« Finis les cours d’économie au Québec | Accueil | DHC/ART : une fondation pour l'art contemporain »

30 septembre 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Yann Durst

J'enrage de lire des contres vérités historiques et des exagérations comme cela, mais tout le monde a le droit de s'exprimer!
Mais l'objectivité d'un exilé Cubain (qu'il soit made in CIA ou du lobbying de Miami par exemple) n'est pas une référence en matière historique.
A ceux qui écrivent ou pensent ainsi je leur rappellerais
que Ernesto Guevara est un homme qui a renoncé à une vie de médecin bourgeois pour combattre pour la libération d'un pays qui n'était pas le sien, il a certes suivi Castro mais qui à l'époque n'avait rien d'un dictateur et qui fut après la révolution considéré comme un libérateur ( il se transforma en dictateur par la suite j'en conviens tout à fait ). Mais il a rompu avec Castro, l'Urss et le pouvoir pour retourner combattre dans d'autres pays, alors qu'il aurait pu profiter des privilèges du pouvoir ce qu'il a toujours refusé! Avant cela il fut un artisan de la campagne d'alphabétisation de cuba ainsi que de la gratuité du service de santé et de la répartition des terres, il créa le service de travail obligatoire pour relancer l'économie du pays (et non des camps de travail) mais il était le seul ministre à venir y travailler! Certes il dirigea les tribunaux révolutionnaires (ceux que je regrette) mais il prononça la mort uniquement contre les collaborateurs du dictateur Batista qui eux avaient du sang d'innocents sur les mains (car le peuple Cubain après des années de dictature réclamait vengeance!) Il était aussi dur avec lui même qu'avec les autres, il était dogmatique, mais il était prêt au sacrifice ultime pour un idéal de justice et d'égalité pour les peuples victimes de l'impérialisme! On peut critiquer ses choix ou ses méthodes mais l'homme était un exemple de courage et d'abnégation et d'apathie! Pour avoir été à Cuba je peux vous dire que si le peuple veut en finir avec Castro, le Che reste un héro dans toute sa noblesse! (Il faut combattre le Castrisme sans tomber dans la propagande anticastriste primaire qui revisite l'histoire et en s'attaquant à la mémoire du Che qui reste la seule vertu de ce régime qui est au antipode de ceux pourquoi il s'est battu) et pour finir je le cite "Si vous êtes capables de trembler d'indignation,chaque fois qu'il se commet une injustice dans le monde, alors nous sommes camarades ."
Yann

Indegredel Toasman

Bon. Allons-y dans l'ordre, pour que ca ne deraille pas.

M. Durst:

1) Qu'est-ce qui serait, pour vous, un critere de temoignage fiable sur les agissements du Che?

2) Etant donne (1), comment savez-vous que le Che appliquait le meme critere dans ses jugements sur les "collaborateurs" de Batista?

3) En quoi les vertus personnelles du Che contredisent-elles les allegations de l'article dont il est question ici? (L'Histoire ne manque aucunement d'assassins "nobles" et plein "d'abnegation".)

4) Quelle difference fondamentale (j'insiste sur ce dernier mot) voyez-vous entre un camp de travail et le "travail obligatioire"?

5) Que croyez-vous que signifie le mot "apathie"?

6) Connaissez-vous d'autres signes de ponctuation que le point d'exclamation?

Louis

Attendez de voir les jeunes boutonneux de science molle faire leur grêve avec des gilets de che Guevara dans quelques semaines.

Gilles Laplante

Il y aura toujours des gens pour admirer les Che, Staline, Adolf, Mao et monsieur Durst en fait partie. On n'y peut rien...

Alexandra

Malgré des milliers de morts, des actes de torture sanglant et
des excutions populaires, il y aura toujours des gens pour admirer ce genre criminel. Comme dirais Gilles Laplante on n'y peut rien. Il ne sert a rien de discuter avec eux.


sebastien fortin

Ce que je trouve drole c'est que c'est grace au capitalisme que plein de monde peuvent acheter des chandails et posters avec la face de ce crotter la.

Mathieu Gaudreault

Ernesto Guevera était le Bérai de Castro. Une brute qui a mis en faillite la Banque de Cuba et qui ne savait même pas organisé une usine. Le twit est aller répendre son fléeau au Congo et en Bolivie(heureusmeent qu,il a échouée mais bon le communsite est un échec permanent).

http://www.discoverthenetworks.org/individualProfile.asp?indid=2054

http://www.frontpagemag.com/Articles/Read.aspx?GUID={8A8154BA-B36B-4EE1-BB07-8287771B4E0D}

http://www.cubanet.org/CNews/y04/feb04/24e6.htm

R.David

@Yann Durst:
Che était probablement un gars qui cherchait la bataille, et qui aimait avoir des gens qui le suivaient. Alors il promettait des choses qui semblent bonnes et les personnes le suivaient. On voit facilement le sadisme de premier niveau, mais considérant qu'il a laissé des dictatures communistes derrière lui (libération mon oeil), c'est un sadisme de deuxième niveau que de voir les gens souffrir sous le communisme et de répandre cette calamité.

Un sadiste peut se vêtir des meilleures intentions mais quand même apprécier l'odeur de la poudre à canon et des corps morts.

jean-francois

Tandis que l’on nous dit sans cesse que la mondialisation, la victoire éternelle du capitalisme est inévitable, qu’il est inutile de vouloir lui résister, Ernesto Guevara est celui qui a su dire non, celui qui s’est levé avec son fusil pour combattre au nom des plus démunis, des plus misérables et des plus exploités: les paysans du Tiers Monde

Francis St-Pierre

Tu as absolument raison Jean-François. En fait, la révolution de Ché a tellement bien fonctionné, les paysans du Tiers-Monde sont tellement libres aujourd'hui que j'en suis jaloux.

Je te propose donc de déménager à Cuba et de devenir citoyen de ce merveilleux pays. On s'assurera bien sûr de couper tous les liens avec les satanés pays capitalistes; pas de compte en banque, pas d'économies, pas de communications, juste une piaule sur un minuscule lopin de terre. Ca c'est la liberté!

Il me reste quelques petits trucs à faire avant de partir. Vas-y d'abord, je te rejoins bientôt...

David

Sur le contenu de l'article dans l'Express, je suis presqu'entièrement d'accord.

Mais le titre de ce billet est fort douteux: "Che Guevara: l'homme qui AIMAIT tuer les gens". Che Guevera était prêt à tuer pour défendre sa cause et c'était un criminel dangereux, mais de là à aimer ça, faut pas exagérer! Est-ce que la CIA et l'armée bolivienne ont AIMÉ tuer Che Guevara? Est-ce George W. Bush AIMERAIT tuer Hugo Chavez?

Mais tant qu'à y être et en admettant que le titre de ce billet est pertinent, pourquoi pas des billets sur "George W. Bush: l'homme qui aimait tuer les gens", "Augusto Pinochet: l'homme qui aimait tuer les gens", "Tony Blair: l'homme qui aimait tuer les gens", "Stephen Harper: l'homme qui aimait tuer les gens", "Hu Jintao: l'homme qui aimait tuer les gens"?

David

ou bien "Batista: l'homme qui aiment tuer les gens".

En passant ...

Bien vu Francis St-Pierre...

Non, le 'Che' n'était pas un sadique assoifé de sang.

Pour info .
« la clémence doit être la plus large possible à l’égard des soldats qui vont combattre pour accomplir – ou du moins ils le croient – leur devoir militaire. Pas de prisonniers lorsqu’il n’y a pas de grandes bases opérationnelles ou de lieux peu accessibles : les survivants doivent être rendus à la liberté, les blessés soignés par tous les moyens possibles »

« il faut clairement dissocier le sabotage, moyen révolutionnaire hautement efficace, du terrorisme, moyen assez inefficace en général, aux conséquences imprévisibles qui fait bien souvent des victimes parmi des gens innocents, et qui coûte un grand nombre de vies utiles à la révolution. Le terrorisme doit être considéré comme moyen valable quand on s’en sert pour châtier un dirigeant notable des forces d’oppression, connu pour sa cruauté, son efficacité dans la répression, et dont on sait que sa suppression serait utile… »

Ernesto 'che' Gevarra de la Serna

Il ne faudrait pas perdre de vue qu'à partir de sa profonde révolte contre la misère et l'injustice régnant en Amérique latine en ce temps, Guevarra s'était forgé une ame de guerrier et pas d'enfant de coeur. Qu'il était en guerre, qu'il est mort à la guerre. Révolutionnaire, certe, mais la guerre quand même.
S'il est un criminel, alors tout homme en guerre est un criminel.
Ou alors , et je ne m'en suis pas rendu compte, il a été décrété quelque part que seule le guerre révolutionnaire est criminelle.

David

"Ou alors, et je ne m'en suis pas rendu compte, il a été décrété quelque part que seule le guerre révolutionnaire est criminelle."

La quasi-totalité des guerres sont criminelles. Sans vouloir banaliser les crimes commis par le régime castriste, la Première Guerre Mondiale, la Lutte au Terrorisme et la Guerre aux Drogues sont des guerres encore plus sanglantes et SANS MOTIF VALABLE. Et que penser de l'attentat du 11 septembre 2001, peu importe qui en est responsable. La révolution cubaine visait à destituer Batista, un dictateur encore plus sanglant et appuyé par les autorités américaines. Faudrait quand même pas revenir en arrière!

Néanmoins, il est temps de passer à autre chose à Cuba. Castro est usé et il serait bien qu'un régime plus démocratique ou avec plus de libertés civiles le remplace. Mais pas selon les conditions des impérialistes américains!

David

Tant qu'à personnaliser le débat, est-ce que George W. Bush AIME appauvrir les Cubains avec sa politique d'embargo?

Mathieu Gaudreault

à cer que je sache je crois que les effets de l,embargo à Cuba sont grandment exagéré, Cuba peux échanger avec l,Union Européenne, le Canada, le reste de l'Amérique Latine et la CHine sans compter son nouveau suggar daddy Hugo Chavez(l'ancien étant Kroutchev).

De plus pour ne pas dévier un sujet Cuba est une dictature à parti unique qui persécute les dissidents: aux anti-américians je dis ceci est-ce que George W Bush a déja tuer les nombreux critiques de son adminsitration, à t'il gazé les Bostonais et les gens de Seatle pour ne pas avoir voter, as t'il suspendu le congrès suite à la victoire des démocrate: comem qu'on dit poussez mais poussez égal.

Aussi le fait est qu,on idolâtre un tueur c,est comem si on portait un chandail Charles Manson, Denis Lortie, de Idi Amin Dada(un bouffon sanguinaire) où de Ceausceau ou Franco. Vous voyez c'est ça l'affaire , un déchet meurtrier est glorifié.

Personelement on devrais faire envoyer les naîfs qui portent des chandails CHE POUR QU'ILS VIVENT COMME DES Cubains ordinaire pendant. Je vous garanti qu,ils vont revenir comme les terroristes felquistes qui idôlâtrait castro.

Gérard Lavoie

La loi Helmet-Burton impose de sévères limitations aux investissements américaines et aussi pénalise les entreprises étrangères travaillant aux États-Unis qui ne les respectent pas.
Ainsi, beaucoup d'entreprises canadiennes ont déjà fait l'objet de procès devant la justice américaine pour avoir fait affaire avec Cuba.

Cet embargo est stupide. Je me fou de Castro et de son régime, mais si je souhaite faire des affaires avec Cuba, laissez-moi tranquille.

FrancisD


L'embargo a en fait aider Castro à rester au pouvoir. Dans ce cas, le gens deviennent beaucoup plus dépendant du gouvernement. Aussi, l'illégalité ammène toujours un marché noir; plus souvent qu'autrement controlé par des factions dans les autorités gouvernementales (surtout dans des pays du tier-monde).

Bien sur, le gouvernement US lui-même avant 1962 nous disait que Castro n'était pas un communiste. Eisenhower a lui-même dit de Castro qu'il était le Lincoln des Caraibes! Rien de surprenent la dedans quand on regarde qu'est-ce qui faisait fonctionner l'URSS; le dollar du payeur de taxe occidental.

La guerre froide fut une très bonne affaire pour les gouvernements occidentaux!


Gilles Guénette

@ David

Je faisait allusion à ce passage de l'article dans mon titre: «Je crois qu'en définitive cela lui plaisait de tuer des gens», estime Huber Matos, qui, en qualité de commandante de la revolucion fut l'alter ego du guérillero argentin, avant d'être condamné à vingt ans de cachot, à la fin de 1959, pour avoir dénoncé la dérive autoritaire du mouvement.

J'aurais peut-être dû choisir autre chose...

Francis St-Pierre

En passant... : "S'il est un criminel, alors tout homme en guerre est un criminel."

Exact.

Francis St-Pierre

David : "Mais tant qu'à y être et en admettant que le titre de ce billet est pertinent, pourquoi pas des billets sur "George W. Bush: l'homme qui aimait tuer les gens", "Augusto Pinochet: l'homme qui aimait tuer les gens", "Tony Blair: l'homme qui aimait tuer les gens", "Stephen Harper: l'homme qui aimait tuer les gens", "Hu Jintao: l'homme qui aimait tuer les gens"?"


J'appuierais volontiers ces articles aussi, à quelques détails près.

1. Ces gens n'ont pas directement tué personne (vraisemblablement...). Ils dirigent certes, mais n'enlevons pas tout le blâme aux véritables tueurs ici qui sont les militaires et les policiers. Si aucun militaire n'acceptait d'aller en Iraq, Afghanistan, Chili ou Tibet, il n'y aurait pas de guerre, peu importe les dictats de quelques pauvres vieillards.

2. Les personnages que tu nommes ne font pas l'objet d'un culte. Ils ne sont pas élevés au titre de défenseur de la veuve et de l'orphelin inconditionnel comme l'est le copain Ché. On s'entend pour dire que basher GWB est assez en vogue depuis quelques années...

Un article sur Guevara est donc tout à fait approprié, utile et original.

David

Monsieur Guénette, vous avez un très bon point. Je n'avais pas pensé à faire lien entre le titre et ce passage. En raison de cela, le titre de ce billet est pertinent.

Mais pour le reste, je ne change pas d'avis.

J'y reviendrai.

Indegredel Toasman

Il y a des commentaires qui annoncent la partisannerie comme la crecelle annonce le lepreux:

- Quand on dit du mal d'un ennemi, le partisan dit: "Surement."

- Quand on dit du mal de son parti, le partisan dit: (a) "Surement pas", ou (b) "Pourquoi vous ne dites pas ca des AUTRES, alors?"

David

Monsieur Toasman.

Le régime castriste n'est qu'un des nombreux ennemis de la liberté. En tant que PARTISAN de la liberté, quand on dit du mal d'un ennemi, je dit: a) "Sûrement" ET AUSSI b) "Il faut dénoncer les autres tyrannies qui font la même chose ou pire!"

Indegredel Toasman

David,

c'est peut-etre ce que vous dites mais vous (et d'autres aussi) etes invites ici a commenter sur le Che; les autres feront (ou ont fait) l'objet de billets separes. Sinon, on ne s'en sort pas: la liste des liberticides est assez longue.

Du reste, les critiques du Che sont disproportionnellement rares par rapport a ses eloges, alors on a pas besoin de se faire rappeler qu'il y a beaucoup de monstres dans les coulisses qui attendent leur proces.

MartinD

On peut probablement tirer une leçon de toute ces personnalités qui ont marquées L'histoire par leur supposé action extraordinaire pour aider les opprimés. Peut-être étaient-ils de parfaits salopparts, des psychopathes ou encore de personnes remplies de bonnes intentions, autoritaires et voulant imposer le bien- être aux gens. Une chose est sûr, ces personnes pensaient sincèrement être plus apte à dicter la conduite du peuple auxquel ils voulaient imposer le bonheur par la force. Ainsi il est probablement toujours perilleux d'idolâtrer les gens et de les laisser diriger notre vie, même si le dirigeant a de bonne intention. Il est triste de constater que malgrés les leçons historiques une bonne proportion de gens vouent des cultes irrationnels à des individus quils n'ont même pas connus personnellement et qu'ils les laisseraient diriger leur destiné. Seul les gens parfaitement émancipé n'accepterons jamais de laisser guider leur vie aveuglement par quiconque ou par quelque dogme que ce soit.

Indegredel Toasman

Tres juste, Martin;

voir le poeme suivant, par l'anarcho-capitaliste David Friedman:

http://www.daviddfriedman.com/Libertarian/Machinery_of_Freedom/MofF_A_Saint_Said.html

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook