« La monnaie est-elle affectée par la rareté des ressources? | Accueil | Peter Schiff contre les illettrés économiques de Wall Street »

13 novembre 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Jérôme Kerviel

Il a plutôt fort à parier que l'histoire va encore une maudite fois blâmer le marché, le capitalisme, les banques, les financiers et les individus pour cette crise.

Il y a fort à parier qu'Obama sera vu comme le brillant FDR qui a su ramener le pays vers la prospérité après des années de misère.

L'histoire nous apprend une chose, c'est que l'être humain est idiot et n'apprend pas de l'histoire.

On répète les mêmes erreurs interventionnistes du passé et les résultats sont les mêmes, le désastre.

Confrontés à cette évidence que les gauchistes ne veulent pas admettre, ils blâme les gens honnêtes et le libre marché.

Cette crise financière servira d'exemple futur pour expliquer que le marché c'est mal et que le gouvernement c'est le bien.

L'histoire n'apprend rien.

Pierre-Yves

Sauf erreur de ma part, on a guère commenté la volte-face de Paulson dans les grands médias. On est pourtant rendu dans l'inflationisme pur. L'annonce de cette décision m'a cloué sur place. Je me demande combien de temps ça va prendre pour que les citoyens en aient marre et demandent DU SANG? Si seulement 10% comprennent réellement ce qui se passe, cela devrait être suffisant pour déclencher une quasi-révolte.

Jonathan

Jean Charest n'était pas supposé aller en Chine avant de décider déclencher des élections? Il n'a pas eu besoin de dépenser notre argent pour copier les mauvaises idées de la Chine.

Québec: http://www.plq.org/fr/comm_13_11_2008_03.php
Chine: http://online.wsj.com/article/SB122635482375915243.html

Mathieu Demers

@Jérôme

Effectivement, personne ne veut apprendre parmi les interventionnistes. La peur du choc, de la douloureuse remise en question. Chez les politiciens, on persévère aussi dans l'erreur pour ne pas être blâmés. Ils peuvent dire qu'ils tentèrent d'autres supermesures anti-crises si on les accuse.

On répète donc les mêmes erreurs. Parfois, on fait même pire pour la société en voulant corriger des politiques gouvernementales désastreuses.

En France, l'UMP (Sarkozy/Fillon) veulent que les banques "prennent plus de risques", qu'elles cessent d'être prudentes et qu'elles ouvrent les vannes au crédit facile.

La prochaine étape, si elles décident de demeurer responsables et de se consacrer à se restructurer, sera que l'État français les forcera à prêter à tout le monde.
On recommencerait ainsi les mêmes erreurs à l'origine de la crise actuelle, avec le Community Reinvestment Act américain.

Au Québec, nos éditorialistes du très vénérable journal Le Devoir poussent dans le même sens.

Mathieu Demers

Je pense que de lire l'Allégorie de la Caverne ou de revoir le film "La Matrice" vous permettra de mieux comprendre où nos sociétés en sont rendues (ou où elles stagnèrent depuis la Grèce antique...).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mythe_de_la_caverne#R.C3.A9sum.C3.A9

D'un côté, il y a ceux qui ne lisent des ouvrages de droite ou de gauche, il y a ceux qui adulent journalistes et politiciens comme des surhommes et comme les détenteurs de la Vérité.

De l'autre, il y a ceux qui dépassèrent, non sans douleur et sans remise en doute de leurs valeurs les plus profondes, le monde du visible.

Jean-Claude Küng Suisse

Chaque fois que l'on laisse à l'Etat le soin de s'occuper d'économie, on est à peu près sûr que "l'affaire" coule rapidement: voyez les finances publiques!
Si l'on prend l'Etat pour une béquille, c'est la démotivation des troupes assurées: en dernier ressort, "Il" ne peut pas nous laisser tomber!
En tant que régulateur social, ça peut aller.
Mais quand Il attaque le monde des "requins" du haut de sa superbe et de son ignorance, Il va dans le mur !!!
Faites-vous expliquer par un trésorier de banque centrale quels sont les tenants et aboutissants des produits dérivés: vous verrez rapidement qu'il en perd le peu de latin qu'il possède.
En clair, il faut des "sous" pour éviter que le système ne bascule, alors on renfloue, d'abord les petits copains (je ne cite pas de noms, mais suivez mon regard!)et puis éventuellement les autres. Pour le reste, la monnaie ne vaut plus rien, mais on la soutient quand même...

Pierre-Yves

Lu ce soir l'annonce d'un plan de 'relance' conjoint Canada-US pour General Motors, avec Dalton McGuinty en avant scène... pas certain si je dois me rouler par terre de rire, ou pleurer de rage. GM sucks. Quelqu'un aurait il une évaluation du nombre de nouveaux emplois qui ne pourront être créés, du nombre de ventures qui ne pourront être financés, ou même du nombre de patients qui ne pourront être soignés, à cause de ce 'cop-out' électoraliste? On serons-nous vraiment obligés de financer cette manufacture de chars à marde jusqu'à la fin de nos jours?

MartinD

@ Pierre-Yves

Malheureusement je suis à peu près certain que oui, on va être obligé de financer cette manufacture de chars à marde jusqu'à la fin de nos jours....et en plus de ça regarde bien venir les nouvelles règles de protectionnisme pour empêcher les nouveaux venus sur le marché. Je pense ici aux nouvelles manufactures qui vont émerger de l'Inde ou d'ailleurs.

Est-ce que ça peut exister des pilules qui me ferai devenir gauchiste et ainsi me faire jouir de ces pluies de nouvelles interventions au lieu d'être très pessimiste? Après tout, tout ce que je veux c'est être heureux, peut importe la façon d'y parvenir.

Jérôme Kerviel

"Est-ce que ça peut exister des pilules qui me ferai devenir gauchiste et ainsi me faire jouir..."

Oui, les psychiatres les appellent "médicaments" et les "prescrivent" généralement contre votre gré et pour votre bien.

Gaulois en Bretagne

A jerome kerviel,

Si les historiens du futur analysent les dicours du gouvernement français actuel, il y a bien des chances que l'Histoire retienne ce que tu crains...
Les Français d'aujourd'hui sont déjà persuadé d'avoir élu un gouvernement de droite!...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook