« Où en seraient les Indiens s'ils avaient libéralisé leur économie plus tôt? | Accueil | L'argent pousse dans nos poches »

26 janvier 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Libriarie philanthropique

Je dois m'auto-censurer quand j'aborde ces sujets. Dans une monde où la pauvreté et la misère en général ne devraient plus exister, de tels abus de corruption ou de mauvaise gestion défient les lois de l'intelligence. Parfois je me demande jusqu'où ira l'impunité. Pour chaque abus du genre, des québécois manquent de soins de santé, des enfants sont mal éduqués, des personnes âgées sont mal soignées...

Pierre-Yves

@Librairie philantropique:

'Pour chaque abus du genre, des québécois manquent de soins de santé, des enfants sont mal éduqués, des personnes âgées sont mal soignées...'

Ces abus ne sont pas des dysfonctionnements du systèmes, mais inhérents à sa nature même.

Mathieu NV

''Ces abus ne sont pas des dysfonctionnements du systèmes, mais inhérents à sa nature même.''

Je voulais exactement dire la même chose. En fait, cela entre dans la logique politicienne de dire qu'un fait cela pour notre bien. Je suis certain que même certaines personnes excusent les comportements étatiques de gaspillage car l'état est là pour notre bien.

Tym Machine

Excellent article! Je n'aurais pas pu moi-même trouver trois positions meilleures que celles-là.

À noter que les trois concernent le gouvernement PROVINCIAL le plus gloutonnesque au pays, celui qui a le plus de fonctionnaires et le plus de paperasseries à remplir: le beau gouvernement québecois.

Quoi que le fédéral (Canada) n'est guère mieux au chapitre des dépenses inutiles même s'il est soi-disant géré par les conservateurs des gens supposément à droite économiquement parlant mais qui à l'instar du PLC appliquent des mesures socialisantes avec leur plan de relance économique qui à l'instar de celui des USA, nous mettra dans le trou plus qu'autre chose.

B. Vallée

Je donnerais aussi un « glouton de participation » au maire de Québec, l'ineffable Régis Labeaume.

En effet, la ville de Québec se prépare à donner trois cent mille dollars à un hurluberlu du nom de Clotaire Rapaille, un soi-disant « psychanalyste des cultures », pour refaire le « branding » de la ville.

L'excellent Clotaire a déjà refait, semble-t-il, le « branding » de Chrysler... Gros succès...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook