« La fin prochaine du monopole étatique sur l'éducation | Accueil | Comment percer dans le marché de l'emploi par des moyens non conventionnels »

03 avril 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Francis St-Pierre

Merci à madame Marielle Potvin et à ses accolytes pour faire avancer la cause de la liberté, tout en n'étant vraisemblablement pas anarchistes ou libertariens. L'avenir passe par de telles initiatives privées.

Jean-François Grenier

L'avenir est au libéralisme, l'explosion des technologies et la mondialisation rend la compétition impossible à stopper, rendant les monopoles de plus en plus invivables.

Le tutorat pogne autant en grande partie à cause de l'échec de notre système scolaire, c'est surtout là-dessus que doit se pencher le ministre, pas sur de nouvelles lois, on en a déjà plusieurs caisses de trop.

Maxime

"(…) Le ministère doit d'abord s'assurer que les tuteurs privés ne viennent pas pallier un manque de ressources dans les écoles."

Cette citation est particulièrement amusante. Il s'agit d'un parfait déni de la réalité. On dirait que c'est impensable pour elle que les ressources puissent être limitées dans les écoles. Nous avons observé la même mentalité pour les services de santé et elle a donné lieu au jugement Chaoulli...

Je verrais bien cette éditorialiste soutenir une loi similaire a celle qui interdit les soins de santé hors monopole public qui interdirait l'éducation hors-État.

Hors du public point de salut!

Pierre-Yves

Ben en fait, vous pouvez déjà voir venir le train: un projet de loi qui interdirait aux parents de défrayer eux-mêmes les coûts du tutorat privé, ou de choisir eux-mêmes le tuteur, et les obligerait plutôt à passer par un organisme public qui délivrera les 'permis de tutorat' nécessaires aux imbéciles agréés qui paieront leur cotisation annuelle, et assignera d'autorité un de ces imbéciles aux parents demandeurs (s'ils demandent gentiment).

Le paradis sur terre du corporatisme québécois.

WaltA

Tutorat ??? Qui a besoin de béquilles ? Quoi qu'on en dise, le secteur public a, en partie, réussit à parer le coup en laissant les élèves faire leurs devoirs à l'école. Si cela vous enlève une épine du pied, de laisser des étrangers s'occuper des devoirs des vôtres, soit ! mais vous perdez une excellente opportunité de tisser des liens avec vos jeunes tout en prenant connaissance de ce qui se trame essentiellement dans leurs entours scolaires.

En fin, je réitère que l'éducation alternative semble être ce qu'il y a de mieux pour le développement de l'autonomie intellectuelle pour les élèves de bonne volonté, épris de liberté. De toutes façons, il devrait y avoir plusieurs chemins à explorer afin de compléter ses études.

Pierre-Yves

@WaltA

Oui enfin, c'est pas tous les parents qui ont les compétences pour faire réviser les équations différentielles ou la deuxième loi de la thermodynamique à leurs rejetons quand-même. Même moi, j'ai calé... par contre, il ne manque pas de brillants jeunes gens que l'opportunité de faire une piasse séduit toujours.

WaltA

@Pierre-Yves, c'est sûr... Mais les parents tiennent tout de même des rôles cruciaux : de surveillance, d'encouragement ainsi que de celui de soutien financier $$$.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook