« Le fil de discussion libre de janvier | Accueil | Keynes, l'imbécile sophistiqué »

09 janvier 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Martin Masse

Ce qui m'a incité à lancer ce fil ce matin, c'est encore une fois celle qui est sans doute la plus insignifiante éditorialiste dans les six ou sept quotidiens que je lis tous les jours, Ariane Krol de La Presse. Comment se fait-il que quelqu'un n'ayant manifestement aucune connaissance générale approfondie de quoi que ce soit, et dont l'argumentaire se résume à quelques phrases gnagnan pour dire que "le gouvernement doit de toute évidence intervenir mais attention, il doit le faire comme il faut!", se retrouve dans une position d'éditorialiste dans un grand quotidien? Mystère.

On se souviendra de l'article de Mme Krol sur Greenspan que j'avais critiqué à l'automne ( http://www.leblogueduql.org/2008/11/laveu-trompeur.html ). Cette fois, elle exhibe pratiquement tous les symptômes du crétinisme ambiant concernant la crise.

Tout d'abord, la première phrase de son éditorial, qui justifierait à elle seule son congédiement: "La Grande Dépression nous a montré à quoi s'expose un gouvernement qui refuse d'intervenir dans son économie." Ah ah ah!!! Quelle blagueuse.

Je ne vais pas répéter en détail ce qu'on a écrit plusieurs fois sur ce blogue et qu'on peut retrouver facilement, mais cette affirmation est le comble de l'absurdité et ne sert qu'à justifier l'interventionnisme d'aujourd'hui. La Fed, créature étatique créée seize ans avec le krach de 1929, a pompé de la fausse monnaie dans l'économie américaine pendant toute cette période, ce qui a suscité le boom insoutenable des "années folles". Le président Hoover, est intervenu dès le début de la crise, notamment en signant l'infâme loi protectionniste Smoot-Hawley. Et Roosevelt a bien sûr prolongé la crise pendant une douzaine d'années par une série interminables d'interventions dans tous les secteurs de l'économie.

L'éditorialiste poursuit sa propagande en faisant preuve de fausse incrédulité devant quiconque oserait mettre en doute les lieux communs qu'elle et ses collègues répètent jour après jour: "Qui pourrait contredire le président élu lorsqu'il affirme qu'en ce moment, 'le gouvernement est le seul qui puisse fournir l'élan nécessaire pour nous sortir d'une récession aussi profonde et sévère'?" Qui pourrait le faire, en effet, quand la presque totalité des économistes et des journalistes sont des illettrés économiques intellectuellement corrompus par les sophismes keynésiens, et quand les politiciens se réjouissent des pouvoirs additionnels de contrôler nos vies qu'ils acquièrent jour après jour?

Et on pourrait continuer avec le couplet sur les réductions d'impôt annoncées, que les contribuables pourraient toutefois malheureusement utiliser pour rembourser leurs dettes au lieu de se garrocher immédiatement dans un magasin pour tout dépenser sur la première chose qu'ils trouvent. Méchant méchant. Cela "menace l'efficacité du plan Obama" selon Mme Krol. Ah, ces irresponsables de citoyens, mieux vaut que ce soit le gouvernement qui dépense l'argent à leur place.

Attention cependant, conclut-elle dans un élan d'esprit critique, les lobbys sont à l'affût et vont chercher à profiter de la situation, et "l'utilisation optimale des fonds promet d'être un défi encore plus grand".

Martin Masse

Je reproduis également le commentaire de Pierre-Yves posté il y a deux jours sur le Fil de discussion libre, et qui correspond tout à fait à la raison d'être de celui-ci:

CONSTERNANT DE BÊTISE

Je saisis l’occasion de ce fil de discussion pour partager, une fois de plus, ma consternation devant l’incompétence crasse de la plupart des commentateurs médiatiques en matière de questions économiques.

Il suffit d’ouvrir le journal ce matin pour trouver cette perle de l’auguste Dubuc, au sujet des baisses d’impôts auxquelles a récemment fait allusion le ministre fédéral des finances Flaherty :

« Dans un tel contexte, si on remet de l'argent aux consommateurs par le truchement de baisses d'impôts, est-ce que ça va restaurer leur confiance? Rien n'est moins sur. Est-ce que ça va les convaincre de consommer? Pas nécessairement, parce que ce n'est pas le manque d'argent qui les arrête. Le risque est grand, au contraire, que bien des gens se servent de cet argent pour épargner ou pour réduire leur dette, ce qui serait sans doute une bonne chose pour eux, mais ce qui n'aiderait absolument pas le Canada à se sortir le plus rapidement possible de la récession. »

http://www.cyberpresse.ca/opinions/chroniqueurs/alain-dubuc/200901/07/01-815376-une-mauvaise-idee.php

Tout d’abord, c’est faux : si l’argent de ces baisse d’impôt ne va pas à la consommation, il ira à l’investissement c’est tout; ça ne peut qu’être bénéfique pour des secteurs comme l’immobilier ou même les bilans des institutions financières. Quoiqu’il en soit, une utilisation de la richesse plus avisée que l’engraissement de bureaucrate.

Mais c’est aussi effarant, au mieux de bêtise, au pire, de cynisme : de bêtise, si l’on admet que le Dubuc est assez nono pour imaginer qu’une économie peut se sortir d’affaire en ‘calant’ ses consommateurs sous des monceaux de dette qu’il ne réussiront jamais à apurer; de cynisme, s’il sait fort bien que c’est une idiotie mais pense que ses lecteurs sont assez bêtas pour l’avaler toute crue.

Dans tous les cas de figure, soyons assurés qu’en matière d’économie et de finance, les éditorialistes de l’obscurantisme officiel continueront, en 2009, à franchir le mur du çon avec une régularité assourdissante.

Bonne année 2009 à tous, et longue vie au QL.
(http://www.leblogueduql.org/2009/01/le-fil-de-discussion-libre-de-janvier.html#comment-6a00d8341cb44a53ef010536b0e5b9970b )

Francois Mottard

Martin, tu pourrais au moins lui donner du crédit quand elle dit quelque chose de vrai.

Le gouvernement est effectivement le seul qui puisse fournir l'élan nécessaire pour nous sortir d'une récession aussi profonde et sévère.

La seule manière qu'il peut y parvenir, c'est en se sabordant.

Cybertarien

Quoi faire quand on est victime d'un "Home Invasion" ?

1) Ne pas provoquer l'intrus, ne pas le regarder dans les yeux, rester calme poli et courtois.

2) Donner à l'intrus ce qu'il demande, obéir et ne pas chercher à se défendre avec la force.

3) Appeler la police une fois que l'intrus a quitté les lieux.

Vous croyez que je blague ? Eh bien non, c'est effectivement les recommandations de la police de Montréal.

Les autorités nous veulent vraiment sans défense.

Cybertarien

Toute cette histoire d'obliger le consommateur à consommer pour nous sortir de cette crise me fait penser à SOLEIL VERT.

Dans Soleil Vert, les plus pauvres finissaient en nourriture pour les moins pauvres et l'humanité réussissait à "survivre" par le cannibalisme.

Et bien, obliger les consommateurs à être pauvres en continuant à les taxes à l'os ou en les forçant à consommer si on coupe les impôts revient à dire que l'économie cannibalise ses citoyens pour "survivre".

C'est totalement horrible qu'un gouvernement voudrait garder son peuple dans la dette et la dèche juste pour faire "rouler" de sourds l'économie.

Martin Masse

Ariane Krol ne fait évidemment que répéter les mêmes niaiseries rapportées quotidiennement des économistes conventionnels keynésiens dans les universités et les institutions financières. Quelques pages plus loin dans La Presse d'aujourd'hui, on retrouve les commentaires de Benoit Durocher, économiste au Mouvement Desjardins, qui résument parfaitement le sophisme selon lequel "c'est la demande qui fait rouler l'économie" ( http://www.leblogueduql.org/2008/02/production-cons.html ):

"Le problème avec les baisses d'impôts, c'est qu'un dollar donné par le gouvernement en baisses d'impôts n'est pas entièrement réinvesti dans l'économie, dit-il. Certaines personnes épargnent, d'autres paient leurs dettes. Tout le contraire d'un dollar injecté dans un programme d'infrastructures, qui est investi entièrement dans l'économie."

Philippe Texier

Avez-vous vu le film Les Faussaires?

Les Faussaires (Die Fälscher) est un film austro-allemand de Stefan Ruzowitzky dont l'histoire est inspirée de l'opération Bernhard, une opération secrète nazie durant la Seconde Guerre mondiale visant à imprimer et inonder la Grande-Bretagne de fausses livres sterling.

Mais pourquoi donc les Allemends voulaient-ils inonder la Grande-Bretagne de livres sterling?
C'est parce qu'ils avaient compris que cela nuirait à l'économie Britannique!
Curieux que l'on fasse la même chose, cette fois avec de vrais billets et qu'on en attend une conséquence différente.

Cybertarien

Peut-être devrait-on revenir au TROC et ainsi se rendre compte que ce n'est pas l'argent qui est la richesse mais les biens et services, le travail et le savoir.

Rien ne me ferait plus plaisir que de payer mes impôts au gouvernement en CHAISES et en POULETS bien dodus.

Il pourrait me prélever à la source, ce serait drôle à voir.

DD

À propos des médias, soyons juste et applaudissons M. Bernard Mooney, du journal Les Affaires, qui a publié à mes yeux la seule chronique censée sur la crise dans les médias francophones jusqu'ici:
http://www.lesaffaires.com/article/0/publication--lesaffaires/2009-01-10/487581/le-plus-grand-mythe-concernant-la-crise-financiere.fr.html

Aussi, je crois que les événements actuels nous obligent à inventer un nom pour décrire le gros bon sens économique. Je me sens de plus en plus mal à l'aise de dire: «ce type-là ne comprend rien à l'économie... à la théorie économique... n'est pas économiste et ça paraît... etc, » car il est maintenant clair que la théorie économique telle qu'enseignée partout dans le monde est dans le champ, et solidement, et qu'il faut s'en dissocier par souci de crédibilité. Par contre je juge la formule «théorie autrichienne de l'économie» trop (ironiquement) académique, trop intello. Des idées?

Cybertarien

@DD

C'est tout le contraire, il n'y a absolument RIEN d'intello à la "théorie" autrichienne.

La propriété privée et la liberté des contrat entre adultes consentants est tout ce qui résume la "théorie" autrichienne.

Tu as ce que je veux et je t'échange ce que tu veux en retour. Il n'y a rien de plus à redire.

L'économie n'est pas une science et c'est tout ce qu'il y a de plus simple.

C'est rendu compliqué seulement parce que l'état veut tout contrôler et veut redistribuer la richesse.

Autrement, dans un monde libertarien on s'en fiche de la macro-économique.

Tout ce qui compte c'est le respect de la propriété privée et la liberté contractuelle privée.

On peut donc résumer la "théorie" autrichenne en une seule phrase compréhensible par tous.

C'est plutôt les gauchistes et les étatistes qui se perdent dans d'interminables discours et justifications pour expliquer leur initiation de la force et leur entreprise de spoliation étatique.

DD

@Cybertarien

Tu passes à côté de mon argument: ça SONNE intello.

Anarcho-pragmatiste

Bonne idée Martin!

Pierre-Yves

@Martin Masse

Au sujet de la citation:

"Le problème avec les baisses d'impôts, c'est qu'un dollar donné par le gouvernement en baisses d'impôts n'est pas entièrement réinvesti dans l'économie."

Pour souligner en passant l'imbécillité de ce sophisme, remarquons qu'il est basé sur l'hypothèse mongolienne que l'épargne et l'investissement ne font pas partie de l'économie. Très fort.

Anarcho-pragmatiste

Quand on pense que c'est justement l'épargne et l'investissement qui sont les moteurs de l'économie, et non pas la (sur)-consommation.

Mattiew

@Pierre-Yves

Le plus comique, c'est l'idée meme que le gouvernement va "donné" de l'argent! Le gouvernement ne créé rien, il redistribue..

On devrait plutot dire "redonné" !

Gilles Guénette

Ariane Krol a sa phrase bidonnante («La Grande Dépression nous a montré à quoi s'expose un gouvernement qui refuse d'intervenir dans son économie.»), le très-à-gauche Pierre Dubuc, de L’Aut-Journal, en a une aussi: «Enfin, il est reconnu que l’intervention étatique est la stratégie la plus efficace pour faire face à la récession.»

http://lautjournal.info/default.aspx?page=3&NewsId=1301

Yan

Ironiquement, c'est souvent les mêmes idiots qui poussent à la consommation pour "sauver" l'économie qui font des pieds et des mains dans le sens inverse pour m'empêcher de prendre un sac de plastique ou bien pour que je réduise ma consommation d'énergie X. Faudrait se brancher ma gang de flip-floppers.

Steven

L'autre soir, j'écoutais une entrevue sur CBC en anglais. Il y avait une dame du nom de Patricia Croft, l'économiste en chef de la banque RBC. Selon elle, il était impératif que le gouvernement rende le crédit disponible au plus de gens possible. De son dire "CREDIT IS THE OIL THAT GREASES THE WHEELS OF THE CANADIAN ECONOMY". Elle affirme donc que la fondation même de l'économie est le crédit. Assez décevant comme analyse... Il est vrai qu'il y a le bon crédit rendu possible grâce à l'épargne d'autrui mais il y a aussi le mauvais crédit généré par des moyens artificels que nous connaissons tous. De vouloir que le gouvernement rende le crédit disponible "pronto" est de vouloir générer le mauvais crédit. C'est également vouloir créer une fausse prospérité à court terme en endettant la population encore plus qu'elle ne l'est déjà. On ne peut pas s'endetter perpétuellement sans que ça explose à un certain point.

Janerceen Rocher

À DD:
Bonne question mais j'accroche sur vos deux phrases:

"Je me sens de plus en plus mal à l'aise de dire: «ce type-là ne comprend rien à l'économie... à la théorie économique..."

" Par contre je juge la formule «théorie autrichienne de l'économie» trop (ironiquement) académique, trop intello. Des idées?"

Jugez-vous la théorie autrichienne trop intello, donc trop compliquée? Le forum du QL est là pour répondre à vos ambiguïtés. Par contre, si vous n'êtes pas en mesure d'expliquer cette théorie en des termes simples et compréhensibles à vos proches, c'est votre problème. Ne venez pas affûter la théorie autrichienne d'académique, d'intellectuelle, et autres termes supposant la complexité de celle-ci.

Je déplore le fait que vous rejetiez la faute de votre difficulté à expliquer des principes sur la théorie autrichienne. Vous ne seriez pas mal à l'aise mais confiant et sûr de vous si vous maîtriseriez les concepts de l'économie autrichienne. Posez les bonnes questions avant de conclure que la théorie dans son ensemble est "intello" et "académique".

Bonne chance!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook