« Quelques réflexions sur la redistribution des revenus | Accueil | Bush: la guerre est bonne pour l'économie! »

03 mars 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Gilles Guénette

La crédibilité des économistes et commentateurs économiques tient au fait qu’aucun journal ou média spécialisé ne va écrire d’articles ou produire de reportages à leur sujet pour montrer qu’une grande majorité d’entre eux se sont trompés sur tel ou tel dossier. Ce que ça prendrait, c'est une sorte d’organisme indépendant (une sorte d’Economist Watchdog) pour les surveiller de plus près et rapporter les fois où ils étaient royalement dans le champ - et les fois où certains ont vu juste.

Pierre-Yves

Ces lubies, qu'elles soient Keynésiennes, socialo-collectivistes, ou les deux, ont malheureusement des conséquences gravissimes dans la capacité d'analyser sainement la faisabilité d'une politique, et dans la possibilité de fédérer un soutien minimum pour la bonne politique, ou un rejet pour la mauvaise.

On en arrive parfois à des absurdités qui frisent le comique. On en a vu un exemple avec l'idée de la guerre sans victimes, mais combien de discussions surréalistes n'ai je pas eu avec des gens pourtant passés par l'université, qui soutenaient mordicus des thèses dont même un propriétaire de dépanneur titulaire d'un secondaire cinq aurait pu discerner l'absence totale de réalisme.

Dans une de ces discussions, un de mes interlocuteurs proposait de laisser l'inflation galoper pour permettre à la planche à billet de financer les politiques kéneysiennes qu'il défendaient dur comme fer; j'ai eu beau lui représenter que les premieres victimes de cette politique débile seraient les non-possédants, et entre autres les salariés dépourvus de patrimoine immobilier (incluant la masse des emprunteurs hypothécaires forcés de rendre leur clef à la banque), rien n'y a fait: n'importe qu'elle imbécillité plutôt que d'admettre qu'il était dans le champ.

Dans une autre discussion (avec un Français cette fois), je me souviens l'avoir entendu m'expliquer que le Canada et la communauté européenne devraient faire bloc contre les politiques commerciales US. Là encore, je lui ai fait remarquer que 85% des exportations canadiennes étaient avec les USA, et que ce qu'il envisageait revenait à demander à un puce de cornaquer un éléphant, mais j'aurais aussi bien pu parler à un mur.

Il y'a un fanatisme inquiétant dans ce refus obstiné de regarder la réalité en face.

François 1

Ne dit-on pas des économistes qu'ils ont prédit 5 des 2 dernières récessions?

Catoneo

Que n'entend-on de développements fumeux sur la hausse du pétrole brut suivie quotidiennement voire en direct par des experts rémunérés, alors que la profession sait pertinemment que ces mercuriales ne résultent même pas de contrats spot mais de paquets spéculatifs échangés comme on le fait des futures de blé, soja ou jus d'orange, sans en rien consommer.

Aucune raffinerie hollandaise n'envoie son camion-citerne chaque matin à Rotterdam pour faire son Diesel du jour ! Elle négocie sur plusieurs mois avec ses producteurs primaires qui, au moment, serrent un peu les vannes pour se faire jouir.
Par contre, on lit des sommes de 400 pages sur le sujet fondées sur le Brent.

Martin

Parlant d'illettrés économiques à qui les médias accordent de l'importance:

http://www.lesaffaires.com/article/0/services-financiers/2008-03-04/473061/taux-directeur-la-baisse-est-insuffisante--selon-jarislowsky.fr.html

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook