« Oser choisir maintenant (pour éviter le mur...) | Accueil | Budget: des baisses d'impôts de 950 millions $ »

23 mai 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

R.David

On ne voudrait pas d'un parti entièrement authoritarien (pas de liberté sociale ni économique), alors pourquoi est-ce qu'on voudrait choisir entre 2 partis à moitié authoritarien, quand ce que notre coeur veut vraiment c'est la portion "liberté" du discour?

C'est une mise en scène dangereuse quand tout le monde vante les vertus du "compromis". On se retrouve avec la position gouvernementale anti-liberté sur les 2 fronts.

Les gens ne font pas confiance aux politiciens justement parce que leur coeur se sent trahit d'avoir voté contre la liberté, mais leurs têtes continuent de voter "stratégiquement" en votant contre celui qui semble le "pire".

David

Je n'aime pas les dichotomies pour caractériser l'expression d'une idéologie politique. À quoi cela nous avance de privilégier la dichotomie libertarien-communautaire plutôt que la dichotomie gauche-droite? À faciliter la vente des idées du CATO institute? Nous possédons la seule vérité et les autres ont tous torts?

Je préfère utiliser des axes à deux dimensions (gauche vs droite, libertarien vs communautaire), ou même à plusieurs dimensions pour mieux comprendre les idéologies politiques. Ça nous permet de mieux saisir les nuances.

Vous écrivez:

"La droite défend les libertés économiques, mais dénonce son corollaire les libertés sociales. Par contre, la gauche promeut les libertés sociales, mais s’oppose au libre marché qui crée les conditions économiques essentielles à l’existence des libertés sociales."

Je ne vois pas en quoi liberté économique rime nécessairement avec liberté sociale (je conviens que ça peut être un facilitateur dans certains cas). La social-démocratie néerlandaise est certainement plus porteuse de liberté sociale que le néo-conservatisme américain. Il y a plus de liberté sociale dans un communisme castriste que dans la dictature néo-libérale de Pinochet.

Dans leur forme la plus extrême, le conservatisme et le communisme partagent la même conception autoritarienne de la liberté sociale mais ont des points de vue diamétralement opposés dans les questions économiques.

De la même façon. Dans leur forme la plus extrême, le anarcho-socialisme et l'anarcho-capitalisme partagent la même conception anti-autoritarienne de la liberté sociale mais ont des points de vue diamétralement opposés dans les questions économiques.

Je ne crois pas que les notions gauche-droite soient obsolètes. Mais cette dichotomie gauche-droite est certainement insuffisante pour bien comprendre les idéologies politiques.

GreenRockefellerGiant


Les visions polarisées, n'importe quelle, de la politique sont dommageable.

On ne devrait pas enseigner aux étudiants de sciences-po et sociologie, "Quand tu dis/fais ca, t'es de la gauche, quand tu dis/fais ca, t'es de la droite -- maintenant choisis ton camp."

Ca fini avec une population qui suranalyse la politique comme un roman savon de Bon VS Méchant.

Francois Mottard

Selon la polarisation gauche-droite, il est impossible d'être contre la guerre à la drogue et contre les subventions à la culture même si les deux n'ont aucun lien. Les partis politiques offrent un package deal et les individus votent en fonction du parti qui les dérange le moins laissant la porte ouverte pour grossir l'état dans tous les autres secteurs.

C'est le bon vieux principe Machiavellique, Diviser pour mieux régner.

Left-wing politicians take away your liberty in the name of children and of fighting poverty, while right-wing politicians do it in the name of family values and fighting drugs. Either way, government gets bigger and you become less free.
Harry Browne

Geo

En France, l'opposition droite-gauche vient du véto royale de la révolution. Donc oui c'est quand même périmé de se situer par rapport à cela. C'est peut-être parceque les gens ont besoin de comprendre rapidement la politique qu'on à créer l'opposition droite-gauche.

En plus, certaines personalité de gauches dans un pays peuvent-être plus à droite que d'autres personalités de droite d'un autre pays.

Stéphane Dumas

pour mesurer la polarité gauche-droite, libertarien/autoritaire outre la Nonal Chart http://en.wikipedia.org/wiki/Nolan_chart et aussi la Pournelle Chart http://en.wikipedia.org/wiki/Pournelle_chart le compas politique http://en.wikipedia.org/wiki/Political_compass et "The world's smallest political quizz" http://en.wikipedia.org/wiki/World%27s_Smallest_Political_Quiz
il nous faudrait probablement une nouvelle charte ou compas politique pour ajouter la polarité "communautaire.

Mathieu Gaudreualt

Vous comprenez pas que oui ces notions sont desuetes.Souvenez-vous de l'axe X-Y. L'axe des X c'est l'economie et l'axe des Y c'est les libertes civiles(la non economie).

Ex: Au lieu de dire emotivement que Hitler etait un extremiste de droite disons que ce fut un personnage tres autoritaire et assez etatiste.

PS: Mon clavier est anglophone.

Mathieu Gaudreualt

Je veux dire comme David a raison. Gauche /droite date de L'epoque 1870's)post Napoleon 3). C'est abstrait et emotif. Gauche /droite est desuet.

DELGADO

Il faut revenir aux sources. A la révolution de 1789. Il était bien entendu à l'issue du mouvement de pensée du siècle des lumières que le pouvoir autocratique avait fait son temps, et devait de ce fait laisser place à la démo-cratie, c'est à dire le pouvoier du peuple, pour le peuple, peuple étant entendu au sens d'ensemble de population lié par l'histoire et la culture, et non de caste ou de groupement d'intérêt corporatiste quelconque (professionnel ou politique, ou autre...). De là la notion d'Assemblée Constituante, et du Débat parlementaire, lequel était censé surpasser et remplacer toute espèce de prise en main des affaires par un pouvoir autocratique. Tout le monde n'était pas d'accord à l'époque... Même si, temporairement, les idées de liberté, droit à la vie et à la poursuite du bonheur semblaient l'emporter, de récalcitrants Contre-Révolutionnaires n'en pensèrent pas moins, qu'un retour à plus ou moins brève échéance, à l'ancien régime, avec restitution d'une caste de dirigeants Au-dessus du Peuple, que celle -ci soit d'origine roturière (association corporatiste ou petit regroupement d'"éclaireurs" issus d'un parti politique aux visées "visionnaires"), ou carrément issue de la lignée de l'ancienne noblesse, avec les mêmes idées nostalgiques d'un retour aux temps anciens. Les uns comme les autres, bien que se présentant sous d'innombrables et indiscernables facettes, ont bien partagé les mêmes visées (le retour au pouvoir, et la main mise si possible ad vitam eternae, cette fois-ci, sur les rênes des affaires).Bref, plutôt qu'une artificielle et faussement naïve distinction gauche-droite, parlons plutôt d'une évidence réelle, les partisans d'une continuation et de la fidélité aux idéaux démocratiques de 1789 (pas du tout spécifiques à la France bien entendu, puisque les idéaux issus du siècle des lumières (18è) se sont répandus comme trainée de poudre à travers tout l'occident, et même jusqu'aux Etats-Unis d'Amérique (qui ne l'étaient pas encore à l'époque, du reste...)d'une part, et les nostalgiques de l'Ancien Régime, attendant patiemment le retour de leur caste aux affaires..., déguisée bien entendu pour les besoins de la cause, d'autre part.
Tous ces mouvements, verts, bruns, rouges, roses, ayant essaimé tout au long des deux derniers siècles passés s'expliquent donc plutôt comme la volonté Contre-Révolutionnaire de groupes et d'autres, pour une nouvelle main-mise sur la direction des affaires, sans aucun égard vis-àvis du peuple, considéré comme un vulgaire ensemble d'ignorants et de demeurés, se devant d'être menés par l'élite-qui-sait-tout...la négation même des principes qui avaient guidé les pères du siècle des lumières...Ahurissant, mais néanmoins vrai!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook