« Changement de sexe «gratis»! Qui dit mieux? | Accueil | Le fil de discussion libre de février »

28 janvier 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Jean Gosselin

@Sebas,

"Le PC n'a JAMAIS été un parti "proche" des idéaux libertariens. Ni de proche ni de loin."

Je vous l'accorde, le PC est un parti étatiste qui subventionne les grosses compagnies pétrolières et la grosse industrie et qui intervient dans la "moralité" sexuelle et reproductive, qui est très dur sur la prohibition des drogues douces etc.

Bref, le PC est un gros parti étatiste comme tous les partis politiques au Canada.

Par contre, il a baissé la TPS, il a baissé l'impôt sur le revenu, il a augmenté l'exemption de base etc.

Ce n'est pas grand chose, c'est une goutte d'eau dans l'océan mais c'est une précieuse goutte d'eau et tous les libertariens se sont garrochés pour voter pour le PC car même de très très très très loin comme vous dites, il représente quand même plus les libertariens que le PQ, le NPD, le Bloc etc.

Au moins, malgré le fait que le PC soit un parti étatiste et interventionniste, il est moins pire que les autres, taxe moins, dépense moins.

Sauf quand il est menacé par une coallition de gauche, alors là il renie ses idéaux et fais ce que les gauchistes demandent.

Voilà pourquoi je ne voterai plus pour le PC et que dorénavant je resterai chez moi et que je ne voterai plus du tout pour qui que ce soit.

Mon vote c'est NONE OF THE ABOVE !

Jean Gosselin

@Sebas,

Rien ne vous empêche d'acheter des métaux précieux et des commodités pour vous désaffilier de la monnaie fiduciaire et ainsi vivre votre liberté individuelle.

C'est d'ailleurs ce que je prévois de faire.

Tym Machine

@Jean Gosselin,

"Si il y a une province qui risque vraiment de se séparer du Canada c'est l'Alberta. Cette province là a une économie solide basée sur la liberté et la propriété privée et elle est écoeurée de payer pour les stupidités et les extravagances gauchistes du Québec et du Canada."

C'est vrai qu'ils ont fait un gros ménage et privatisé la majeure partie de leur fonction publique au niveau provincial. De plus, ils bénéficient de la manne du pétrole. Un peu moins rentable ces temps-ci mais ça ne peut que remonter à moyen terme et cet été, nous repayerons le gaz 1,55$ le litre quand l'heure de nos "vacances" de la construction aura sonnée.

Cependant, il y a à se demander qu'est-ce que serait l'Alberta en tant que pays, un gros trou de fromage gruyère au milieu du Canada. Il est évident qu'ils sauveraient un paquet d'argent en n'envoyant pas leur argent directement à Ottawa sous forme d'impôt sauf que le Canada socialiste profiterait de la situation géographique de l'Alberta pour lui imposer des barrières tarifaires et la seule vraie façon pour l'Alberta de s'en sortir serait de s'annexer avec son voisin des États-Unis ce qui de facto est déjà fait au niveau du pétrole qui doit obligatoirement être vendu en parti aux USA avant même que l'Est du Canada puisse en recevoir.

Ce que je crois plus plausible alors, c'est une séparation de l'Ouest canadien (Manitoba, Saskatchewan, Alberta et BC). Ils sont d'ailleurs en train de faciliter leurs échanges commerciaux pendant que le Québec, l'Ontario et les maritimes se chicanent sur les pécadilles de la péréquation.

En ce qui a trait à la partition, c'est un peu ridicule peut-être mais il faudra peut-être un jour en venir à cette solution. La question est toujours bon an mal an à son plus haut niveau à du 45% et sa seule vraie chance, c'est de laisser l'Ouest de Montréal et la région de l'Outaouais rester dans le Canada pour avoir une chance de l'emporter un jour. L'autre choix, c'est de faire une réingénierie sociale de type loi 101 renforcée qui réussira peut-être à faire partir un autre 500 000 anglos de ceux encore assez brave pour rester.

Pierre-Yves

@Tym Machine

En tout cas, le brasse-camarade de négociations qui suivraient nécessairement une sécession du Québec serait une excellente occasion pour Montréal de faire valoir ses intérêts, pour une fois. Pourquoi pas une zone franche? Et qui sait? Voyant l'opportunité, l'Est de l'ile embarquerait peut-être. Parce que anglo ou franco, on est avant tout montréalais et tanné de se faire sucer la moëlle par Québec city et ses parasites.

François 1

Je suis également personnellement très...TRÈS...déçu par les néo-vire-capots conservateurs.

Ils représentaient pour moi ce qui se rapprochait le plus de ma philosohpie et les voilà qui ressemblent aux insipides libéraux. Bref, n'importe quoi pour conserver le pouvoir. Ça m'horripile! C'est désolant pour la démocratie...

Patrick Lemieux

Lu dans la section "Idées du Devoir de ce matin (http://www.ledevoir.com/2009/02/05/231626.html):

"Le gouvernement conservateur de Stephen Harper a du culot, c'est le moins que l'on puisse dire ou écrire! Le budget présenté par le ministre Flaherty la semaine dernière s'inspire sans l'ombre d'un doute du sacro-saint credo néolibéral qui, malgré la crise financière qui sévit et ses impacts sur l'«économie réelle», demeure en vigueur. Cette vision, fondée sur l'accumulation des profits à court terme, où le marché est tout-puissant et l'État s'efface pour ne jouer qu'un rôle de régulateur des éléments risquant de remettre en question ce modèle de société fondé sur la performance, nous rappelle que l'État canadien est dirigé par des conservateurs. Plus particulièrement, deux éléments doivent, à mon avis, retenir notre attention puisqu'ils illustrent à ravir la manière dont l'idéologie néolibérale se traduit actuellement dans le contexte politique canadien."

Incroyable! Il faut manifestement être déconnecté de l'économie et de la politique pour écrire quelque chose du genre, alors que le budget de la semaine dernière était tout sauf "néolibéral"...

Simon Laflamme

Pourquoi, il y a eu investissement massif dans la santé et l'éducation?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook