« Le numéro 258 du QL vient de paraître | Accueil | Next Floor: on peut exister sans l'aide de l'État! »

16 août 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Bastiat

L'article soulève de bons points qui devraient faire réfléchir les "illettrés économiqes" qui polluent le mouvement "peak oil". Le plus important est que le pétrole est en effet une ressource "infinie" et même potentiellement "renouvelable" puisqu'il est synthétisable à bas coût et à partir de n'importe quelle autre source d'énergie.

Néanmoins, je ne suis pas d'accord avec cet article pour plusieurs raisons. La principale est qu'on sous-estime nettement l'inflation "dans le pipeline" qui fait en sorte que le dollar américain est toujours nettement sur-évalué. $35 est peut-être un bon prix cible en dollars de 1995, mais rien à voir avec le dollar de 2015. Le graphe https://www.paulvaneeden.com/MediaLib/Images/Home/Commentary/20080509-2.gif montre que le prix du pétrole ajusté par une vraie mesure d'inflation, soit M3, n'est pas particulièrement cher aujourd'hui, et qu'il l'a été seulement de 1979 à 1986. Le ratio pétrole/or montre un résultat semblable.

Une autre raison est que la "rente pétrolière" existe bel et bien dans le libre-marché. Comme explique Rothbard, ce n'est pas le prix élevé des terres de Champagne qui cause le prix élevé du Champagne, mais bien le contraire. Il faut donc ajouter cette rente au coût d'exploitation. La production de pétrole synthétique pourrait invalider cet argument à long terme, mais entre temps il ne faut pas se faire d'illusions.

Sur le plan technique, il y a plusieurs "bottlenecks" dans l'industrie qui font que l'offre a de la difficulté à suivre la demande: infrastructure désuète, rareté de la main d'oeuvre, de l'acier, etc. Ce genre de problèmes ne se règlent qu'en 5-10 ans minimum.

Finalement, les causes étatiques qui ont mis en place les conditions artificielles du "peak oil", soit l'inflation monétaire et l'inaccessibilité de 85+% du pétrole au secteur privé, soit pour des raisons nationalistes soit environnementalistes, sont là pour rester.

Donc je répète, "peak oil" est un phénomène causé par l'intervention étatique dans les secteurs de la monnaie et de l'énergie et aura bien lieu. Le prix du pétrole sera déterminé par son utilité marginale, beaucoup plus élevée que le coût d'extraction. Les états et leur planches à billets sont les seuls à blâmer, et préparez-vous car leur prochaine "bonne" idée sera le contrôle des prix, source de pénurie, suivi d'un rationnement. Aussi bien garder son vélo au point. Ça s'appelle une crise monétaire, et non pétrolière, comme le répéteront ad nauseam les médias.

Quand

La question principale est de savoir QUAND vont-ils retourner vers les $30 ?

Jean-François Hébert

En dollars constants, le prix du pétrole n'est pas beaucoup plus haut que $30.

L'application de l'indice des prix à la consommation nous indique que $30 de 1978 ont la même valeur que $100 d'aujourd'hui. Et l'indice des prix à la consommation sous-évalue la véritable inflation d'au moins 1% par année (1% composé annuellement sur 30 ans, ça donne 34%).

30 dollars de 1978 valent donc $100 + 30% = $134

À 112 dollars, le baril de pétrole vaut moins que 30 dollars de 1978!

http://www.shadowstats.com/inflation_calculator?amount1=30&y1=1978&m1=7&y2=2008&m2=7&calc=Find+Out

Carl-S. Huot

D'ici environ 2 ans, et en dollars d'aujourd'hui, svp!

FrancisD


Le pétrole descendra drastiquement de prix même sans nouvelles exploitations lorsque la bulle immobillière explosera (qui a rajouté des trillions de faux dollars dans l'économie) ainsi que les dépenses de la guerre en Irak et les instabilités politiques produite par celle-ci cesseront.

Ce qui, selon moi pourrait se produire d'ici deux ans comme le mentionne M. Huot.

C'est une raison pourquoi je crois qu'ils ne donnent jamais de date décisive pour un retrait d'Irak, car les contrats futurs pour le pétrole autour de cette date hypothétique perdront beaucoup de valeur ce qui pourrait provoquer un "sell off" prémature pour couper les pertes.

Calculs

Si les prix du pétrole baissent, alors les prix de l'or baisseront aussi mais les prix des actions cotées en bourse grimperont en flèche.

Mais, il faut être sûr que la demande de pétrole baissera, que l'instabilité politique disparaîtra et que les réserves de pétrole tiendront le coup.

Alors, il y aurait peut-être une petite passe à faire dans les marchés boursiers.

Mais si les prix du pétrole continuent d'être élevés comme maintenant, et bien les actions stagneront.

Où puis-je consulter l'état des réserves mondial de pétrole raffiné et d'huile de chauffage ?

Il faut le savoir afin de calculer la courbe de demande par rapport à la courbe des stocks et ainsi prévoir le point de rupture et savoir quand vendre.

Nicolas

Hahaha. C'est une blague?

Premièrement, la politique monétaire se fait de façon privée aux états-unis et les planches à billets de l'état ne comptent que pour 2 à 5% de la création de monnaie, le reste provenant du crédit des banques privées. Si vous voulez blâmer quelqu'un pour l'inflation, blâmez la fed et les banques.

Ensuite, le seul moyen de contrer la croissance exponentielle de la consommation de pétrole est de monter le prix du baril. À 30$ le baril, la croissance se fera près du taux historique de 7%, et on se retrouvera du jour au lendemain sans pétrole.

Avant de répondre quoi que ce soit, comprenez la fontion exponentielle.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook