« Next Floor: on peut exister sans l'aide de l'État! | Accueil | Qui sait ce qu'ils taxeront ensuite? »

17 août 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Kevin

Haha, c'est probablement une des intervention étatique les plus comique qui soit! Oh well, Marvel essaie de réduire ses coûts comme elle peut. Méchant niaisage de déterminer "est-ce qu'une figurine de superhéro représente un humain".

Les taxes à l'importation sont ridicules. Si les échanges pacifique entre deux personnes d'un même pays sont bénéfique pour les deux (autrement il ne le feraient pas, c'est plate de répéter une phrase aussi simple)(deux personnes sont ami parce que ça les arrange tous les deux sinon ils ne le feraient pas, c'est pourtant tout aussi évident), mais lorsqu'il s'agit de 2 frontières ça serait différent?

Le plus pitoyable c'est que lorsque j'étais gamin (il n'y a pas si longtemps remarquez.... -_-), j'y croyais aussi jusqu'à ce que je prenne conscience des preuves historiques comme le Japon, Taiwan ou en fait n'importe quel pays qui a échangé (façon de parler puisque des pays n'échangent pas). En enrichissant nos partenaires, ils ont la possibilité d'utiliser ce capital pour le réinvestir ici ou ailleur et ainsi nous le faire bénéficier aussi. Par exemple récemment, un entrepreneur chinois a contacté le père de mon patron pour investir dans une imprimerie au Canada. (petite info : l'imprimerie se déplace aussi vers la chine mais c'est environs 4-6 mois de livraison donc encore très limité). Son but serait d'avoir un contrôle sur la production locale pour compléter leur expertise dans l'emballage. De cette façon, les travaux urgents seront fait plus localement.

C'est drôle hein... je me sens comme quelqu'un qui parle sur "pourquoi les feuilles sont vertes", il me semble que c'est tellement simple à comprendre et que le raisonnement est logique commme 2+2=4 donc 4+4=8...Pourtant l'état ne cesse de jouer la fausse carte nationaliste et décourage le libre-marché.... et plusieurs les approuvent!!

David Gagnon

C'est encore plus drôle que les autobus au Chili.*

*Le Chili a récemment nationalisé le système de transport en commun qui était totalement privé. Le gouvernement chilien, voulant bien faire les choses, a commandé ce qui se faisait de mieux en autobus. Résultat, les autobus achetés par le gouvernement sont plus larges que les rues.

Ben Gbs

Francis, vous frappez avec force (et humour) dans le coeur de la bêtise fonctionnarielle lorsqu'elle se sublime par elle-même (pas besoin de directives lorsque l'on prend son travail à coeur)!

Le protectionnisme de marché ne sera toujours qu'une illusion de solution qui va à l'encontre même des tendances mondiales économiques. L'isolationnisme, un mirage de sécurité.

Vraiment, très bon billet!

Quand

Croyez-vous qu'avec le temps et par la force des choses, la mondialisation et le marché vont causer l'érosion graduelle des pouvoirs de l'état au point de l'éliminer en bonne partie.

Les forces du marché vont-elles finir par avoir le dessus sur les moralistes, nationalistes et écologistes qui empoisonnent l'économie et la liberté ?

Francis Dumouchel

Je ne suis pas certain si cette dernière question est rhétorique ou si vous souhaitez une réponse, mais voici la mienne... Personnellement, je ne crois pas à «la force des choses» (une forme de vice hégélien que je dénonçais dans un texte précédent); s'il suffisait de s'asseoir et de regarder le monde s'améliorer, ce site et la philosophie en général ne seraient que des pertes de temps.

Par contre, la plupart des gens à l'échelle mondiale semblent animés d'un désir de liberté et de prospérité. Des générations d'êtres humains croyant aux mêmes valeurs ont construit une civilisation certes bien imparfaite, mais qui a su réduire le pouvoir des despotes au point où nous pouvons jouir d'un confort indéniable. J'estime que les gens voudront poursuivre sur cette voie s'ils comprennent bien les avantages de la liberté et de la prospérité.

Bref, il faut toujours rester vigilant pour préserver les droits individuels si durement acquis au cours des siècles et continuer de les faire progresser. Sur ce point, je crois qu'on peut s'inspirer d'un principe sous-tendant l'existence des superhéros : on ne doit pas uniquement se fier aux autres pour mettre en oeuvre ses principes et contribuer au respect de la justice.

vivant

@Francis Dumouchel,

Un "droit" cela n'existe pas. Tout ce qui existe c'est un rapport de force entre individus et groupe d'individus.

Cela a toujours été la loi du plus fort et ce le sera toujours.

Si vous voulez être CERTAIN de vos "droits" alors vous devez être le plus fort et plus fort que tous ceux qui désirent vous enlever vos "droits".

N'est-ce pas une forme d'handicap intellectuel de penser que la liberté ne peut exister que par le "droit" et donc que par le système étatique ?

MIGHT IS RIGHT !

Il n'y a rien d'acquis et on assiste plutôt à l'érosion des droits individuels depuis 100 bonnes années.

Et puis, à quoi cela sert-il de lutter pour faire "progresser" les droits sur des dizaines d'années alors qu'on va être MORT quand on aura le DROIT.

Je veux avoir le droit de mon VIVANT !

Francis Dumouchel

@vivant

Je pense que vous allez être très malheureux si vous espérez la disparition du système étatique de votre vivant. Il a fallu des siècles pour le bâtir et, malgré les nouvelles technologies, le faire reculer ne sera pas de tout repos (vous n'avez qu'à constater la part du secteur public dans les économies développées pour vous en convaincre).

Il est vrai que le XXe siècle a été très difficile pour le libéralisme, mais il n'empêche que si vous comparez à pratiquement n'importe quelle époque de l'Histoire, nous profitons aujourd'hui (dans les sociétés occidentales) d'une grande liberté relative et d'une prospérité inégalée.

À quoi cela sert-il de clamer des slogans vides? Que proposez-vous pour mettre en oeuvre votre vision de la société à court terme? La révolution?

vivant

La révolution?

OUI !!!

Jean-François Hébert

C'est ça, faisons la révolution. Libérons le peuple, de gré ou de force !
LOL

marianne

Eh bien moi, cela ne me fait jamais vraiment rire ce fantasme de révolution. Ce slogan éculé a aveuglé l'esprit des intellectuels des années 60-70 et n'a abouti qu'à excuser au nom d'une idéologie délirante les sanglantes didactures communistes, qui voulaient en effet faire le bonheur des peuples malgré eux. Dans les faits, les rigolos de chez nous qui soutenaient l'idée de "révolution" soi-disant au nom de la liberté appuyaient en réalité une des pires machines à tuer les libertés individuelles dans le monde.

Aujourd'hui ces libertés chèrement acquises depuis les Lumières sont progressivement rognées par une multitude de lois, de décrets, de subventions et d'interventions étatistes. Les défendre signifie en réalité se battre sur chaque balle, comme au tennis, mais surtout pas compter sur une révolution globale qui changerait l'homme.

vivant

@Marianne,

Moi, je voudrais faire la révolution pour enlever le gouvernement du pouvoir afin que les travailleurs puissent conserver 100% de leur chèque de paie et NE PAS payer de taxes foncières sur leur propriété. Une fois que tu as acheté une maison elle est à toi et tu n'a pas à payer une rente au gouvernement.

Après que mon armée aurait décimé le gouvernement et tous les profiteurs, j'instaurerais un paradis fiscal, bancaire et entrepreneurial.

La liberté passe par le travail et non pas la spoliation.

Tu travailles ? Et bien tu conserves 100% du fruit de ton travail, voilà la vraie liberté.

vivant

@Marianne,

"mais surtout pas compter sur une révolution globale qui changerait l'homme. "

Je ne veux pas changer l'homme, je veux juste faire la révolution pour que le gouvernement arrête de me voler mon chèque de paie, de me voler ma propriété et de menacer mes libertés.

Une révolution locale ferait très bien l'affaire, le reste de l'humanité n'a qu'à faire sa propre révolution.

Une révolution qui dirait: Les taxes FINI, les règlements et la bureaucratie, FINI.

marianne

Alors, alleluiah, brother ...

Gaby

Je suis encore sceptique pour la révolution. Je ne vois pas comment concilier révolution avec le principe de non-agression. À moins de faire référence à des initiatives comme le Free State Projects ou le développement de l'agorisme...

Jean Le Moignan

Bonjour Gaby,

Votre questionnement est légitime et souligne votre respect de l'autre. Permettez-moi d'y apporter lumière, dans la mesure de mes moyens.

Le principe de non-agression est défini ainsi:

"Aucun individu ni groupe d’individus n’a le droit d’agresser quelqu’un en portant atteinte à sa personne ou à sa propriété." (fr.liberpedia.org/Non-agression_principle_%28NAP%29).

Quoique le principe libertarien s'applique certainement à celui qui initie l'agression, il ne s'applique évidemment pas à la victime qui utiliserait la force et la violence physique pour se défendre contre l'agression initiale (de nombreux écrits libertariens traitent en profondeur de ce sujet). Réagir contre l'agression n'est pas une "agression" en soi.

Si on comprend bien ce principe, on peut alors voir la révolution comme un geste de défense -- et non d'agression -- que des citoyens exaspérés pourraient éventuellement entreprendre pour terminer leur asservissement. En ce sens, on peut certainement concilier "révolution" et "principe de non-agression".

Souhaitons que les individus dominants de la société dit "civilisée" réparent bientôt les nombreux dommages créés par leurs gestes agressifs (économiques et politiques) avant qu'une révolution homicide ne soit nécessaire. Nosu en serions tous gagnants... eux y compris.

vivant

@Gaby,

C'est Einstein lui-même qui disait que la paix mondiale n'est pas menacée par les quelques violents ou troubles-fêtes mais plutôt par la masse pacifique résiliante.

Je suis libertarien, mais je n'endosse absolument pas le principe de non-agression. Tout est PHYSIQUE et la physique implique un rapport de force dans tout et il est inévitable que cette force finisse par s'exercer tôt ou tard. C'est en dehors de la volonté humaine. C'est une règle de la nature aussi inévitable que la gravité ou le temps qui passe, le sang finit toujours pas couler, il a toujours couler et il coulera toujours.

C'est inévitable qu'il y aura des agressions, des conflits, des combats dans toute société humaine avec plus d'un individu. Je ne crois pas qu'être une mauviette soit la meilleure manière de défendre sa liberté.

Souscrire aveuglément au principe de non-agression c'est se faire ultime violence à soi-même. C'est s'agresser soi-même car c'est ce mettre à la merci de l'agression des autres.

Parfois, la meilleure défense c'est l'offense. Et pour moi, la meilleure façon de s'approcher d'une société libertarienne c'est que chacun se batte de toutes ses forces pour ses intérêts personnels.

Plus les individus sont combatifs et agressifs, plus les forces s'équilibrent et donc la tyrannie devient impossible.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook