« Encore une réflexion sur la discrimination | Accueil | Les riches s'enrichissent, les pauvres s'appauvrissent. Vraiment? »

07 mai 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Kevin

Mais non Martin, la discrimination est inaceptable de la part d'une compagnie!! Nous devons tous être dans le bateau du bonheur collectif et êtres tous égaux (lire identique). Anyway l'individu se substitue à la masse dans l'idéal collectiviste.

Que vous êtes rétrograde.. vous imaginez un robineux se faire refuser dans un commerce sous prétexte qu'il pue et fait fuir les clients? Ou une prostituée dans un café qui se fait expulser simplement parce qu'elle racole les client et est clairement cokée? Vous imaginez un blanc se faire refuser dans une association de noirs? C'est impensable voyon.

En tant que collectivité homogène, nous nous devons d'avoir une moralité et des valeurs communes identiques. Nous devons contrôler les intentions des membres de notre collectivité pour le bonheur universel. Si une personne n'aime pas les noir, il faut la dénoncer et lui donner des sanctions.

Bien-sûr l'état vas gérer ces sanctions, il y a des discriminations moins acceptables que d'autres. N'oubliez pas que la discrimination positive est acceptable puisqu'elle est fait pour le groupe défavorisé. C'est un retour de justice pour les amérindiens, les noirs, les femmes, les gays etc. Il ne faut pas croire que la discrimination positive c'est la même chose que la négative, hey le mot positif est dedans, c'est nécessairement bon. C'est comme dans socialisme il y a social, donc c'est une politique pour la société.

La moralité est une affaire de société, on doit punir les actions immorales. Au fait, l'adultère n'est pas encore illégal, il faut absolument mettre des loi pour punir ceux (lire les hommes hétérosexuels blancs) qui violent la sainte union d'un couple. Imaginez les conséquences d'une tromperie, il y a des divorces, des problèmes d'ententes, des enfants séparés de leurs parents. C'est horrible, imaginez la pauvre mère monoparentale qui doit élever ses enfants toute seule!! Les coûts sociaux sont terribles, nous devons intervenir pour préserver la bonne marche de la famille!

Heureusement le gouvernement veille sur nous, les femmes qui sont à risque de se faire agresser par leur conjoint peuvent maintenant faire une demande pour que l'état résilie leur bail. Comme ça elles peuvent se libérer de leurs responsabilités qu'elles ont prises volontairement avec un homme qu'elles savaient violent mais la bonté naturelle des femmes (c'est bien connu, les hommes sont mature moins vite que les femmes et sont plus mauvais qu'elles) les pousse à pardonner et à espérer que l'homme se féminise et cesse d'être violent. En fait elles sont victimes de leur chum violent et de elles même. Mais attention, ce que je vien de déclarer ne les rends pas irresponsables et trop idiotes pour s'occuper d'elles même!!

-

Hehe et dire qu'il y en a encore qui croient qu'un commerce est un lieu public... la naiveté est sans bornes

Martin

Ce serait tellement plus simple si la propriété privée était reconnue et respectée par tous...

Anarcho-pragmatiste

Excellent billet Martin Masse! La quasi-totalité du temps, c'est l'État qui est à l'origine de la ségrégation et de la discrimination.

Ce n'est pas en réclamant encore plus de violence étatique qu'on va régler ce problème!

Anarcho-pragmatiste

"Cet individu, qui n'a manifestement pas la capacité intellectuelle d'analyser un texte où sont exprimées des idées complexes" (Martin Masse)

Le seul bémol que j'exprime par rapport à ce billet. Je ne crois pas qu'il s'agisse d'un problème de capacité intellectuelle. Je crois plutôt que cet individu ne sait pas que c'est l'État qui était à l'origine de cette ségrégation à l'époque, ce qui est à l'origine de son commentaire!

Pierre-Yves

Je pense qu'il faut pousser plus loin l'analyse de Martin Masse concernant la ségrégation aux USA. Non seulement cette ségrégation est elle une création étatique, mais elle remonte à l'enfance des colonies. Qui plus est, elle a été créée de toutes pièces par voie de loi et décrets (ex. lois virginiennes interdisant les mariages interraciaux, les entreprises interraciales, ou même les assemblées interraciales) à une époque ou la désillusion des métayers, pour la plupart d'orginine britannique et réduit à un sort à peine plus enviable parfois que celui des esclaves, commençait à menacer la suprématie de la caste des propriétaires terriens.

Il n'échappa pas à ces derniers que la conjonction d'une classe blanche pauvre mais indépendante d'esprit, et d'une population d'esclaves marrons et d'amérindiens christianisés, déboucherait tôt ou tard, par les simple jeu de la croissance démographique, sur la formation d'une redoutable force de subversion. La théorie ségrégationiste était née, le bon docteur Verwoerd n'a fait que reprendre la recette en Afrique du Sud après la seconde guerre mondiale. Le problème noir américain, qu'Andrew Young préférait appeller 'problème racial américain', est une création de l'État.

Anarcho-pragmatiste

Dans mon blogue, un certain Dave a été encore pire que virtualfred à votre endroit. Pathétique!

Dave a dit:

"Mathieu Bréard est un dangereux. Il appartient à la branche radicale du mouvement Libertarien canadien avec Martin Masse et Pierre Lemieux. Il est membre de la NRA Américaine et fait souvent des apparitions publiques au nom de la Gun Owner of américain qui défend le droit de porter une AK-47 ou un M-16 partout dans la rue. Il faut se tenir loin de ce monde la."

http://anarchopragmatisme.wordpress.com/2008/05/06/morgan-stanley-gagnon/#comment-634

Jean-Reno Chéreau

Honnêtement, j'ai eu des réserves à propos des derniers billets concernant la discrimination. Je me disais "comment peut-on faire changer les mentalités, c'est-à-dire de faire comprendre à certains individus que la différence n'est pas synonyme de péjoratif, si des commerces pratiquent une discrimination basée sur une apparence physique quelconque?" Comment dire que la discrimination est mal et l'imposer ce point de vue si ce n'est que par la coercition légitime?

En fait, j'ai résolu mon dilemme en admettant que la discrimination est là pour rester chez certains individus, sans oublier que ceux-ci peuvent être arrêtés s'ils touchent à la propriété privée d'un individu (genre brûler sa maison) ou bien à son intégrité (genre le blesser, le harceler, etc.) Ainsi, nous n'avons pas besoin de l'État pour régler ce problème.

Ah mon dieu, diront-ils, il admet que la discrimination est là pour rester. So what? Des années de propagande étatiste n'a pas enrayé la discrimination, le racisme, le sexisme. Bien au contraire, les politiciens se servent de ces exemples pour accroître le rôle de l'état et de restreindre la liberté individuelle de tous. En 2006, parce qu'au Québec des "actes de racisme et de discrimination s'y produisent chaque jour", la ministre de l'époque, Lise Thériault, proposait une politique de lutte contre ce fléau en restreignant le droit de propriété des commerçants, des propriétaires de logements, etc. Très novlangue, vous ne trouvez pas?

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2006/06/29/003-Racisme-Quebec.shtml

Bien que l'objectif soit louable, la discrimination ne disparaîtra pas grâce à une politique. De toute façon, on ne peut pas faire confiance à l'État pour se genre de questions car selon Mr Masse : "Tous les cas de discrimination, ségrégation et persécution de groupes spécifiques à grande échelle sont le résultat de la violence étatique."

Maintenant, pour ne pas offenser les bons pensants, je dois vous avertir que le message plus haut ne comprend aucune incitation à la haine et à la discrimination. Si vous interprétez mon commentaire de cette façon...mettez-vous des lunettes et relisez-moi!

Jean-Bernard Théard

Excellent billet M. Masse. Durant les derniers jours j'avais pensé moi-même à parler du cas de Mme Parks mais je ne pensais pas qu'un étatiste serait vraiment assez stupide pour l'utiliser comme exemple! Le pire c'est que je ne sais même pas si je peux le blamer. Avant de devenir libertarien, moi aussi comme tout enfant américain je me suis fait "brainwasher" par l'histoire des droits civiques. On présente l'État en libérateur et on fait passer les lois ségrégationniste comme étant l'oeuvre de méchantes compagnies racistes qui voulaient empêcher les noirs d'avancer.

Une chose que vous ne mentionnez pas mais qu'il serait bon de savoir: Les compagnies d'autobus elles-mêmes se sont battues contre les lois de ségrégation sachant très bien qu'elles perdaient des clients!

Bastiat

"La discrimination est là pour rester"

La discrimination n'est pas un mal nécessaire, mais bien une nécessité tout court. Si votre blonde est avec vous ce soir, et pas avec moi, c'est bien parce qu'elle discrimine. Pensez-y!

Anarcho-pragmatiste

Un étatiste pose une question intéressante concernant le droit de propriété:

http://jesopinions.blogspot.com/2008/05/le-libertarianisme-mne-t-il-la-cruaut.html

Isa

Bien sur ce blog, on s'en calisse du droit des animaux et de la cruauté. Vive la propriété privée. Le cœur me lève.

http://www.leblogueduql.org/2007/03/du_droit_des_an.html

Anarcho-pragmatiste

Merci Isa, vous rafraîchissez ma mémoire!

Tym Machine

"Dans un contexte de libre entreprise et de concurrence, une compagnie privée d'autobus aurait vu qu'il y avait une demande pour un service d'autobus où les noirs, qui formaient 75% des clients, étaient traités de la même façon que les blancs. Cette compagnie aurait drainé la clientèle du service d'autobus pratiquant une ségrégation."

Le problème, c'est qu'ici les circuits d'autobus sont régis à 99,99% du temps par les municipalités qui détiennent un monopole syndicalo-étatique sur ces dits autobus. Ces étatistes en puissance s'assurent donc que les dits circuits d'autobus demeurent un monopole public et gare à tout politicien municipal qui invoquerait le droit à la sous-traitance et aux PPP, ça ne prendra pas de temps que le syndicat des cols bleus de la ville s'en chargerait afin de protéger les emplois de ces dits-fonctionnaires.

Cela crée des situations invraisemblables tels que des chauffeurs d'autobus syndiqués qui conduisent des autobus pratiquement vides pendant des heures de temps brûlant du diesel qui pue, encombrant la route, maganant les chemins et cela au nom des droits acquis et de l'obligation communiste de fournir du travail à ces dits-chauffeurs dont beaucoup ne seraient même pas employés par le privé tellement ils sont des dangers publics.

Dans certaines villes aussi on voit des espèces de tacos digne des autobus cubains tout rouillés, de vrais dangers publics qui circulent et abiment inutilement les routes de la ville. En plus de polluer 10 fois plus qu'une voiture ordinaire, ces dinosaures sont habituellement vides. On pourrait facilement se passer de leurs services dans des petites villes de banlieue comme St-Hyacinthe, Drummondville ou St-Jérôme où un simple service de racompagment style taxi-bus ferait le même travail et cela pour un coût 100 fois plus modique. Mais non, encore une fois, la logique syndicale prime, il faut faire travailler les chauffeurs même si on conduit des autobus rouillés, polluants avec des taux d'occupation moyen de 5 à 10% de la capacité.

Après cela, on viendra nous dire à nous payeurs de taxe (pour garder les droits d'auteurs de CONtribuables à Gilles Proulx, rendons à César ce qui appartient à César) que l'autobus est un moyen écologique en nous pelletant des statistiques trompeuses sur le sujet.

OUI, l'autobus est un moyen plus écologique en théorie mais ce que les statistiques ne disent pas, c'est qu'on doit parler d'un taux d'occupation de 80% à 100% et qu'on doit parler d'autobus en bon état, fonctionnel et bien entretenu ce qui est loin d'être le cas dans plusieurs villes.

Tym Machine

Ajout au dernier commentaire:

N'oublions pas que les dits chauffeurs ont des emplois payés à 20$ de l'heure et plus, parlons donc de droits acquis et non de sauver l'environnement.

C'est un peu comme à Québec où la ville obligera les gens à recycler leur gazon dans des bacs à part question de faire runner encore plus de gros camions diesel polluants et de "préserver" les jobs du syndicat des cols bleus qui font tellement sauver d'argent à la ville et qui se soucient tellement d'environnement (sarcastiquement parlant évidemment).

Tym Machine

@Kevin,

Je ne sais pas si vous faisiez du sarcasme ou que vous citiez un commentaire sur une autre discussion mais laissez-moi répondre à cette affirmation:

"Que vous êtes rétrograde.. vous imaginez un robineux se faire refuser dans un commerce sous prétexte qu'il pue et fait fuir les clients? Ou une prostituée dans un café qui se fait expulser simplement parce qu'elle racole les client et est clairement cokée? Vous imaginez un blanc se faire refuser dans une association de noirs? C'est impensable voyons."

Dans les trois cas, la réponse est oui et je l'ai vu faire souvent. L'argent n'a pas d'odeur ni de couleur mais si je perds 90% de ma clientèle pour servir et accomoder 10% de celle-ci, il me semble que le calcul d'affaire n'est pas difficile à faire, n'est-ce pas?

C'est comme cela que la loi 101 aurait due être gérée en favorisant l'achat chez les commerçants qui respectent notre langue en guise de choix personnel et non en obligeant et en forçant des citoyens qui font le choix de n'afficher qu'en anglais.

Avec cette attitude, on aurait éviter tout le branle bas de combat dans le ROC et le National Post aurait eu à trouver autre chose que de parler des pécadilles du voisin de l'Est.

Salutations,

Tym Machine

Anarcho-pragmatiste

@Tym Machine

Kevin était sarcastique.

Kevin

Hehe rassurez vous, c'était sarcastique, j'ai même beurré épais pour que ça paraisse. J'ai choisi trois exemples extrêmes que même les bien pensant ne peuvent appuyer. Même si c'était parce que le boss aime pas les noirs, ou juste les noirs avec des dreads ou whatever what WHO CARES.

C'était un commentaire ironique pour montrer à quel point on est tellement altruiste nous les québécois, tellement fondamentalement bon qu'on veut imposer nos valeurs universelles à tous les autres. On est tellement altruiste que ça devient égocentrique et complètement idéaliste.

On se déclare les plus solidaires, les plus généreux avec nos programmes sociaux et nos redistribution de revenu... criss on est même pas capable de respecter la propriété des autres. La discrimination c'est comme les émotions ou les tempéraments, ça ne se régule pas. Même si on passait un projet de loi sur l'agressivité, pensez vous que le monde serait plus zen?

En fait c'est de l'hypocrisie générale, on se dit généreux alors que les québécois sont ceux qui donnent le moin en Amérique du Nord (normal, le gouvernement s'occupe des démuni, des exclu, des pauvres, des malades, des malades mentaux... name it!)(pourquoi je m'en occuperais si c'est déjà fait, c'est pas ma responsabilité). On se targue d'être altruiste et de penser aux autres alors que ce que j'entend c'est des louanges quand la politique les avantage et des démonisation lorsque ça leur nuit.

Je me suis même fait dire "bah moi ça me touche pas c'est pas grave". Aucun principe, aucune valeurs.. et après on accuse les autres dans un système plus libre d'être égoïste? Plus hypocrite que ça tu meurs. En plus on met des loi pour protéger le français pis on se questionne pas "ah mais si le Canada décidait qu'il doit protéger l'anglais, il nous forcerait à envoyer nos enfants à l'école anglaise?" ou "Si c'est le caractère minoritaires, les amérindiens voudraient peut-être nous imposer leur langue?".


Tym Machine

@Kevin:

"On se déclare les plus solidaires, les plus généreux avec nos programmes sociaux et nos redistribution de revenu... "

Ça doit être pour cela qu'au Québec on est bon dernier dans les dons de charité et que la deuxième province la moins généreuse donne le double de celle du Québec.

"C'est ça les canadiens français, au lieu de s'entraider ils se mangent entre eux autres." - Bob Gratton, 1er Elvis Gratton

marianne

N'est-ce pas plutôt (au du moins aussi) parce que les Québécois paient beaucoup d'impôts et de taxes. D'une part cela laisse moins d'argent à donner librement, de l'autre cela entretient une sorte de léthargie de l'initiative puisque "l'état y pourvoit".

Tym Machine

@marianne,

C'est exactement cela, d'ailleurs on y fait référence souvent dans les articles du Québecois libre.

Évidemment, dans une société plus libertarienne, ce ne devrait pas être le cas.

Cela engendre les effets pervers que vous mentionnez, une déresponsabilisation, de l'évasion fiscale et une insensibilité accrue face à la misère humaine car pourquoi donner si l'état joue lui même les robins des bois et nous force à le faire? On devient vite radin, égoïste et sans coeur avec une telle mentalité étatiste.

Kevin

Exactement ça Marianne.. mais ce que je vois qui est encore pire c'est la déresponsabilisation massive des gens. I mean, personne n'est plus responsable de rien et tout le monde cris pour leurs droits. C'est rendu qu'on a des groupes de pressions qui manipulent des statistiques pour se garder une job.

Exemple : On a reçu les statistique comme quoi les pauvres s'appauvrissent et les riches s'enrichissent. Statistique Canada a compilé des données et comparé les écarts de revenu depuis 25 ans. Leur bilan c'est que en dollar constant (en tenant compte de l'inflation), les revenu de la classe moyenne ont stagné, ceux de la classe riche on augmenté et ceux des pauvres a diminué (20% si je me souviens bien). Hier le président du conseil du patronat a remis les pendule à l'heure.

En fait les 20% de moins c'est le revenu brut, si on considère les avantages sociaux et les redistributions, les revenu des pauvres a augmenté. Si on regarde aussi le revenu net, ça change beaucoup puisque le taux d'imposition est très faible (50 000 - 60 000 c'est 5000$ net de plus alors que 10 000-20 000 c'est 8-9000$ net de plus). Il souligne aussi que ce n'est pas les mêmes personnes qui sont considéré pauvres depuis 25 ans. Il y a 2 ans je gagnais le salaire minimum, aujourd'hui je suis à 12$. Il y a 2 ans j'étais dans un dépaneur, aujourd'hui j'ai étudié et je suis technicien de préimpression. C'est pas le revenu brut des gens qui a diminué de 20%, c'est celui de la moyenne des revenu faible. Ceux qui étaient pauvre en 1980 sont probablement dans la classe moyenne. Tout ça pour dire que les statistique épeurantes valaient pas grand choses hors contexte.

Aujourd'hui une présidente d'association pour les pauvres (subventionnée) s'indigne des propos du gars d'hiers. Elle demande "si ce n'est pas vrai que les pauvres s'appauvrissent, pourquoi y-a-t il une plus forte demande pour les logements sociaux, que les réclamations d'aide sociale augmente, que les banques alimentaires ont une demande plus forte, etc." En fait elle simplifie une situation complexe, de la même façon que les écolo simplifient le climat, par des additions. Elle suggère même que la hausse du salaire minimum et les garderies et d'autres mesures "progressistes" aident les pauvres à survivre, sinon ça serait encore pire.

Je la comprend en fait, elle essaie de préserver ses contributions financières. C'est complètement simpliste et démagogique mais les gens vont le gober. On pensera pas que la demande de logement sociaux c'est parce que la crise du logement est causée par la régie du logement. Ou que une bonne partie de ceux qui fréquentent les banques alimentaires sont souvent des drogués qui ont passé leur chèque de BS (J'en connaissais). En fait c'est plus que une cause et même si l'appauvrissement était seulement pour les pauvres, ça ne serait pas un complot...

Tym Machine

@Kevin,

Ça me fait rigoler parce que j'écoute Choi Radio X (haine FM pour davidg) l'autre matin et il y avait une manifestation pour la dignité des assistés sociaux. Or, comme le faisait remarqué les animateurs, ces mères monoparentales qui appelent leurs bébés des "contraintes" à l'emploi (citation intégrale) ont mis beaucoup d'efforts pour cette manif. Si elles avaient mis le même effort pour trouver un emploi, elles en auraient peut-être un aujourd'hui. Elles ont même eu le temps de composer une chanson avec des rimettes poches mais c'est drôle, malgré leurs "contraintes" elles trouvent du temps pour cela.

Deuxième constat, si elles sont si occupées avec leurs "contraintes", comment se fait-il qu'elles avaient trouvé du temps pour aller manifester et cela sans la présence de leurs "contraintes"? Bizarre.

Ça doit être qu'un emploi, c'est trop "low profile". Quand tu as une job et que tu la fais comme il le faut, règle générale, tu n'as pas 100 journées par année pour aller manifester pour toutes sortes de causes.

Or la go-gauche manifeste constamment. Mais appelons les choses comme elles le sont, il ne s'agit pas de groupes qui ont des revendications légitimes mais bien de groupes de pression et de lobbies pour maintenir les acquis et même ceux qui défient toute logique.

Salutations.

Tym Machine

virtualfred

"Ma position est que l'État ne doit pas lui-même discriminer ni imposer aux organisations et aux individus de discriminer, puisque cela implique d'utiliser son pouvoir monopolistique pour favoriser certains groupes de citoyens aux dépens d'autres."

Donc selon M. Masse, la discrimination n'est pas un mal en soit, ce qui est mal, c'est que ce soit l'état qui le fasse.

Contrairement à M. Masse, je ne suis pas borné par une idéologie ou une autre, je suis pragmatique. Je suis contre la discrimination dans sa finalité, qu'elle vienne d'individus ou d'un gouvernement.

Traitez moi de tous les noms, vous n'en serez que diminués, vous qui prônez le libre racisme.

marianne

J'ai beau chercher dans le texte de M. Masse, je ne trouve rien qui encourage à la discrimination par les individus ou au "libre racisme". Mettre en lumière que la discrimination, dans le cas de Rosa Parks et dans bien d'autres, a été d'origine étatique ne signifie en aucun cas que l'on soutienne le racisme "privé". Où avez-vous été chercher cette ineptie ?

Isabelle

Virtuelfred : Je suis pragmatique?

Ah oui vraiment? Vous avez le sens de l'humour mon ami.
Ou dans le message de M.Masse il y a un appel ou racisme. Je suis curieuse.

"je ne suis pas borné par une idéologie ou une autre"

L'excuse facile pour celui qui cherche â couler le débat sans trop présenter d'argument. Un peu plus de rigueur svp

Kevin

Haha bin non Fred, c'est pas parce que tu es un rêveur idéaliste irréaliste qu'on va te blaster. Surtout si tu te proclames pragmatique. Premièrement, commence par lire comme du monde, tout le monde est très très clair, surtout M. Masse. Ensuite, je te demanderais, si tu es "contre la discrimination dans sa finalité" (totalité qu'on dit si tu veux être conséquent dans ce que tu dis), comment l'éliminer.

On pourrait mettre des lois pour s'assurer qu'aucun client ne puisse être refusé dans un commerce (incluant les hommes dans les centres de conditionnement physique), chaque business devrait payer une amende de... je sais pas moi, 2000$ si un client fait une plainte pour discrimination. Sauf que si tu t'intéresses à la discrimination dans sa totalité, ça veut dire que tu veux réprimer même celle fait par les gens (ironique comment une business est une personne morale mais qu'on oppose propriétaire à individu - bref les individus peuvent discriminer mais pas la business... qui est un regroupement d'individus... whatever). Donc on pourrait aussi mettre une police de la discrimination, si un noir/femme/gay/juif/pauvre/handicapé/itinérant se fait discriminer, insulter, regarder croche, sortir d'un édifice public (dans le sens des imbéciles qui font pas la différence entre un lieu public et privé, c'est-à-dire qu'un mcdo est un lieu public) peut faire une plainte et le contrevenant recevra une amende ou se fera mettre en prison.

Mais tu sais Fred, c'est un peu complexe parce que la discrimination c'est très large. Il y en a qui considèrent que lorsqu'un commerce fait sortir un itinérant saoul qui pue et qui crie ou frappe tout le monde, c'est une bonne chose. Donc la discrimination contre les itinérants est acceptable. On dit aussi que c'est normal qu'une banque refuse un prêt à une personne non solvable... C'est aussi de la discrimination sur le revenu ou alors la responsabilité de la personne (quelqu'un qui dépense plus que ce qu'il gagne est un irresponsable) et c'est acceptable. Puisque de nouvelles formes de discrimination apparaisent chaque jour, nous devrions avoir une commission nationale de la discrimination qui déterminerait ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas. Comme il y a 200 ans c'était correct de discriminer les gay et aujourd'hui ça ne l'est plus, on pourrait faire évoluer les critères de discrimination avec le temps. Peut-être que tu es contre le fait de sortir un itinérant saoul d'un commerce (ou une prostituée qui racole les clients). Alors là on peut aussi les inclure dans la loi.

Mais tu sais quoi? Moi je suis aussi contre l'adultère et la trahison sur toutes ses formes. Je demande un projet de loi pour envoyer en prison toute personne qui commet un adultère ou ne respecte pas son engagement. Par exemple, nous aurions un code criminel pour déterminer la gravité de l'adultère : si c'était juste un baiser, si c'était échelonné sur longtemps, s'il n'y a eu que des caresses, si le couple officiel était marié. C'est des crimes qui causent de grands torts à notre société. J'espère que tu ne parleras pas contre ce que je viens de dire sinon je te dirai "toi qui prône le libre adultère".

Donc, je pense que M. JeSuisUnIdéalisteIrréalisteQuiSeDitPragmatique, peut-être que tu commences à voir la différence entre discrimination individuelle et discrimination étatique. L'État c'est l'absolu, c'est "les mêmes valeurs pour tout le monde" incluant le racisme. Que mon voisin veuille discriminer contre les noirs c'est ses affaires. Par contre si l'État discrimine contre eux ou les oppresse, c'est l'affaire de tout le monde.

En passant Fred, je suis pas raciste pour deux cennes, mais il y a un groupe d'individu que je déteste plus que tout au monde : C'est ceux qui croient que la vie qu'ils imaginent dans leur tête est la réalité, qui s'y bornent et qui croient que la destruction des libertés est un mal nécessaire. Ceux qui croient pouvoir imposer leur vision de la réalité aux autres, envers eux je suis discriminatoire en sacrament.

Vis ta vie, respecte ton voisin et cesse de vivre dans ton monde de lapin rose où tout devrait être beau et parfais. La vie c'est beaucoup plus complexe que ça et de prétendre pouvoir imposer ta réalité aux autres c'est rien d'autre que de la prétention.

Gabrielle LD

Simple question pour virtualfred. Croyez-vous que la liberté d'expression soit un principe valable et qui doit être défendu? Vous comprendrez qu'il va de soi que la défense de la liberté d'expression existe pour défendre les positions et propos qui sont socialement non-acceptés (la liberté d'exprimer des opinions reconnus de tous étant implicite).

Franck

Oui, complètement d'accord avec virtualfred!

Personnellement, je connais une femme, superbe, intelligente, et qui me plaît. Je le lui ai fait savoir, mais elle repousse mes avances :-(
Je suis par conséquent favorable à la suppression pure et simple de toute discrimination et je réclame une loi interdisant à toutes les femmes qui me plaisent de se refuser à moi!

Pensons à toutes les personnes malheureuses parce qu'en grand besoin affectif. Le droit à l'amour est trop important pour le laisser à la libre discrétion des individus: l'État doit forcer les récalcitrants à coopérer!

Non mais!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook