« L'illusion tranquille en ligne | Accueil | ONF: le déménagement rêvé »

22 avril 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

T. Durbois

@Mathieu NV. Nous ne rejoignons sur plusieurs points mais je crois qu'il y a confusion sur la notion d'indépendance nationale. Les Étatsuniens n'utilisent jamais ou presque le terme "nationalism" sauf sous une approche péjorative bien souvent. Ils qualifient leur attachement à leur pays comme étant du "patriotisme". Si on fouille un peu cette subtile différence on s'aperçoit que fierté nationale dans le sens civique du terme et patriotisme sont de portée identique. Lorsque je parle d'indépendance national je fais donc appel à la fierté civique de partager des valeurs communes, ce qui pour moi est très nettement différent de la ferveur nationaliste qui se base sur la race et la religion. Et la culture? diront certains. Et bien si on évacue complètement le passé identitaire au nom du simple moment présent, il m'est d'avis qu'on en revient à croire à la possibilité de la "génération spontanée" qui fait fi des principes d'évolution autant biologique que sociale. Car on peut être opposé au socialisme mais il est impossible de faire abstraction de la société et du pluralisme des sociétés à travers le monde, la richesse de l'humanité provenant de cette multitude de points de vue. Ainsi donc, je ne crois pas que la liberté et la justice soient enrichies par l'uniformisation des pensées et des peuples. Ainsi donc, je demeure convaincu de la pertinence de l'indépendance des groupes autant que celles des libres individus qui les composent. À la limite on pourrait même avancer que cette libre association entre partenaires est le meilleur rempart contre la tyrannie et les excès du nationalisme ethnique et ou idéologique. Le petit nombre librement associé sera toujours plus fort que les armées d'esclaves et de contraints.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook