« Le cas Rosa Parks, ou Comment c'est l'État qui est le véritable responsable de la discrimination | Accueil | Les riches ne paient pas d'impôt. Vraiment? »

09 mai 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Kevin

Bon, à peine j'en parle, Martin nous a ramené l'article d'hier. Moi j'ai encore mon journal de ce matin, je vous copie sa réponse :

-

Roger Lafrance
L'auteur est coordonnateur par intérim de l'ACEF Montérégie-est.

Il faut être particulièrement déconnecté de la réalité pour affirmer qu'il «est tout simplement faux de prétendre que les pauvres se sont appauvris au Canada depuis 25 ans» (La Presse, 8 mai 2008). Si vous le permettez, j'aimerais bien vous inviter à vivre une journée dans notre organisme. Votre perception de la pauvreté changerait certainement.

À l'ACEF Montérégie-Est où je travaille, la moitié de notre clientèle se compose de gens vivant d'aide sociale, l'autre de travailleurs à faible ou moyen revenus. Si vous veniez nous voir, vous constateriez que ces personnes font beaucoup avec très peu. Vous verriez qu'avec 575 ou 692$ par mois sur l'aide sociale, il faut faire des miracles pour boucler son budget. Vous pourriez aussi m'aider à identifier des solutions possibles pour ces gens.

S'il est si vrai que les pauvres se sont enrichis depuis 25 ans, pourriez-vous me dire pourquoi les banques alimentaires doivent répondre à plus de demandes chaque année, pourquoi les listes d'attente sont si longues pour les logements sociaux et pourquoi il faut aider les parents à chaque rentrée scolaire?

La réalité, c'est qu'il en coûte de plus en plus cher pour se loger au Québec. Les hausses de tarifs chez Hydro-Québec viennent gruger davantage le portefeuille des plus petits. Et que dire des augmentations de l'essence, de la nourriture et de toutes les autres hausses de tarifs de l'État.

Il est vrai que les plus pauvres ne paient pas d'impôts, mais c'est justement parce qu'ils n'ont pas les moyens d'en payer. La hausse récente du salaire minimum va aider beaucoup de travailleurs. Par contre, surtout dans le commerce et la restauration, un grand nombre d'entre eux travaillent moins que 40 heures/semaine. Essayez donc de boucler votre budget en ne travaillant que 24 heures par semaine au salaire minimum!

Contrairement à beaucoup d'autres, je ne pense pas que c'est en s'attaquant au salaire des riches qu'on enrichira les plus pauvres de notre société. C'est vrai que certains patrons ont des revenus disproportionnés mais cela concerne surtout leurs actionnaires. Par contre, pour les plus pauvres, il est important de maintenir et d'accroître le filet social leur permettant de vivre décemment.

Dans votre lettre ouverte, j'aurais aimé lire les mots compassion, entraide et justice sociale. C'est pour cela que je vous invite à venir passer quelques heures dans les organismes communautaires qui viennent en aide directement aux plus démunis. Votre perception de la réalité en ressortirait sans doute changée.

-

Vous voyez c'est le genre de réponse démagogique qui au lieu de répondre aux arguments présenté par M. Kelly-Gagnon, se contente de susciter l'émotion du lecteur avec des situations de misère.

"Par contre, surtout dans le commerce et la restauration, un grand nombre d'entre eux travaillent moins que 40 heures/semaine"

C'est moi ou quand tu travailles au salaire minimum et que tu rush, tu t'arranges pour faire plus que 40 heures semaines? Que si ton boss te donne pas assez d'heures tu change de job ou tu en trouve une seconde? C'est quoi cette mentalité de victime là?

"Dans votre lettre ouverte, j'aurais aimé lire les mots compassion, entraide et justice sociale."

La compassion et l'entraide sont deux choses individuelles, on aide ceux pour qui on a de la compassion, c'est quelquechose qui ne saurait être forcé. Le plus hilarant c'est quand on entend que les gens ne donneraient pas suffisamment si c'était pas étatique. C'est drôle, je savais pas qu'il y a un niveau suffisant de dons d'écris dans le ciel. Le mot suffisant est très subjectif et si pour toi suffisant c'est 50$.. bah ça sera 50$ that's it. Comment on peut considérer que les gens ne donneraient pas suffisamment? ça me dépasse (on m'a déjà répondu "assez pour vivre bien"...)

Pour ce qui est du mot justice sociale, je trouve le terme tellement mensonger. On appelle une redistribution de la "justice sociale" alors qu'il n'y a rien de juste. La gauche utilise les termes équité, solidarité, justice.. L'équité c'est justement de pas se faire forcer la main, c'est d'avoir droit à ce pourquoi on a travaillé. La solidarité c'est une valeur individuelle qui est personnelle, surtout pas universel et forcé. La justice c'est les mêmes droits pour tout le monde, pas de discrimination positive étatique (subventions/droits forcés) ou de la redistribution (impôt ou vol, comme vous voulez)

FrancisD

Hmm.. Le mec se demande pourquoi il y a de plus en plus de demande dans les banques alimentaires et une plus longue liste pour les logements sociaux.

La raison est simple. C'est parce que ces programmes existent. La demande pour les choses "gratuites" est grande, personne ne conteste ca!

J'ai peine à croire que ces gens la se laisserait crever parce que le chèque de bien-être social ne rentre plus.

Par contre, j'en connais un (ou plusieurs) qui se ramasseront sans job sur le marché libre si ces chèques ne rentrent plus.

Tym Machine

Quelques suggestions pour nos amis sur l'assistance sociale

1- Arrêter de fumer de boire ou de se droguer, on sauve une tonne de frics.

2- Ramasser des canettes et des bouteilles (incluant les siennes)

3- Faire pitié et aller quêter sur Ste-Catherine ou sur toute autre rue passante

4- S'offrir comme baby sitter ou pour tondre le gazon ou pour pelleter l'entrée ou la gallerie en hiver ou pour tout autre menu travaux.

5- Utiliser les coupons, quelques sites intéressants: www.save.ca, www.grattecenne.com

6- Manger des Mr Noodles et des Ramen soup (25 cents par paquet)

7- Courrir les spéciaux dans les épiceries.

8- Éviter les restaurants (ça coûte cher pour rien).

9- Fréquenter les soupes populaire

10- Magasiner ses fringues dans les fripperies.

11- Prendre ses meubles à la maison du chômeur.

Et vous savez, ces trucs, je les fais presque tous (sauf quêter évidemment). Je suis loin d'être contre le chômage et le BS (j'en bénéficierai peut-être un jour, les temps sur le marché de la bourse ont été durs et le chômage, j'en ai eu plus souvent qu'à mon tour).

Et une autre suggestion: arrêter de chigner sur ce qu'on vous donne, à cheval donné on ne regarde pas la bride. Ça me fait penser l'été passé alors que moi et ma conjointe avions essayé d'appeler la maison du chômeur pour se débarasser de notre divan, ils sont venus et ont dit que les ressorts étaient trop maganés pour être accepté. Or moi et ma conjointe, nous étions assis dessus depuis des mois et ça faisait l'affaire, pourquoi ça ne ferait pas l'affaire d'un BS?

Ceci étant dit, il n'y a pas de solutions miracles pour se sortir de la misère mais avec beaucoup de volonté, la plupart d'entre nous peuvent s'en sortir et je félicite ceux et celles qui ont réussi à le faire, vous méritez votre dignité.

Philippe David

@ Kevin

"Vous voyez c'est le genre de réponse démagogique qui au lieu de répondre aux arguments présenté par M. Kelly-Gagnon, se contente de susciter l'émotion du lecteur avec des situations de misère."

Bon point. C'est typique de la gauche étatiste de répondre à des statistiques par des cas anectotiques. Le problème avec ça, c'est qu'il y aura toujours des miséreux qui ne veulent pas se donner la peine. Et gageons que beaucoup de ces assistés sociaux ont quand même des TV, le cable, un lecteur DVD, une chaine stéréo et une auto... Et ils iront quant même quêter de la bouffe aux banques d'aliments.

FrancisD

Pour l'auto, je ne sais pas mais il est vrai que c'est quasiment con de se demander pourquoi il y a de plus en plus de gens utilisants ces services "gratuits".

"Ahhh, pourquoi les choses gratuites sont de plus en plus en demande ?!"

Ces services sociaux ont une nature quasiment sadique.

Le gouvernement créer des attentes chez ces personnes, qui s'attendront à y avoir accès tout le temps et planifieront en conséquence.

Lorsque le gouvernement commence à s'écrouler sous les dettes, il coupera donc les vivres à ces assistés (car il s'en fout éperduement des pauvres, c'était seulement pour les votes bonbons dans le temps que ça allait "bien").

C'est un peu comme ce que le gouvernement fait avec les artistes et profs d'art subventionnés. Il leur fait miroiter une carrière aux crochets de l'État, mais lorsque les promesses électorales changent, tu te ramasses avec un paumé de 40 ans sans expérience particulièrement utile qui doit retourner travailler à salaire minimum. Vend l'auto, la maison, le chalet, etc.

WaltA

L'autre jour, à la télé, un journalist suivait un homme faire ses emplettes. Je ne me rappelle plus des prix de ce qu'il optait,lors de ses achats, mais il me semble que le type s'était ramassé avec une facture assez salée pour presque rien. À cet instant,je m'étais dit : Quel crétin ! En effet, une personne qui remplit son panier d'épicerie de paquets de cochonneries, il paye trop.

Ensuite, si le reporter avait été plus fin, il aurait dit au mec qu'il était un cave de se procurer de la nourriture transformée. Il l'aurait ensuite conseillé de s'acheter des légumes bon marché. Qui peut oser prétendre en fin que : du céleri, des navets, des bettraves, des tomates... etc. coûtent trop cher. Pour le prix d'une caisse de bière, il aurait pu se procurer une quantité phénoménale de végétaux.

WaltA

Si les pauvres ainsi que la classe moyenne, supposément en déchéance, étaient si cassés, alors comment expliquer le nombre ahurissant d'automobiles luxueuses qui sillonnent les rues. Comment interpréter aussi le fait que l'industrie du cinéma et des arts en général traversent un Âge d'or ?

Jean-Paul

Attention, il faut bien lire ces études pour comprendre qu'elles ne se contredisent pas complètement.

L'étude du premier mai ne portait que sur les salariés à temps plein. Parmi ces gens, le quintile inférieur a un revenu d'emploi médian qui a chuté de 20% en 20 ans. Cela ne signifie pas que les pauvres se sont apauvris. Voyons pourquoi.

Si un assisté social se trouve un emploi à temps plein au salaire minimum, selon l'étude du premier mai, il fait maintenant baisser le salaire médian des travailleurs à temps plein. Avant, il n'était pas compté, mais maintenant qu'il a un emploi, on le compte... Et pourtant, si on lui demande s'il est de plus en plus pauvre, que répondra-t-il?

La deuxième étude porte sur l'ensemble de la population. Le quintile le plus pauvre inclut des assistés sociaux, des chômeurs, des retraités... bref, tout le monde. Et cette étude montre bien que les pauvres sont de moins en moins pauvres.

Les statistiques prouvent également qu'il y a de moins en moins d'assistés sociaux. Alors quelle est la pertinence de la première étude? Quelle a été sa médiatisation? Et si on compare avec la deuxième étude?

Bref, si on se fie aux médias traditionnels pour obtenir une information juste, on risque d'être déçus...

Michel Langelier

Cher FrancisD

Quelques suggestions pour nos amis riches qui exigent des diminutions d'impôts afin d'allèger leur fardeau fiscal.

1- Arrêtez de fumer ( la cigarette est chère pour tout le monde ). Lâchez aussi la cocaïne, les bières importées, le porto, en bref les visites à la SAQ.

2- Vendez vos bouteilles et vos cannettes de bière après vos BBQ en famille. ( Si vous êtes trop chieux pour le faire, envoyez un enfant qui a l'air crotté près du dépanneur pour le faire pour vous )

3- Faire pitié et aller quêter une augmentation de salaire à son boss ( des faveurs sexuelles seraient peut-être plus efficaces )

4- S'occuper de ses enfants, tondre son gazon, pelleter son entrée au lieu de laisser les autres s'en charger ( une grosse économie d'argent et des enfants moins portés plus tard à te placer à l'hospice pour sauter sur ton cash )

5- Éviter de posséder deux automobile louées à 500$ par mois chacune, deux ski-doo, un bateau et un motorisé tous plus voraces les uns que les autres sur l'essence ( à près de 2$ le litre )

6- Éviter de faire des épiceries de 200-250$ par semaine sur la carte de crédit pour en jeter la moitié à la fin de la semaine parce-que:
- "J'ai pas le temps de cuisiner..."

7- Prendre le temps quelquefois de regarder le prix des denrées que vous acheter au lieu de toujours choisir le " best, le plus cher, le meilleur" pour ne pas avoir l'air B.S ou cheap.

8- Éviter les restaurants ( c'est cher pour vous aussi )

9- Fréquenter le vrai monde, les gens qui ont vraiment de la difficulté à finir le mois ou la semaine, qui vivent peut-être des difficultés temporaires, ont perdu leur emploi après de loyaux services etc... et qui ne filent pas le parfait bonheur sur l'aide sociale contrairement à la croyance populaire.

10- Lâcher les boutiques branchées, les vêtements griffés et les marques à prix de fou pour vos ados ingrats et effrontés.

11- Éviter la maison à 300,000$, la piscine creusée, le spa, le BBQ à 600$, les meubles luxueux et tout ces possessions matérielles qui vous permettent de chier sur le monde qui n'ont pas votre standing de vie ( et si votre divan est encore si confortable, gardez-le... )

Je vous avoue que, lorsque je relis ce que je viens d'écrire, je trouve cette liste stupide et pleine de préjugés gratuits mais je peux me permettre de l'envoyer car elle est exactement conforme à celle qui est plus haut. Mes préjugés valent bien les vôtres.
À bon entendeur, salut...


Kevin

!?!?! Ouais c'est des manières de sauver de l'argent mais ça ne rend pas notre fardeau fiscal justifié pour autant. Surtout en sachant tout ce qui est gaspillé.

"Fréquenter le vrai monde, les gens qui ont vraiment de la difficulté à finir le mois ou la semaine, qui vivent peut-être des difficultés temporaires, ont perdu leur emploi après de loyaux services etc... et qui ne filent pas le parfait bonheur sur l'aide sociale contrairement à la croyance populaire."

Donc si moi je n'ai pas de problèmes financier je ne suis pas du vrai monde? Pourtant je gagne 12$ lheure (pour un DEC)... mais je n,ai pas de voiture, de maison ou quoi que ce soit. Pour ce qui est des BS, une personne qui réfléchit moindrement comprend que c'est la mort intellectuelle de tomber sur l'aide sociale. Ne rien avoir à faire, ne pas avoir de responsabilités, ça tue une personne. Regardez les autochtones... une personne s'effondre sans buts. Les BS ne sont pas bien dans leur situation mais croient que ce serait pire de travailler.

FrancisD n'a pas placé de préjugés gratuits, il est en plein dans le mille. La gratuité invite au gaspillage et au parasitisme. Ce n'est pas un défaut de l'individu en tant que tel, comme le dit FrancisD, on leur fait miroiter des subventions, une carrière, etc... mais ils doivent transformer un privilège en droit pour continuer à en vivre.


Tym Machine

@Michel Langelier,

Je la trouve super bonne sincèrement. Il faut se permettre de rire des travers de tout le monde et je crois que si on ne vaut pas une risée, on ne vaut pas grand chose.

Salutations,

TM

FrancisD


Hmm je ne comprend pas trop M. Langelier.

Préjugé ?

Si vous donnez des bonbons gratuits, les chances sont que les gens les prendront.

Si on remplace les bonbons par une commodité très en demande en l'occurence l'argent, les chances soient qu'effectivement les gens (et de plus en plus de gens) s'en approprie.

Simple, non ?

FrancisD

@Kevin

"Ne rien avoir à faire, ne pas avoir de responsabilités, ça tue une personne. Regardez les autochtones... une personne s'effondre sans buts. Les BS ne sont pas bien dans leur situation mais croient que ce serait pire de travailler."

Tout à fait. Je sais pas si vous aviez vu, mais ils ont reçu un président ou dirigeant quelconque d'une association autochtone à Tout le Monde en Parle, et même lui disait la même chose; l'État providence à tué les autochtones.

On parle ici d'un peuple qui pratiquement ne faisait que travailler avant leur intoxication. Vivre dans le bois, c'est pas mal de travail...


Kevin

Je me suis informé un peu sur le sujet. Ce qui m'étonne chaque fois c'est les revendications de terres ancestrales. En fait tous les peuples autochtones étaient semi-nomades ou nomades. Ils n'ont jamais eu de territoire sur lequel ils sont resté longtemps (comme en Europe). À mon avis, la plupart en ont rien à faire de leurs terres ancestrales, c'est plus les chefs de communautés qui se donnent de l'importance, de la notoriété et du pouvoir en revendiquant.. Un peu d'attention comme la petite fille qui a crié au loup (kidnaping) pour avoir de l'attention.

marianne

La liste de M. Langelier est comique. Un peu de fun ne fait jamais de mal, bien sûr ... mais, si je comprends bien, quelqu'un qui gagne beaucoup d'argent en rapport avec beaucoup de travail, c'est-à-dire pas un rentier, doit donc se serrer la ceinture et ne pas avoir de fun lui-même à dépenser son argent. Est-il plus moral de le ponctionner un maximum pour alimenter des dépenses souvent débiles faites par l'état ?

Tym Machine

@Marianne,

"Est-il plus moral de le ponctionner un maximum pour alimenter des dépenses souvent débiles faites par l'état ?"

L'état est notre ami, l'état veut notre bien, l'état veut nous contrôler, nous gouverner et nous forcer à tout lui donner.

À qui d'autre donneriez-vous plus de 50% de votre salaire en taxes et en impôts de toute sorte?

marianne

J'avais vu un jour une caricature très drôle qui résumait parfaitement les enjeux. On y voyait des moutons dont la belle laine avait été tondue ras et qui étaient habillés de petits sweaters en laine ridiculement trop courts. Ils expliquaient à un mouton sauvage que l'état s'occupait bien d'eux : s'occupant de la tonte, puis distribuant les vêtements pour qu'ils aient bien chaud l'hiver...

Tym Machine

@Marianne,

...jusqu'à temps de finir comme plat principal quand la laine devenait trop drue...

Freelance

Et bien si tous le monde s'enrichit tant mieux, pourquoi dites vous que l'état proidence Canadien gène les entrepreneurs, on peut le garder alors?

Freelance

''Lorsqu'on inclut les transferts de l'État, la situation est bien différente. Les 20% les plus pauvres ont vu au contraire leur revenu médian passer de 21 100$ par année à 25 000$ aujourd'hui en dollars réels (donc en tenant compte de l'inflation).''

Et bien vous crachez tout le temps sur l'état mais vous voyez sans lui, tout le monde ne serait pas aussi prospère.

ma

Je crois que Freelance n'a pas compris que l'augmentation de la prospérité liée aux transferts passifs décidés, gérés et forcés par l'état, c'est comme arroser le sable. Seule la création de richesse, qui est tout sauf un phénomène passif, peut réellement avoir un effet durable et significatif.

C'est la vieille histoire comme quoi il vaut mieux apprendre à pêcher à celui qui meurt de faim plutôt que de lui donner du poisson.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook