin Hamel

Je suis d'accord avec le concept de la propriété privée ainsi qu'avec les commentaires énoncés jusqu'à date. Il y a cependant quelque chose qui m'agace... Qu'arriverait-il si le contraire se serait produit, à savoir qu'un gai se fasse gentiment montrer la porte sous prétexte que le bar est réservé exclusivement aux hétéro? Il y a fort à parier que cela ferait les manchettes avec fracas et à grand renfort d'homophobie, discrimination, ad nauseam. Je n'ai rien contre ce qui est arrivé mais il fait prendre conscience que cela ouvre la porte à des comportements similaires envers d'autres clientèles. Ca me rappelle un bar que j'avais vu à Bangkok avec l'écriteau "Japanese only" sur la porte d'entrée. Est-ce vers là que nous nous dirigeons? Il ne fait pas oublier que les féministes des années 70 ont réussis à briser le monopole masculin des tavernes pour des raisons de discrimination. Alors pourquoi accepter l'un lorsqu'on en a démoli un autre? Si on accepte des bars "For gays only", pourquoi ne pas avoir accepter dans la même veine ces tavernes qui étaient au fond un de derniers bastions où les hommes pouvaient être ce qu'ils sont, des hommes.

David

Dans le site montrealplus.ca ( http://www.montrealplus.ca/portalf/profile.do?profileID=66137, ) il est écrit, à propos du Bar Le Stud:

"divers écrans cathodiques diffusent des films pornos en continuité."

S'il fallait que la "Taverne Jos Dion" fasse cela, des
associations féministes porterait plainte à la Commission des droits de la personne! Quel sacrilège!

Philippe

Martin, un propriétaire devrait avoir le droit de refuser n'importe qui chez lui. Hétéro, homo, homme, femme, enfants, fumeurs, non-fumeurs, blanc, noir. Si quelqu'un est prêt à refuser l'argent d'un groupe d'individus, c'est son problème. Même chose pour un employeur, s'il est prêt à refusser un excellent employé sous prétexte qu'elle fait partie d'un groupe, il vivra avec les conséquences.

Ça me fait rire, les féministes sont toutes heureuses qu'ils existent des toilettes hommes et des toilettes femmes, alors que c'était pas le cas avant les années 70. Or, c'est clairement de la discrimination.

Martin Hamel

@ Philippe

Bien d'accord avec toi sur ce point. Je ne faisais que m'interroger sur le sujet car j'ai toujours une certaine aversion pour le "on peut de mon bord et pas du tien" d'où mon exemple avec les tavernes. Enfin, une chose qui est certaine c'est que le gouvernement n'a pas d'affaire là dedans et que ce qui est privé devrait le rester. On devrait avoir le droit d'ouvrir à nouveau des tavernes pour hommes seulement si c'est possible avec les bars gays puisque c'est exactement le même principe qui est appliqué.

Frédérick Gagnon

Je ne me souviens plus il y a combien d'année, une ou deux je crois, mais un homme en Colombie-britannique avait porté plainte contre un centre de conditionnement physique réservé aux femmes, car elles avaient refusé sont admission. Le jugement a été en faveur du centre de conditionnement physique, sous prétexte que l'homme aurait pu aller s'entrainer ailleurs, car il y avait d'autres centres de disponible pour les hommes. Cela ne brimait donc pas sa liberté de s'entrainer.

Je n'ai pas vu personne non plus monter aux barricades apres le reportage cette semaine sur le nouveau centre a Montréal (Mission Old Brewery je crois) qui est dédié pour aider uniquement les femmes itinérantes a réintégrer la société!

Comme a mentionné David dans son commentaire, il y a discrimination seulement lorsque ca ne touche pas aux hommes blancs hétérosexuels francophones non-transgenres non-handicapés. Comme tu mentionne, je ne crois pas non plus quelle aura gain de cause parce que la plainte est contre une autre minorité...mais ne sous-estimons pas le pouvoir de la femme contre l'homme...aussi gai peut-il etre!

Il va falloir que nous reprenions le controle de nos culottes messieurs...

Annie Langevin

Je ne veux surtout pas défendre le point de vue de madame, mais je crois comprendre que ce qui la dérange, c'est le fait que cette même clientèle s'est servie du même article de la charte des droits et libertés de la personne pour justement se défendre contre ce genre de discrimination. En ce sens, c'est paradoxal.

Ceci étant dit, tout propriétaire devrait avoir le "privilège" de choisir sa clientèle, et tout être humain normalement constitué devrait faire preuve de discernement. Et j'ai bien peur que certaines féministes n'en aient pas beaucoup...

Gabrielle Ladouceur-D

Le club 281 fait clairement de la discrimination envers les hommes.... http://www.281.ca/html_fr/index_fr.htm/
"Notez que (...) pour être admis, un homme doit être accompagné d'une femme"

Je ne crois pas que les féministes qui montent aux barricades aujourd'hui seraient choquées qu'un homme seul s'en voit refusé...

David L.

C'est encore une fois la tyrannie du "on est toute pareil".

Je vous jure que si elle gagne, j'intente un recours collectif contre tous les bars qui ont fait des "Ladies Night" dans le passé. Non mais! Pourquoi je paierais mon verre si c'est gratuit pour les dames?

Beaucoups de "pesos" en perspective...lolllll

Finalement, n'est-ce pas ironique que les seuls hommes qui mettent leurs culottes de nos jours et qui tentent de défendre leur droit de se rassembler soient justement des homosexuels?

Probablement que c'est parce que eux, la "grève du sexe de la madame pas contente" ils en ont rien à foutre!..lolllll

Bonne journée.

Icarus

Corrigez moi si je me trompe mais il me semble avoir lu que les articles de la charte Canadienne sur la discrimination ne s'appliquent que lorsque celle-ci est faite pour une minorité. Elle autoriserait donc la "discrimination positive" si prisée par nos consoeurs féministes. Voici l'article en question

http://lois.justice.gc.ca/fr/charte/index.html :
"Le paragraphe (1) n'a pas pour effet d'interdire les lois, programmes ou activités destinés à améliorer la situation d'individus ou de groupes défavorisés,(...)"

Mme Vachon revendique peut-être d'améloirer la situation des femmes dans les bars gais.

Il s'agit d'une étrange clause à mon avis. Je serais curieux d'en voir la juriceprudence, j'imagine que "l'équité salariale" entre dans ces exceptions.

Farador Damyo

Icarus: attention, la Charte canadienne s'applique seulement à l'État, contrairement à la Charte québécoise qui s'applique tant à l'État qu'aux relations privées. Donc seulement la deuxième est applicable dans le cas présent.

Isabelle Paré.

Je ne savais pas que le OpenHouse était obligatoire sur une propriété privée? :)))))

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook