« Le crétinisme keynésien: Keynes ne comprenait pas la nature de l'épargne | Accueil | Du pain et des jeux! – pendant que les conduites d'eau éclatent »

13 janvier 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Pierre-Yves

@Martin Masse

Cet article doit absolument être publié, c'est clair et sans réplique.

DD

Excellent texte Martin. Pour compléter (ou répéter) ton analyse, je propose aux lecteurs du blogue cet aussi excellent texte de Eugene Fama: http://www.dimensional.com/famafrench/2009/01/bailouts-and-stimulus-plans.html


Tym Machine

"La meilleure façon de contribuer à accélérer la reprise serait plutôt pour le gouvernement de s'enlever du chemin, d'éviter lui-même d'accaparer des ressources et même de rendre disponible au secteur privé des ressources qu'il utilise mal."

Vous savez très bien monsieur Massé qu'avec un débile interventionniste à la maison blanche comme Président américain que cela n'arrivera jamais. Il est lui même convaincu dur comme fer que le capitalisme doit être super étroitement balisé et que le gouvernement doit avoir le nez fourré partout et s'accaparer de toutes les ressource afin de mieux contrôler le bon peuple et l'assouvir pendant que ce dernier s'accroche en désespoir de cause au gouvernemaman comme une personne en situation de noyade s'accroche à sa bouée de sauvetage.

Finalement, pourriez-vous expliquer à Jean Charest pourquoi une privatisation d'Hydro-Québec serait une bonne chose au lieu de maintenir artificiellement les prix de l'électricité bas comme un boulanger qui déciderait de manger tout son pain et d'en faire bénéficier uniquement sa famille?

Tym Machine

"La politique étant ce qu'elle est, le ministre des Finances et ses apparatchiks ne vont évidemment pas suivre ces conseils et s'appuyer sur la logique économique pour rédiger le budget du 27 janvier, mais plutôt sur la rentabilité politique. Les dernières rumeurs sont que le déficit pourrait atteindre 40 milliards de dollars. Le Canada s'apprête donc à s'enfoncer de nouveau dans le cercle vicieux de l'endettement, comme au début des années 1970. Seul parmi les pays du G7, il en était sorti de peine et de misère depuis le milieu des années 1990. Est-ce que ça prendra encore une fois 25 ans avant de voir la lumière au bout du tunnel? "

Dites-vous que ç'aurait été crissement pire si la coalition des deux de piques du parti libéral, du NPD appuyé par le Bloc avait rentrée en décembre.

Quoi qu'à long terme, ç'aurait été un move rentable pour Harper qui aurait nettoyé la mappe après cette hecatombe économique d'une ampleur titanesque que de laisser cette bande d'irresponsables socialistes prendre les rennes du pays, ils auraient super bien fitté avec Obama par contre.

Le fait qu'Harper s'accroche au pouvoir comme un condamné à mort s'accroche à la vie mènera à sa perte politique. Je doute que le nerd de rechange au parti libéral en la personne de Michael Ignatieff fasse beaucoup mieux par contre.

Anarcho-pragmatiste

Cependant, il ne faudrait pas que les programmes sociaux en souffrent pendant que les dépenses terroristes augmentent et que les subventions corporatistes se maintiennent.

Mais sur le fond, je suis d'accord avec ce billet.

@Tym Machine

À moyen terme, je suis contre la privatisation d'Hydro-Québec telle que présentée, car il s'agirait d'un monopole privé.

Pierre-Yves

@Anarcho-Pragmatiste

Les subventions corporatistes sont une idiotie directement issue du népotisme et du copinage de gouvernements trop envahissants, un frein au libre mouvement des facteurs de production.

Dollar pour dollar, une baisse générale (ou un congé) d'impot pour les entreprises serait beaucoup plus efficaces: celles qui font du profit prospéreront, celles qui n'en font pas disparaitront, les ressources immobilisées par les losers deviendront disponibles aux winners à plus bas prix, et l'économie s'en porterait mieux.

Pierre-Yves

Sur le sujet "La guerre, solution à la crise économique", j'ai trouvé cette note intéressante sur le blogue Agoravox http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=51572

Attention, les guillements sont importants.

"Une économie de guerre est l’ultime "solution rationnelle" à une dépression. A mon avis, ce n’est pas tant parce que la production d’armemements permet d’occuper les chaînes de fabrication et ré-enrichir les industriels, c’est tout simplement parce que, pendant quelques années, les jeunes gens mobilisés dans les armées et les usines ne sont pas payés et que les vieux peuvent mourir de faim dans l’indifférence générale. Disons que c’est une manière de s’occuper l’esprit et les nerfs dans une période d’austérité imposée. Sinon, il y a aussi les canicules et les épidémies, comme la Grande Peste de la fin du moyen-âge qui a clôturé la transition vers le monde plein et limité la population pour un moment."

Réduction des dépenses, vous dites?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook