« Money? There's plenty in Zimbabwe! | Accueil | "The Agenda" sur le New Deal »

11 décembre 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Mattiew

L'ironie supreme de la situation est..interessante!

Dave Thompson

De toute façon Penn and Teller ont complètement démoli le recyclage, traitent ça de programme "make-work" qui n'a aucun bénéfice économique ni écologique, en plus d'être imposé par les lois et taxes municipales.

Aberration

Peut-être est-ce le temps d'acheter de l'Aluminium et de se constituer des stocks d'Aluminium pour se protéger contre l'inflation à venir.

FrancisD

Si le recyclage recyclerait quoi que ce soit, il aurait été en vigueur depuis un bon bout de temps déjà avant que différents paliers de gouvernement ne le subventionnent.

Les pros-recyclage pensent qu'en faisant travailler des gens dans le recyclage on sauve des ressources, mais que pensent-ils que ces travailleurs font avec l'argent gagné par ce travail ? Eh oui, ils consomment des ressources...

Tym Machine

Économiquement, c'est peut-être un raisonnement qui a du sens mais il n'y a pas juste l'économie dans la vie.

Si la terre est un dépotoir à ciel ouvert conséquence des bas prix des matières recyclables, on est vraiment pas plus avancé.

Recommençons donc à manger gras, fumer comme des cheminées, boire comme des trous, être gelés comme des balles et tout foutre à la poubelle comme dans les années 70.

C'est des espaces de dépotoirs qu'on va manquer tout à l'heure, les voulez-vous dans votre cour???

Martin Masse

@ Tym Machine,

La gestion des déchets est un problème *strictement* économique, on ne peut que s'appuyer sur la logique économique pour l'évaluer, même s'il y a autre chose dans la vie à part l'économie.

Il est absurde et démagogique de soulever la crainte de voir la Terre devenir un dépotoir à ciel ouvert et de dire qu'on va manquer de dépotoirs au point où on en aura dans notre cour. La Terre est remplie d'endroits inhabités (qu'on pense à l'immensité presque vide du Bouclier canadien chez nous) où des déchets pourraient être accumulés pendant des milliers d'années sans aucun impact environnemental. Tout est une question du coût de transporter les déchets dans ces endroits versus le coût d'en faire autre chose ou d'en disposer ailleurs.

Dans un contexte de marché où l'on laisserait les prix fluctuer pour correspondre à l'offre et à la demande - le contraire de la gestion étatisée et planifiée des déchets dont le billet ci-haut montre qu'elle ne s'appuie sur aucune logique économique - on saurait quel prix les gens sont prêts à payer pour disposer d'une façon ou d'une autre des déchets. Si les coûts d'en disposer dans des dépotoirs devenaient trop élevés, il se trouverait des entrepreneurs pour profiter de cette opportunité de profit et en faire autre chose de moins coûteux pour lequel il y aurait une plus forte demande.

Sur quel autre raisonnement, sinon un raisonnement économique de ce type, nous proposez-vous de gérer les déchets?

Katherine

"Recommençons donc à manger gras, fumer comme des cheminées, boire comme des trous, être gelés comme des balles et tout foutre à la poubelle comme dans les années 70"

Aucun rapport! Commentaire stupide et sans intéret.

FrancisD


"C'est des espaces de dépotoirs qu'on va manquer tout à l'heure, les voulez-vous dans votre cour???"

Les dépotoirs en Amérique du Nord ne sont qu'une infime partie de son territoire.

Pour le reste, le marché n'a qu'à développer des emballages de toutes sortes pas nécessairement recyclable, mais se décomposant plus rapidement et générant une énergie très convoitée par ce processus.

Pas un mandant très complexe franchement, du moins, rien qui me convaincrait de retourner vivre dans une grotte.

Katherine

L'environnement passe surtout par un plus grand respect de la propriété privée et un système juridique efficace qui garantit la protection de ce droit. Si monsieur X déverse ses déchets sur mon territoire sans mon autorisation il peut être poursuivi en justice. Je peux également accepter de recevoir ses déchets afin de les recycler ou de les éliminer moyennement un coût. Une stricte définition des droits de propriété ne renferme cependant pas que des avantages pour le propriétaire d'une ressource, car ce dernier est également tenu responsable de tous les inconvénients que l'utilisation de la ressource entraîne sur la propriété d'autrui.

Exemple : si je décide d'éliminer les déchets, je risque aussi de produire de la pollution qui pourrait nuire à la propriété des autres. De la ma responsabilité d'investir dans de nouvelles technologies plus propres.

Évidemment le gouvernement au lieu d'appliquer ce principe utilise des règlementations bidon.

Bastiat79

Lorsque recycler n'est pas rentable, c'est que ça gaspille des ressources. C'est ce qu'on veut vraiment??? Cette industrie est tellement soviétisée qu'on ne s'en rend même plus compte!

Tant qu'un dépotoir est privé, le propriétaire accepte les déchets parce qu'il y voit un avantage. Peut-être voudra-t-il y produire des biogaz ou y extraire des métaux. Tant qu'il respecte les droits de propriété de ses voisins, de quel droit pouvons nous juger à sa place? Cela n'a rien à voir avec l'économisme. C'est vivre et laisser vivre, versus vouloir contrôler la vie des autres.

Charles Brousseau

"Les dépotoirs en Amérique du Nord ne sont qu'une infime partie de son territoire."

Hum, je suppose qu'il est question ici de la partie apparente des sites d'enfouissement, l'apparence des choses semblant régner en inquiétude suprême pour les gens qui fréquentent ce site.

Malheureusement, les nappes phréatiques (les eaux souterraines) qui sont contaminées par les déjections de nos dépotoirs sont omniprésentes sous nos pieds. La solution pour les écologistes n'est pas de recycler, ni de jeter aux poubelles, mais bien de consommer moins, ou au moins de choisir des trucs durables et qui ne sont pas suremballés.

FrancisD


"Malheureusement, les nappes phréatiques (les eaux souterraines) qui sont contaminées par les déjections de nos dépotoirs sont omniprésentes sous nos pieds."

Vous présumez que c'est le cas pour tous les dépotoirs. Il est possible, et c'est maintenant pratique habituelle, de "culotter" un dépotoir pour qu'il ne laisse pas échapper son fiel, qui est producteur d'énergie du même coup.

FrancisD


Je suis par contre d'accord avec la 2e partie de votre commentaire. Ne pas consommer ce qui n'est pas nécéssaire, ca va de soit.

James

Mais consommer c'est le choix de consommateur... liibertarrien faut pas l'oublier...

FrancisD


@James

Épargner aussi :)

Tym Machine

@Martin Masse,

Le point est que 90% de ce qu'on consomme est recyclable, réutilisable et que les efforts fournis en ce sens ne proviennent pas tous du méchant gouvernement voulant nous dire comment gérer nos vies.

Il est fort possible dans une perspective libertarienne d'être éco-friendly par choix de vie. Si j'illustrais le syndrôme du "pas dans ma cour", c'est bien pour illustrer que les gens aiment bien la loi du moindre effort mais feront en contre partie des pieds et des mains pour ne pas que leurs "déchets" ne se trouve ne serait-ce qu'à 100 pieds de chez eux. Parlez-en aux gens qui restent proche d'un dépotoir.

Pour ce qui est d'enfouir les déchets dans le bouclier canadien, on voit bien que le ridicule ne tue pas. On pourrait tenter de les envoyer sur mars un coup parti.

Vous voulez une réponse à votre question et bien plusieurs en ont faite, ici on enfoui les déchets parce qu'on est trop colon et stupide pour voir le potentiel énergitique de la chose. Certains peuvent en faire des biogaz et revendre cela au villes (je crois qu'une ville en Arizona le fait actuellement et sauve 1 million par année).

Au lieu de voir les déchets comme un problème à "enfouir" il faut les voir comme une solution à certains de nos problèmes et comme une possibilité de les transformer en quelque chose de créatif comme les 3R, comme la création d'énergie etc.

Tym Machine

@Gilles Guénette,
"J’vais «écouter ma voix du gros bon sens» et je vais jeter verre, plastique et métal directement aux poubelles. Ça m’évitera du boulot. Québec, de son côté, devrait gérer notre argent «de façon responsable» en cessant de nous sensibiliser à tout et à rien."

Et si ce commentaire venait de l'entreprise privée, seriez-vous plus réceptif à son bien fondé?

C'est tout simplement une confusion des genres que vous nous proposez mon cher ami ici. Il faut distinguer entre message et messager, le messager est peut-être de la merde mais le message peut être bon.

À suivre votre logique saugrenue, il faudrait se suicider suite à un message de prévention du suicide du gouvernemaman, si c'est le gouvernement qui le dit, ça doit être de la merde non?

D'où mon allusion à boire comme un trou, le gouvernement nous sensibilise à la modération avec l'alcool, I know better donc je vais me saouler à mort juste pour montrer qui est boss de mon corps à ce sacré gouvernemaman. Je vais fumer comme une cheminée, le gouvernemaman me dit que c'est pas bon pour ma santé. Je vais manger gras sans bon sens, le gras, ça pourrait me faire péter une crise cardiaque mais on s'en fout, c'est le gouvernemaman qui me le dit alors je dois faire le contraire non?

Esprit de contradiction juste pour contredire quand tu nous tiens...

James

@Tym,

T'as oublié le fait que quand les "recycleurs" ramassent la boite bleue de M. Guenette, ils vident le contenu avec la reste de ses dechets... pourquoi gaspiller son temps?

90 % de dechets sont recyclables? J'en doute...

Gilles Guénette

@Tym Machine

Le fait que je décide de jeter verre, plastique et métal directement aux poubelles plutôt que de recycler tout ça n'a rien à voir avec les campagnes de publicité de l'État. Ça a à voir avec le fait que «ce sont des camions de déchets qui ramassent les bacs de recyclage – du moins, dans mon coin de la ville».

Tym Machine

@James et Gilles,

Merci pour ces précisions, ce comportement est en effet scandaleux pour le moins qu'on puisse dire mais ce n'est pas ce que la structure de la dernière phrase suggèrait. Évidemment, je caricature mais je crois ne pas être le seul à y verser pour faire valoir ses points.

Salutations hivernales et recyclables :)!!!

Rosaire Charbonneau

Anant de recycler, on peut éviter de consommer ce dont on n'a aucun besoin, de réutiliser objets et matériaux, d'échanger ce dont on n'a plus besoin et qui est toujours bon... Ça prend un moyen innocent pour tout jeter aux poubelles en se foutant de tout le reste. En 150 ans on a fait de notre seule et unique Terre une immense poubelle et il faudrait continuer? Pas question! Si des prétendus récupérateurs jettent de toute façon leur récupération à la décharge publique, il ne faut pas arrêter de récupérer mais punir sévèrement ces pollueurs. Québec Libertaire de mes deux, ouais! Gouverner, c'est intervenir et légiférer et il serait temps de cesser ce laisser-faire à l'origine de la récession actuelle. Une putain de gang de voleurs en cravate et il faudrait maintenant souffrir la misère et la chômage pour qu'ils se refassent une santé financière? Tant qu'à y avoir une récession, j'espère que tout le système va planter à tout jamais pour le remplacer par un autre plus juste et coopératif, quasi socialiste. Ce sont justement les libertaires qui sont à l'origine des malheurs de ce monde,les cupides libertaires comme on en trouve ici une belle brochette.

marianne

Cher R. Charbonneau, comme je le dis à chaque fois, si vous voulez vivre à l'âge de pierre en vous auto-restreignant d'une façon extrême, libre à vous. On s'en fiche. Mais laissez les autres en dehors de cela, en particulier les libertariens. Aspirez à votre paradis communiste dans votre coin.

Mais juste un rappel quand même : une grande partie de la pollution sur terre ne provient pas de nos malheureux emballages non mis dans les beaux bacs de recyclage mais de l'exploitation débridée des ressources naturelles et des pratiques industrielles incontrôlables dans l'ex-tiers monde. Vous devriez donc plutôt réserver votre fureur à la pollution en Chine en l'Inde. Allez leur parler, vous serez surement bien accueilli.

Quat au rapport avec la crise financière actuelle : zéro, sauf dans vos délires.

Bye bye. Envoyez-nous des cartes postales de Pékin.

Tym Machine

@Rosaire Charbonneau,

Il faudrait faire une distinction entre libertaire et libertarien, monsieur Massé pourrait d'ailleurs vous fournir le lien en question.

Deuxièmement, la plupart des problèmes que vous invoquez ont été causés par des gouvernements irresponsables, des politiciens qui gèrent des trillions de dollars à qui ont ne confierait même pas la gestion d'un magasin à 1$, voilà l'essence du problème.

Là, c'est comme si vous proposiez à un fumeur atteint du cancer du poumon de fumer davantage. Je veux bien croire que parfois la politique du pire peut donner des résultats mais si c'est la mort qui nous attend dans pas long, on fait davantage parti du problème que de la solution.

Le gouvernemaman est 99% du temps plus parti du problème que de la solution. Il faudrait donc chercher de véritables solutions durables ailleurs que dans l'étatisme au lieu d'opter pour les pansements de rechange temporaire du gouvernement qui ne règlent absolument rien.

James

@Tym

Un solution non-gouvernemental est seulement utile quand tu as les facultes mentales pour formuler un solution meilleur...

Gilles Guénette

Petit update: pour une troisième semaine consécutive, ce sont des camions de déchets qui ramassent les bacs de recyclage dans mon quartier.

Dédé

Je lis vos commentaires et je souris. ce n,est pas méchant je vous assure. Mais c'est seulement que je trouve certains commentaires tellement à côté de la réalité ou tout simplement basés sur une naïveté crasse. Vous voulez un exemple ? Monsieur Guénette, vous dites "Petit update: pour une troisième semaine consécutive, ce sont des camions de déchets qui ramassent les bacs de recyclage dans mon quartier." Sous-entendez-vous que le camion prendra le contenu et ira le porter au site d'enfouissement du simple fait que c'est le même camion qui fait la collecte des déchets ? Voici une supposition, l'entreprise qui a le mandat de faire la collecte des matières recyclable est la même qui fait aussi la collecte de déchets. Croyez-vous qu'elle va se doter de deux types d'équipements (lire 2 camions) justes pour le plaisir ? Allons donc, faites preuve de plus de perspicacité que ça. ne se pourrait-il pas que le lundi par exemple, le camion fasse la collecte de déchets et que le mercredi il repasse chez vous pour faire la collecte des matières résiduelles tout en allant déverser son contenu à un endroit distinct ? honnnn, ben oui, ça s'peut! Mais continuez, vous êtes instructif !

FrancisD

@Dédé

En assumant que ledit fournisseur de ce service aie effectivement acheté 2 camions et aie récemment décidé de retourner au camion d'ordures typique (pour une raison que vous ne nous expliquerez surement pas), votre scénario pourrait faire du sens.

On voit des réflexes gaspilleurs derrière la pensée du recycleur zèlé...

Daniel Paquet

@Dédé,

Il n'y a pas que la couleur qui différencie un camion de recyclage d'une benne à ordures.

Les camions de recyclage comportent généralement plusieurs compartiments qui permettent de séparer les différentes matières recyclables. Quand la ville demande de trier nos vidanges, ce n'est pas pour qu'elles soient envoyées pêle-mêle dans un camion!

http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/page/Environnement_Fr/media/documents/affiche_fran_08.pdf

De leur coté, les bennes à ordures sont équipées d'un compacteur pour diminuer le volume des déchets. Nos trucks à vidanges ne se contentent donc pas de ramasser; ils brisent les plastiques, cassent le verre, déchiquètent le carton et le papier pour en faire une masse compacte. Rien pour permettre le travail du centre de triage.

Et si vous croyez qu'il est naïf crasse de se demander où finissent les contenus des bacs verts, lisez donc ceci:
http://www.lesaffaires.com/article/0/environnement/2008-11-25/486106/queteacutebec-etagrave-laide-des-centres-de-tri-.fr.html
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/opinions/editoriaux/200811/27/01-805080-le-recyclage-en-crise.php

Gilles Guénette

«l'entreprise qui a le mandat de faire la collecte des matières recyclable est la même qui fait aussi la collecte de déchets.»

Je ne voudrais pas être celui qui reçoit le gros bloc compressé de matières recyclables pour faire le tri ;-)

Étrangement, les deux sortes de camions sont passés sur ma rue aujourd'hui: le compacteurs à déchets (de mon côté) et le camion de recyclage avec compartiments permettant de séparer les différentes matières (de l'autre côté). La même compagnie: Matrec.

James

Ca doit etre un sorte de "on peut seulement recycler xx tonnes pour l'instant et pas xxx tonnes comme auparavant"

Tym Machine

@James,

"@Tym

Un solution non-gouvernemental est seulement utile quand tu as les facultes mentales pour formuler un solution meilleur..."

Qu'est-ce que vous insinuez par ce commentaire?

Insinuez-vous que j'ai besoin du gouvernement pour me faire une opinion et que je suis incapable de faire la mienne, qu'en savez-vous?

En passant, c'est une meilleure solution et non un solution meilleur.

Salutations.

Tym Machine

@Daniel Paquet,

Rien dans ces 2 articles ne fait état d'exemples concrets que le recyclage se retrouve au même endroit que les déchets à part une vague suggestion généraliste concernant une réaction que pourrait avoir un CONtribuable face à cette situation de chute dramatique des prix des matières premières (recyclage).

Ça prendrait JE ou la facture sur le dossier qui suivra le fameux "camion à recyclage"...jusqu'au dépotoir (si tel est le cas).

Humain51

À Québec, depuis deux mois, le papier jeté au bac de recyclage est ramassé par un camion de recyclage mais est ensuite entreposé. Un immeuse entrepôt sert à Québec à cette seule fin, et un deuxième à Trois-Rivières !!!

La situation empire de semaine en semaine. Et on ne voit pas quand cette situation cessera. Les autorités investissent des fonds pour éviter d'envoyer ce papier au site d'enfouissement, pourtant la meilleure solution économique et écologique (ça éviterait un grand nombre de voyages en camion). "On ne veut pas que les gens perdent leurs bonnes habitudes d'envoyer le papier au recyclage".

Cette situation est due au fait que la Chine (qui achetait notre papier) n'en a plus besoin en raison du ralentissement économique. Elle fabriquait avec ce papier des boîtes de carton dans lesquelles elle nous renvoyait les produits que l'Amérique lui achetait.

simon

Au quebec,en campagne avant les années 80, les ordures étais misent en proximité des boisées sur le rebord des champs ou de boisés d'une majorité des propriétaires terrien.

L'évolution a fait qu'il y a eu les dépotoir a ciel ouvert.Par manque de place la première solution a été de bruler ses matières.Par soucis de l'environement et de la qualité de l'air petit a petit le recyclage est né.

Nous devons voir l'évolution et ce rendre aussi compte que tous cela a un coût.

Ce n'est pas en fesant des stocks de carton en attendant que les prix remonte que on va régler quelque chose.Si on le fait ce serra pour tirer dans le pied du secteur du bois.

Au québec on aime payer des études pour bien des choses plus ou moin utile.
Pourquoi ne pas investir au quebec, sur des insinérateurs peut, moin ou pas polluant qui pourait bruler les matières dangeureuses. Au lieux que les compagnies payes des fortunes pour les faire insinérer en ontario.Imaginez vous la pollution pour apporter les matières jusque en ontario a partir du bas st-laurents par example. On a Hydro quebec qui pourrait produire de l'électricité a partir de vapeur qui pourrais ètre produite en brulant le méthane des dépotoir (qui pollu plus que le CO2)le méthane produit par l'industrie agricole,le carton qui ne peut ètre récupérer ou de mauvaise qualité,les produits toxiques,produit infectueux,et tous ce qui n'est pas rentable de recycler.

c'est une idée qui pourrait ètres misent a l'étude je crois.C'est a tous et chacun de trouver des solutions. POUR L'ÉCONOMIE DU QUEBEC.

simon................. merci
email simon_proulx64@hotmail.com

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook