« Le fil de discussion libre de mai | Accueil | La demande globale, ça suffit! »

18 mai 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Libre Entreprise

@Pierre-Yves,

"le Chritianisme a massacré beaucoup plus de monde que le Judaisme ne le fera probablement jamais."

Le judaïsme est une religion réclusive qui ne pratique pas le prosélytisme.

Comme les hassidims et les juifs ortodoxes se croient le peuple élu de Dieu, il s'en suit que tous les non-élus sont des "goyims" qui ne méritent pas le paradis et donc qu'il n'y a rien à faire avec eux.

Ce que j'aime de la religion juive c'est que les juifs la gardent peux eux-mêmes et qu'ils ne cherchent pas à convertir les autres.

On devient juif de naissance, on ne peut pas se convertir au judaïsme. C'est une affaire de sang et d'héritage familial.

Alors les juifs resteront toujours un petit groupe qui ne massacre pas les autres pour les convertir.

Tandisque le christianisme et l'Islam sont fondamentalement prosélytiques et conquérrants et qu'ils t'obligent à adhérer de force à leurs croyances.

La mentalité élitistes et renfermée sur elle-même du peuple juif fait en sorte qu'ils ne prosélytisent pas.

David Gendron

"Résultats: on se retrouve avec des parents qui disent des atrocités du genre: « Je respecte son autonomie. C'est la vie qu'il a choisie. »"

J'ai de la misère avec ce passage, j'ose croire que j'ai mal compris...

"On ne le répétera jamais assez: dans la nouvelle économie du savoir et de l'information, l'éducation est un must."

Je ne suis pas d'accord avec ce passage. De plus, j'aurais aimé qu'on insiste un peu plus sur le caractère obligatoire de l'école.


Mais en général, je suis d'accord sur le fond.

Sébastien 2

Jésus n'envoie personne en enfer. Ce sont nos choix personnels et nos croyances qui nous envoient où nous allons. Le libre choix est tellement évident dans tout ce qu'il y a dans la Bible d'où la raison pourquoi il prêche en enseignant des paraboles pour que les gens comprennent par eux-mêmes et en avertissant. Que ceux qui entendent entendent et que ceux qui voient voient.

Personne ne va en enfer par la faute d'un autre tout comme personne ne va au paradis par l'entremise de quelqu'un d'autre. Telle la logique du libertarianisme, chacun doit prendre sa responsabilité individuelle en utilisant la Logique (Logos, Parole, Raison) qui est donnée à la naissance telle qu'il est écrit dans la Bible :

In the beginning was the Logos, and the Logos was with God, and the Logos was God. He was with God in the beginning.
Au commencement était la Parole, la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.
Jean 1:1

C'est donc dire que Dieu est Logique et la seule façon de survivre et de continuer à avancer dans ce monde est de le chercher, de chercher la Logique des choses. L'illogisme est le péché.

Jésus a dit 'Il est' pour faire connaître son origine et c'est cela qui a choqué beaucoup de gens qui savaient ce que ça signifiait dans les ordres religieux, car c'est le nom de Dieu :

Dieu dit à Moïse : Je suis celui qui suit. Et il ajouta : C'est ainsi que tu répondras aux enfants d'Israël : Celui qui s'appelle « je suis » m'a envoyé vers vous.
Exode 3:14

Il n'y a pas plus grande célébration de la Logique et de l'Individu que dans la Bible d'où pourquoi je crois autant de grands scientifiques étaient aussi de grands croyants chrétiens. Il est le fils de Dieu, donc le fils du Logos et du même coup le Logos lui-même. Prendre conscience de son Être, de l'origine de sa faculté d'user de son Esprit (Logos), fait de nous des êtres uniques que même les Césars de ce monde ne peuvent convaincre à renier pour ensuite les vénérer eux comme étant nos sauveurs.

Jésus était fils de charpentier. Il savait donc raisonner puisque c'est un métier qui va rejoindre l'architecture, une discipline où l'esprit est demandé. Lorsque l'Esprit saint lui est descendu dessus et qu'il a commencé prêcher, c'est drôle de voir la lien entre lui et John Galt allant de place en place en convaincant les gens de laisser tomber ce qu'ils font de productif pour une société qui ne les respecte pas, mais qu'ils acceptent inconsciemment de supporter pour ensuite commencer à célébrer leur existence et prêcher à qui veut bien entendre que ce monde est contre les gens de l'Esprit Saint (Men of the Mind, comme dans Atlas Shrugged) et que ce monde terminera un jour. Pratiquer l'amour fraternel jusqu'à ce que la vraie Justice soit rendue et que le monde soit rebâti avec ceux qui méritent un tel monde. Une nouvelle Jérusalem (ville métropolitaine de l'époque où les talents et dons de chacun s'entrecroisent) qui respecte l'être de chacun. C'est une drôle de comparaison qui se rejoint.

Sébastien 2

Jésus est venu accomplir la loi en démontrant que c'est le Logos et la Parole (L'Esprit Saint) qui est la base de l'Ancien Testament et non des dogmes suivis à la lettre aveuglement tel les pharisiens le faisaient en pensant se rapprocher du paradis ainsi. Comme l'exemple de la diète alimentaire et des rituels de la propreté avant de manger pour les Pharisiens. Jésus leur a tout simplement répondu que ce n'est pas ce qui entre dans la bouche qui ternit un homme, mais ce qui en sort et ils se sont offusqués de ça au lieu d'admettre qu'il avait raison. Cela démontre à quel point ne pas manger du porc dans le seul but d'arriver plus facilement au paradis par exemple est complètement ridicule puisque tu ignores complètement le devoir d'utiliser la raison pour justifier cet acte. D'ailleurs, c'est pour ça qu'aujourd'hui on peut comprendre logiquement qu'à l'époque de Moïse dans le désert il était fort recommandé de s'abstenir de manger cette viande puisque la viande de porc contient naturellement des vers dans sa chaire qui sont très dangereux lorsque dans un climat chaud et dans un environnement sale comme ça. Cette loi était donc logique pour son époque et pour sa situation pour pouvoir survivre. Jésus est la Logique qui bouge et qui s'adapte à toutes circonstances. D'où pourquoi il a été tué (par vote public) ne sachant pas le combattre. Socrates n'a-t-il pas fini de la même manière? L'Ancien Testament est une preuve de ce dont le Logos est capable, mais le Logos ne se résume pas à des dogmes aussi simples tels que ceux dans l'Ancient Testament. L'Ancien Testament est une preuve de son effet. D'où la nécessité d'aller plus loins que ça pour se libérer de ses chaînes dogmatiques.

Pour ce qui est des guerres, le fait que quelques-uns (dont surtout des rois avares de pouvoir) aient fait la guerre au nom de la Chretieneté ne salit aucunement ce que le Christianisme est et représente. Jésus n'a jamais déclaré la guerre et ses enseignements non plus. Il a simplement enseigné de retirer notre confiance et notre espérance en ce monde (où les illogiques dominent sur les gens raisonnés de bonne foi) pour un monde meilleur. L'acte individuel de certains ne tarit ou ne maudit aucunement un « tout » tel que Ayn Rand l'a aussi expliqué en parlant de la stupidité d'attribuer des réalisations individuelles à un groupe par l'entremise d'un racisme « positif ».

A genius is a genius, regardless of the number of morons who belong to the same race -- and a moron is a moron, regardless of the number of geniuses who share his racial origin.

En mettant les chrétiens (ou peut importe le nom, l'important c'est d'Être et ça se rejoint tout) toute dans un même panier ainsi à cause de l'acte individuel de certains qui en plus contredit la Bible fait preuve de double standard. Ce site parle tellement de l'importance de respecter les actes individuels de chacun et de juger une personne que par sa personne propre et non les actes d'un « groupe », d'une « origine » ou d'une « collectivité ». Pourquoi donc nommer un groupe entier ainsi pour les actes illogiques et insensés de d'autres dans ce cas-ci? Je n'ai jamais sanctionné ça, moi.

Libre Entreprise

"Jésus n'envoie personne en enfer. Ce sont nos choix personnels et nos croyances qui nous envoient où nous allons."

Comme ça, quand quelqu'un te fais des menaces pour te prendre ton bien, il n'est pas en faute. Un voleur qui fait un hold-up n'a rien à se reprocher ?

Si un caisser se fait tuer c'est la faute du caissier et de ses mauvais choix ?

Il est pourtant évident que c'est le voleur qui est l'agresseur de par la menace qu'il exerce.

Donc, même chose pour Jésus. Il te menace d'enfer si tu fais le "mauvais choix" de "ne pas croire en lui".

Il me semble que c'est lui l'agresseur. Un choix sous la menace et la contrainte n'est pas un choix. Jésus ne nous laisse pas le choix, ou bien on croit en lui ou bien on va en enfer.

Vous tous qui défendiez Jésus et le Christianisme êtes des hypocrites, menteurs et malhonnêtes qui refusez d'admettre que votre religion est menaçante, violente et destructrice.

C'est écrit dans la Bible, Jésus dira: Allez dans le feu qui a été préparé pour le diable et pour ses anges.

Jésus envoie en enfer tout le monde qui ne croit pas en lui !!!

Libre Entreprise

Sébastien,

Le Christianisme se veut une religion du livre Biblique. Donc, si on part de la prémisse que c'est la Bible qui est la base du Christianisme, il s'ensuit que tous les chrétiens sont dans le même panier Biblique.

Et je pointais les massacres, injustices, violences et menaces écrites dans la Bible et non pas les actes de certains individus isolés.

Les aspects destructeurs du Christianisme relèvent du fanatisme absolutiste Biblique et ne sont pas le fait de quelques individus isolés seulement.

Sébastien 2

Tu dois comprendre qu'en partant Jésus se déclare comme étant la Parole, le Logos, la Logique tel que j'ai essayé de l'expliquer. Dieu est Logos, Jesus est Logos, l'Esprit Saint est Logos. Recherche la définition de Logos (mot grec veuillant dire Parole, Logique, faculté de Raison). Tu peux changer le mot de Dieu par Logos et tout devient plus clair. Dieu et Jesus ne sont pas des « bonshommes » ou « humains » dans les cieux voulant te faire croire par la force (tel un dictateur) qu'ils ont raison « juste parce que » et « ferme ta yeule ». Au contraire, il y est même écrit de mettre à l'épreuve les écrits de la Bible pour distinguer les faux prophètes. La Bible n'a pas peur d'être mise à l'épreuve pour ce qu'il y est écrit. Ce sont des Êtres, la Logique pure. C'est ce dont ça représente. C'est comme dire que si tu ne crois pas en la Logique, tu vas en enfer (tombe dans le péché, les illogismes). N'est-ce pas vrai dans notre monde où la Logique règne?

De la même manière qu'un libertarien dit que si l'on continue avec l'économie keynésienne on tombe dans le gouffre. Oh non. Le libertarien me menace de mon droit d'être un illettré économique et je dirige dans le trou à cause du libertarien. C'est tordu comme logique. Chacun fait des choix personnels et tout revient à la fin que si tu uses de la Raison par ton propre choix ou si tu ne fais que suivre et blâmer le messager. Lorsque le sage pointe la lune, l'idiot regarde le doigt. L'important serait de se demander « pourquoi » il dit cela au lieu de critiquer sa personne pour sa Parole.

De quels massacres parles-tu au juste lorsque tu parles de la Bible en généralisant comme ça? D’un, je ne vois pas comment le Nouveau Testament et sa loi d'or viennent sanctionner des meurtres et massacres tels que tu le dis.

Pour ce qui est de l'Ancien Testament, tel que je l'ai dit il est une preuve du pouvoir de ce dont la Logique est capable (ex: roi David, raison, vs Goliath, brute sans raison) pour son époque et sa situation. Pour chaque roi ou individu dans l'Ancien Testament, chacun est jugé inviduellement d'après ses actes, fardeaux, vécu. Par exemple, Salomon a commencé en tant que roi sage, mais lorsqu'il s'est tourné vers les illogismes des sectes de son époque, Dieu (Logique) l'a renié de la même manière qu'il a renié tous ceux qui lui ont tourné le dos (Israël la bornée) pour les rendre à l'esclavage en Babylone puisqu'ils n'avaient pas vénéré la Raison suffisamment pour se défendre de ses agresseurs. Ça a été le propre choix de chaque individu si collectivement ils ont abouti où ils ont abouti. Dieu (la Logique) ne laisse jamais une injustice (illogisme) non punie. On le voit d'ailleurs dans la vie de tous les jours. Ou bien ça se fait rapidement, ou avec le temps, mais ça se fait. Justice est rendue. C'est une vérité tellement subtile que c'est pour ça que beaucoup ont toujours tendant à compliquer ce dont la Bible représente. Il faut voir le tout tel un enfant, de manière simple et pure.

Si tu veux parler de 'massacreS', de 'meurtreS', 'injusticeS' (vaguement au pluriel) il serait bon que tu sortes des exemples qui t'embêtement pour pouvoir en discuter spécifiquement, car des généralisations de ce genre ne mènent à raison et tirent justement de ce dont tu critiques, je dois te croire d'après tes généralisations floues sans pouvoir comprendre par moi-même exactement ce dont tu veux démontrer.

Merci.

Libre Entreprise

@Sébastien,

La Bible, de par ses écritures, nous ordonne de croire et nous menace d'enfer si on ne croit pas.

Et c'est écrit dans la Bible et si vous-même vous référez aux écritures comme étant le Logos et bien vous devrez donc admettre que votre Jésus et votre Dieu menacent d'enfer tous les incroyants.

Je ne suis pas un enfant, la Bible est justement marqué de plein d'infantilisme et d'infantilisation de l'humanité, c'est condescendant.

La religion Chrétienne ne se serait pas imposée à travers les âges et n'aurait pas instauré les pires théocracies meurtrières au moyen-âge si elle ne comportait pas la menace d'enfer et l'absolu de Dieu dans la Bible.

Ne vous en déplaise, ce qui est écrit dans la Bible est écrit et il n'y a pas 56 façons de l'interpréter. Ou bien tu crois en Jésus ou bien tu vas en enfer. C'est très simple, c'est on ne peut plus simple et c'est vous qui essayez de compliquer les choses pour cacher ce fait embarassant de votre religion.

Libre Entreprise

Et puis, pour en revenir au sujet de ce blogue, si le monde savent "pus" écrire, c'est en grande partie la faute de la socialisation de l'école et du zonage urbain.

Figurez-vous donc que l'autobus jaune crée un stress énorme qui prédispose mal aux études et aller à une école qui est super loin ça n'aide en rien à apprendre la grammaire.

Tout ce temps passé à se faire tourmenter dans le transport pourrait être investi aux études si l'école était proche.

Il y aurait peut-être des écoles plus proches si l'école était privée plutôt que publique.

Et si l'école était libre plutôt qu'obligatoire, on n'aurait pas ce problème d'endoctrinement avec l'éthique et la culture religieuse et le recyclage etc.

Les gens apprendraient ce qu'ils veulent quand ils le veulent et l'école ne pourra les forcer en rien.

Les élèves ne savent plus écrire parce que le système scolaire se soucie d'abord et avant tout de maintenir et accroître son pouvoir d'endoctrinement sur les enfants.

L'école devrait suivre les principes du marché.

N

Moi, je m'interroge surtout ce qu'est-ce qui vous fait penser que les québécois ne savent plus écrire?
Est-ce spécifique au québécois?
Personnellement je ne peux pas juger Facebook car je n'y suis pas inscrit et je ne baserais pas d'analyse sérieuse des capacités orthographiques des québécois en me basant sur quelques exemples du net.
Évidemment la privatisation du système d'éducation aiderait les jeunes à apprendre, et particulièrement la décision de ne plus la rendre obligatoire mais j'ai l'impression que la prémisse de l'article est fausse. Je ne crois pas non plus que rendre l'école désagréable pour éviter que les gens ne veuillent redoubler est voué à l'échec. En quoi refaire l'année présente serait-il pire que l'année suivante? Si on ne veut pas que les jeunes aient envie de redoubler, ça doit être pour les vrais raisons: ça retarde le moment où l'on peut exercer son métier en nous faisant perdre une année et ça augmente le prix des études, devant payer deux fois.

B. Vallée

« Franche rigolade si elle leur parle de valeurs sociales, d'héritage culturel du Québec, de nécessité de maîtriser sa langue. »

J'avoue que cette phrase me laisse un peu perplexe. Surtout quand on pense qu'elle provient du « Devouar ». Essayez un peu d'imaginer quel ramassis de platitudes collectivistes peuvent signifier, dans la tête d'un journaliste du « Devouar », des expressions pompières comme « valeurs sociales » et « héritage culturel ». Avouez que dans ce contexte de socialisme ranci, la « franche rigolade » n'est peut-être pas aussi déplacée, ni dramatique, que le laisse entendre le très pédant Jean Larose...

Pierre-Yves

@Libre Entreprise

"Il me semble que c'est lui l'agresseur. Un choix sous la menace et la contrainte n'est pas un choix."

Une menace qu'une personne raisonnable ne saurait considerer comme serieuse n'en est pas une. C'est pas juste moi qui le dit, le Code criminel aussi...

Vous me semblez ambigu par rapport a la religion: d'un cote vous manifestez ne pas y croire, de l'autre vous craignez les sottises qu'elle radote; c'est pas logique, et il est inutile de continuer cette discussion avant que vous n'ayez resolu cette evidente contradiction.

Kevin

@ Libre Entreprise et Sebastien 2

Wow l'art de scrapper un sujet de discussion, j'ai même pas lu le quart de tous vos post, c'est un vrai dialogue entre 2 personne qui sont très loin du sujet... c'est pas très friendly!

@ B. Vallée

Vous me faites rire, on pense toujours la même chose lorsqu'il y a "projet de société" "valeurs sociales" "besoins collectifs" et etc. Mon moment préféré c'est lorsqu'ils appliquent des valeurs individuelles à la société ou placent des mots pour faire surgir l'émotion (génocide culturel par exemple)je m'amuse des fois à sortir une très longue phrase qui n'est qu'une addition de ces termes collectivistes creux, ça fais donc une belle grosse phrase de 30+ mots qui... ne veux strictement rien dire mais qui sonne révolutionnaire.

Libre Entreprise

"ça fais donc une belle grosse phrase de 30+ mots qui... ne veux strictement rien dire mais qui sonne révolutionnaire."

On appelle cela la langue de bois.

Darcy

Pour pratiquement toute l'histoire de la civilisation humaine, la majorité des humains était illettrée.

Serait-il possible que la majorité des enfants ne puisse tout simplement pas écrire et lire de par nature? Qu'un système d'éducation qui leur bloque l'accès à la vie adulte à moins de franchir un seuil arbitraire de compétence soit l'erreur commise, qu'il n'y ait tout simplement pas de moyen de leur apprendre à écrire de la grande littérature?

Darcy

"Ne vous en déplaise, ce qui est écrit dans la Bible est écrit et il n'y a pas 56 façons de l'interpréter. Ou bien tu crois en Jésus ou bien tu vas en enfer."

En vérité il existe beaucoup plus que 56 façons d'interpréter la bible, la raison pour laquelle l'église catholique a instauré un dogme, et la raison pour laquelle les églises protestantes ont tendance à se fragmenter en plusieurs sectes.

Louis

@Pierre-Yves

"Vous me semblez ambigu par rapport a la religion: d'un cote vous manifestez ne pas y croire, de l'autre vous craignez les sottises qu'elle radote; c'est pas logique, et il est inutile de continuer cette discussion avant que vous n'ayez resolu cette evidente contradiction."

C'était addressé à Libre Entreprise mais ici je ne vois pas du tout de contradiction. On peut très bien ne pas être croyant mais redoutter ce qui est fait par les croyants au nom de leur religion.

A titre personnel, je pense que les religions organisés sont des maladies mentales contagieuses. Je reconnait aux individus le droits de croire aux absurdités de leur choix, mais je ne veux surtout pas financer des organismes qui en font la promotion avec mes taxes.

Plus en lien avec l'école, jusqu'à quel point les enfants sont la "propriété" de leur parents ? Selon la philosophie libertarienne quel sont les droits et les devoirs des parents envers leurs enfants ?

Pierre-Yves

@Louis

"On peut très bien ne pas être croyant mais redoutter ce qui est fait par les croyants au nom de leur religion.

Sauf que aucun croyant n'a le moyen de vous condamner a la damnation eternelle mon cher, ce qui etait le point. Restons coherents SVP, vous venez-faire quoi dans le bain avec vos skis? D'autre part il y'a parmis les incroyants suffisamment de dangereux imbeciles pour qu'on ne se badre pas necessairement de la distinction... du moins en premiere approximation.

Sébas


@ Louis:

Me permettez-vous un peu de rhétorique?

«A titre personnel, je pense que les ÉTATS-PROVIDENCES organisés sont des maladies mentales contagieuses. Je reconnais aux individus le droits de croire aux absurdités de leur choix, mais je ne veux surtout pas financer des organismes qui en font la promotion avec mes taxes.»

;-)

Pour votre question sur les enfants et parents: je continue dans la même veine:

«Plus en lien avec l'école, jusqu'à quel point les enfants sont la "propriété" de L'ÉTAT ?»

Je ne crois pas avoir besoin d'en rajouter. Vos commentaires et ma rhétorique disent tout de vos/mes croyances/valeurs...

Louis

@Sebas
On est parfaitement en phase avec les états providences alors je pense que vous vous méprenez sur mes valeurs. Je suis également libertarien.

Par contre, je me pose honnêtement la question au niveau du droit des enfants.

Clairement dans une logique libertarienne, on n'accepte pas l'initiation de la violence pour régler ces différends avec autrui. Par contre, on accepte une certaine forme de justice (ce n'est pas contre la philosophie libertarienne de penser qu'un voleur sera soumis a une forme de violence organisée dans le but de le faire payé son crime).

Est-ce qu'un parent possède son enfant jusqu'à ce que celui-ci ait atteint l'âge adulte ? Je ne pense pas.

Un parent ne pourrait pas, par exemple, torturer son enfant, où vendre ses organes,...

Sauf qu’à partir du moment on accepte qu’il y certaines choses qu’un parent ne peut faire a son enfant, car il lui cause un préjudice, on doit accepter un minimum de pouvoir étatique pour faire appliquer ce consensus.

La limite est où ? Est-ce que dans un monde moderne un parent qui ne prend pas des mesures pour que ses enfants apprennent à lire ne leur cause pas un préjudice grave ?

On accepte qu’en enfant de 5 ans ne peut consentir a l’acte sexuel. Est-ce que ce même enfant de 5 ans a assez de maturité émotionnelle pour accepter les principes d’une religion ou est-ce qu’il ne s’agit pas plutôt d’endoctrinement qui lui cause préjudice.

Sébas

@ Louis, je trouve que vous vous compliquez la tâche pour rien.

Revenons à la base, voulez-vous?

La philosophie libertarienne ne peut être anti-religion, anti-organisation (de toute sorte), car nous sommes pour 100% pour la libre association. C'est presque toujours lorsqu'il y a 'fusion' de ces organisations (syndicats, ordres professionnels, religions, lobby de corporations privées, etc), avec l'État, que les «problèmes» commencent... pour les droits individuels sacrés.

Pour les droits parentaux, c'est pourtant simple: quelle est l'alternative (historique)? L'ETAT ou une religion qui fusionne avec... L'ÉTAT! Et dès l'instant ou nous ouvrons la porte à «l'alternative» (ce que fait l'Occident «communiste» de plus en plus), ce sont les enfants les premières victimes (*après les droits parentaux sacrés). La limite est simple: pas de limites sauf l'agression (bon, à savoir si la fessée constitue une 'agression', cela se discute... mais encore là... la fessée sans haine, n'a jamais tué personne, au contraire. A trop vouloir 'SUR-protéger' les enfants, ont en fait de p'tits tyrans! L'amour exige les corrections, et parfois, même physiques, selon moi). Personnellement, j'étais hyper tannant, hyper 'tout' (aujourd'hui, un enfant comme moi, est automatiquement
«ritalinisé» !!! ), et une chance que mes parents et profs pouvaient encore me rougir les fesses lorsque je dépassais vraiment les bornes. Tant qu'il n'y a pas de haine associé au geste, je ne vois pas de problème.

En passant (je viens de me souvenir de ça à l'instant), lorsque j'étais à l'université, nous avons étudié un rapport de la dpj (?) concernant les milliers et milliers d'enfants -maintenant devenus adultes- sortit de leur «milieu pour abus» (et au début de l'application de loi sur la protection de la jeunesse, et les grands coeurs remplis d'amour aidants, «tout» était considéré comme des abus), et même ceux qui étaient gravement maltraités par leurs parents bios (physiquement et/ou psychologiquement), disaient qu'ils auraient mieux aimé ne pas avoir connu le «placement» (souvent cela se traduisait par une dizaine de nouveaux «parents», au fil des ans.), et les services sociaux...

Comme TOUTES les interventions bien intentionnées de L'ÉTAT-PROVIDENCE, le remède («wall-to-wall») pour 'sauver' quelques personnes, est TOUJOURS pire que le problème. Autant dans ce domaine, qu'en économie (ou autre)...

***

Et pour tous les crimes parentaux que vous évoquez, cela va contre le principe de non-agression... des libertariens et de beaucoup, beaucoup d'humains.

Pour votre dernier commentaire sur la maturité nécessaire pour «accepter les principes d’une religion» ou n'importe quelle autre question touchant à l'éducation des enfants... c'est encore la même réponse:

Quelle est l'alternative? Qui va juger ce qu'est la «bonne» éducation? Vous ? Moi? L'État? Une religion étatisée? L'école et l'éducation «libre», ça ne vous tente pas? La liberté, est-ce que cela se discute, se décide dans un vote soi-disant «démocratique» où le 50 + 1 remporte sur le 49 - 1 ?

Et j'espère que vous réalisez que votre *haine irrationnelle* des religions (de Dieu?), et votre adoration de la soi-disant «raison» de L'HOMME (avec un grand H) -est-ce que je me trompe???-, est le principe qui a guidé tous les régimes athées -meurtriers- du 20e siècle.

«Tout pour l'homme, pour le bien de l'homme» = slogan communiste de l'ex-URSS. Eux aussi -tous comme les Mao de ce monde- détestaient les religions organisées (et les familles unis et libres), «ennemies» de l'état-providence-tout-puissant.

Je vais le répéter encore une fois: Le meilleur ami des libertariens sont des croyants comme moi. Les «grandes» religions -ou le droit canon, tant qu'à y être-, ne sont pas «dangereux». Ultimement , ce sont les LOIS étatiques qui briment nos droits, où les états qui fusionnent avec une religion... qui briment tout autant nos droits et notre liberté, qui sont à craindre.

La nuance est énorme et cruciale. J'ai hâte que tous les libertariens athées/agnostiques comprennent ces simples réalités.


David Gendron

Ces élucubrations religieuses m'endorment profondément...zzzzz...

Sébas

Aujourd'hui je fais dans la rhétorique facile... lorsque je lis des commentaires disons... pas trop 'profonds'.

*

Les remarques insignifiantes qui n'apportent aucuns arguments (pour ou contre), m'endorment profondément.... zzzzz...
;-)

De 1) Ce ne sont pas des questions religieuses... mais surtout philosophiques.

De 2) Elles sont cruciales... surtout si cela touche l'avenir de nos enfants !

et de 3) Elles sont cruciales... surtout pour les Québécois 'modernes', qui se croient si «rationnels» et orginaux lorsqu'ils 'bashent' les religions (ou pire encore les croyants!),
... alors que cela ne constitue vraiment pas le LE problème.

p.s.
Je voulais dire:
50 -1

Marianne

A moi aussi, ces discussions religieuses semblent totalement sans rapport avec l'article initial, et interminables. Could we move back to the point, please ?

Sébas


@ Marianne:

Même réponse qu'à l'autre...

Bon Martin Masse va finir par passer l'aspirateur, car trop de personnes n'aiment pas se voir dans un miroir. Bravo ! (vos commentaires servent à endosser la censure de propos qui vous énervent!). Pourtant, ces questions n'ont RIEN à voir avec LA religion... mais avec la conception du rôle de l'état dans nos vies. Faut trop en demander aux esprits soi-disant «rationnels»

;-)

Marianne

Je suis globalement d'accord avec le texte de Gilles Guénette. Je trouve que beaucoup de Québécois, surtout < 40 ans, écrivent et parlent le français comme des patates. Ne pas y voir de la condescendance française de ma part car malheureusement la même chose existe en France, liée aux mêmes causes. L'aveuglement plus ou moins volontaire des enseignants, des politiques, et d'une façon générale de tous les tenants de l'idéologie dominante (refus de l'élistisme, valorisation de l'enfant-roi, fantasme selon lequel ignorance = créativité) contribue bien sûr au nivellement par le bas.

C'est bien triste pour la langue mais le pire est que ces idéologies dépassées conduisent à un résultat exactement inverse de celui espéré par les belles âmes : sans méritocratie fondée sur le savoir, plus d'ascenceur social, seul garant de la vraie démocratie à long terme. A la place on peut redouter le règne des "caïds" ou au contraire des héritiers. Beau retour en arrière.

Sébas

@ Marianne:

Je trouve votre commentaire très pertinent. Je ne sens pas de condescandance de votre part (au contraire), car cela est un CRIME comme les enfants de ne pas les inciter/pousser à apprendre.

Expérience perso ('BACK IN THE OLD DAYS'):

J'ai détesté «mon temps» quasi carcéral passé au secondaire. PAS UNE SEULE DICTÉE, en 5 foutues années. Pas ouvert un seul becherelle en 5 ans. Pas ouvert de dictionnaire en 5 ans !!! C'était comme ça dans les années 80... à Montréal, PQ. (j'espère que les historiens -du futur- vont nous croire)

CALPISSE !!!

Pourtant c'est en forgeant qu'on devient forgeron.

Je savais mieux écrire après ma 6e année du primaire, qu'arpès 5 années passées au secondaire. Rendu au Cegep, toujours AUCUNE dictée... le «systême» se dit que c'est la 'job' des niveaux inférieurs. Rendu à l'université, surprise, il faut passer un test de rançais. Haha, que je me suis amusé; il fallait choisir entre 3 différents sujets, et en bonne tête de cochon, j'ai décidé de dénoncer TOUTES les incohénces du «systême public», qui faisait en sorte que j'allais échouer ce test.

Je crois que j'ai eu la note de passage pour les fautes de fraçais (re-haha!), et 0 sur la forme. Hiha. Mais j'étais content, car je devais faire un cours de rattrapage (que je n'ai finalement pas fait, car j'ai 'lâché' 'l'univers-sous-terre',avant d'arriver à ce fameux courrs).

*

Autre chose dont je me souviendrai jusqu'à la fin de mes jours:

C'était dans un cours de français et j'avais 15 ou 16 ans... la classe (c'était une classe pour 'bolles'... haha), s'était révolté contre le prof, (ayant la mentalité d'un vrai syndiqué !), car nous voulions apprendre à écrire et tous se rendaient compte qie -à la veille de notre passage au Cegep- nous le savions pas ! Le prof était bouche bée. Pensez-y: combien de classe d'ados dans l'histoire de la civilisation auraient demandé plus devoirs, plus de travaux, plus de rigueur, etc... c'est le monde à l'envers.

C'est vraiment une preuve que nous sommes rendus loin dans le nivellement par le bas. Car cela semble pire aujourd'hui...

Sébas

Corrections:

'condescEndance'... test de Français... aurAIT demandé plus DE devoirs, etc.

*

Oh, j'ai oublié de parler de LA solution à appliquer:

UNE dictée par jour à tous les jours, du primaire jusqu'à la fin de l'université (ça ferait un bon slogan, en passant), tirée d'un livre (différent à tous les jours -qui pique la curiosité des jeunes), corrigée par le voisin... pendant que le prof affiche le texte corrigé... ça prend 15-20 mintutes par jour. Les fautes doivent être corrigées en utilisant le becherelle et le bon vieux dictionnaire (en copiant le bon mot/verbe et sa définition/temps).

Voilà.

p.s.
Les dictées seraient toujours de plus en plus difficiles. Rendu à l'université, elles seraient du niveau de celles de Bernard Pivot.

En martière d'instruction, c'est vraiment le plus beau cadeau que nous puissions faire à nos enfants !!!

Eric Martin

Le standard de français qu'on nous sert sur les chaînes de télé québécoises en est vraiment un de médiocrité. Les jeunes, et une bonne partie de la population, préfèrent regarder des émissions comme "Salut Bonjour" où on nous sert un discours plein de "ouin, ben tsé j'veux dire" plutôt que regarder des émissions où on y trouve un français correct. Mon fils trouve que des animateurs tels Céline Galipeau ou Bernard Derome parlent "à la française" et que la façon dont ils s'expriment "ne rejoindrait pas les jeunes".
Je mets le blâme sur l'Office québécois de la langue française qui semble depuis des années vouloir créer un standard local québécois de français au lieu de vouloir se coller au standard international de français, tel qu'il est enseigné, parlé et compris dans le reste du monde francophone.
Je suis infirmier et je travaille dans un milieu bilingue où nous avons le loisir de faire nos dossiers en français ou en anglais. Les notes au dossier en français sont tellement bourrées de fautes d'orthographe que même des anglophones sont capables de les repérer. Pas de quoi être fier! Si la langue française est l'épine dorsale de l'identité québécoise, beaucoup aurait besoin de visiter le chiro!

Sébas

@ Eric Martin:

Comme toutes les interventions de l'état-providence, l'Office québécois de la langue française est un orgnaisme voué au «bien commun» et comme pour toutes les interventions de cet état (dont les écoles étatiques), le nivellement par le bas s'opère.

Cependant, je dirais que ce qui affecte le plus le niveau de la langue, ce sont nos écoles «égalitaristes»...

*

Honnêtement, j'en suis rendu à détester le «bon français», car plus souvent qu'autrement, ceux qui l'utilisent (au Québec en tout cas), ne savent RIEN de la réalité dans laquelle ils vivent. Oui, ils «perlent» bien (j'ai été élevé dans un mileu où la langue est trèsssssssss importante), mais peu savent et -surtout- veulent comprendre ce qui se passe réellement dans notre pays. Comme des moutons, ils font trop souvent «confiance» aux élites bien-«perlantes»...

Or, tout est dans l'enrobage, dans les apparences.

Et justement presque toutes nos élites sont bernées par ces apparences... par l'impression qu'ils ont d'être informés... par ceux qui maîtrisent bien notre langue. Or, la réalité, c'est que plus souvent qu'autrement, ces «professionnels de la (dé)sinformation», ne maitrisent vraiment pas les enjeux véritables.

Il y a plus de réalité à tva et dans le Journal de «mourial», que «rédio-canada» et dans le devoir...

Sébas

«qu'à rédio-canada»

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook