« Le Parti conservateur n'a plus de raison d'être | Accueil | Une fausse controverse sur le 250e de la bataille des plaines d'Abraham »

02 février 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Pierre-Yves

Une affaire qui m’a intéressé récemment est la poursuite pour polygamie intentée par un procureur de C.B. contre une communauté mormone, à Bountiful. Quand les mariages homosexuels ont été légalisés au Canada, plusieurs ont avancé que celà 'ouvrait la porte' aux mariages polygames (polygynes ou polyandres), et bien entendu comme on vit dans le pays le plus cool du monde les médias ont descendu en flamme ces emmerdeurs.

En fait, ils avaient à la fois tort et raison les emmerdeurs: tort parce que le jugement de la Cour Suprême sur les mariages gais ne pouvait pas être utilisé pour autoriser des mariages polygames; raison parce que le processus d'évolution de la morale collective qui motivait cette 'innovation' devait inévitablement amener à se poser la question de savoir si, 40 ans après les communautés hippies et presqu'aussi longtemps après que PET ait déclaré que l'État n'avait pas à se mêler de ce qui se passait dans les chambres à coucher de la nation, il était encore pertinent de criminaliser le style de vie polygame.

'Techniquement’, la polygamie est impossible au Canada; si vous vous mariez plus d'une fois à l'Hôtel de Ville (sans divorcer d'abord), ce ne peut-être qu'en trompant l'état-civil ce qui est un délit : on parle donc d’unions qui n'ont jamais cherché à recevoir la sanction de l’État, sauf pour la première contractée, et c’est tout ce qui devrait inquiéter les citoyens; que les gens se livrent à des singeries dans un contexte privé, ce n'est pas notre affaire.

On peut être moralement contre la polygamie, mais cela donne t’il pour autant le droit de criminaliser le style de vie de personnes qui ne partageraient pas nos convictions? Absolument pas à mon avis. Si l’on devait suivre ce raisonnement, l’interruption volontaire de grossesse et l'homosexualité active seraient toujours des crimes au Canada (et je ne m'attarde même pas à la subjectivité implicite dans l'évaluation de ce qui constitue un style de vie polygame).

Comme la société civile canadienne est majoritairement opposée à la re-criminalisation de l’avortement (tout comme moi), et n'a plus grand problème avec l'homosexualité, continuer à criminaliser la polygamie relèverait d'une éthique bancale : deux poids, deux mesures. La liberté, c’est aussi la liberté des gens qui nous scandalisent.

La question qui est posée actuellement aux tribunaux dans l'affaire de Bountiful n'est pas de savoir si le style de vie polygame est moralement 'bien' ou 'mal', mais simplement si la justice doit avoir quelque chose à faire avec ça, en l'absence d'autre comportement criminel déjà réprimé par le code pénal (ex. abus sexuels). Il me semble clair qu'on devrait décriminaliser ça et ça presse: je ne suis pas personnellement pour, mais dans une société libérale ça ne me donne pas le droit de l'interdire.

En ce qui concerne la reconnaissance par l'État, et bien certains s'insurgent contre le fait que les 'épouses' du polygame de Bountiful collectent des bénéfices sociaux liées à leur statut de 'mères célibataires' : mais c'est oublier un peu vite que ces mêmes bénéfices sociaux ont été votés par les gouvernements, et que c'est à tout fin pratique la réticence de l’État à décriminaliser la polygamie qui fait obstacle à la reconnaissance de responsabilité civile de l'individu père de ces enfants. Autrement dit, c’est parce que l’État se mêle de décider ce qui est un mariage, et ce qui ne l’est pas, que ces femmes sont des 'mères célibataires'. Qui a dit que 'nul ne pouvait se prévaloir de ses propres turpitudes'? Ça doit s'appliquer au gouvernement aussi non?

Alors on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre: ou bien on associe aux mariages polygames les mêmes droits - et par conséquent les mêmes devoirs - qu'aux mariages hétéro et homo sexuels. Ou bien on se contente de leur foutre la paix - mais on paye. Ou bien encore, on abolit toute la patente et on sort l’État du mariage.

Pierre

Bonjour , je vous lis depuis un cetain temps et j'ai quelques questions a vous demander.

1- Qu'elle est (ou a été) la plus libertarienne des sociétés ?

2- Dans une société libertarienne, qu'arrive-t-il avec l'assurance chômage et le b.s. ?

Marianne

On m'a signalé quelque chose que je trouve incroyable : il paraît qu'il est interdit de laisser sa voiture ouverte, j'entends par là non verrouillée, dans la rue à Montréal au prétexte que cela encourage le vol. Le conducteur étourdi est passible d'un ticket. Une de mes amies qui avait garé sa voiture dans le parking d'un centre commercial vient de se retrouver avec un ticket à 42$ pour ce motif. Pour ceux qui connaissent, c'est le parking du centre Rockland. Elle était allée faire une course rapide sans avoir verrouillé sa portière car la serrure marche mal.

Je trouve déjà abusif ce genre de ticket dans la rue, mais dans un parking ... ! Il paraît que les voitures rouges de la ville patrouillent régulièrement dans les parkings à la recherche de ce genre d'infraction. Vous imaginez ? Des agents payés par le contribuable, qui rôdent et se mettent à essayer d'ouvrir les portières ? L'état a-t-il à intervenir dans notre liberté de laisser ouverte ou fermée la porte d'une propriété privée ? Cela a un petit parfum totalitaire.

Quelqu'un a-t-il entendu parler de cela ?

Pierre-Yves

@Marianne

Oui, j'ai contesté un billet similaire l'été dernier. Il est en effet interdit de laisser son véhicule dévérouillé ET sans surveillance. Dans mon cas je me trouvais à quelques mêtres de l'auto, j'ai donc demandé au patrouilleur quel était le problème, il tout de même rédigé la contravention et me l'a remise - ce qui constituait dès lors une preuve que j'étais présent, donc que le véhicule n'était pas sans surveillance, d'ou un acquittement.

Juste pour dire comme ils sont tannants avec ça, vu que j'ai quand-même du perdre une bonne heure à la Cour Municipale (qui se trouve à côté de chez moi heureusement).

Moralité: l'État veut notre bien - et il l'aura...

Jonathan

Les États-Unis ont injecté une grande somme d'argent en rachetant des bons du Trésor aux banques.
En rachetant ces bons, n'ont-ils pas diminué la dette en même temps?

David M.

Pour répondre à la question de Pierre. Je crois qu'il n'existe pas de bonne réponse à cette question. Il y a des sociétés économiquement libres mais ou les libertés sociales sont absentes. On peut penser à Singapour ou Hong Kong par exemple.

Il y a des pays comme les Pays-bas qui sont socialement assez libres sur certains points, en autre la légalisation des drogues et de la prostitution, mais assez restrictifs au niveau économique.

Il est possible en fait de calculer la liberté économique. Voir ce lien: http://www.heritage.org/Index/Ranking.aspx

Par contre, au niveau des libertés sociales, je ne connais pas de tels indices. Et cela dépend toujours des priorité de chaque personnes. Par exemple, quelqu'un peut accorder plus d'importance à la liberté des drogues qu'au mariage homosexuel tandis qu'il en serait le contraire pour une autre personne.

Bref, à ma connaissance, il existe un indice de liberté économique mais non de liberté sociale. Personnellement, j'aime les choix que font la Nouvelle-Zélande en terme de liberté économique. Au niveau des liberté sociale, j'ai encore espoir que le Canada créra une loi qui fera déborder le vase des canadiens et que ceux-ci s'ouvriront les yeux pour se rendre compte que le gouvernement n'a pas à gérer le nombre de personne à qui l'on peut être marié ou bien s'il y a un restaurant de Fast-Food près d'une école ... Il n'a pas à gérer non plus si je suis obligé de m'assurer pour mes médicaments, ma voitures ou ma maison. etc.

Mais allez-y ... j'aimerais entendre les suggestions des autres blogueurs en matières de pays qui font bien au niveau de la liberté. Ma nationalité est à vendre. Oh désolé, j'avais oublié qu'il est probablement interdit de vendre sa nationalité ...

''my country is the world; my religion is to do good'' Thomas Paine

bonne semaine à tous.

Bobjack

Pierre-Yves & Marianne> Cela va bien plus loin que cela, je vivais dans une municipalité toute petite (du genre < 2000 habitants), dans ce cas il est assez rare qu'une personne barre ses portes (sauf s'ils ont une télécommande). On me disait que les policiers avaient déjà poussé l'audace jusqu'a aller dans le stationnement privée d'une usine pour donner des contraventions de masse, est-ce vraiment possible ? Si c'est possible dans un centre d'achat pourquoi pas.

"Moralité: l'État veut notre bien - et il l'aura..."

Je secondes.

Bon, maintenant je me poses une question à propos de propriété. Supposons que que demain matin je découvre un nouveau continent, comment on agit côté propriété dans une perspective libertarienne ? Qui sera la personne qui possède les terrains dans tel cas et qui va s'occuper de les diviser. On pourrait même aller jusqu'a pousser cette logique dans le cas de la conquête spatiale ...

Ensuite qu'est-ce qui définit le terrain ? Quelle profondeur, quelle altitude etc ... (Pour le trafique aérien c'est pas facile).

J'aurais tendance a penser qu'il faudrait s'armer de rocket et défendre une zone quelquonque jusqu'a ce que tout le monde décide de finalement signer un traité mais ....

Pierre-Yves

@Bobjack

Vous trouveriez probablement quelques éléments de réponses dans 'Law`s Oder - What Economics Has to do with Law and Why It Maters', par David D. Friedman (oui, le fils de l'autre).

http://www.daviddfriedman.com/laws_order/index.shtml

Je ne l'ai pas sous la main ici mais je le récupérerai lors de mon prochain passage en ville.

D

Un enfant est-il considéré comme la propriété de ses parents et ce jusqu'à quel âge?

D

@Pierre

"Dans une société libertarienne, qu'arrive-t-il avec l'assurance chômage et le b.s."

Le bien-être social serait abolit. Les personnes les plus dans le besoin pourraient être prises en charge par des organismes de charité (comme aux États-Unis par exemple.) Les organismes de charité se financeraient à partir de dons volontaires. Ce système aurait l'avantage de responsabilité les gens, comparativement à la conception que c'est le problème de l'État de régler la pauvreté. Les organismes devraient produire des résultats puisqu'ils seraient redevables envers les donateurs contrairement à l'État qui n'est pas redevable puisqu'il peut prendre autant d'argent qu'il le veut (par la force.) Les individus qui ne seraient pas vraiment de le besoin finiraient par se trouver un travail ce qui diminuerait le nombre de personne qui profite du bien-être social. Finalement, on peut aussi considérer l'effet bénéfique psychologique des donateurs qui auraient l'impression de faire une contribution et une différence plus directe sur le problème de la pauvreté.

Pour l'assurance chômage, je suppose que chaque personne devrait planifier en conséquence et économiser pour se faire son propre assurance chômage ou ils pourraient se prendre un assurance chômage privé sur une base volontaire. Je ne suis pas un expert du libertarianisme, mais pour l'instant c'est ainsi que je conçois les choses. Corrigez moi quelqu'un si je me trompe.

Francois

"Dans une société libertarienne, qu'arrive-t-il avec l'assurance chômage et le b.s."

J'aime bien la réponse de Ayn Rand à une questions similaire.
C'était quelque chose du genre:
«If you care, you would not be stopped...»

Maryse

Dans une société Libertarienne,

Que faire des enfants atteint de maladies génétiques et dont les parents ne disposent pas des ressources financière pour obtenir un traitement ou une supervision a long terme?

Demain matin si un Libertarien dans notre société perd son emploi en raison d'un accident très grave il devra refuser l'aide social? Il devra faire face a la situation avec ses propres moyens? Mais quels moyens?

Pierre-Yves

@Maryse

L'assurance-santé existe dans une société libertarienne comme dans une autre. Elle n'est simplement pas gérée par les gouvernements.

Humain51

Pour se prémunir contre un possible krach ou tout simplement pour détenir des valeurs authentiques qui ne perdent pas de la valeur artificiellement en raison des manipulations de l'État comme c'est le cas pour la monnaie, comment concrètement peut-on acheter de l'or sur les marchés ? Je ne parle pas de détenir des lingots ou des pépites, mais d'avoir des certificats qui peuvent être échangés pour de l'or.

Par ailleurs, est-ce bien une bonne idée que d'acheter de l'or plutôt que des actions, des obligations ou des certificats de dépôt ?

Jean Gosselin

Est-ce que quelqu'un pourrait partir un article sur ceci, l'état va trop loin et n'a aucunement affaire dans nos assiettes. Dans mon jeune temps, on nous foutais la paix, on mangeais ce qu'on veut et personne ne nous écoeurait avec ça !

Revoir le zonage

Isabelle Huot n'est pas étonnée que des élèves boudent le menu proposé par leur cafétéria chaque midi pour se tourner plutôt vers le fast-food offert chez McDonald's ou Subway.

«On s'y attendait», dit-elle. «C'est une des problématiques qu'on avait identifiées [quand la politique visant à enrayer la malbouffe dans les écoles a été lancée.»

Selon Mme Huot, l'idéal «serait une loi qui interdirait les commerces de restauration rapide trop près des écoles.»

http://www.canoe.com/infos/quebeccanada/archives/2009/02/20090203-051200.html

Jean Gosselin

Humain51,

C'est facile,

On va chez Banque Scotia et on dit qu'on veut acheter des pièces d'or.
On va chez Kitco et on dit qu'on veut acheter des pièces d'or.

Le gros problèmes par contre c'est la quantité de pièces d'or que vous voulez acheter et la manière que vous les transporterez et que vous les entreposerez.

Si vous voulez y aller tout seul avec votre voiture et les mettre en dessous de votre matelas, ce n'est pas très sécuritaire.

Jean Gosselin

Maryse,

Dans une société Libertarienne, il n'y a pas de maudite bio-éthique pour empêcher les parents d'améliorer leur progéniture.

Dans une société libertarienne, les parents ont tous les droits de faire des tests génétiques pour vérifier si justement leurs enfants seront malformés, ensuite ils ont le droit de faire faire des manipulations génétiques pour enrayer les malformations et les tares possibles, ensuite ils ont le droit de choisir la couleur des yeux, des cheveux, la taille adulte, la santé, la force physique, le QI de l'enfant.

Et finalement, ils ont le droit de rejetter et d'éliminer tous les embryons porteurs de maladies et indésirables.

Dans un monde libertarien, il n'y a aucune raison que des enfants naissent infirmes ou malformés car dans un monde libertarien les gens ont le droit de prévenir ce genre de chose et ce serait à la portée de toutes les bourses.

Jean Gosselin

Maryse,

"Il devra faire face a la situation avec ses propres moyens? Mais quels moyens?"

Vous avez entièrement raison, QUEL MOYENS ?

Avec toutes les taxes et les impôts qu'on paie, l'état nous enlève tous les moyens de faire face à la situation.

Si l'état arrêtait de nous taxer et de nous réglementer, des moyens on en aurait à la tonne pour faire face à toutes les situations possibles.

Jerome

Acheter de l'or:

Kitco: pour detenir l'or physiquement, ils ont egalement un pool mais il leur appartient (vous avez seulement une part) et est non assure/audite...
Perth Mint: des certificats australiens assures et audites a 100% on ne detient pas l'or physiquement c'est dans une banque/vault
www.goldmoney.com: un site genre paypal ou tout se transige en or (en grammes) c'est tres bien, l'or est assure et audite. Le site est dans un paradis fiscal je crois (Jersey ou Guernesey) et l'or est a Londres assure par la Lloyds

Attention avec l'or aux Etats-Unis dans les annees 30 il a ete confisque...


Toutes ces options sont bonnes. Avoir un 100gr d'or chez soi (~3000$) n'est pas plus dangeureux que de l'avoir en cash c'est meme plus sur et ca prend moins de place...

J-F Thuot

L'or est horriblement cher en ce moment. J'achèterais plutôt du pétrole ou des métaux de base qui valent plus grand chose.

Bastiat79

@ Tous

Le chômage, le bs, les maladies génétiques, etc. Il faut se demander si le risque est assurable. Par exemple, le "risque de devenir paresseux" n'est pas assurable. Mais dans les autres cas, l'assurance privée est possible. Par exemple, je peux assurer mon enfant à naître pour $1000000 contre une maladie grave indétectable. Cela pourra couvrir le traitement à vie.

Il ne faut pas oublier qu'en éliminant les rigidités du monde du travail, il y aurait pas mal moins de chômage et de bs en partant.

@ Pierre

L'Islande médiévale est un exemple de société assez libertarienne.

@ Jonathan

Non c'est une dette que l'état doit toujours à la Fed.

@ Bobjack

Tu peux t'informer sur la "use-right theory". En gros, la propriété est basée sur le premier arrivé, premier servi, mais on ne peut pas interdire aux autres un usage qui est compatible avec son propre usage.

@ D

Un enfant est considéré comme la "propriété" de ses parents jusqu'à l'âge du fuguer. Cela ne veut pas dire que les parents peuvent faire ce qu'ils veulent; ça veut dire qu'en cas de conflit entre les parents et l'état sur la façon d'éduquer, il n'y a aucune base logique pour donner raison à l'état.

@ Humain51

Directement sur les marchés, il y a différents ETF basés sur l'or, GLD par exemple, de même que différents fonds comme CEF. Ces temps-ci, il faut bien évaluer le risque de contre-partie. Même chose pour les certificats chez Scotia, cela dépend de la solvabilité de la Scotia.

David M.

Bonjour à tous,
est-ce que quelqu'un pourrait m'expliquer pourquoi le dollar américain garde encore sa valeur malgré toute la création de monnaie qui s'est faite dernièrement et qui se fera encore bientôt?? En théorie, avec toute la fausse-monnaie qui est injectée dans l'économie américaine, ne devrions-nous pas assister à l'effondrement de la devise??

Merci de m'éclairer et bonne semaine à tous.

Mattiew

@Jean Gosselin

Comme d'habitude, les petits penseurs paresseux veulent plus de lois au lieu de s'attaquer à la vrai source du problème.

Je me demandes ce qu'ils feraient pour les restaurateurs deja en place? Les obliger à se relocaliser à leurs frais? Les compenser pour les pertes de revenues?

Just another whole can of worms..

Chris

je viens just de decouvrir votre blog et lis un ancien blog sur la securiter routiere (la ou je trouve que le gouvernent s"ingere le plus, Pneu d'hiver, limite de vitesse, stationement et ect.)sur cela j'aimerais ajouter quelque stat. qui prouve que cela est une taxe cacher
80% de la circulation en km conduit au quebec est sur les autoroure a 2 chiffres(20, 40 et 50)
80% des deces son les route mineur
90% des heures de patouille sur les autoroutes a deux chiffres meme si les risque de deces sont plus bas justement car cela est plus facille a donner des "tickets".
C'est stat. mon ete donner par un ancien policier que se battais avec ces patrons car voulait patrouiller les routes secondaires au lieu de la 50 et il a finalement lacher par principe

P.s si vous aver pas deviner je franco-ontarien et comme on dit mon francais suce

Jean Gosselin

David M,

Non seulement le dollar Américain garde sa valeur mais il augmente de valeur.

Cela est dû au fait que les banques et les individus préfèrent épargner leur argent que de le dépenser ou l'investir. C'est ce qu'ils appelle le "deleveraging".

Mais quand les choses iront "mieux", tout cet argent se remettra à circuler et à produire des prêts, alors l'inflation sera redoutable et le dollar Américain vaudra moins cher que le dollar Canadien.

Jean Gosselin

@Matthiew,

"Comme d'habitude, les petits penseurs paresseux veulent plus de lois au lieu de s'attaquer à la vrai source du problème."

C'est que la malbouffe ce n'est pas le problème de l'état, ce n'est pas leurs affaires. Ils n'ont pas à s'attaquer à ce problème. Qu'ils laissent les parents et les enfants s'en occuper eux-mêmes.

L'état n'a pas d'affaires dans nos assiettes.

Et que dire si un ami vit proche de l'école, à l'intérieur de la zone interdite et offre un service de pizza entre amis où les amis y font livrer la pizza et se cotisent pour payer le livreur.

Ce sont des personnes privées, dans la résidence privée d'un ami et ils s'y réunissent pour pouvoir y faire livrer et manger leurs pizzas.

Comment l'école va t-elle faire pour empêcher ce "problème grave" ??? Avec des lois qui interdisent de faire livrer la pizza proche de l'école ?

Ça n'a aucun sens. Ce n'est pas le mandat de l'école d'empêcher le monde de manger ce qu'ils veulent.

L'école doit enseigner à lire, écrire et compter. Le reste mêlez-vous de vos affaires.

François 1

Bonjour,

J'ai lu hier dans un journal que les Canadiens "ont fait passer leur ratio de la dette au revenu disponible à 130 pour cent, un pourcentage actuellement plus élevé que celui en vigueur aux États-Uni..."

Quelqu'un peut m'éclairer sur la façon dont ce taux est claculé et ce que ça veut dire concrètement?

Source: http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/technologie/200902/03/01-823793-cartes-de-credit-hausse-soudaine-des-delits.php

Humain51

A J-F Thuot, Jean Gosselin, Bastiat79, Jerome, merci pour vos réponses à ma question concernant l'idée d'acheter de l'or. Je vais prendre ça en délibéré !

Jean Gosselin

@Humain51,

L'or est actuellement horriblement cher, même s'il pourrait devenir encore plus cher.

En 2003, juste avant la guerre, cela aurait été une bonne idée d'acheter de l'or car on sait avant une guerre que l'or augmente, et comme on voyait les facilités de crédits augmenter, cela présageait une inflation et l'augmentation de l'or.

Par contre maintenant, on doit acheter de l'or pour se prémunir contre la dévaluation de la monnaie et la destruction de la monnaie par les gouvernements, les guerres etc.

En ce moment, ne pensez pas "faire de l'argent" en achetant de l'or. En ce moment l'or n'est pas un "investissement".

C'est justement pour vous débarasser de votre argent que vous devez acheter de l'or, pas pour en faire, LOL !

Si vous achetez de l'or et que l'or prends de la valeur, vous êtes plus riche et vous n'avez pas à payer d'impôts si vous payez vos achats avec votre or.

J-F Thuot

Malgré le fait que le dollar U.S. est en hausse à cause du "deleveraging", qui réduit entre autre la vélocité du dollar, la FED est en train de créer de la monnaie à une vitesse jamais vue (voir http://mises.org/markets.asp#monetary). J'imagine que lorsque le goût du risque reviendra, que les gens se remettrons a dépenser et que les banques se remettrons à prêter, l'inflation sera gigantesque...

Martin Masse

@ François 1,

"Quelqu'un peut m'éclairer sur la façon dont ce taux est claculé et ce que ça veut dire concrètement?"

Il s'agit du niveau de dette de consommation et d'hypothèque en pourcentage du revenu disponible. Il est passé d'environ 80% en 1990 à environ 130% aujourd'hui, autant au Canada qu'aux États-Unis. En même temps, le niveau d'épargne des Canadiens a chuté de 13 à 3% (j'ai vu d'autres chiffres disant de 10 à 1, mais la tendance est claire).

Ce sont des effets pervers typiques des politiques monétaires inflationnistes (notamment, un taux d'intérêt maintenu artificiellement bas) qui encouragent les gens à s'endetter et les découragent à épargner.

Les rapports annuels sur l'état des finances des familles de l'Institut Vanier donnent une série de données comme celles-ci. Voir le dernier paru il y a quelques semaines à http://www.ivfamille.ca/library/cft/finfam08.pdf .

Caroline

Je me demande comment la propriété privé est établie dans une société libertarienne. D’après ce que je peux lire, il me semble que ça soit une des choses les plus difficiles à établir. Qui trace la ligne? Et ou la trace-t-on?
Un exemple de confusion qui me vient en tête sont les « spit house » http://en.wikipedia.org/wiki/Spite_house

Je suis tout à fait d’avis que les propriétaires de ces spit house vont à l’encontre de tout sens commun, mais visiblement, ils sont dans leurs droits et ont été incapable d’en arriver à un compromis avec les autres propriétaires. Ils ont choisis d’utilisé leur propriété pour brimer celle d’un autre au lieu de voir leur brimé… On fait quoi dans ces cas là?

Merci

Mattiew

Une autre rubrique économique de Alain Dubuc..

"Et si Hydro était privée"
http://www.cyberpresse.ca/opinions/chroniqueurs/alain-dubuc/200902/04/01-823929-et-si-hydro-etait-privee.php

Il dit "Mais la période que nous traversons nous rappelle aussi que, dans certains cas, l'État a un rôle à jouer et qu'il a besoin pour cela d'outils d'intervention. Nous ne sommes pas mécontents du fait que le Québec ait pu, très rapidement, accélérer des travaux d'infrastructures, notamment ceux d'Hydro, pour lutter contre la récession."

Je me demandes qui est le "nous", je n'en fait pas parti.

Mattiew

@Jean Gosselin

Merci pour la correction, ca m'arrive encore (mais de moins en moins souvent de tomber dans mes vieilles habitudes sans reflechir.

Parfois pas evident de sortir des vieilles manieres de penser qu'on s'est fait enseigner toute sa vie!

Bastiat79

@ Caroline

"On fait quoi dans ces cas là?"

En gros, on apprend laisser vivre. C'est une attitude fondamentale du libertarianisme. Ce n'est pas à toi de juger de l'esthétique de la maison des autres.

Par contre, on peut régler ce genre de problème d'avance avec un système de servitudes contractuelles. Par exemple, entre voisins on peut signer un pacte comme quoi personne ne construira plus haut que X mètres, ne coupera les arbres, etc. Ce genre de document serait légitime à mon avis.

Dans le cas d'un nouveau développement, l'entrepreneur reste libre de faire les règles qu'il veut pour attirer des acheteurs.

Martin Masse

@ Caroline,

Il me semble que le cas des "spite houses", loin d'être un exemple de confusion sur le plan des droits de propriété, montre bien qu'elles sont un moyen très légitime et civilisé de régler des conflits.

Ces cas partent tous d'une situation de conflit entre deux propriétaires qui ne réussissent pas à s'entendre sur le partage ou l'échange d'une propriété. L'un fait quelque chose de tout à fait légal mais qui rend l'autre furieux parce qu'il le considère tout de même immoral ou malicieux. L'autre est alors prêt à construire un bâtiment (même à perte) dans le seul but de se venger.

Comme dans bien des cas où l'on soulève des supposés problèmes avec les droits de propriété ou la liberté, il ne faut pas ici comparer cette situation avec un monde parfait où de tels conflits n'existeraient pas, mais bien avec une situation où les droits de propriété et le respect des contrats ne sont pas respectés. Dans une telle société "barbare", il est probable que le conflit se terminerait dans la violence, par l'élimination d'un des deux acteurs.

Ici, chacun fait quelque chose de tout à fait légal, mais au lieu d'atteindre une situation d'équilibre qui bénéficierait aux deux (ce qui est le cas dans la presque totalité des échanges libres), un manque d'information ou une décision irrationnelle (qui peuvent toujours survenir, même dans une société libertarienne) fait en sorte que le résultat de l'interaction cause un tort financier aux deux. Mais il n'y a tout de même pas d'agression et les deux s'en sortent malgré tout avec leur personne et leur propriété intacte, ce qui est de loin supérieur à l'élimination d'un des joueurs.

La réponse à votre question est donc que dans une société libertarienne, on ne fait rien. Éventuellement, l'un des deux (ou un héritier, ou un acheteur) décidera peut-être de reconsidérer la situation et de recourir à un arbitre pour refaire une nouvelle entente bénéfique pour les deux.

Tym Machine

@Marianne,

"On m'a signalé quelque chose que je trouve incroyable : il paraît qu'il est interdit de laisser sa voiture ouverte, j'entends par là non verrouillée, dans la rue à Montréal au prétexte que cela encourage le vol. Le conducteur étourdi est passible d'un ticket."

Finalement si les voleurs ne te volent pas, ce sera la ville qui le fera à leur place :))))!!!

"Une de mes amies qui avait garé sa voiture dans le parking d'un centre commercial vient de se retrouver avec un ticket à 42$ pour ce motif. Pour ceux qui connaissent, c'est le parking du centre Rockland. Elle était allée faire une course rapide sans avoir verrouillé sa portière car la serrure marche mal."

J'espère que ton amie ira contester son "ticket". Tu nous tiendras au courant des récents développements, la stupidité des lois n'ayant aucune limite.

Tym Machine

@Bastiat79,

"En gros, on apprend laisser vivre. C'est une attitude fondamentale du libertarianisme. Ce n'est pas à toi de juger de l'esthétique de la maison des autres."

Ça me fait penser au cas des gens d'une ville de banlieue de Québec où la ville a décidé que c'en était assez de tolérer les "campeurs" annuels qui en faisant preuve d'ingéniosité se sont patentés une demeure permanente avec l'approbation du propriétaire du terrain de camping. Je ne sais pas si vous vous en rappelez c'était passé à Radio-Canada à l'émission Enjeux je crois.

Pourtant des villes comme St-Hylaire sur la rive sud de Montréal tolèrent bien cette situation malgré le fait qu'elle contrevienne au réglement municipal.

Encore là, le règlement municipal en est une carrément stupide et liberticide privant les citoyens de leur choix et de leur mode de vie choisi.

mariane

A Tym Machine. La copine est teigneuse - et plutôt radin - et a donc tout à fait l'intention de contester. Je tiendrai le QL au courant. Je suis curieuse de savoir comment la justice peut trancher entre une loi choquante, mais une loi quand même, et le bon sens.

Je profite de l'occasipn pour dire à Pierre-Yves que c'est l'exécution de Charles 1er, pas de Charles II ... Sans rancune ...

François 1

@ Martin Masse:

Merci pour la réponse. En termes simples et selon ce que j'en comprends c'est que si un individu peut compter sur un revenu de disons $100.00, il en dépense $130.00 pour ses besoins immédiats (i.e.: nourriture, logement, loisirs, etc.). En somme, il fait comme nous gouvernements quoi... Il a un bel exemple juste là...devant lui!

Dites-moi si mon interprétation est erronnée...

Martin Masse

@ François1,

"selon ce que j'en comprends c'est que si un individu peut compter sur un revenu de disons $100.00, il en dépense $130.00 pour ses besoins immédiats"

Non, ce n'est pas la bonne interprétation. On parle de niveau d'endettement et pas de dépenses courantes. Si quelqu'un a par exemple une hypothèque de 120 000$ et des dettes de consommation de 10 000$, alors que son revenu annuel net est de 100 000$, son ratio d'endettement sur le revenu disponible est de 130%. C'est tout à fait normal et on peut même épargner en même temps, dans la mesure où on a 25 ans pour rembourser l'hypothèque. Ça ne veut pas dire du tout qu'on dépense chaque semaine plus que ses revenus.

Ce qui est important c'est la tendance à l'endettement au cours des dernières années que cela montre. Il s'agit d'une moyenne, donc l'endettement a augmenté de manière générale dans toute la société.

Caroline

Merci M. Masse, vous confirmez ce que je croyais... et je suis bien d'accord avec vous!

Caroline

Anarcho-pragmatiste

Ce questionnaire sur la question de la propriété pourrait vous intéresser:

http://anarchopragmatisme.wordpress.com/questionnaire-sur-la-propriete/

D

Question que je me pose:

Comment une societe libertarienne s'occuperait-elle des enfants maltraites par leurs parents? Les enfants etant la propriete des parents. Je ne crois pas qu'un parent va remettre volontairement un enfant qu'il bat ou qu'il abuse a un organisme de protection des enfants. Comment proteger les enfants sans avoir recours a la force envers les parents?

Comment proteger les enfants des manipulations mentales des parents qui les force par exemple a adopter une religion? Certains personnes auront l'esprit empoisonne par ses mensonges dont ils ont ete victimes lorsqu'ils etaient enfants pour tout le restant de leur vie et ils vont transmettre les meme mensonges a leurs enfants en retour. Meme si les enfants sont la propriete des parents, je trouve bizarre que dans une societe libertarienne on ne puisse rien faire pour les proteger de devenir Raelien ou Temoin de Jehova par exemple.

Anarcho-pragmatiste

Les enfants ne sont pas la propriété des parents ni de l'État.

Bastiat79

@ D

Comment protéger les enfants de leurs parents?

Poser la question, c'est déjà vouloir s'approprier les enfants des autres par la violence étatique.

Je n'ai pas la prétension de connaître les critères objectifs d'une "bonne" éducation dans une "bonne" religion, et de la "bonne" force qu'il faut appliquer si la fessée devient nécessaire. Et vous? Et le simple fonctionnaire. Rien ne vous oblige à faire affaire avec les Jéovah. Rien ne vous empêche non plus d'aller sonner à leur porte avec une petite revue leur expliquant ce qu'est un bon parent.

@ Anarcho-pragmatiste

Jolie phrase, mais ne résout pas le problème qu'il faut bien décider quoi mettre dans l'assiette d'un jeune enfant, parmi les six milliards d'opinions sur le sujet.

D

@ Bastiat79

Je suis d'accord que je ne sais pas quelle est la meilleure manière d'élever ses enfants donc j'ai peut-être été un peu loin en disant que les Témoins de Jehova empoissonnait l'esprit de leur enfant, mais je suis pas mal certain que violer ses enfants ou les battre (ce qui est différent de les corriger avec une `fessée` occasionnelle) ne fait pas parti d'une bonne éducation. Ça ne règle pas mon problème de savoir qu'est-ce qu'on pourrait faire avec ses enfants?

Jean Gosselin

D,

J'ai assez de mes propres problèmes que je me fiche royalement des enfants des autres. De plus, je donne déjà 50% de mon salaire au gouvernement alors de l'argent et des ressources pour aider les autres il ne m'en reste plus, je dois vivre et manger moi aussi.

Et puis avec toutes les taxes qu'on paie, il ne serait plus supposé en avoir des problèmes, des pauvres, des enfants battus etc.

Tym Machine

Qu'est-ce que les libertariens doivent penser des témoins de Jehovah et de leur manière d'écoeurer les gens d'autre religion en faisant leur maudit porte à porte fatigant avec leur christi de bible à la con.

Jean Gosselin

"Qu'est-ce que les libertariens doivent penser des témoins de Jehovah et de leur manière d'écoeurer les gens d'autre religion en faisant leur maudit porte à porte fatigant avec leur christi de bible à la con."

Qu'ils ont le droit de faire la promotion de leurs stupidités mais que nous on a le droit de refuser leur religion et qu'on a le droit de les expulser de notre propriété privée quand ils viennent nous écoeurer avec leur bible.

De leur dire poliment: " Non-merci, j'ai déjà mes croyances (ou incroyances) et SVP quittez ma propriété sur le champ !!! "

Et que j'ai le droit de lui casser la gueule et de lui faire avaler ses dents et sa bible s'il refuse de s'en aller, LOL !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook