« Un autre rappel concernant les règles du Blogue | Accueil | Le cas Rosa Parks, ou Comment c'est l'État qui est le véritable responsable de la discrimination »

04 mai 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Jean-François Grenier

J'ai aussi un point de vue positif sur la question, mais pas parce que je crois que les gens se réveillent forcément sur la question. Je vois plutôt ça comme le principe du long tail en marketing. L'ouverture "à la possibilité de " va faire que les individus vont être de plus en plus différents, et par conséquent les groupes "majoritaires" de plus en plus rare et faibles. Tout comme pour le secteur de la consommation, dès que les individus s'attendent au choix et à la diversité, le principe industriel du one size fits all tombe en ruine.

Le Champ Libre

Vive les "voix discordantes".

Longue vie au blogue du QL.

Pierre-Yves

Je me souviens en effet de l'argumentation surréaliste de la juge Baribeau. Vraiment n'importe quoi cette justice là n'est-ce-pas?

Philippe David

Je crois que beaucoup trop de gens sont confus quant au rôle réel de la Charte des Droits et Libertés. Cette charte a été concue pour protéger le citoyen des abus de l'état. Ça signifie que l'état ne peut pas discriminer et qu'il garantit la liberté d'expression et d'association et de religion dans les institutions publiques. Elle n'existe pas pour régler des litiges entre personnes privées, sauf peut-être dans certain cas comme l'incitation à la haine, qui sont probablement couvert dans d'autres lois. Elle n'existe pas pour permettre à des femmes d'entrer dans un bar gai ou d'empêcher un tenancier d'exclure cetaines personnes de son établissement privé. Au fil des années, il semble être devenu acceptable d'appliquer la Charte, là où elle ne doit pas l'être.

Eric

Parlant de Charte, je suis aller la consulter ici: http://lois.justice.gc.ca/fr/charte/index.html

Voici le préambule:

"Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit"

Pour un athée comme moi, ça commence mal!

Maxime

Eric, j'y était allé aussi, voici où je me suis enfargé :

"Art 15. (2) Le paragraphe (1) n'a pas pour effet d'interdire les lois, programmes ou activités destinés à améliorer la situation d'individus ou de groupes défavorisés, notamment du fait de leur race, de leur origine nationale ou ethnique, de leur couleur, de leur religion, de leur sexe, de leur âge ou de leurs déficiences mentales ou physiques."

C'est donc dire que la seule utilité percue de la charte pour me défendre contre la discrimination "positive" (c'est à dire, contre moi et les autres dans la "majorité") est caduque.

Fantastique.

Alors, on m'aide à me sélectionner une déficience? Hors minorité point de salut!

Carl-Stéphane Huot

Personnellement, l'absence de droit de propriété discrédite cette charte en partant, peu importe les bons sentiments derrière... Je ne sais plus trop qui a eu cette pensée amère: Un homme qui meurt part avec tout le bien qu'il a fait dans sa vie; cependant, il laisse derrière lui tout le mal qu'il a pu faire de son vivant. Pour moi, ce sera l'épitaphe de Pierre Trudeau. Ceci dit, je serais curieux de savoir si tous ces gens si prompts à dénoncer les "travers" des autres s'imposent la même discipline lorsqu'ils sont de l'autre côté du comptoir, si vous me passez l'expression...

Martin

J'aimerais avoir le point de vue libertarien la-dessus:

http://www.canoe.com/infos/societe/archives/2008/05/20080504-092402.html

Mattiew

@ Carl-Stephane huot

Je rejoins votre avis à propos de l'absence de droit de propriété, à l'epoque de la conception de la charte, il semble que les provinces étaient TRÈS fortement contre. Cela dit, un socialiste comme Trudeau n'aurait jamais RECONNU ce droit...

De plus, un autre point qui transforme la charte en vrai farce, c'est la clause "nonobstant", qui donne en fin de compte au gouvernement la possibilité d'ignorer les droits mentionnés dans la charte du moment que le parlement donne le "ok".

Un autre point qui m'agace au plus haut point, c'est le droit à la legitime défense qui même si sur le papier est reconnu alors que dans les faits, les parlementaires ont tout fait pour l'enlever par des lois, les moyens d'appliquer ce droit fondamental à tout être vivant.

décembre

....c'est le droit à la légitime défense qui même si sur le papier est reconnu alors que dans les faits, les parlementaires ont tout fait pour l'enlever par des lois, les moyens d'appliquer ce droit fondamental à tout être vivant.....

Voilà qui justifie le désir des américains de s'armer. Actuellement, si chaque citoyen avec son arme, l'État se sentirait menacé alors que là.....

Eric

Autre chose que m'énerve dans la charte c'est qu'il y a un droit d'association, mais il n'y a pas de droit de non-association.

Prenez les producteurs de lait ou de sirop d'érable, ils sont obligés par la loi de vendre leur production à leur association sinon ils risquent des pénalités trés élevées. Même chose avec les syndicats. S'il y un syndicat dans l'entreprise, tu es obligé d'y adhérer et de payer la cotisation...

Anarcho-pragmatiste

@Martin

Le problème avec cette cause, c'est que si la dame en question avait quitté son emploi, elle n'aurait pas eu droit à l'assurance-emploi.

Par contre, pourquoi n'a-t-elle pas tenté de changer d'emploi?

Pierre-Yves

@Maxime

Effectivement, c'est très bien vu: la Charte permet la discrimination, mais seulement exercée ou autorisée par l'État, au cas par cas. La discrimination privée est interdite. A noter que cette 'précision' a été introduit pour répondre aux inquiétudes des groupes féministes qui craignaient les conséquences légales d' une situation ou 'ce qui est bon pour Minou, c'est bon pour Pitou'; il fallait donc créer un 'loophole'. J'avis noté ce petit trésor de rhétorique il y'a quelques années, alors que je faisais une recherche sur la discrimination sexiste dans la jurisprudence civile et criminelle au Canada.

Kevin

"Par contre, pourquoi n'a-t-elle pas tenté de changer d'emploi?" Parce que au Québec un emploi est un droit. C'est pour ca que lors d'une grève un employeur ne peut pas remplacer ses employé (scab) parce que ça dlair que ça serait unfair.

Tout employeur doit être exemplaire, ne rien discriminer, être toujours poli avec ses employés et clients, donner des salaires plus haut que la normale, etc. Pour le bien-être de ses employés parce que on sais bien que c'est l'emploi qui crée la richesse, pas la production.

Pas question de laisser un mauvais employeur avec des mauvais employés (parce qu'il est pas endurable et que les bons employé veulent pas travailler avec lui). Pas question pour une employée de se responsabiliser et de changer de place au plus sacrant. Nanon, la discrimination et le manque de respect c'est une affaire nationale.

Par exemple : mon boss aime pas les arabe et les noir. Jamais il n'en engagera. So be it, il a peut-être tort mais j'men sacre, ça le concerne lui. La loi lui dit qu'il n'a pas le droit de refuser un employé sous un motif discriminatoire... mais il le fait pas. En fait il amènera jamais en entrevue un arabe ou un noir, that's it. Mystérieusement leurs CV se retrouvent à la poubelle...

Est-ce que la loi règle le problème? Non, elle le cache, c'est une belle hypocrisie collective, wow ça s'est progressiste.

Tout ça pour dire que l'histoire de "la vieille" c'est vraiment une tempête dans un verre d'eau... décriss de là si t'est pas contente, ton boss y'est peut-être twit mais tu l'es encore plus à rester son valet..

David Gagnon

Une commission qui régule les commentaires sur internet ce n'est pas de la fiction, ça existe déjà, suffit de voir ce qui est arrivé à Mark Steyn.

Pour ce qui est du bar, beaucoup de gens mélangent "loi" et "législation", deux choses très différentes. Le bar a peut-être violé une législation mais certainement pas une loi.

Hayek a écrit un livre la dessus: Law, Legislation and Liberty

Mathieu G

Y'a des discriminations qui sont justifiables mais d,autres qui ne le sont pas.

Un exemple pourquoi passer des entrevues pour des positions dans lequels on ne travaille pas directement avec le public(tout ce qu'il faut c,est regarder les cv, le NAS et les références si demandés).

Par contre d'autres sont justifiables ex: renvoyer un médecin qui ne mets pas de gants à cause de ses croyances c'est correct(mesures d'hygiène oblige).

Yan Grenier


"pourquoi passer des entrevues pour des positions dans lequels on ne travaille pas directement avec le public"

Pour engager une personne avec qui l'on pense pouvoir s'entendre?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook