« Musées «gratuits» - ou comment faire payer ses sorties par la «masse» | Accueil | Les masculinistes selon les marxistes »

18 mai 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Kevin

Hahaha si les enfants utilisaient ces termes, ils deviendraient des rejets et passeraient pour des intello fucked up!!

Moi ce qui m'a souvent fait rire c'est "non-voyant" au lieu d'aveugle. Quand "non-voyant" sera péjoratif, on utilisera "personne éprouvant des difficultés occulaires".

Je ne savais pas que notre ministère aimait autant l'enculage de mouches (j'adore cette expression, ça dit tellement tout)

Le Nain

Dans notre chère éducation nationale française, un ballon est un "référentiel bondissant" et un parent d'élève un "géniteur d'apprenant".

Comme quoi les cuistres ne connaissent pas les frontières.

Catoneo

Tant que la connerie marche en pantoufles, nous pouvons survivre, mais qu'elle s'avise de chausser ses bottes de fer comme dans certains pays, alors l'esprit meurt.
Le pédagogisme est le délassement des oisifs du ministère.

marianne

Le Nain me prend les mots de la bouche ! J'allais donner le même exemple de la langue de bois qui sévit à l'Education nationale en France ! L'expression complète pour désigner le ballon est même "référentiel bondissant aléatoire" ...

J'ai découvert le même genre de novlangue gouvernementale ici, au Québec, en lisant les journaux. Ce style de vocabulaire n'est pas seulement de la cuistrerie, ni de la c... en pantoufles. Il montre la mainmise d'une caste d'apparatchiks sur la société, loin des réalités et très à l'abri de celle-ci, fonctionnant en vase clos sur des notions idéologiques chimériques, et se reconnaissant ainsi les uns les autres. Ils ont peur des vrais mots - et de la vérité qu'ils contiennent.

Il y aurait une étude à faire sur la corrélation entre l'emprise de la langue de bois dans les ministères de l'éducation et le niveau de l'enseignement du français par exemple.

Le Champ Libre

Sur le même sujet, mais en France :

http://cvincent.club.fr/humour/textes/enfantecole.htm

Ben Gbs

Tellement drôle que ça devient triste.

Ce n'est que la continuation, que dis-je la sublimation d'une génération baby boomer élevée en prince absolue du bien et du "ce n'est pas si pire" (parce qu'évidemment il n'y a rien de "mal"). Pas d'élite, pas de gagnant, pas de perdant mais tous des égaux, des participants. Pas de difficulté ou d'épreuves, le gouvernemaman est là pour veiller au grain. Plus de malades mais des bénéficiaires, plus de noirs mais des gens de couleurs, plus d'handicapés mais des gens à mobilité réduite, plus de sourds, plus de vieux, plus de méchants super-héros qui traumatiseraient nos pôvres jeunes enfants.

Ce qui me fascine dans ce billet, c'est tout le background qu'une personne doit posséder pour arriver à pondre de telles inepties... des relents de mescaline faut croire... faite l'amour pas la guerre qu'ils chantaient...

Merci pour ce petit billet si drôle.

Mat

Les enfants ne font pas de travaux mais de la pédagogie par projets.

Autre chose, c'est tu vrai qu'un primaire il ne font plus doubler personne?

Yan Grenier

Oui Mat c'est bel et bien vrai. Je suis étudiant en enseignement et lors de l'un de mes stages au primaire, on m'a montré que la note la plus basse qui existe et qui est donc la plus basse atribuable est un D où D veut dire à peu près : L'élève réussit avec de la difficulté.

Dans le cas où un élève a trop de notes basses, on devrait lui faire passer des examens des années précédentes, et prendre la note qui en résulte en y ajoutant une étoile pour signifier que la méthode d'évaluation a été adaptée "aux besoins de l'élève".

Je ne plaisante pas.

Tym Machine

Est-ce que le fémini-fascisme si présent dans le monde de l'éducation aurait femellisé tout ce qui a trait à la compétition et au dépacement de soi pour une société marxiste et égalitaire???

Yan Grenier

Oui. Il est interdit de mettre en compétition les élèves.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook