« Remettre les choses en perspective dans l'affaire Maxime Bernier | Accueil | Le prix du carburant compromet-il la mondialisation? »

30 mai 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Christian Fortin

Walmart a, il me semble, un programme "achat Québec".

J'ai trouvé la manœuvre écœurante: utiliser l'ignorance des gens en matière économique pour redorer son image.

Kevin

Le concept est simple comme 2+2 mais les gens continuent de croire qu'il est préférable de payer 10% plus cher (ou 10% moins de qualité) pour un produit local. Anyway un achat local ou étranger représente quoi? J'ai toujours trouvé paradoxal qu'un gars de Montréal trouve plus patriotique d'acheter quelquechose à Gaspé qu'à Ottawa (Hull c'est correct c'est notre bord...). C'est pitoyable de faire croire aux gens qu'ils sont "frères" parce qu'ils partagent les mêmes frontières (clotures?) géopolitiques. Ces frontières ne représentent que l'administration publique, en dehors de ça il n'y a rien.

Pour ce qui est de WalMart, il ne font que reprendre le sentiment patriotique des québécois. Ce n'est en rien répréhensible. Si certains préfèrent acheter du patriotisme c'est leur affaire mais pas avec mon argent. C'est pourtant tellement simple à comprendre...

Bastiat

L'auteur (anonyme?) suggère qu'il est rationnel d'acheter selon le rapport qualité/prix, et irrationnel d'acheter pour d'autres raisons telles que le patriotisme. Je ne suis pas d'accord avec cette affirmation très "néoclassique". Chaque individu a son échelle de préférences et est toujours "rationnel" dans la mesure où il respecte ses propres goûts, qui ne se discutent pas.

Une omission assez importante: ce qu'on n'achète pas à l'étranger, c'est autant de dollars canadiens que l'étranger ne peut plus venir dépenser chez nous. Donc l'argument des protectionnistes est invalide au départ: l'achat local n'encourage rien du tout!

Kevin

@Bastiat

L'auteur est probablement M. Guénette (puisqu'il link un article de M. Masse) mais je ne vois nul part la suggestion sur la rationalité. En fait il argumente sur la position adéquiste. Le point de l'auteur est que la dimension économique de "l'achat local" est ridicule. De plaider pour que nos dirigeants encourage seulement le local est inconséquent puisque si les autres pays font de même, chacun vivra de son bord. Tant qu'à avoir des frontières comme ça aussi bien avoir un mur!

Il ne critique pas ceux qui achètent local, il critique l'argument comme quoi ça "stimule l'économie locale". Anyway si demain matin montréal était un autre pays, est-ce que les gens de Québec érigeraient des barrières tarifaires et cesseraient d'acheter à Montréal? Serais-ce logique?

Les échanges se font entre deux personne différentes, qu'il soit de l'autre côté de la frontière ou de l'autre côté de la rue ne change pas grand chose (puisque ce qu'il te vend il va probablement t'acheter aussi)

Parlant d'achat local, j'ai relu des articles du QL sur les ondes satellites canadiennes et le duopole forcé par le CRTC.
http://www.quebecoislibre.org/021221-9.htm
http://www.quebecoislibre.org/020511-4.htm

Je me demandais si c'était la même chose ou si la législation a changé. Si ça n'a pas changé, ça serait terriblement facile de faire sortir ça dans les média (la presse est parti sur une série de dossiers qui critiquent le système public) et peut-être renverser la vapeur. C'est surtout le fait que... ces lois me répugnent terriblement et ça se rapproche beaucoup trop de la Russie ou de la Chine communiste à mon goût! Un état qui décide de ce qui doit être vu par ses citoyens... beurk..

Martin Masse

@ Bastiat,

C'est Gilles qui a repris la majeure partie de mon vieil article. Il vient de mettre la citation plus en évidence.

Je ne pense pas avoir écrit qu'il est rationnel d'acheter selon le rapport qualité/prix et irrationnel pour une raison patriotique. J'affirmais seulement que c'est un produit que le consommateur achète d'abord, pas du patriotisme. Mais que si le patriotisme fait partie des caractéristique du produit, "Ce choix est légitime dans la mesure où c'est le consommateur lui-même qui choisit de le faire et d'en payer le prix." Ce qui est illogique, c'est d'exacerber ce sentiment patriotique avec des campagnes de propagande en prétendant que c'est bon pour l'économie.

WaltA

Je me pose une question : Si le Gvt imposait l'achat patriotique, est-ce que les nôtres en profiteraient pour hausser leurs prix. C'est bien un peu se qui se passe dans l'industrie de l'automobile. Non ?

Jean-François Grenier

WaltA, c'est clair. En sachant que la ligne est à 10%, les locaux vont gonfler les prix jusqu'à atteindre cette limite.

Mathieu G

L'ADQ c'est juste les incohérences de Mario Dumont. Avec des campagnes qui vise à favoriser les producteurs mais pas les consommateurs, je vois pas en quoi il dit défendre la classe moyenne.

Pourquoi payer 10% de plus parce qu'il y a une fleur de lys et c'est inscrit Québec?

Si cette logique est appliquée au Québec dans un secteur, imaginez ce qu'elle serait si elle serait appliquée à d'autres. Ça fait penser de plus en plus aux rêves d'autarcie de Lionel Groulx et de son idole Mussolini.

Pour moins Mario Dumont a dû lire des livres de François-Albert Angers, un des ténors du corporatisme qui prône l'autarcie en économie.

Bastiat

@ Martin Masse

"Il s'agit d'une initiative sans logique économique"

"C'est un produit que le consommateur achète d'abord, pas du patriotisme"

Et pourquoi pas? Si on présente ces affirmations comme étant des vérités apodictiques, il ne faut pas ensuite se demander pourquoi on passe pour des "intégristes économiques". Dans une société libre, des gens patriotiques pourraient se regrouper vivre leur patriotisme comme bon leur semble. Pour eux, la logique économique serait de s'occuper du cachet patriotique du produit, avant sa qualité technique.

Notons qu'il s'agit d'un désaccord mineur et que je n'embarquerai pas dans "l'enculage de mouches". Sur le fond, je suis bien d'accord: le marketing doit être l'affaire des commerçants et non de l'état.

Kevin

??!?!?! Euh Martin le dit très clairement, "Il s'agit d'une initiative sans logique économique" ça ne veut pas dire que c'est idiot, ça veut dire que l'intérêt n'est pas économique. De la même façon qu'on achète des produits écolo, on le choisi en fonction de nos valeur. 90% du temps c'est le prix et la qualité qui influence le choix. Ce qu'on dénonce c'est le protectionisme (subventions locales ou taxes à l'importation. Lis le vieux texte et c'est vraiment très clair. "logique économique" ne veux pas dire logique rationnelle.

Faut pas chercher midi à 14h, les gens font ce qu'ils veulent mais les politiciens n'ont pas à intervenir dans leurs choix de produits d'une manière ou d'une autre. Anyway, patriotique avec qui? Un groupe qui considère sa patrie comme l'ensemble de l'Amérique ne se coupe pas beaucoup, par contre si sa patrie c'est Sainte-Julie exclusivement... il risque de vivre pauvrement.

C'est plus le jeu de mot qui t'accroche je crois

Pierre-Yves

Je trouve ça très bien qu'on achète local. Ça encourage la business dans le coin, ça stimule l'interaction entre partenaires d'affaires potentiels, ça fait mousser la fierté nationale, que du bon.

Par contre je ne vois vraiment pas ce que l'État doit avoir à faire avec ça, ce qui évidemment est le cas lorsqu'on propose une 'politique'. L'ADQ s'enfonce tous les jours un peu plus profond dans l'insignifiance.

Tym Machine

@M. Masse,

"Mais ce n'est pas un hasard si les pouvoirs publics sont toujours impliqués dans ces campagnes: les retombées positives sont en effet plus symboliques qu'économiques. Pour une compagnie, il est bien plus rentable d'axer sa stratégie de marketing sur son nom et ses propres produits que de se fondre dans une grande catégorie de «produits d'ici». Son seul moyen concret d'assurer la popularité de ses produits à plus long terme est d'offrir la meilleure qualité au meilleur coût, non de promouvoir le patriotisme. Sans l'intervention des gouvernements, les campagnes d'achat chez nous n'existeraient donc vraisemblablement pas."

Je suis d'accord sur le fait que les politiciens et le gouvernemaman aient tous les prérequis afin de se coller pour ne pas dire se lover sur une campagne d'achat che nous.

D'ailleurs, qui a réellement été surpris de cette dernière accolade démagogique de l'ADQ? Après les accomodements raisonnables, le halte-là à l'augmentation des taux d'immigration par le biais d'un moratoire sur le 45 000 immigrants au Québec par année et les bébés bonus duplessistes pour la femme au foyer et l'homme dans les champs et au chantier, on attendait cette dernière sans surprise aucune.

Ce que je ne comprends pas par contre, c'est la dernière phrase: "Sans l'intervention des gouvernements, les campagnes d'achat chez nous n'existeraient donc vraisemblablement pas."

Qu'est-ce qui empêche un regroupement d'entreprises d'une région quelconque de faire une campagne achat chez nous sans l'aide des gouvernements?

Martin Masse

@ Tym Machine,

"Qu'est-ce qui empêche un regroupement d'entreprise d'une région quelconque de faire une campagne achat chez nous sans l'aide des gouvernements?"

Rien ne l'empêche, mais comme je l'explique dans le paragraphe que vous citez, les retombées sont plutôt symboliques, et pour une compagnie, il est bien plus rentable d'axer sa stratégie de marketing sur son nom et ses propres produits que de se fondre dans une grande catégorie de «produits d'ici».

Ce qui est plus probable, ce sont des campagnes d'une entreprise particulière qui se sert du patriotisme pour attirer des clients chez elle, comme Wal-Mart avec sa campagne d'Achat-Québec (qui publicise le fait qu'elle favorise des fournisseurs québécois).

François 1

Et si tous les pays faisaient la même chose que Mario et préconisaient l'achat local? Que ferait le Québec qui exporte en grande majorité ses produits dits "locaux"? Il les boufferait?

Le Québec étant un État exportateur (comme d'ailleurs l'ensemble des provinces canadiennes) devrait réfléchir AVANT d'énoncer ce genre d'ânerie!

Martin Masse

La Presse canadienne nous informe aujourd'hui que "Le gouvernement Charest injectera 14 millions de dollars dans une campagne pour convaincre les consommateurs de mettre plus de produits québécois dans leur panier d'épicerie. Le lancement de la campagne publicitaire «Le Québec dans votre assiette» se fera ce jeudi à Montréal, alors que le ministre de l'Agriculture, Laurent Lessard, cherche à démontrer qu'il n'a pas mis en veilleuse les recommandations du rapport Pronovost sur l'avenir de l'agriculture."

Adéquistes, libéraux ou péquistes, voilà un autre domaine où les partis sont tous aussi illettrés économiques les uns que les autres. Le seul objectif est de se faire du capital politique dans les régions auprès des parasites agricoles.

Tym Machine

@François 1,

C'est probablement ce qu'il faudrait faire mais on pourra dire adieu à nos programme de lutte contre l'obésité quand il faudra engouffrer 100 kilos de sirop d'érable annuellement per capita.

Tym Machine

@Martin Masse,

Quel gaspillage éhonté de fonds publics. Pendant ce temps là, nos routes sont scrap, le système de santé inefficace et le système d'éducation en lambeaux.

On les a les priorités dans la Distinctland.

Tym Machine

Voici une publicité intempestive communément appelée spam sur le sujet:

http://tymmachine.blogspot.com/2008/06/le-sectarisme-des-politiques-dachat.html

Tym Machine

Je ne veux pas faire de politique facile sur le sujet mais permettez-moi de trouver étrange l'appui quasi unanime qui reçoit ici le parti démocratique.

Tellement unanime que la question posée par Franche Beaudoin à son émission bon baiser de Franche sur les ondes de la très à gauche station publique radio-canada n'était pas si l'artiste (le frère à Brathwaite) en question aurait voté démocrate ou républicain mais bel et bien s'il aurait voté pour Barak Obama ou Hylary Clinton.

Or si c'était juste du vouloir des démocrates, ce sont les plus protectionnistes d'entre tous. Ce qui voudrait dire des très mauvaises nouvelles pour l'économie canadienne.

Si ce n'était que de ces gauchistes, ils scrapperaient le NAFTA et nous pourrions dire adieu à notre balance commerciale annuelle net positive de 100 milliards de dollars par année (actuellement, à part les USA, aucun autre pays n'a de balance commerciale nette positive avec le Canada).

Il serait temps d'ajuster nos lentilles cornéennes et de commencer à écouter autre chose que la propagande de nos médias gauchistes. À défaut de Ron Paul, il faudra se rabattre sur John McCain.

Désolé si je suis hors sujet mais je trouvais que ça rejoignait cette politique rétrograde car si les américains se décident à acheter "just american", nous sommes dans la merde pas à peu près en plus.

Yan Grenier

@Tym: Pas mal le billet, mais tu as oublié un point très important:

Une baisse de prix est aussi importante qu'une augmentation de salaire. L'argent n'est que le moyen d'obtenir des biens et si le même dollar me permet d'obtenir 10% plus de choses provenant d'ailleur cela veut dire que j'ai une augmentation relative de mon pouvoir d'achat de 10%.

Non seulement est-ce vrai, mais admettons que je décide de ne rien acheter d'autres comme tel, il est probable que j'investisse cet argent sauvé peut-être ici-même.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook